L’indécence nucléaire

par activista.be

L’indécence nucléaire

Acti­vis­ta

Source : http://lafourmirouge.blogspot.com/2011/03/lindecence-nucleaire.html

Image_2-33.png

Ceux qui aujourd’hui encore, en dépit des évè­ne­ments et du bon sens per­sistent à défendre l’option nucléaire sont assu­ré­ment des irres­pon­sables et des cri­mi­nels, ce pour des dizaines, voire des cen­taines de mil­lé­naires. Mépri­sant les citoyens et les géné­ra­tions futures à un point tel qu’ils semblent réel­le­ment ne pas réa­li­ser que leur dis­cours défiant la rai­son les dis­cré­dite à jamais.

Une cen­trale nucléaire explose lit­té­ra­le­ment et par deux fois sous vos yeux mais la situa­tion est sous contrôle !

Divers experts péro­raient hier encore : “Le taux de radio­ac­ti­vi­té consta­té ne dépasse pas celui accep­table dans l’année”, affir­maient-ils sur un ton docte et rassurant…Le taux “accep­table” dans une année en l’espace de 24h et cela devrait nous ras­su­rer ?!

Par­ti­cu­liè­re­ment quand on connait le poids du lob­by nucléaire au Japon — où la popu­la­tion s’est pour­tant régu­liè­re­ment pro­non­cée contre le nucléaire — et que l’on ima­gine sans peine les efforts qu’ils déploient au niveau natio­nal et inter­na­tio­nal pour ten­ter de mini­mi­ser les nou­velles catas­trophes nucléaires en cours.

Écou­tez les impro­vi­ser et se ridi­cu­li­ser quand ils déclarent que “ce n’est pas tant le trem­ble­ment de terre qui a posé pro­blème mais le tsu­na­mi”.

Dites-nous mes­dames et mes­sieurs les “experts” depuis quand les secousses sis­miques ne seraient géné­ra­le­ment plus sui­vies de tsu­na­mis en région côtière… sur une île ? Ain­si nous appre­nons que ce n’est pas la bombe qui tue, en fait c’est son souffle, est-ce clair ?

Tout comme ceux qui affir­maient avec aplomb hier aus­si qu’un tel trem­ble­ment de terre est abso­lu­ment excep­tion­nel et que rien de tel ne sur­vien­drait plus sur Terre dans le siècle à venir, avant que le gou­ver­ne­ment Japo­nais ne doive signa­ler que des répliques allant jusqu’à 7 sur l’échelle de Rich­ter sont à redou­ter dans les pro­chains jours. Dis­cré­di­tés pour des siècles et des siècles.

Car ils savent que nous savons qu’aucun pays n’est à l’abri des humeurs diverses de la nature.

Image pathé­tique de cette ministre de l’écologie Fran­çaise osant par­ler de décence tan­dis qu’elle ment effron­té­ment ‑en directe et si mal- aux citoyens qui se rap­pellent sou­dain la proxi­mi­té des cen­trales ato­miques de leur région. Une langue de bois ren­voyant cer­tains sta­li­niens au rang d’amateurs de seconde zone.

Le nucléaire contre la rai­son.

Pre­nons un pays, un des plus den­sé­ment peu­plé au monde, choi­sis­sons des zones aux acti­vi­tés sis­miques très denses, de pré­fé­rence en bor­dure de mer et contre l’avis de la popu­la­tion construisons‑y des dizaines de réac­teurs nucléaires ! Et quand la catas­trophe pré­vi­sible sur­vient, mini­mi­sons.

C’est ce qu’ils ont fait, c’est ce qu’ils font !

Pré­ten­dons qu’il n’y pas de dan­ger mais construi­sons nos cen­trales aux fron­tières… Ou tout sim­ple­ment au beau milieu du pays.

En Bel­gique, clas­sée juste avant le Japon en den­si­té de popu­la­tion, il y a deux cen­trales en acti­vi­té dans un rayon de moins de 80km autour de Bruxelles. Aucune ville n’est à l’abri, sans comp­ter les nom­breuses cen­trales construites par nos voi­sins Hol­lan­dais, Alle­mands, Anglais et Fran­çais à leur fron­tière ou en enclave comme à Chooz.

Le puis­sant lob­by nucléaire ne pour­ra plus mas­quer la sinistre réa­li­té bien long­temps. Certes la recherche nucléaire et cer­taines de ses appli­ca­tions en méde­cine et ailleurs sont indé­nia­ble­ment pro­fi­tables mais rien et cer­tai­ne­ment pas ces der­nières ne jus­ti­fient cette pro­li­fé­ra­tion, cette menace per­ma­nente contre la vie elle-même.

Ener­gie mor­ti­fère car sa seule et unique jus­ti­fi­ca­tion réelle est la bombe, la domi­na­tion et le sui­cide glo­bal pour hori­zon.

L’énergie nucléaire n’est pas “ren­table”, com­pa­ra­ti­ve­ment elle coûte finan­ciè­re­ment, humai­ne­ment et éco­lo­gi­que­ment bien trop cher, contrai­re­ment aux men­songes des “experts”. Mais elle per­met l’arme abso­lue ! C’est un choix de socié­té qui nous est impo­sé sans consul­ta­tion.

Mal­gré eux, c’est pour­tant ce qu’ils sont bien obli­gés d’avouer pour nous faire peur de l’Iran : Le nucléaire “civil” n’est qu’un leurre !

Et sur­tout qu’ils cessent de ten­ter de nous faire croire que le nucléaire serait la réponse “verte” par excel­lence aux chan­ge­ments cli­ma­tiques ! Qu’ils cessent aus­si d’insulter notre capa­ci­té à rai­son­ner en pré­ten­dant qu’il n’y a actuel­le­ment aucune alter­na­tive ! Et non, il ne s’agit pas sur­fer sur la vague de la peur mais sur celle de la rai­son.

Après eux, les déchets (et/ou la vitri­fi­ca­tion)

C’est ici que l’on touche ‑avec le concept né dans des esprits malades de la “dis­sua­sion nucléaire” et d’un éven­tuel sui­cide glo­bal sur la déci­sion de quelques élites voire suite à une erreur d’interprétation d’un vol d’oies en migra­tion (authen­tique)- aux aspects qui démontrent à eux seuls toute l’inhumanité, l’irresponsabilité patente et véri­fiée de l’option nucléaire.

Les “déchets” nucléaires, nous y avons tous pen­sé mais revenons‑y juste un ins­tant et écou­tons-les, ces pré­ten­tieux ridi­cules qui osent se pro­je­ter dans les mil­lé­naires ! Voyez-les vous affir­mer sans rire qu’ils sont en mesure de vous garan­tir un confi­ne­ment mul­ti-mil­lé­naire alors que leurs cen­trales endurent mal quelques décen­nies ! Il y a deux milles ans à peine serait né un cer­tain Jésus et voi­ci nos pro­phètes ato­miques cen­sés êtres des gens “sérieux” qui sans aucune gêne visible osent nous pré­tendre que le pro­ces­sus est sous contrôle par delà les dizaines, voire cen­taines (sic) de mil­lé­naires, un comble pour ces lar­bins des pro­fits à court terme au mépris fla­grant pour l’avenir ! Ils ne seraient que pathé­tiques s’ils ne pre­naient pas la vie de cha­cun et des géné­ra­tions futures en otage. Le sys­tème pro­duc­ti­viste est malade, le nucléaire est son can­cer, sa leu­cé­mie.

Ou quand comme aujourd’hui ils mentent aux popu­la­tions dont la pre­mière concer­née, admet­tant à recu­lons, ten­tant encore et tou­jours de mini­mi­ser, de tra­ves­tir, ergo­ter alors que des cen­taines de mil­liers de vies sont en jeu, alors qu’ils uti­lisent de l’eau de mer pour ten­ter de refroi­dir un réac­teur pra­ti­que­ment à l’air libre ! Comme lors des catas­trophes pré­cé­dentes, ils n’apprendront jamais, en fait ils ont choi­si leur camp. Ce sont des assas­sins et il nous appar­tient de nous défendre, nous et les arrières arrières arrières (etc.) petits enfants de nos arrières petits enfants aus­si !

A nous d’imposer la sor­tie défi­ni­tive et urgente du nucléaire, autant du pré­ten­du­ment civil que du mili­taire, l’humanité a assez de défis à rele­ver que pour se per­mettre de telles aven­tures mor­ti­fères et sui­ci­daires pour l’unique béné­fice à court terme d’une élite sans scru­pule. Voi­là ce que raconte et démontre le Japon, hier comme aujourd’hui.

activista.be