Tout travail mérite salaire ! Même pour les stagiaires…

A la veille des élections de mai 2014, nous appelons les responsables politiques Belges à offrir un avenir à la jeunesse de Belgique.Nous appelons les responsables politiques Belges à garantir des droits aux jeunes travailleurs !

stage.jpg

« Tout tra­vail mérite salaire » : c’est au nom de cette expres­sion popu­laire que nous vous appe­lons à signer cette péti­tion !

Nous deman­dons aux res­pon­sables poli­tiques Belges du Fédé­ral Emploi et des Admi­nis­tra­tions régio­nales sur l’En­sei­gne­ment de mettre en place un cadre légis­la­tif juste et pro­tec­teur. La crise touche de plein fouet ce public fra­gile qui est pour­tant l’a­ve­nir de la Bel­gique. Les jeunes d’au­jourd’­hui sont des tra­vailleurs sans droits ni reve­nus ! Cela doit s’ar­rê­ter !

WE WANT RIGHTS FOR BRUSSELS’ INTERN ! RIGHTS FOR YOUNG WORKERS !

Les sta­giaires des ONG, du sec­teur non-mar­chand, des ASBL, des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales, ain­si que les jeunes de l’au­dio­vi­suel, de la com­mu­ni­ca­tion, de l’é­di­tion, etc. sont des tra­vailleurs sans emploi ! Nous deman­dons aux auto­ri­tés publiques d’en­ca­drer les stages et le tra­vail des jeunes.

L’ex­ploi­ta­tion des jeunes tra­vailleurs est sans limite aujourd’­hui à Bruxelles. Cette situa­tion pro­met à la Bel­gique un ave­nir sombre : com­ment les tra­vailleurs de demain peuvent-ils construire leur ave­nir sur cette pré­ca­ri­té ? Ils ont les mains liées ! Quel ave­nir attend ceux qui, à l’aube de leurs 30 ans, n’ont connu que l’ex­clu­sion et la patience ? Quel ave­nir attend ceux pour qui le tra­vail est un pri­vi­lège ? Il faut rendre espoir à la jeu­nesse !

Nous avons besoin des garan­ties sui­vantes :

- Un reve­nu supé­rieur au seuil de pau­vre­té (800 euros) pour des per­sonnes tra­vaillant sou­vent autant que les sala­riés des entre­prises et orga­ni­sa­tions. Il est inad­mis­sible que des tra­vailleurs ne puissent pas satis­faire leurs besoins vitaux ! Les jeunes sont des tra­vailleurs sans droits, qui ont doit à une vie digne !

- Les sta­giaires ne sont pas des employés ! Il faut limi­ter la durée des stages. Un stage de 6 mois n’est pas une « décou­verte du monde du tra­vail », mais un contrat pré­caire et indigne !

- Il faut garan­tir un enca­dre­ment adé­quat pour les sta­giaires. Cer­taines orga­ni­sa­tions comptent plus de sta­giaires que d’employés per­ma­nentes. Il faut stop­per cette mas­ca­rade : pas plus d’un sta­giaire par employé !

- Un employeur ne doit pas pou­voir exi­ger d’ex­pé­rience des can­di­dats : un stage est un temps d’ap­pren­tis­sage et de décou­verte. Il faut offrir des contrats de tra­vail aux per­sonnes qua­li­fiées, ayant ter­mi­nées leurs études, et inter­dire les embauches sous cou­vert de conven­tions de stage ou assi­mi­lées. Pour cela, il faut plus de contrôle des auto­ri­tés, et offrir des voies de recours effec­tifs aux jeunes tra­vailleurs !

Alors que Bruxelles pro­pose du tra­vail (acti­vi­té pro­duc­tive effec­tive) à des mil­liers de jeune, très peu d’entre eux ne dis­posent d’un emploi (contrat de tra­vail com­pre­nant droits et salaire). Pour­quoi ?

Parce que les entre­prises et orga­ni­sa­tions béné­fi­cient égoïs­te­ment de trois élé­ments :

1) le chô­mage des jeunes est tel qu’ils doivent se livrer une concur­rence effré­née sur le mar­ché de l’emploi (30% pour les 18 – 25 ans d’a­près les chiffres offi­ciels, qui ne prennent pas pour­tant en compte les pré­caires en géné­ral) ;

2) les jeunes n’ont pas les moyens de résis­ter aux pres­sions qui leur sont mises : inex­pé­ri­men­tés, divi­sés, ils n’ont d’autres recours que d’ac­cep­ter « la course à l’ex­pé­rience » qui serait soi-disant la clé d’une embauche future. En véri­té, les sta­giaires ne volent leur propre emploi mais n’ont pas d’autres choix de faire sem­blant de croire à ces men­songes !

3) l’ab­sence de règle­ments clairs et justes n’im­posent aucune obli­ga­tion pour les entre­prises et les orga­ni­sa­tions, qui trouvent à leur dis­po­si­tion une main d’œuvre cor­véable à mer­ci. Il faut obli­ger les entre­prises à garan­tir des droits aux jeunes tra­vailleurs !

Nous appe­lons les res­pon­sables poli­tiques Belges à garan­tir des droits aux jeunes tra­vailleurs ! Ces droits per­met­trons : de lut­ter contre la crise éco­no­mique en évi­tant qu’elle ne devienne une crise sociale ; d’é­vi­ter l’ex­clu­sion sociale qui est la consé­quence directe de l’ex­ploi­ta­tion ; de relan­cer la consom­ma­tion car ce sont des dizaines de mil­lier de jeune qui, aujourd’­hui, tra­vaillent sans être payé à Bruxelles !

A la veille des élec­tions de mai 2014, nous appe­lons les res­pon­sables poli­tiques Belges à offrir un ave­nir à la jeu­nesse de Bel­gique. Aidez-nous, aidez-vous : signez !