Cecil ou l’indignation des privilégiés. (Les autres peuvent crever.)

L’hiver dernier, en Belgique, les chasseurs ont tué 4.368 cerfs, biches et faons, dont la maman et le papa de Bambi, ses deux sœurs, cinq cousins et plusieurs copains superchouettes. Aucun des chasseurs n’a fait l’objet de protestations.

ZIMBABWE-WILDLIFE-LION-USA_0.jpg

Un bébé pales­ti­nien a été brû­lé vif par des colons. Deux ado­les­cents sont morts dans les pro­tes­ta­tions qui ont sui­vi.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Après avoir assas­si­né près de 200 inno­cents lors d’un raid sur Kobane dans l’indifférence mon­diale (ils n’étaient pas tou­ristes en Tuni­sie), l’Organisation État isla­mique a assas­si­né une tren­taine de jeunes mili­tants socia­listes turcs et kurdes à Suruç dans une indif­fé­rence remar­quable (ils n’étaient pas jeunes mili­tants socia­listes en Nor­vège).

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Depuis, la Tur­quie a lan­cé des dizaines d’attaques aériennes sur le PKK, fai­sant, selon les Kurdes, plus de 200 vic­times notam­ment civiles, avec l’assentiment poli­tique des pays de l’OTAN, dont le vôtre.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Des acti­vistes « pro­pa­les­ti­niens » qui passent l’année à condam­ner Israël pour son occu­pa­tion n’ont pas levé le petit doigt pour les Kurdes, oppri­més par notre allié, la Tur­quie, depuis bien plus long­temps que les Pales­ti­niens.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Les Rohin­gyas, musul­mans, sont tou­jours vic­times de net­toyage eth­nique voire de géno­cide sans que l’Union euro­péenne ne demande sérieu­se­ment de comptes à Aung San Suu Kyi qu’elle a pour­tant éri­gée en héroïne huma­niste.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

La com­mu­nau­té inter­na­tio­nale reste de marbre alors que Boko Haram mas­sacre des hommes, femmes et enfants pra­ti­que­ment quo­ti­dien­ne­ment.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Les com­mu­nau­tés chré­tiennes n’ont jamais été aus­si mena­cées qu’aujourd’hui dans le ber­ceau de leur reli­gion, les Proche et Moyen-Orient.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Près de 2.000 hommes, femmes et enfants sont morts cette année en Médi­ter­ra­née en ten­tant de rejoindre l’Europe.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Le 28 juillet, Sadik, pakis­ta­nais de 30 ans, est mort en ten­tant de rejoindre le Royaume-Uni depuis la France. Sadik signi­fie ami en arabe. Sadique décrit plu­tôt le jeu qu’on joue avec ces homi­ni­dés. C’est le onzième mort en deux mois, dont deux femmes, Ganet et Zebi­ba, toutes deux Éry­thréennes, toutes deux âgées de 23 ans, toutes deux mortes sur l’autoroute aujourd’hui réser­vée aux vacan­ciers.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Cette année, en France, 239 ani­maux de race homo sapiens sapiens sont morts dans la rue. Le der­nier en date est Bous­sad, 68 ans, mort à Lyon la nuit pas­sée. La pre­mière de l’année s’appelait Fran­ces­ca, morte à Lille le pre­mier jan­vier. Elle avait deux mois et demi. Un mois plus tard, à Bagno­let, une enfant de cinq ans, non iden­ti­fiée, la rejoi­gnait « au ciel », comme on dit à nos enfants.

killer.jpg

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

La faim tenaille les Zim­babwéens. La pro­duc­tion de lait a bais­sé de 80 % par rap­port aux années grasses, le bœuf aus­si. Le café, de 90 %. Le blé de 95 %. L’industrie de 70 %. Le pays a vécu chaque année de l’aide ali­men­taire, depuis 2001. Le chô­mage dépasse les 60 %. Les deux tiers de la popu­la­tion vit sous le seuil natio­nal de pau­vre­té. Près de 15 % des adultes vivent avec le virus du SIDA, la plu­part souf­frant de mal­nu­tri­tion. Des femmes sont for­cées de se pros­ti­tuer pour nour­rir leurs enfants et vendent leur corps pour deux ou trois dol­lars. Le pré­sident Mugabe en a dépen­sé plus de 500.000 rien que pour fêter ses 91 ans.

Mais Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil, au même Zim­babwe.

Dans la presse locale, un Zim­babwéen affirme qu’il y aurait eu moins d’engouement s’il s’était agi d’un Zim­babwéen, tué par le même den­tiste. Vous vous sou­ve­nez de cette blague affreuse sur les Panous ?

Et peu importe que les lions tuent là-bas, car Wal­ter a tué Cecil.

Alors, très vite, sur les réseaux, Ricky Ger­vais, Alys­sa Mila­no ou Shan­nen Doher­ty ont cla­mé leur colère contre Wal­ter Pal­mer. Depuis, on compte par dizaine de mil­liers les appels à assas­si­ner l’odieux den­tiste, dis­til­lés depuis un cla­vier d’ordinateur.

Devant le domi­cile du chas­seur, un pan­neau lui pro­pose de pour­rir en enfer. Un autre indique qu’il y a déjà une « cavi­té pro­fonde » qui l’attend. Sous ces mots qui évoquent le meurtre, des enfants déposent des peluches en hom­mage à un lion qu’ils n’ont jamais vu aupa­ra­vant et dont ils igno­raient jusqu’à l’existence.

Des papas et des mamans, des­pe­rate hou­se­men et hou­se­wives de l’indignation petite-bour­geoise, les amènent, la larme à l’œil, par­ti­ci­per à ce mélange de pitié ani­male, de mépris bes­tial et d’appel au meurtre. Pas un ins­tant, il ne leur vien­drait à l’idée de par­ler à leur pro­gé­ni­ture des droits de l’accusé, ni de la pré­somp­tion d’innocence, les fon­de­ments de notre jus­tice.

Car Wal­ter Pal­mer, ce porc (selon une jour­na­liste du Monde), a tué le lion Cecil.

Mais faut les com­prendre. Ce lion était emblé­ma­tique. Il fai­sait tant plai­sir aux tou­ristes qui visi­taient la réserve natio­nale dont il était le héros. Ou plu­tôt, à ceux des tou­ristes qui peuvent se payer le safa­ri au Zim­babwe !

Et pour les autres, une pho­to suf­fi­ra à les convaincre que Pal­mer, c’est Hit­ler, mais en mille fois pire. Parce que dans les quar­tiers tran­quilles de notre socié­té si équi­table, la vie sau­vage fait rêver, vous com­pre­nez ! Au point qu’on par­donne tout juste aux Masaïs de tuer les lions qui tuent leurs chep­tels, leurs chèvres ou leurs ânes.

Alors, indi­gnez-vous !

iamcecil.jpg

Car Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil.

Et oubliez que de 1999 à 2008, 5.663 lions ont été abat­tus en Afrique pour le sport, dont plus de 3.600 par des Amé­ri­cains. Aucun d’entre eux n’avait un nom. Aucun des chas­seurs n’a fait l’objet de menaces.

Selon Geo, de 2006 à 2008, 16.400 chas­seurs auraient dépen­sé 70 mil­lions d’euros en Afrique pour chas­ser. L’argent pro­fi­te­rait aux Afri­cains mais ce n’est pas sûr.

L’hiver der­nier, en Bel­gique, les chas­seurs ont tué 4.368 cerfs, biches et faons, dont la maman et le papa de Bam­bi, ses deux sœurs, cinq cou­sins et plu­sieurs copains super­chouettes. Aucun des chas­seurs n’a fait l’objet de pro­tes­ta­tions. Per­sonne n’a posé de peluche devant leur porte. Les cer­vi­dés non plus n’avaient pas de nom.

Par ailleurs, le quo­ta à abattre était de 5.000 cer­vi­dés, pour main­te­nir l’équilibre de la faune et de la flore.

Pour man­ger avec nos frites, nous les Belges fai­sons abattre par autrui, et le plus loin pos­sible de nous, 470.000 boeufs et 324.000 veaux chaque année. Il faut bien se nour­rir.

Par tra­di­tion, les habi­tants des îles Féroé tuent en groupe, et à la main, des cen­taines de baleines-pilotes par an. Tuer l’animal soi-même fait selon eux prendre conscience du geste requis pour man­ger de la viande. Je ne suis pas sûr qu’ils aient tort. Les céta­cés non plus n’ont pas de nom.

Par contre, les 140 ménages de maîtres qui ont aban­don­né leur chien, en seule­ment deux jours, en France, connais­saient très bien le nom de leur ani­mal de com­pa­gnie, que la SPA a dû eutha­na­sier par manque de place.

L’histoire ne dit pas com­bien d’entre eux ont twit­té que Wal­ter Pal­mer était une ordure.

Allez, bon peuple, indigne-toi ! Wal­ter Pal­mer a tué le lion Cecil ! Bon sang ! Qu’on le batte ! Qu’on l’abatte ! Qu’on lui coupe les couilles ! Qu’on le brûle ! Qu’on le…

Indigne-toi. Wal­ter sert à ça. Comme ça, tu ne te deman­de­ras pas com­bien de vic­times tu as négli­gé parce qu’elles te sem­blait moins fami­lières que ce héros Dis­néyen, ce Roi Lion, ce Cecil dont tu n’avais jamais enten­du par­ler aupa­ra­vant, abat­tu par un den­tiste spor­tif.

Ni com­bien de gens notre mode de vie, notre égo­cen­trisme ou notre égoïsme tuent chaque année. En 2015, la pre­mière en France était donc Fran­ces­ca. Deux mois et demi. Lille. Pre­mier jan­vier.

Si vous avez trou­vé cet article inté­res­sant, vous pou­vez contri­buer à ce blog en ver­sant une par­ti­ci­pa­tion de 2€ mini­mum via le bou­ton Pay­Pal dans la colonne de droite, en haut. Ne le faites que si vous avez un reve­nu décent et régu­lier et si cela ne vous empêche pas de don­ner à une ou plu­sieurs orga­ni­sa­tions cari­ta­tives.

En revanche, si vous êtes mil­liar­daire, chas­seur de lion ou den­tiste à suc­cès, met­tez 1000 euros mini­mum. Non mais.

Mar­cel Sel

Source de l’ar­ticle : un blog de sel

Marguerite.jpg

Un ham­bur­ger, quelqu’un ?

Si ça se trouve, la vache s’appelait Mar­gue­rite.