Toma la calle, chroniques d’Espagne

“seuls les poissons morts suivent le courant. (...) nous continuerons à lutter à contre courant, le temps qu’il faudra!”

Image_1-88.png

Source : http://www.lespetitspoissontrouges.org/index.php?post/2011/05/25/De-Puerta-del-Sol-%C3%A0-la-Bastille-:-la-calle-no-calla!-%289%29&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Avant de pas­ser au récit de Céline Meneses, voi­ci le mes­sage de nos cama­rades espa­gnols qui nous appellent à prendre la rue :

Vous qui n’êtes pas en Espagne, pour une démo­cra­tie réelle, pre­nez la rue ! Com­mis­sion inter­na­tio­nale, Cam­pe­ment de Bar­ce­lone, 22 mai 2011

CRIDA ADREÇADA ALS PAÏSOS FRANCÒFONS
LLAMAMIENTO DESTINADO A LOS PAISES FRANCOFONOS

Chèr(e)s ami(e)s,

Nous sou­hai­tons par­ta­ger avec le plus grand nombre les moments inou­bliables que nous vivons lors de notre /spanishrevolution/, et nous appe­lons à ce que cette pro­tes­ta­tion s’étende au monde entier.

Avec cet appel, nous encou­ra­geons la convo­ca­tion de cam­pe­ments hors de l’État espa­gnol, et orga­ni­sés par les habi­tants. Ici, nous sommes unis, nom­breux, et nous résis­tons. Mais nous avons conscience que la lutte est aujourd’hui mon­diale et que les voix doivent s’élever par et pour elles-mêmes.

Nous pro­po­sons que les mani­fes­ta­tions ne se réduisent pas aux ambas­sades espa­gnoles de vos pays : la presse espa­gnole ne couvre pra­ti­que­ment pas ces actions. Nous pro­po­sons de mon­ter dans chaque pays une lutte qui lui est propre, de prendre les places de vos villes, sui­vant le modèle des révo­lu­tions arabes (et espa­gnoles), d’entrer en contact avec les col­lec­tifs et les orga­ni­sa­tions locales, et mon­ter des cam­pe­ments.

Ain­si que, tra­vailler en com­mis­sions et com­men­cer à rédi­ger publi­que­ment et démo­cra­ti­que­ment vos propres docu­ments (mani­festes, appels, pro­po­si­tions, actes d’assemblées, etc.) pour les dif­fu­ser par la suite.

Ce qui se passe dans les dif­fé­rentes villes espa­gnoles n’est pas arri­vé par hasard et n’est pas non plus spé­ci­fique à la socié­té espa­gnole :

nous lut­tons pour récu­pé­rer notre digni­té, pour la liber­té et la jus­tice sociale, pour la démo­cra­tie directe, pour reprendre nos vies en main.

Nous sommes un réseau spon­ta­né, indé­pen­dant, nous ne vou­lons pas de chef, et c’est pour­quoi nous vou­lons la prise de toutes les places, que cha­cun com­mence à pen­ser par soi-même pour cher­cher ensemble des alter­na­tives à ce monde mer­can­tile et inhu­main, et à la domi­na­tion de la pla­nète par nos gou­ver­ne­ments.

Nous consi­dé­rons que les fron­tières n’existent pas. Le réseau est nôtre et la rue aus­si !! Un autre monde est pos­sible main­te­nant !

Image_2-82.png

Lun­di minuit — Voi­là ce à quoi res­sem­blait la place de la Puer­ta del sol il y a quelques minutes. Le cam­pe­ment est un peu plus grand chaque jour. Les sou­tiens arrivent de par­tout. Les jour­na­listes aus­si.

C’est vrai que tout le monde est fati­gué et qu’une forme d’ha­bi­tude s’est créée. Pas une rou­tine mais l’ha­bi­tude du cam­pe­ment, des contraintes, des débats.
Mais rien d’a­nor­mal. Le mou­ve­ment a plu­sieurs jours. Il doit prou­ver qu’il peut s’ins­crire dans la durée sans être divi­sé ou récu­pé­ré par qui que ce soit.
Pas simple. Mais ici per­sonne ne pense se lais­ser inti­mi­der par l’am­pleur de la tâche.

Mar­di 20h — Le cam­pe­ment lyon­nais a envoyé un mes­sage de remer­cie­ment aux indi­gnés de la Puer­ta del Sol.

Au micro, on annonce : “Nous rece­vons en ce moment même un appel depuis Lyon. La cama­rade fran­çaise va vous le tra­duire en direct”

“Chers cama­rades, depuis Lyon, en France, nous vou­lons vous remer­cier mille fois pour votre sou­tien. Nous allons conti­nuer à lut­ter. Conti­nuez vous aus­si ! Que no ! Que no nos vamos!”

Les gens ont prê­té atten­tion quand ils ont enten­du qu’ils s’a­gis­sait d’un appel en direct de là-bas. Ici, tout le monde compte sur la mise en place d’un mou­ve­ment en France. Le mes­sage a été enten­du dans tout le cam­pe­ment. Les cris et les applau­dis­se­ments ont fusé et réchauf­fé le cœur de nos cama­rades lyon­nais qui craignent ce soir une nou­velle expul­sion.

23h — On s’or­ga­nise chaque jour un peu mieux. Aujourd’­hui, au milieu de la place Pon­te­jos (la place où se réuni l’as­sem­blée depuis le same­di 21 Mai), on a scot­ché les règles de fonc­tion­ne­ment des assem­blées et les consen­sus obte­nus la veille. Mieux : on com­mence à l’heure 🙂

Une fois de plus, nous sommes près de 400 à être venus tra­vailler ensemble. Les visages sont fati­gués. Je dois avouer que moi même je tombe de som­meil. Mais l’as­sem­blée com­mence. Tout le monde met toute sa rage au ser­vice du tra­vail en com­mun. “On n’est pas fati­gués!”

Ce matin, l’as­sem­blée géné­rale a déci­dé de rédi­ger un “Mani­feste de la Puer­ta del Sol” avec les points qui font consen­sus entre toutes et tous. Un jeune jour­na­liste pré­caire, très favo­rable à cette ini­tia­tive, prend la parole. Il veut nous mettre en garde : “Atten­tion ! Main­te­nant que les élec­tions sont pas­sées, le PP et le PSOE, les médias, ils vont tous se concen­trer sur ce qui peut nous divi­ser pour tuer le mou­ve­ment. Soyons très vigi­lants!”

Aujourd’­hui on dis­cute des espaces publics : les places, les parcs, les gym­nases etc. “Ils sont à nous après tout” s’ex­clame un vieux mon­sieur. “On va les occu­per pour tenir nos assem­blées”. “Les places publiques sont à nous ! S’ils nous expulsent on revien­dra” crie un autre. Une ques­tion se pose alors : “Et quand ont nous les vole, quand on les pri­va­tise?” . “On les occu­pe­ra aus­si ! Ils ne nous expro­prie­ront plus!”

Les pro­po­si­tions n’i­ront pas beau­coup plus loin ce soir mais c’est déjà pas mal. Demain je modère. Au menu, sauf avis contraire : “chan­ger de consti­tu­tion?” 😉

Mer­cre­di matin — Des nou­velles nous arrivent de l’as­sem­blée des assem­blées de quar­tiers. Une page web a été créée pour suivre les débats des assem­blées madri­lènes : madrid.todoslosbarrios.net (note : lien non fonc­tion­nel à l’heure où je reprends ces infos)

A l’ordre du jour des assem­blées de quar­tier de Madrid, il a été déci­dé qu’il y aurait tou­jours 1- les ques­tions propres au quar­tier 2- les ques­tions d’in­té­rêt géné­ral à por­ter à l’as­sem­blée géné­rale de Puer­ta del Sol
La révo­lu­tion citoyenne débarque dans les quar­tiers de Madrid ! 🙂

Mer­cre­di matin. Le cam­pe­ment gros­sit de jour en jour. Ce matin, c’est plus impres­sion­nant que jamais. Il est 9H. Le bruit des mar­teaux résonne. Les nou­veaux arri­vant montent des “tentes” en dur sur la place. La phy­sio­no­mie évo­lue tel­le­ment que je n’ar­rive plus à retrou­ver le che­min de la com­mis­sion exten­sion dans laquelle je tra­vaille ! Il y a pour­tant urgence : on vient de nous pré­ve­nir que des indi­gnés ont pré­ve­nu une action sur la place Syn­tag­ma à Athènes. Il faut véri­fier l’in­for­ma­tion. Je reviens d’A­thènes. Les copains compte sur mon aide.

Une fois à mon poste, les copains m’as­saillent de ques­tions. “Alors ? Com­ment ça c’est pas­sé à Lyon hier soir?”. Je peux leur répondre avec le sou­rire. Mal­gré les menaces, il y avait beau­coup de monde place Bel­le­cour hier. La police n’a rien fait. Visi­ble­ment les vidéos de l’ex­pul­sion de lun­di soir et le com­mu­ni­qué de la Puer­ta del Sol ont refroi­di les ardeurs de la police 🙂

La nou­velle est accueilli avec joie. On décide d’appeler à Lyon et à Paris. C’est Anto­nio, un cama­rade de la com­mis­sion qui appelle. Au télé­phone, l’é­mo­tion est pal­pable. “Mer­ci pour tout ce que vous faites. Vous nous don­nez beau­coup de force et mine de rien on en a besoin. Fuer­za, hein?!!!”

La com­mu­ni­ca­tion rap­pro­chée s’or­ga­nise. Ce soir, une réunion par skype est pré­vue à 21H avec toutes les villes espa­gnoles + Lyon + Paris ! “C’est impor­tant qu’on se voie, qu’on se sentent réunis en même temps” explique Anto­nio, très ému. Il n’a pas dor­mi de la nuit. Il tient à peine debout. Mais il tient à faire le lien avec la France. “C’est super impor­tant que ça bouge en France!” s’ex­clame-t-il.

Un évé­ne­ment com­mence à prendre de l’im­por­tance : l’ap­pel du 29 Mai. On essaie de se coor­don­ner par­tout à l’in­ter­na­tio­nal, à 12H. En France, la date a son impor­tance : c’est l’an­ni­ver­saire du non à la Consti­tu­tion euro­péenne. “Il faut qu’on s’en serve!” disent les copains ici. Alors la France : ade­lante ! Faites du 29 Mai la jour­née du “qu’ils dégagent tous!” 😉

11H — L’as­sem­blée géné­rale com­mence. L’eau, les para­pluie et la crème solaire cir­culent comme tou­jours. Les copains et copines se relaient pour bru­mi­ser l’as­sis­tance. “Buvez les copains s’il vous plaît ! Vous allez cho­per une inso­la­tion si vous ne le faite pas” aver­tit la modé­ra­trice.

C’est la com­mis­sion légale qui prend la parole la pre­mière. Le sys­tème mis en place est impres­sion­nant : des avo­cats se relaient en per­ma­nence au stand de la com­mis­sion. La police peut venir au stand si elle veut des inter­lo­cu­teurs. “Des inter­lo­cu­teurs, pas des repré­sen­tants” pré­cise un des avo­cats. Il répète : “En cas d’ex­pul­sion, res­tez calmes, asseyez-vous et pre­nez vos voi­sin-e‑s par le bras”. “Nous vous don­ne­rons les noms des avo­cats de garde depuis le micro cen­tral. Si on vous arrête, don­nez un de ces noms. Nous appel­le­rons la cen­taine d’a­vo­cats qui sou­tiennent le mou­ve­ment et tous vien­dront avec un pan­neau ‘avo­cat indi­gné’. Nous sommes avec vous, nous sommes avec cet espoir, ne vous inquié­tez pas!”. “Bra­vo!”, “Gra­cias!”. Les avo­cats sont applau­dis à tout rompre. Il y a de quoi ! 🙂

Comme à chaque début d’AG, les com­mis­sions et groupes de tra­vail défilent au micro. Plu­sieurs pro­po­si­tions sont adop­tées suite aux débats de la com­mis­sion qui tra­vaille sur les ques­tions ani­males. L’AG décide d’ac­cep­ter les pro­po­si­tions sui­vante : inter­dire les spec­tacles qui mettent en scène la souf­france des ani­maux (prin­ci­pa­le­ment visée : la tau­ro­ma­chie) , mises en place de menus végé­ta­riens dans les entre­prises publiques, inves­tis­se­ments dans la recherche pour les alter­na­tives aux expé­ri­men­ta­tions ani­males.

Les ten­ta­tives de divi­sion sont sur toutes les lèvres. A l’ex­té­rieur mais aus­si par­fois de l’in­té­rieur (le mou­ve­ment est ouvert à toutes et à tous), les ten­ta­tives de désta­bi­li­sa­tion sont nom­breuses. Mais la tech­nique de consen­sus et de la trans­pa­rence per­met d’y faire face sans pro­blème pour le moment. “Ne lais­sons per­sonne nous divi­ser. On fait ça pour nos enfant, pour notre pla­nète, pour le monde. Uni­dos’­po­de­mos!” crie un inter­ve­nant.

Les tra­vaux d’é­la­bo­ra­tion du Mani­feste de la Puer­ta del Sol avancent peu à peu. L’AG de demain se déci­de­ra sur les points sui­vants qui remontent des quar­tiers et des autres villes d’Es­pagne :

-réforme de la loi élec­to­rale pour plus de par­ti­ci­pa­tion citoyenne
‑lutte contre cor­rup­tion et trans­pa­rence
‑sépa­ra­tion des pou­voirs judi­ciaire et poli­tique
‑que les res­pon­sables de la crise en assument les consé­quence

Moment fort sur la place : l’an­nonce du retour sur la place Bel­le­cour des copains de Lyon, du retour aus­si à Tou­louse des copains après, là aus­si, une ten­ta­tive d’ex­pul­sion par la police, et l’an­nonce du nombre crois­sant d’in­di­gnés à la Bas­tille à Paris ! 🙂

En Grèce, on annonce la créa­tion du mou­ve­ment du 25 Mai, sur l’exemple du mou­ve­ment espa­gnol, à Syn­tag­ma (place du Par­le­ment à Athènes). C’est désor­mais confir­mé. Ici, c’est l’eu­pho­rie ! 🙂
Toute la fatigue de ces der­niers jours s’est effa­cée d’un coup !

Une jeune fille arrive tout juste du cam­pe­ment de Cáceres : “Sur­tout ne cédez pas, res­tez là, vous être notre exemple et notre ins­pi­ra­tion. Si vous cédez, tout tom­be­ra à l’eau. Fuer­za ! On compte sur vous!”

Un mon­sieur débarque tout juste des Astu­ries : “Je viens rechar­ger les bat­te­ries ici. Dans les coins plus petits c’est plus dur. Vous savez, j’ai 73 ans et c’est la pre­mière fois que je vois des assem­blées dans la rue ! On ne doit sur­tout pas arrê­ter ça ! On va tout chan­ger!”
Une action est en débat : dans les 650 villes d’Es­pagne et à l’in­ter­na­tio­nal, à 20H, dimanche 29 Mai, on pour­rait tous faire une minute de silence puis on lan­ce­ra un cri à l’air. Ou une autre action brève en com­mun. Atten­tion en France : n’ou­bliez pas l’heure et fil­mez ! 😉

On se penche sur une ques­tion plus tech­nique. Il faut créer un logo du mou­ve­ment. L’i­dée est de des­si­ner le monde se trans­for­mant en soleil, le monde se trans­for­mant en la place de la Puer­ta del Sol. La com­mis­sion des arts va s’y atte­ler.

Rap­pel : si vous vou­lez suivre la révo­lu­tion espa­gnole en direct, allez sur tomalaplaza.net. On a du mal à tout mettre en ligne comme il faut (la police nous coupe le wifi etc) mais la com­mis­sion com­mu­ni­ca­tion fait tout son pos­sible ! Un grand bra­vo !