Bidar, ces musulmans que nous aimons tant

Alain Gresh : depuis le 11 septembre 2001, les interventions occidentales des Etats-Unis, d’Israël et de l’OTAN ont tué bien plus de civils innocents que toutes les actions terroristes.

En l’hon­neur de Salah Hamou­ri

« Nous » ne sommes ni hos­tiles à l’islam ni isla­mo­phobes. La meilleure preuve, « nous » don­nons la parole à des musul­mans qui disent exac­te­ment la même chose que « nous » sur l’islam. Bien sûr, ces der­niers temps, cer­tains se sont éclip­sés. Le dénom­mé Moham­med Sifaoui a dis­pa­ru dans la clan­des­ti­ni­té, sans doute infil­tré dans une de ces nom­breuses cel­lules d’Al-Qaida. Tahar Ben Jel­loun et Abdel­wah­hab Med­deb, ont per­du leur voix : l’un avait oublié de cri­ti­quer la dic­ta­ture de Ben Ali, l’autre reste muet face à la monar­chie maro­caine.

Heu­reu­se­ment, il ne manque pas de can­di­dats pour occu­per cette place du « bon musul­man », de celui qui dit ce que nous avons envie d’entendre, et qui peut même aller plus loin encore dans la cri­tique, car il ne sau­rait être soup­çon­né, lui qui est musul­man, d’islamophobie.

Les Anglo-Saxons ont un joli nom pour dési­gner ces per­son­nages, « native infor­mant » (infor­ma­teur indi­gène), quelqu’un qui sim­ple­ment parce qu’il est noir ou musul­man est per­çu comme un expert sur les Noirs ou sur les musul­mans. Et sur­tout, il a l’avantage de dire ce que « nous » vou­lons entendre : ain­si, en 2003, Fouad Aja­mi, un Liba­nais, est deve­nu célèbre aux Etats-Unis en défen­dant la guerre contre l’Irak : si même un Arabe le dit, alors… (lire Adam Shatz, « The Native Infor­mant », The Nation, 28 avril 2003).

Ain­si en est-il de Abden­nour Bidar, pro­fes­seur de phi­lo­so­phie à Sophia Anti­po­lis (Alpes-Mari­times). Dans une tri­bune publiée sur le site du Monde (23 mars) et inti­tu­lée « Merah, “un monstre issu de la mala­die de l’islam” », il revient sur le drame de Tou­louse.

« Depuis que le tueur de Tou­louse et Mon­tau­ban a été iden­ti­fié comme “sala­fiste dji­ha­diste”, c’est-à-dire comme fon­da­men­ta­liste isla­miste, le dis­cours des digni­taires de l’islam de France a été de pré­ve­nir tout “amal­game” entre cette radi­ca­li­té d’un indi­vi­du et la “com­mu­nau­té” paci­fique des musul­mans de France. (…) Mais tout le mérite de cette réac­tion immé­diate, res­pon­sable et néces­saire, ne suf­fit pas à élu­der une ques­tion plus grave. La reli­gion islam dans son ensemble peut-elle être dédoua­née de ce type d’action radi­cale ? Autre­ment dit, quelle que soit la dis­tance consi­dé­rable et infran­chis­sable qui sépare ce tueur fou de la masse des musul­mans, paci­fiques et tolé­rants, n’y a‑t-il pas tout de même dans ce geste l’expression extrême d’une mala­die de l’islam lui-même ? »

Un sala­fiste dji­ha­diste ? Bidar ne s’interroge pas sur la signi­fi­ca­tion de ce terme. Est-ce vrai­ment ce que repré­sente Merah ? Oli­vier Roy fait remar­quer que loin d’être un com­bat­tant, il est avant tout un soli­taire, un per­dant, dont le rap­port à la reli­gion semble pour le moins incer­tain (« Loner, Loser, Killer », Inter­na­tio­nal Herald Tri­bune, 23 mars 2012).

L’islam ? Mais de quoi parle Bidar ? De la reli­gion, d’une his­toire de plus de qua­torze siècles qui a vu se suc­cé­der empires, royaumes et répu­bliques ? Du mil­liard et quelque de musul­mans qui vivent dans des dizaines de pays ? Bidar n’a sans doute jamais lu Edward Said qui fai­sait remar­quer, il y a déjà bien long­temps :

« Quand on parle de l’islam, on éli­mine plus ou moins auto­ma­ti­que­ment l’espace et le temps. » Et il ajou­tait : « Le terme islam défi­nit une rela­ti­ve­ment petite pro­por­tion de ce qui se passe dans le monde musul­man, qui compte un mil­liard d’individus, et com­prend des dizaines de pays, de socié­tés, de tra­di­tions, de langues et, bien sûr, un nombre infi­ni d’expériences dif­fé­rentes. C’est tout sim­ple­ment faux de ten­ter de réduire tout cela à quelque chose appe­lé islam […]. » (cité dans La Répu­blique, l’islam et le monde, Fayard).

L’avantage de cette géné­ra­li­sa­tion est qu’elle fait croire qu’il existe UN islam éter­nel et immo­bile (ce que disent les isla­mistes les plus radi­caux), UN islam qui serait vic­time, selon Bidar, d’une « dégé­né­res­cence mul­ti­forme (…) : incul­ture ou “sous-culture” reli­gieuse sont des maux qui la gan­grènent. Cette médio­cri­té pro­fonde dans laquelle sombre l’islam s’observe certes à des degrés très divers selon les indi­vi­dus, de telle sorte qu’il se trouve tou­jours des musul­mans mora­le­ment, socia­le­ment, spi­ri­tuel­le­ment éclai­rés par leur foi, et de sorte aus­si qu’on ne peut pas dire que “l’islam est par essence into­lé­rant” ni que “les musul­mans sont anti­sé­mites”. Ce sont là des essen­tia­li­sa­tions et des géné­ra­li­tés fausses, dont cer­tains usent pour pro­pa­ger l’islamophobie. Néan­moins, tous ces maux que je viens d’énumérer altèrent la san­té de la culture isla­mique, en France et ailleurs. »

Essen­tia­li­sa­tion ? Mais c’est exac­te­ment ce que Bidar fait. Car quelques indi­vi­dus, comme il le dit lui-même, ne sau­raient exemp­ter une reli­gion qui dans son ensemble serait deve­nue anti­sé­mite, miso­gyne, etc.

« Il s’agirait par consé­quent, pour l’islam, d’avoir dans des cir­cons­tances pareilles un cou­rage tout à fait par­ti­cu­lier : celui de recon­naître que ce type de geste, tout en étant étran­ger à sa spi­ri­tua­li­té et à sa culture, est pour­tant le symp­tôme le plus grave, le plus excep­tion­nel, de la pro­fonde crise que celles-ci tra­versent. » (…)

« Comme je l’ai sou­li­gné aus­si à de très nom­breuses reprises, la culture isla­mique est depuis plu­sieurs siècles enfer­mée dans ses cer­ti­tudes, enfer­mée dans la convic­tion mor­ti­fère de sa “véri­té”. Elle est inca­pable d’autocritique. Elle consi­dère de façon para­noïaque que toute remise en cause de ses dogmes est un sacri­lège. Coran, Pro­phète, rama­dan, halal, etc. : même chez des indi­vi­dus édu­qués, culti­vés, par ailleurs prêts au dia­logue sur tout le reste, la moindre ten­ta­tive de remise en cause sur ces totems de l’islam se heurte à une fin de non-rece­voir. »

L’islam, dont l’auteur semble igno­rer la diver­si­té des pra­tiques et des atti­tudes, serait inca­pable de remettre en cause ses dogmes. Bidar met dans le même sac, si l’on peut dire, les croyances reli­gieuses et les pra­tiques : ain­si, l’islam pense que le Coran et le pro­phète sont sacrés ! Quel crime pour une reli­gion de croire que ses dogmes reli­gieux sont vrais ! L’Eglise catho­lique pense que le pape est infaillible, main­tient le dogme de l’immaculée concep­tion, réduit le nou­veau tes­ta­ment à quatre Evan­giles (et oublie les Evan­giles dits apo­cryphes), etc. Parle-t-il alors d’une mala­die du catho­li­cisme ?

Quant aux pra­tiques des musul­mans, elles n’auraient pas évo­lué ? Rap­pe­lons que dans les années 1950, Al-Azhar édic­tait une fat­wa qui disait que le droit de votes des femmes était contraire à la reli­gion : aujourd’hui, elles votent par­tout à l’exception de l’Arabie saou­dite (où même le droit de votes des hommes est extrê­me­ment limi­té). Quant au halal, il suf­fit de connaître un mini­mum l’histoire de ce der­nier siècle pour mesu­rer à quel point son inter­pré­ta­tion varie au cours des décen­nies et d’un pays à l’autre.

Il faut le dire, la plu­part des pra­tiques des musul­mans dans leur vie quo­ti­dienne a peu à voir avec la reli­gion et les ins­ti­tu­tions (entre­prises, admi­nis­tra­tions, armées, etc.) fonc­tionnent dans le monde musul­man de la même manière que dans n’importe quelle autre région du monde.

Certes, il existe une lec­ture très conser­va­trice et réac­tion­naire de l’islam qui s’est déve­lop­pée depuis les années 1970. Mais Bidar devrait rap­pe­ler que cet islam est venu d’Arabie saou­dite, un allié stra­té­gique de l’Occident libé­ral. Et il aurait pu sou­li­gner que les révo­lu­tions dans le monde arabe ont ouvert un débat : Al-Azhar a ain­si adop­té un docu­ment en faveur d’un Etat civil (daw­la mada­niya) qui illustre les trans­for­ma­tions des esprits.

« Com­ment s’étonner, pour­suit Bidar, que dans ce cli­mat géné­ral de civi­li­sa­tion, figé et schi­zo­phrène, quelques esprits malades trans­forment et radi­ca­lisent cette fer­me­ture col­lec­tive en fana­tisme meur­trier ? On dit d’un tel fana­tisme de quelques-uns que “c’est l’arbre qui cache la forêt d’un islam paci­fique”. Mais quel est l’état réel de la forêt dans laquelle un tel arbre peut prendre racine ? Une culture saine et une véri­table édu­ca­tion spi­ri­tuelle auraient-elles pu accou­cher d’un tel monstre ? Cer­tains musul­mans ont l’intuition que ce type de ques­tion a été trop long­temps ajour­né. La conscience com­mence à se faire jour chez eux qu’il devien­dra tou­jours plus dif­fi­cile de vou­loir déres­pon­sa­bi­li­ser l’islam de ses fana­tiques, et de faire comme s’il suf­fi­sait d’en appe­ler à dis­tin­guer islam et isla­misme radi­cal. Mais il doit deve­nir évident pour beau­coup plus de musul­mans encore que désor­mais les racines de l’arbre du mal sont trop enfon­cées et trop nom­breuses dans cette culture reli­gieuse pour que celle-ci per­siste à croire qu’elle peut se conten­ter de dénon­cer ses bre­bis galeuses. »

Le Figa­ro a consa­cré sa Une du 22 juillet 2011 à la tue­rie de Anders Beh­ring Brei­vik en Nor­vège, et celle du 22 mars der­nier à celle de Tou­louse.

Dans la pre­mière, on voit en gros titre « Ter­ro­risme : la froide déter­mi­na­tion du tueur d’Oslo » ; aucune pho­to des vic­times — 77 —, mais celle du tueur ; dans la seconde, « Moham­med Merah 23 ans ter­ro­riste isla­miste 7 morts », avec la pho­to de six des vic­times (une com­pa­rai­son des deux Unes est rele­vée par Arrêt sur images).

Brei­vik n’est-il pas le pro­duit de la mala­die de l’Occident ? De cette vision qui voit dans tout musul­man un dan­ger, une menace ? Ne dit-il rien sur nos socié­tés ? Non, c’est plu­tôt un fou ou un dés­équi­li­bré et Bidar ne vou­dra sûre­ment pas géné­ra­li­ser une telle action.

Quand un sol­dat amé­ri­cain sort de son cam­pe­ment en Afgha­nis­tan et tue le 11 mars 2012, 17 civils dont des femmes et des enfants, on parle de folie, de fortes pres­sions psy­cho­lo­giques sur le sol­dat, jamais du fait que la guerre occi­den­tale en Afgha­nis­tan res­semble à ces guerres colo­niales où les popu­la­tions locales ne comptent pas pour grand-chose. Cette tue­rie ne dit rien à Bidar sur la mala­die de l’Occident, car il est convain­cu que seul l’islam est malade.

Mais, rap­pe­lons-le, depuis le 11 sep­tembre 2001, les inter­ven­tions occi­den­tales des Etats-Unis, d’Israël et de l’OTAN ont tué bien plus de civils inno­cents que toutes les actions ter­ro­ristes.

christophe-barbier-caroline-fourest-et-l-ump-distingues-aux-y-a-bon-awards_M71424.jpg

Deux bonnes nou­velles Retour à la table des matières

Dans la lutte contre l’islamophobie, deux bonnes nou­velles : la condam­na­tion de Riposte laïque pour pro­vo­ca­tion à la haine et le « Y’a bon award » attri­bué à Caro­line Fou­rest, Chris­tophe Bar­bier et l’UMP pour leur racisme ordi­naire, celui de la gauche comme celui de la droite (« Y’a bon awards : palmes du racisme pour Chris­tophe Bar­bier, Caro­line Fou­rest et l’UMP », Télé­ra­ma, 20 mars 2012).

Alain Gresh (blog du Diplo)