Documents

Tzvetan Todorov – Face au mal, imiter ou refuser

Si on hait l’ennemi comme il vous hait, on ne fait que renforcer le mal dans le monde. L’un des pires effets de cette occupation, de cette guerre, c’est que les victimes des nazis commencent à (...)

« L’autre », des deux côtés. Entretien avec Jean-Louis Comolli

Aujourd’hui, la télévision remplace le zoo. On n’a plus besoin d’aller voir les vrais animaux.

Entretien avec Roman Polanski - 1963

Montrez les conflits résolus en toute justice, et tout le monde sortira satisfait et dira : « Tout va bien ». Montrez l’injustice et vous rendrez les gens (...)

Rien ne nous est donné, un film sur l’action collective

La grève, qu’elle soit victorieuse ou non, constituait un moment vécu en commun. C’est aussi le fil conducteur du film : l’idée de l’action collective.

Collectif Ogawa : Notre caméra sera en première ligne pour recevoir les coups

Les documentaires épiques du collectif japonais Ogawa Productions, réuni autour du cinéaste Shinsuke Ogawa (1936-1992), sont peut-être les films les plus extraordinaires jamais tournés sur le combat (...)

Le Nutella et l’image des foules

Événement anticipable, l’ouverture des soldes fournit à la fois un sujet pittoresque par son action spectaculaire, une peinture sociale de la modernité et l’occasion d’une condamnation morale à peu de (...)

Henri Alekan, Chef opérateur de cinéma. Syndicaliste CGT. Socialiste et pacifiste. Résistant.

Henri Alekan fut sensible aux problèmes sociaux de sa profession et, en créant en 1932 le Groupement des assistants opérateurs, il jeta l’une des bases du Syndicat des techniciens de la production (...)

A propos du film "Septembre Chilien" : Tournage au Chili

Comment rendre compte par un film, tourné en quelques jours juste après le coup d’Etat du 11 septembre, des blessures, des deuils, des disparitions, des rumeurs, vécus par des centaines de milliers (...)

Vladímir Vissotsky et le zastoi

Sans doute, Vissotsky a représenté son peuple d’une manière véridique, et c’est pourquoi après sa mort il continue d’être le poète le plus apprécié et sa voix aguerrie continue encore de (...)

Le film The Square : entre idiots déclarés et vie réelle

L’excentricité se lasse d’elle même, elle a besoin d’un art au niveau de sa négligence intellectuelle, quelque chose qui ne provoque pas de conflit, des bouffons qui nettoient l’incommodité du (...)

L’Ambassade (film retrouvé) de Chris Marker, la déconstruction d’un récit

Comment raconter l’Histoire ? Comment reconstituer sans manipuler ? Peut-on échapper à des discours biaisés, faussés sur le passé ?

Les 5 meilleures apps de messagerie chiffrée

Afin de garde secret les conversations, il est possible de se tourner vers des applications de messagerie chiffrée. Le point avec une sélection des meilleures d’entre (...)

Dérive morale du FIPA - Festival international de programmation audiovisuelle

Ce serait, à mon avis, un acte de dignité de refuser de participer à cette opération de propagande politique. Je les invite donc à retirer leurs films sélectionnés à ce FIPA 2018 et de se retirer du (...)

Gilles Deleuze : Les pouvoirs établis ont besoin de nos tristesses

Les pouvoirs ont moins besoin de nous réprimer que de nous angoisser, ou, comme dit Virilio, d’administrer et d’organiser nos petites terreurs intimes.

Andreï Tarkovski : Pour être libre

Je suis convaincu que si un artiste parvient à réaliser quelque chose, c’est qu’en réalité il vient combler un besoin qui existe chez les autres, même si ceux-ci n’en sont pas conscients sur le (...)


Accueil > FR > Documents Formation

Vladímir Vissotsky et le zastoi

Ce génial poète, chanteur, compositeur, acteur de cinéma et de théâtre, peut-être l’intellectuel ayant une influence majeur sur la culture de la Russie moderne, aurait eu 80 ans le 25 janvier passé. L’entendre chanter ou chanter ses chansons ont été, et peut-être le sont encore aujourd’hui, l’une des principales activités culturelles pour les habitants de cet énorme pays. Malgré le fait que, de temps en temps, seul un petit disque se vendait avec certaines de ses chansons. Vissotsky a été l’évangile sonore d’un peuple enflammé qui défendait son droit à l’expression. Aucun poète n’a jamais eu le privilège d’émettre un message accepté et compris dans une telle amplitude ; il incarnait l’incompréhensible de l’âme russe pour l’occidental.

Dans les années soixante, l’État ne boycottait pas sa production artistique, mais ne la pas non plus promu ; cependant, les gens possédaient ses cassettes d’où ils entendaient sa voix rauque, sonore et agréable, bien que non mélodieuse. Le pays prenait un vif plaisir à écouter ses chansons, dans lesquelles il racontait la vie tel quel elle bouillonnait dans les sous-sols du socialisme réel, ce que la société connaissait de fait et que l’art officiel s’obstinait à nier. Sa critique, directe et indirecte, était claire pour toute personne d’intelligence moyenne, et malgré le fait qu’il ne jouissait pas de l’approbation officielle, avec le temps il est devenu un être intouchable.

Vissotsky jouait dans le Théâtre Taganka, si apprécié qu’il était plus facile d’obtenir des entrées au Théâtre Bolshoy que pour ses spectacles. Là, il a joué Hamlet, considérée jusqu’à ce jour comme une des meilleures interprétation du personnage de Shakespeare, et de Galilée de Bertolt Brecht. Avant ses présentations, il venait à la rencontre de ses admirateurs et, au son de sa guitare, il interprétait ses dernières créations ; le public l’enregistrait, et le lendemain tout le pays les reproduisait, sa popularité grandissait...

En 1967 il est tombé amoureux de Marina Vlady, une actrice française d’ascendance russe, avec qui il s’est marié en 1969 ; cet amour passionné a inspiré ses meilleures créations. Après sa mort prématurée, à l’âge de 42 ans, par un infarctus, Marina s’est dédiée à faire connaître ses oeuvres, reprises dans une vingtaine de 33-tours.

Le corps de Vissotsky a été veillé dans le Théâtre Taganka et enterré à Moscou dans le cimetière Vagánkovskoye. Plus d’un million de Moscovites ont assisté à ses obsèques et même que des années après, il était pas évident de s’approcher de sa sépulture car des milliers de ses admirateurs formaient une barrière bigarrée qui en compliquaient l’accès. Un bouquet de fleurs que l’un ou l’autre essayait de déposer sur sa tombe devait être passé d’une personne à l’autre. Vissotsky reçut une reconnaissance posthume d’Artiste Méritoire de l’Union soviétique et est resté jusqu’à présent très populaire.

En tant qu’auteur-interprète il s’exprimait avec un humour fin, profond et une certaine beauté qui touche les fibres les plus sensibles des soviétiques, célébré dans les réunions sociales, riant de son message ironique et même le pleuraient parfois. Les intellectuels le captaient avec sagacité, croyaient le connaître au-delà de ses mots, et même les bureaucrates de l’État l’écoutaient dans leurs heures de loisir. Ses chansons étaient l’âme vivante d’un peuple rêveur, qui compte en son sein des centaines d’auteurs-compositeurs inconnus et magnifiques, et jusqu’à présent, aime toujours la poésie car en la récitant il se sent transporté. Sans doute, Vissotsky a représenté son peuple d’une manière véridique, et c’est pourquoi après sa mort il continue d’être le poète le plus apprécié et sa voix aguerrie continue encore de sonner.

C’étaient les ballades de cet auteur-compositeur qui, à la fin, ont aidé à faire tomber les tares de cette société et ont contribué à éliminer les structures archaïques du socialisme soviétique. Le phénomène artistique qui l’a caractérisé n’a pas été l’unique, mais le plus remarquable c’est qu’il contextualise une époque connue sous le nom de zastoi, celle que les Russes ont résumé dans les mots suivants : est interdit ce qui est permis.

Durant le zastoi, quelques ouvrages, chansons, spectacles, films et oeuvres plastiques ont disparus de la voie publique. Pour la première fois dans l’histoire, le développement culturel de toute une nation a eu lieu d’une manière, pour le moins bizarre. Cela a signifié, entre autres, que le grand public ne lisait pas Zhivago de Pasternak, publié seulement à l’étranger, et Tarkovsky, le cinéaste préféré de Bergman, ses films n’étaient pas projetés. Les photocopieurs étaient surveillés et les oeuvres non autorisées arrivaient au public grâce aux Samizdat : des reproductions "héroïques" faites par des dactylographes anonymes sur des machines à écrire.

Les soviétiques étaient un spécimen rare, le produit semi-élaboré d’une fabrique qui, tel une chaîne sans fin, poussait sans arrêt les intellectuels à la marge de tout ce qui est officiel ; de plus, la culture Blatnaya s’est étendue, une expression artistique des bas fonds, quelque chose sans précédent dans l’histoire de l’art.

A cette époque on a octroyé le prix Lénine à Léonid Brejnev, la récompense littéraire la plus importante de l’Union soviétique. Ses créations remplissaient les bibliothèques et les librairies chassant en même temps les auteurs classiques. Les membres de l’Académie de Sciences se réunissaient pour discuter à propos du "précieux apport" qu’avait effectué ce barde inconnu de la littérature universelle. Après sa mort, j’ai pensé que ses oeuvres seraient une reliquerare, et j’ai visité ’Dom Knigi ’, la principale librairie de Moscou, et j’ai demandé après elles. "Nous ne les avons pas", était la seule réponse. "Où pourrais-je les trouver ?", "je ne le sais pas, peut-être dans la poubelle !", m’a répondu la sympathique vendeuse.

Durant le zastoi, la vie en Union soviétique a pris l’aspect d’un gros engin congelé, il semblaient mettre en pratique les dires de Salomon : Rien de nouveau sous le soleil. Les chansons émises à la radio, les spectacles théâtraux et, bien que ce soient des mensonges, les nouvelles dans tous les médias étaient les mêmes que celles des années soixante.

Dans cette période, fini les illusions, personne ne croyait en rien et ne voyait aucune possibilité de réformes, même minimale. La presse était remplie de discours que personne ne lisait, la télévision transmettait des programmes qui n’étaient pas vus, les librairies débordaient de livres qui n’étaient pas achetés. Pour mitiger son malheur, les gens se réfugiaient dans l’humour, comme par exemple : un Nord-Américain intervient lors d’un congrès de philologie à Moscou et se déclare spécialiste du Russe et, malgré ses efforts, il n’a pas réussi à comprendre la différence entre les mots "tragédie" et "disgrâce". Un académicien se lève et tente une explication : c’est très simple. Imaginez que dans les jardins du Kremlin se promène notre bien aimé Leonid Ilich, je me réfère à Brejnev. Supposons qu’il glisse, il tombe et meurt. Ce serait une vraie tragédie nationale, mais, par disgrâce, cela ne n’arrive jamais.

Rodolfo Bueno Ortiz
Professeur de mathématiques de l’École Polytechnique Nationale et de l’Université Centrale de l’Équateur. Il a étudié en URSS, le pays dont il est revenu comme le premier mathématicien équatorien.

Source : Rebelión
Traduction : ZIN TV



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP