Où se trouvent tous les anciens habitants du Gesu ?

{{« Nous devons réagir, mais réagir ensemble »}} nous introduit Monsieur Vanderdbist président de l’ULM » Une semaine après l’expulsion du Gesu, on a la confirmation que les solutions de relogement promises par Kir n’en sont pas ; Où se trouvent tous les anciens habitants du Gesu ?

« Nous devons réagir, mais réagir ensemble » nous intro­duit Mon­sieur Van­derd­bist pré­sident de l’ULM »

Une semaine après l’expulsion du Gesu, on a la confir­ma­tion que les solu­tions de relo­ge­ment pro­mises par Kir n’en sont pas ;

Où se trouvent tous les anciens habi­tants du Gesu ?

La situa­tion est obs­cure

Nous savons que le Samu social accueille pour l’instant envi­ron 130 per­sonnes , (dont la moi­tié d’enfants)elles devront quit­ter cet endroit le 15 novembre.
Ensuite rien n’est clair : Concer­nant le dis­po­si­tif hiver­nal, le samu social ne peut se pro­non­cer puisque les conven­tions sont en cours de négo­cia­tion et qu’il n’est pas cer­tain qu’il sera acti­vé à la mi novembre. Les 130 « chan­ceux » qui vivent actuel­le­ment dans les locaux du samu social seront donc théo­ri­que­ment mis à la rue ce ven­dre­di.

La com­mune de Saint-Josse et la région de Bruxelles –Capi­tale met­traient approxi­ma­ti­ve­ment à dis­po­si­tion des expul­sés entre 8 et 16 appar­te­ments sous cer­taines condi­tions (par­ti­ci­pa­tion aux frais, néces­si­té de pré­sen­ter les papiers deman­dés) et de manière très tem­po­raires puisque qu’il s’agit de loge­ments tran­si­toires (jusqu’à juin maxi­mum). Ce que Emir Kir s’est gar­dé de nous pré­ci­ser. Et pas besoin d’être un grand mathé­ma­ti­cien pour com­prendre que cela ne concerne même pas un quart des expul­sés. En effet « on a pas de solu­tions pour l’ensemble des familles, et il n’y en aura pas le 15/11 et aucun bourg­mestre n’ira au micro pour le dire »

Pré­ci­sons que la com­mune de Saint-Josse a tout de même com­men­cé à auto­ri­ser les anciens habi­tants sous pré­sen­ta­tion de leurs papiers d’identité de récu­pé­rer leurs affaires, pour celles qui n’ont pas été détruites (par la police ?). Grande ques­tion posée par la plu­part des habi­tants : où va t’on les mettre ?

Ain­si à la veille du 15 novembre, une confé­rence de presse est orga­ni­sée le 14 novembre à 12H00 dans un lieu encore à déter­mi­ner mais très pro­ba­ble­ment au 75, rue Bota­nique afin de rap­pe­ler que plus de 220 per­sonnes risquent de se retrou­ver à la rue.

Quelques struc­tures asso­cia­tives tentent de faire le bou­lot de l’État et de trou­ver des solu­tions viables et à long terme. C’est pour cela qu’une réunion des­ti­née aux asso­cia­tions est pré­vue ce lun­di date à confir­mer afin de s’organiser. N’hésitez pas à rejoindre le mou­ve­ment.

Ne les oublions pas et conti­nuons à leur don­ner une voix !

Et fina­le­ment pour­quoi les avoir expul­sé ?
Une piste de réflexion
http://www.lacapitale.be/855755/article/regions/bruxelles/actualite/2013 – 11-10/­saint-josse-le-gesu-sera-occupe-par-les-ser­vices-tech­ni­quesde-la-com­mune

Capture_d_e_cran_2013-11-12_a_21-46-39.png

Anne-Sophie Guillaume
Sarah Bah­ja
ZINTV