Une étude qui risque de banaliser l’islamophobie.

Nordine Saïdi (Mouvement Citoyen Palestine)

« La moi­tié des élèves musul­mans à Bruxelles sont anti­sé­mites »[1]… est ce qui res­sort d’une étude inti­tu­lée “Jong in Brus­sel” de la plate-forme Onder­zoek Jeugd et dont les résul­tats ont été publiés jeu­di 12 mai 2011 dans le jour­nal De Mor­gen.

Ce qui me cause sou­ci, n’est pas tant l’« étude » de la plate-forme Onder­zoek Jeugd, mais le relais qu’en fait la presse, sans autres élé­ments que ceux qui lui sont four­nis par cette « étude », ce qui par­ti­cipe ain­si de manière pas­sive au risque de bana­li­sa­tion de l’islamophobie.

Ce dou­teux son­dage avance le prin­cipe que les musul­mans, en bloc, seraient anti­sé­mites par nature. Ne s’agit-il pas là d’un pos­tu­lat raciste ? Même si aucun des son­dés n’est ni auteur, ni inci­ta­teur, ni deman­deur d’une poli­tique anti­juive, il est anti­sé­mite de nature car musul­man ! Ce son­dage essen­tia­lise les élèves « musul­mans », il en fait une enti­té homo­gène, pour ensuite leur attri­buer un carac­tère mépri­sable (« anti­sé­mite »). Cette manière de pen­ser, conju­guant l’essentialisation l’homogénéisation et le déni­gre­ment, porte un nom : le racisme.

Aucune pré­ci­sion n’est don­née quant aux ques­tions que cette « étude scien­ti­fique » a posé, ni aucun élé­ment de la manière dont est défi­ni le terme « anti­sé­mite »…

Pour­tant, il existe une mul­ti­tude de défi­ni­tions du terme « « anti­sé­mite » et très sou­vent, l’on y asso­cie la cri­tique de la poli­tique de l’E­tat d’Is­raël (en par­ti­cu­lier quand cette cri­tique est énon­cée par des per­sonnes issues de l’immigration), ou encore l’« anti­sé­mi­tisme » des jeunes des quar­tiers popu­laires (sou­vent se défi­nis­sant comme musul­mans) issus de l’immigration.

Avant tout l’antisémitisme est inac­cep­table et indé­fen­dable et il ne s’agit pas d’en débattre.

Mais, il est clair que cette enquête pose ques­tion sur le conflit israé­lo-pales­ti­nien et bien enten­du son impor­ta­tion.

Rap­pe­lons qu’un son­dage de la BBC publié le 19 avril témoigne de la mau­vaise image d’Israël[2] en Europe. Dans un échan­tillon de 28 pays, Israël se range juste devant la Corée du Nord, le Pakis­tan et l’Iran, le plus mal clas­sé.

Dans l’échantillon de la BBC, le plus mau­vais résul­tat pour Israël est enre­gis­tré en Egypte, et en Tur­quie. Mais il serait men­son­ger de lier mau­vaise image et poids de l’islam. Le Bré­sil, l’Allemagne et la Thaï­lande consi­dèrent éga­le­ment très néga­ti­ve­ment l’influence israé­lienne.

Ce son­dage de la BBC ne fait pas de dis­tinc­tion entre les citoyens d’un pays, qu’ils soient musul­mans ou pas.

Ce son­dage arrive juste au moment où les Pales­ti­niens célèbrent les 63 ans de la Nak­ba (catas­trophe) syno­nyme de la des­truc­tion par Israël de plus de 500 vil­lages ain­si que de l’expulsion de près de 800.000 Pales­ti­niens de leurs foyers.

Si Israël est si mal per­çu dans le monde, ce n’est pas tant à cause de l’antisémitisme, mais bien de sa poli­tique raciste et colo­nia­liste per­sis­tante. Cette idéo­lo­gie raciste et colo­nia­liste était d’ailleurs reven­di­quée par Théo­dore Herzl dans son livre sur l’Etat juif lorsqu’il expli­quait : « Pour l’Europe nous consti­tue­rons là-bas un mor­ceau du rem­part contre l’Asie, nous serions la sen­ti­nelle avan­cée de la civi­li­sa­tion contre la bar­ba­rie ».

Expli­quant le carac­tère colo­nial de l’Etat sio­niste, Moshé Dayan décla­rait dans le jour­nal Haa­retz du 4 avril 1969 : « Des vil­lages juifs ont été construits à la place de vil­lages arabes. Vous ne connais­sez même pas le nom de ces vil­lages arabes, et vous n’êtes pas à blâ­mer parce que les livres de géo­gra­phie n’existent plus. Non seule­ment ils n’existent plus, mais les vil­lages arabes non plus […]. Il n’y a pas un seul endroit dans ce pays qui n’ait pas eu aupa­ra­vant une popu­la­tion arabe ».[3]

Dans son livre Le Sep­tième Mil­lion, l’historien israé­lien Tom Segev montre com­ment les diri­geants israé­liens ont uti­li­sé la mémoire du géno­cide des juifs par les nazis pour façon­ner une iden­ti­té col­lec­tive israé­lienne. Dès leur plus jeune âge, les enfants israé­liens, quelle que soit l’histoire de leurs ancêtres, sont éle­vés dans le sou­ve­nir et le culte du pas­sé tra­gique des com­mu­nau­tés juives euro­péennes. [4]

Cette confu­sion entre anti­sio­nisme et anti­sé­mi­tisme, volon­tai­re­ment entre­te­nue par les sio­nistes juifs et non-juifs, est d’autant plus dan­ge­reuse qu’elle risque de finir par délé­gi­ti­mer la néces­saire lutte contre l’antisémitisme.

Ce qui est mis en évi­dence dans l’enquête “Jong in Brus­sel”, c’est l’antisémitisme sup­po­sé des popu­la­tions musul­manes (qui ne sont donc pas inclus dans la caté­go­rie « Belge »), et conçu comme un phé­no­mène natu­rel et cultu­rel, ce qui m’amène à dire que cette enquête n’est rien d’autre qu’un com­mu­ni­qué de presse isla­mo­phobe, anti-arabe, relayé comme une infor­ma­tion capi­tale par les médias.

Un peu par­tout dans le monde, des juifs ou asso­cia­tions juives fondent leur oppo­si­tion à l’idéologie sio­niste non sur des convic­tions reli­gieuses mais bien éthiques et poli­tiques. [5]

Com­bien de Belges ont des sen­ti­ments anti-arabes ou anti-musul­mans ?

Il aurait été inté­res­sant de s’adresser d’une même voix à toutes les vic­times du racisme dans un sou­ci d’égalité, et de mettre en œuvre une poli­tique qui garan­tisse à tous, sécu­ri­té et res­pect.

La ques­tion du retour de la « bête immonde » se pose effec­ti­ve­ment, mais alors dans d’autres termes.

Reste main­te­nant à se deman­der pour­quoi aucune asso­cia­tion n’a jusqu’à pré­sent publié le moindre com­mu­ni­qué face à ce son­dage paru dans presque tous les jour­naux, et pour­quoi aucun jour­na­liste n’a pris la peine de nous don­ner un aper­çu des ques­tions ni de la méthode uti­li­sée.

Nor­dine Saï­di (Mou­ve­ment Citoyen Pales­tine)
http://mcpalestine.canalblog.com

[1] http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-moitie-des-eleves-musulmans-a-bruxelles-est-antisemite-press?id=6090753

[2] http://www.bbc.co.uk/pressoffice/pressreleases/stories/2010/04_april/19/country.pdf

[3] http://www.urgencepalestine-vd.ch/pdf/7_paroles.pdf

[4] http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=129

[5] http://www.ijsn.net/C25/