Mélenchon assimilé à l’extrême droite par l’ancien rédacteur en chef du Le Soir

Carte blanche publiée dans Le Soir, suivie d’une réponse d’Yvon Toussaint et réponse de Mélenchon...

Carte Blanche : Une insulte au peuple de gauche

Dans un texte paru le 29 avril der­nier dans le quo­ti­dien le Soir, Yvon Tous­saint, ancien rédac­teur en chef du jour­nal, énonce une défi­ni­tion du popu­lisme qui lui est propre. Celui-ci devient « une même rhé­to­rique à la fois bru­tale et gouailleuse de dénon­cer des élites arro­gantes, des immi­grés mi-exploi­teurs, mi-ter­ro­ristes, ou des supra­na­tio­naux apa­trides qui pol­luent les iden­ti­tés natio­na­listes, voire même régio­na­listes », soit la défi­ni­tion de l’extrême droite.

Par­tant de cette inter­pré­ta­tion vicieuse, mon­sieur Tous­saint ose éta­blir un paral­lèle entre des figures de l’extrême droite xéno­phobe euro­péenne, notam­ment Marine Le Pen, et le copré­sident du Par­ti de gauche et figure du Front de gauche en France, Jean-Luc Mélen­chon. Nous dénon­çons avec la plus grande force cet amal­game indigne et dif­fa­mant qui en rap­pelle un autre, celui entre com­mu­nisme et fas­cisme, qui sert de pré­texte au dog­ma­tisme aveugle et sourd de tous les libé­raux d’Europe.

Pour nour­rir son amal­game, mon­sieur Tous­saint reprend le titre d’un récent ouvrage de Jean-Luc Mélen­chon, Qu’ils s’en aillent tous ! pre­nant grand soin d’en omettre la seconde par­tie (« Vite, la révo­lu­tion citoyenne ») et sur­tout d’en tra­ves­tir le sens. Cette expres­sion, mot d’ordre des révoltes citoyennes d’Amérique du Sud, n’a rien à voir avec un quel­conque popu­lisme droi­tier mais est au contraire le cri de ral­lie­ment de divers mou­ve­ments popu­laires de contes­ta­tion de celui-ci et des logiques ultra­li­bé­rales impo­sées notam­ment par le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal (FMI) et relayées par des oli­gar­chies locales. En Amé­rique comme ici, ceux qui défendent l’intérêt géné­ral du peuple sou­ve­rain sont la cible de ceux qui craignent cette sou­ve­rai­ne­té.

Que pro­pose l’ouvrage de mon­sieur Mélen­chon ? Un nou­veau par­tage des richesses et la construc­tion de pôles publics dans les domaines tels que l’énergie, la finance, les trans­ports et l’éducation. La pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique de l’économie. La sor­tie du trai­té de Lis­bonne qui nous condamne aux poli­tiques ultra­li­bé­rales. La paix, notam­ment par le retrait de l’Otan d’Afghanistan. L’abandon des logiques pré­da­trices de la déré­gu­la­tion com­mer­ciale mon­diale qui condamne le monde aux com­pé­ti­tions meur­trières.

Nous, hommes et femmes de gauche, affir­mons notre droit à défendre un tel pro­gramme sans être voués aux gémo­nies et mis sur le même pied que les enne­mis de la démo­cra­tie de la droite xéno­phobe, aux­quels tout nous oppose (qui­conque, doté d’un mini­mum d’esprit d’analyse et de conscience poli­tique, en convien­dra d’ailleurs aisé­ment : une telle assi­mi­la­tion est dénuée de tout fon­de­ment et intel­lec­tuel­le­ment mal­hon­nête). Nous affir­mons notre droit à dénon­cer les orien­ta­tions et les consé­quences d’une Union euro­péenne ultra­li­bé­rale, anti­so­ciale et anti-éco­lo­gique. Une Union euro­péenne auto­ri­taire ser­vie par des gou­ver­ne­ments qui ne res­pectent plus même le vote du peuple sou­ve­rain. Pen­sons aux non au TCE (trai­té pour une Consti­tu­tion euro­péenne), expri­més en France, aux Pays-Bas et en Irlande, qui ont été niés par les pou­voirs en place.

Notre com­bat est celui de la fra­ter­ni­té, de l’égalité et de la soli­da­ri­té entre les peuples et non de l’égoïsme iden­ti­taire. De la soli­da­ri­té inter­na­tio­nale et non du racisme d’État.

S’il est une cause à l’échec actuel de la construc­tion euro­péenne dont s’attriste Yvon Tous­saint, c’est pré­ci­sé­ment sa nature essen­tiel­le­ment éco­no­mique et droi­tière, son abso­lu défi­cit démo­cra­tique. La meilleure manière de com­battre les replis iden­ti­taires et la droite xéno­phobe, c’est de construire une autre Europe, sociale, soli­daire et démo­cra­tique. Pour cela, plu­tôt que de les cari­ca­tu­rer ou de les insul­ter, il convien­drait de sou­te­nir celles et ceux qui se battent pour une Europe libé­rée de la dic­ta­ture des mar­chés et de l’argent roi.

(*) Pre­miers signa­taires : Thier­ry Bod­son, secré­taire géné­ral de la FGTB wal­lonne ; Yan­nick Bovy, jour­na­liste ; Didier Bris­sa, membre du col­lec­tif Le Res­sort ; Fabri­zio Bucel­la, conseiller com­mu­nal PS, Ixelles ; Jean-Marie Chau­vier, jour­na­liste ; Jean Cor­nil, ancien par­le­men­taire PS ; Nico Cué, secré­taire géné­ral des métal­los Wal­lo­nie-Bruxelles FGTB ; Vincent Decro­ly, ancien par­le­men­taire Éco­lo ; Céline Del­forge, dépu­tée bruxel­loise Éco­lo ; Paul Del­motte, ensei­gnant ; Jean Del­val, Édi­tions du Ceri­sier ; Jean-Marie Der­magne, avo­cat ; Egi­dio Di Pan­fi­lo, secré­taire géné­ral du Set­ca Liège ; Josy Dubié, séna­teur hono­raire ; Xavier Dupret, cher­cheur en éco­no­mie ; Pas­cal Durand, pro­fes­seur d’université ; Pierre Eyben, porte-parole du PC Wal­lo­nie-Bruxelles ; Corinne Gobin, poli­to­logue ULB ; Gio­van­ni Len­ti­ni, FGTB wal­lonne ; Gilles Mar­tin, Édi­tions Aden ; Jean-Pierre Michiels, pré­sident de l’ACCJ ; Jean-Pierre Nossent, pré­sident de l’Ihoes ; Daniel Richard, secré­taire régio­nal FGTB Ver­viers ; Fran­çois Schreuer, mili­tant de gauche ; Claude Semal, artiste ; Oli­vier Star­quit, Amis du Monde diplo­ma­tique Liège ; Chris­tiane Ste­fans­ki, chan­teuse ; Annick Ste­vens, pro­fes­seur de phi­lo­so­phie et mili­tante anar­chiste ; Alain Van Praet, mili­tant syn­di­cal CSC.

Carte_blanche_sur_Me_lenchon_Le_Soir_180511.jpglettre_au_soir.jpg