France : Soutien aux deux Saïd

Visés par l’insolente formule: un fétiche, une idole... "la France", dont les méfaits (ceux du nationalisme, du francocentrisme et de la "préférence nationale", du service de l’Etat placé au dessus de toute autre considération...) sont innombrables.

Saids_ZEP.jpg

Retour, une fois de plus, sur le pré­ten­du racisme anti­fran­çais

SAID.jpg Pour­sui­vis à nou­veau (en Appel, après une pre­mière relaxe le 20 mars 2015) par un groupe d’extrême droite nos­tal­gique de l’Algérie fran­çaise (l’AGRIF), le socio­logue Saïd Boua­ma­ma et le rap­peur Saïd, dit Saï­dou, de la ZEP (Zone d’Expression Popu­laire), com­pa­raî­tront à nou­veau le mer­cre­di 21 octobre 2015, au Tri­bu­nal de Grande Ins­tance de Paris (4 bou­le­vard du Palais, Métro Cité), pour « injure publique » et « pro­vo­ca­tion à la dis­cri­mi­na­tion, à la haine ou à la vio­lence » – à l’encontre, oui : de la France et des Fran­çais ! L’objet du litige : un livre-disque tout à fait recom­man­dable inti­tu­lé Nique la France ! Devoir d’insolence.

En guise de sou­tien, et d’appel à un sou­tien col­lec­tif, notam­ment ce mer­cre­di 21 octobre à 13H00, les quelques lignes ci-des­sous rap­pellent briè­ve­ment l’enjeu de ce pro­cès émi­nem­ment poli­tique.

J’ai ren­con­tré Saïd Boua­ma­ma, après l’avoir lu, en 2003. Puis en 2005, après l’avoir écou­té, Saïd dit “Saï­dou” du Minis­tère des affaires popu­laires puis de la Zone d’expression popu­laire, et depuis nous nous sommes sou­vent retrou­vés côte à côte dans les mêmes com­bats, notam­ment anti­ra­cistes. J’ai pu appré­cier en eux d’infatigables et géné­reux com­bat­tants de la liber­té, de l’égalité et de la fra­ter­ni­té, tout sim­ple­ment. Bref, dans des termes qui ne sont pas leurs mots habi­tuels ni les miens : d’authentiques défen­seurs de “notre devise natio­nale” !

Ce que moi, aus­si bien qu’eux je crois, refu­sons dans une for­mule comme “notre devise natio­nale”, ce ne sont pas les trois termes de ladite devise mais bien l’épithète “natio­nale” et plus encore ce petit mot redou­table : “notre”, qui géné­ra­lise, amal­game, natio­na­lise, et par­fois racia­lise, le sou­ci de la liber­té, de l’égalité, de la fra­ter­ni­té. Car aucun peuple, aucune nation, aucun groupe humain n’en a le mono­pole, et par ailleurs chaque peuple, chaque nation, chaque groupe humain est tra­ver­sé de dis­pa­ri­tés et de contra­dic­tions, notam­ment entre ces prin­cipes éthiques, avec toutes les actions humaines admi­rables qu’ils ins­pirent, et leur contraire, avec toutes les oppres­sions qui les accom­pagnent.

“La France” ne fait pas excep­tion, et j’ai moi même par­ti­ci­pé aux pho­tos du livre Nique la France. Devoir d’insolence, aujourd’hui incri­mi­né, qui ne souf­frait pour ma part d’aucune ambi­gui­té : ce n’était pas “les Fran­çais”, en tant que peuple sup­po­sé homo­gène et infé­rieur, qui étaient visés par l’insolente for­mule, mais bien un fétiche, une idole, “la France”, dont les méfaits (ceux du natio­na­lisme, du fran­co­cen­trisme et de la “pré­fé­rence natio­nale”, du ser­vice de l’Etat pla­cé au des­sus de toute autre consi­dé­ra­tion…) sont innom­brables – de la colo­ni­sa­tion, avec sa “mis­sion civi­li­sa­trice”, à la col­la­bo­ra­tion avec le régime nazi, en pas­sant par la plus ordi­naire indif­fé­rence au sort des étran­gers, en dehors ou à l’intérieur de nos fron­tières.

Cela, qui­conque connait les écrits et les enga­ge­ments de Said Boua­ma­ma, et sur un autre registre (musi­cal) de Saï­dou, le com­prend aisé­ment. Et quand bien même on ne connaî­trait pas leurs oeuvres, il suf­fit de se concen­trer sur les paroles de la chan­son inti­tu­lée Nique la France, et de lire les textes du livre homo­nyme, pour le sai­sir. C’est pour­quoi je dois confes­ser une grande las­si­tude, une grande fatigue, un grand décou­ra­ge­ment par­fois, une grande colère sou­vent, de voir traî­nés devant les tri­bu­naux par l’AGRIF, sous un chef d’inculpation ayant trait au racisme, un socio­logue et un artiste qui comptent par­mi les com­bat­tants les plus admi­rables et les plus consé­quents, dans leurs pro­fes­sions, de la lutte contre tous les racismes. Des gens qui n’ont jamais comp­té leur temps pour sou­te­nir cette cause. Je trou­ve­rais cela comique, une telle inver­sion du réel, si ce n’était pour eux usant, coû­teux, offen­sant.

J’ai par ailleurs, comme Saïd Boua­ma­ma, et bien d’autres comme João Gabriell, pro­duit des argu­men­taires qui sou­lignent le carac­tère spé­cieux, et extrê­me­ment per­ni­cieux, du concept de racisme anti­fran­çais ou anti­blanc. Il n’y a enfin pas de délit de blas­phème en France, et l’idolâtrie natio­nale ne doit pas faire excep­tion. Mais ce n’est pas l’essentiel de mon pro­pos ici : il s’agit de témoi­gner de mon res­pect, mon admi­ra­tion, pour deux per­sonnes qui contri­buent, contrai­re­ment aux inté­gristes de la fran­co­phi­lie, à rendre ce pays où je suis né et où je vis, “la France” jus­te­ment, un peu plus juste, un peu plus humain, un peu plus vivable.

par Pierre Teva­nian

14 octobre 2015

Source de l’ar­ticle : les mots sont impor­tants

Signez la péti­tion

Site inter­net : www.zep-site.com

P.-S.

Pour sou­te­nir les deux Saïd : 21 octobre 2015 à 13 h00 au Tri­bu­nal de Grande Ins­tance, 4 Bou­le­vard du Palais, 75001 Paris, FRANCE

Sou­tien sur FB


POUR RAPPEL (16 février 2011) :

Entre­tien avec Saïd Boua­ma­ma Publié dans Que faire ?

Auteur de Nique la France, devoir d’insolence

par Marie Per­in, Mary Sonet

Avant-pro­pos

« L’identité de chaque être humain est le résul­tat de son his­toire. Il est vain d’exiger de nous une opé­ra­tion de chi­rur­gie sociale consis­tant à extraire une par­tie de nous-même au pré­texte d’être conforme à une « iden­ti­té natio­nale » décré­tée par l’État. »[[Saïd Boua­ma­ma, « L’identité natio­nale et la fabri­ca­tion d’un enne­mi inté­rieur » in, Nique la France, devoir d’insolence, Lille, Dar­na édi­tion, 2010.]] En publiant un ouvrage et un CD sous le titre de Nique la France, le socio­logue Saïd Boua­ma­ma et le rap­peur Saï­dou (avec son groupe Zone d’Expression Popu­laire) expriment le rejet de la France post-colo­niale et de ses poli­tiques racistes et guer­rières. L’insolence, noté dans le sous-titre de l’ouvrage – devoir d’insolence – est reven­di­quée en tant que telle. Il n’est plus ques­tion de res­ter sage et poli comme il a sou­vent été deman­dé aux enfants d’immigrés afin de se mon­trer recon­nais­sants envers une France mythi­fiée en terre d’accueil. Ce livre, et les chan­sons qui l’accompagnent, parlent de l’importance de réagir et de se révol­ter sans conces­sions face au racisme, à l’islamophobie, à l’impérialisme ou au mas­sacre quo­ti­dien du peuple pales­ti­nien. Les ques­tions de stra­té­gie se sont tou­jours posées dans le mou­ve­ment anti-raciste. On a par exemple sou­vent oppo­sé Mar­tin Luther King à Mal­colm X, l’un repré­sen­tant le mou­ve­ment de masse, l’autre la radi­ca­li­té. La période actuelle pose d’autant plus la néces­si­té de la com­bi­nai­son du mou­ve­ment de masse et de la radi­ca­li­té comme stra­té­gie pour gagner : d’une part il est abso­lu­ment néces­saire d’être intran­si­geant face au racisme et à l’islamophobie, sujets sur les­quelles la gauche peine à trou­ver une posi­tion à la hau­teur des enjeux. Mais, d’autre part, il est abso­lu­ment néces­saire d’entraîner le plus lar­ge­ment pos­sible afin de pou­voir contrer ces mul­tiples attaques. En s’insérant dans les débats stra­té­giques du mou­ve­ment anti-raciste contem­po­rain, Saïd Boua­ma­ma nous conduit à réflé­chir sur les arti­cu­la­tions race/classe. Com­ment com­bi­ner ces ques­tions pour un mou­ve­ment qui s’arme face aux attaques sociales et poli­tiques contre notre camp ?

Sujets par­lants contre objets par­lés

Dans l’introduction au livre, Saïd Boua­ma­ma et Dar­na édi­tion insistent sur le sujet « Nous ». Lui et Saï­dou expli­quaient à ce sujet : « Pen­dant trop long­temps l’immigration post­co­lo­niale et ses enfants fran­çais ont été des « objets par­lés » et non des « sujets par­lants ». Dire « Je » et « Nous » c’est réaf­fir­mer notre place dans le pro­ces­sus d’émancipation glo­bal et dans notre propre pro­ces­sus d’émancipation. Dire je et nous c’est repo­ser notre reven­di­ca­tion d’égalité com­plète et immé­diate. »[[Inter­view avec Saï­dou et Saïd Boua­ma­ma pour la revue Tout Est À Nous, juillet 2010.]] Vin­di­ca­tifs à l’encontre du mou­ve­ment anti-raciste fran­çais, dont une des plus grosses asso­cia­tions – SOS Racisme – a fait des vic­times du racisme ces per­sonnes que l’on défend et non ces per­sonnes qui se défendent (on se sou­vient du slo­gan « touche pas à mon pote »), ils reven­diquent l’utilisation de la pre­mière per­sonne comme un acte de réap­pro­pria­tion du com­bat anti-raciste par les oppri­més eux-mêmes. Cin­quante ans après les guerres de déco­lo­ni­sa­tion, il affirme comme tou­jours actuelle la néces­si­té de gagner des jalons pour l’auto-émancipation intel­lec­tuelle et maté­rielle.
Un débat cru­cial

Ce sont ces thé­ma­tiques que nous avons vou­lu abor­der avec Saïd Boua­ma­ma. Si cer­taines de ses réponses stra­té­giques peuvent être dif­fé­rentes des nôtres et néces­si­te­ront des déve­lop­pe­ments ulté­rieurs au sein de la revue, nous par­ta­geons ses constats et sommes convain­cus que nous devons nous battre ensemble contre un sys­tème qui génère guerre et racisme. À nous de conti­nuer à agir et débattre pour rele­ver le défi posé par la situa­tion poli­tique actuelle et de construire le NPA comme un endroit où peuvent se retrou­ver dif­fé­rentes posi­tions avec l’objectif com­mun de se battre contre ce sys­tème.

Que Faire : Peux-tu rapi­de­ment retra­cer ton par­cours mili­tant ?

Saïd Boua­ma­ma : On peut le dater dès mes 14 ans, dans un quar­tier popu­laire de Rou­baix. La crise n’est pas encore forte donc ça reste une ville ouvrière avec beau­coup de liens sociaux, avec une dyna­mique évi­dente. On est dans l’après 68 et les maoïstes arrivent donc dans les quar­tiers popu­laires de manière très offen­sive. Ils apportent quelque chose de par­ti­cu­lier qui est d’autoriser à la révolte : une des pre­mières phrases que je me rap­pelle c’est « on a rai­son de se révol­ter », ce qui cor­res­pon­dait exac­te­ment à ce qu’on se disait. Sur Rou­baix cent jeunes issus de l’immigration avaient fini par adhé­rer soit à une struc­ture proche des maoïstes, soit direc­te­ment chez les maoïstes – le PC-MLF à l’époque, puis le PC-RML. En réa­li­té ce qui nous inté­res­sait le plus ce n’était pas le maoïsme, mais leur dis­cours sur les milieux popu­laires : « arrê­tez de nous consi­dé­rer comme ne valant rien ». Il y avait une dimen­sion de valo­ri­sa­tion extrê­me­ment forte qui nous a beau­coup plu. Deuxiè­me­ment, il y avait la ques­tion pales­ti­nienne qui a été très vite une ques­tion cen­trale pour nous. Et troi­siè­me­ment ils nous inci­taient à lire, et plu­sieurs tra­jec­toires en ont été trans­for­mées : j’aurais été en échec sco­laire comme la plu­part de mes cama­rades si je n’avais pas croi­sé le che­min des maoïstes.

Et puis très vite ça a cla­shé sur une ques­tion de classe : nous n’avions pas leurs réflexes cultu­rels, leurs goûts etc., Voi­là le point de rup­ture avec les maoïstes : la rup­ture est née de ce déca­lage entre ce qu’on vivait, nous enfants d’ouvriers immi­grés, et ceux qui pré­ten­daient chan­ger la socié­té. Cela va res­ter pour moi un des points de vigi­lance per­ma­nents et donc d’engueulade y com­pris avec des cama­rades proches : dans le nord je tra­vaille beau­coup avec des gens sor­tis du PC qui essaient de recons­truire quelque chose, mais en même temps je suis infer­nal avec eux sur cette ques­tion de base sociale : « qui va chan­ger la socié­té ? ».

Par la suite je m’investis dans la Marche pour l’égalité que je coor­donne pour la région du nord, et très vite je suis confron­té à l’état de la classe poli­tique de gauche et d’extrême gauche telle qu’elle était à l’époque. Au sein de la même marche, il y avait deux marches : la marche des gens comme nous, de quar­tiers popu­laires, vou­lant dire bas­ta aux crimes racistes, et la seconde marche, celle de tous les sou­tiens. C’est-à-dire qu’en gros il y avait d’un côté les Arabes et de l’autre, il y avait les blancs, de l’extrême gauche au PS, qui sou­te­naient l’idée que les jeunes issus de l’immigration que nous fai­sions uni­que­ment une marche anti-FN. Ca a été la seconde leçon poli­tique sur la tra­jec­toire de mon par­cours mili­tant : la prise de conscience qu’il y a une dis­tance d’analyse entre l’essentiel de la classe poli­tique blanche et les autres autour de cette idée de nous mettre comme paravent au FN. Ca va débou­cher sur le consen­sus autour de SOS racisme, de la LCR au PS en pas­sant par le PC, par tout le monde. Entre temps, tout ça m’a don­né envie de faire des études. Au fur et à mesure que j’avance dans mes études, je com­mence à m’intéresser à d’autres ques­tions sociales et à ceux qui pré­tendent chan­ger la socié­té et je deviens mar­xiste, mais sans jamais pou­voir me retrou­ver dans les orga­ni­sa­tions exis­tantes. J’avais cette espèce de schi­zo­phré­nie entre d’une part le fait que j’étais per­sua­dé que c’était le sys­tème capi­ta­liste qui pro­dui­sait l’ensemble des dégâts sociaux, et d’autre part le fait que ceux qui se reven­di­quaient du mar­xisme étaient inca­pables de prendre en compte la ques­tion des quar­tiers popu­laires, de l’immigration, et plus tard de l’islam.

QF : As-tu fait par­ti des ini­tia­teurs de l’appel des Indi­gènes de la Répu­blique ?

S.B : J’ai été contac­té après la pre­mière ver­sion de l’appel non ren­du publique et j’ai signé après quelques modi­fi­ca­tions.

QF : Main­te­nant que les Indi­gènes ont évo­lué vers le Par­ti des Indi­gènes de la Répu­blique, es-tu tou­jours en accord avec leur démarche ?

S.B : Je ne suis pas au PIR, je les sou­tiens mais je n’y suis pas car je consi­dère que la forme par­ti n’est pas la forme la plus adé­quate aujourd’hui. C’est lié au débat sur l’articulation classe-race, c’est-à-dire que je pense que si un par­ti doit exis­ter un jour, c’est un par­ti qui peut trans­for­mer cette socié­té, et pour cela ça vou­dra dire qu’on aura déco­lo­ni­sé l’esprit des blancs, donc ce n’est pas en créant un par­ti à part qu’on y arri­ve­ra. Je suis pour un mou­ve­ment poli­tique qui se donne pour tâche de ne faire aucun cadeau à l’idéologie post-colo­niale, pour la rup­ture avec tous ceux qui ne veulent pas accep­ter ce débat-là, mais je ne pense pas que la forme par­ti soit celle qui aujourd’hui per­mette de faire ce tra­vail là. Pour moi la ques­tion n’est pas seule­ment celle de la « race » mais éga­le­ment celle de la classe. L’oubli de la « race » conduit au chau­vi­nisme et l’oubli de la « classe » conduit à l’impuissance.

QF : Jus­te­ment, tu n’as jamais été ten­té de rejoindre une orga­ni­sa­tion ou un par­ti déjà exis­tant durant ton par­cours ?

J’ai appar­te­nu à des orga­ni­sa­tions maoïstes. Depuis les vingt der­nières années, les groupes avec qui je tra­vaille sont ceux qui estiment qu’il faut une nou­velle force poli­tique com­mu­niste dans cette socié­té qui pose la ques­tion de la trans­for­ma­tion sociale glo­bale, ce qui m’a ame­né à ani­mer des confé­rences sur le mar­xisme. Je reste per­sua­dé qu’émergera un jour dans ce pays une orga­ni­sa­tion capable de mon­trer ce qui unit tous les exploi­tés et en même temps de prendre en charge les reven­di­ca­tions de cha­cune des oppres­sions spé­ci­fiques.

QF : Pour­quoi choi­sir de publier un ouvrage s’intitulant Nique la France ?

S.B : Si on regarde d’abord ce qu’il y a d’invariant sur les ques­tions de l’immigration depuis cinq décen­nies, c’est la ques­tion du bouc émis­saire et de la divi­sion du monde du tra­vail. Ce qu’il y a de nou­veau depuis une décen­nie se joue autour de la ques­tion de l’identité natio­nale, du retour du dis­cours inté­gra­tion­niste, et de la ques­tion du fou­lard. Et là, il est clair qu’on a pas­sé un cap de vio­lence : on n’est plus dans la notion de bouc émis­saire mais dans la notion d’ennemi de l’intérieur. Il ne s’agit plus de « ces immi­grés qui ne s’intègrent pas » mais de « ces Fran­çais qui ne méritent pas d’être fran­çais ». Dans cette nou­velle thé­ma­tique il y a en plus l’idée que « c’est scan­da­leux qu’ils parlent » : une injonc­tion à retour­ner à l’invisibilité, à ce qui fait le sta­tut de l’immigré dans ce pays, et une injonc­tion à la poli­tesse. Dans ses tra­vaux, Abdel­ma­lek Sayad énu­mère les carac­té­ris­tiques du sta­tut de l’immigré dans la socié­té capi­ta­liste fran­çaise : pre­miè­re­ment, il doit être invi­sible et on voit bien pour­quoi les sans-papiers doivent être invi­sibles ; deuxiè­me­ment, il doit être apo­li­tique ; troi­siè­me­ment, il doit être poli. D’où « Nique la France » : il était hors de ques­tion pour nous d’être invi­sibles, d’être apo­li­tiques et d’être polis, et le « Nique la France » nous sem­blait résu­mer tout cela. En gros, on nique la nou­velle thé­ma­tique que vous vou­lez impo­ser et qui mal­heu­reu­se­ment marche. Actuel­le­ment, il y a par exemple des débats dans plu­sieurs groupes mili­tants sur la contra­dic­tion entre le conte­nu inté­res­sant du livre et son titre jugé trop radi­cal. Or vous ne pou­vez pas être dans l’entre-deux sur ce débat : ou bien vous envoyez bala­der toute la thé­ma­tique de l’identité natio­nale, tout l’intégrationnisme, toute cette manière de poser les ques­tions, ou bien vous n’êtes pas avec nous. A aucun moment on a dit « je nique la France », car il s’agit bien d’un dis­cours poli­tique et non d’une insulte à conno­ta­tion sexuelle. Nous avons long­temps réflé­chi à un titre capable de reje­ter cette France de consen­sus qui mal­heu­reu­se­ment va d’une par­tie de l’extrême gauche jusqu’à l’extrême droite. Le dis­cours sur la France, pays des Lumière sans aucune approche cri­tique est repris par cer­tains mili­tants de l’extrême gauche selon les­quels les bour­geois auraient tra­hi mais l’extrême gauche serait capable de reprendre le pro­jet des Lumières à neuf. C’est une sorte de consen­sus his­to­rique qui s’est construit et auquel on vou­lait mettre un point d’arrêt. En outre le titre com­plet est « Nique la France, devoir d’insolence » et la seconde par­tie de la phrase est impor­tante.

QF : Com­ment ana­lyses-tu la période dans laquelle on se trouve ?

S.B : Je me consi­dère comme dans une période dans laquelle les classes domi­nantes ont extrê­me­ment peur d’une révolte sociale. En même temps je ne perds pas de vue que nous sommes en France, c’est-à-dire l’une des classes domi­nantes les plus intel­li­gentes, non pas parce qu’elle a un gène d’intelligence mais parce que la France a une his­toire longue de révoltes sociales (1789, 1793, 1830, 1848, 1870) et que la classe domi­nante qui a dû y faire face s’est ain­si for­gée en tant que telle. Elle a appris les méca­nismes d’instrumentalisation, de divi­sion au cours de cette his­toire. Les classes domi­nantes aujourd’hui ont un besoin cru­cial d’éviter l’explosion sociale, donc de mettre un point de cli­vage dans les milieux popu­laires. Ce point de cli­vage est tout trou­vé : d’abord par la com­po­si­tion eth­nique des milieux popu­laires, à près de 30% com­po­sés d’une popu­la­tion issue de l’immigration post-colo­niale. Je n’ai pas les chiffres exacts, mais si on cumule le nombre de sans-papiers (400 000 per­sonnes), les immi­grés régu­liers (5% de la classe ouvrière et des employés), et les enfants d’immigrés des deux der­nières géné­ra­tions, on arrive à 30% de per­sonnes issues de l’immigration post-colo­niale dans les milieux popu­laires, chiffres de l’INSEE à l’appui. Aucune trans­for­ma­tion d’ampleur n’est donc pos­sible si on arrive à créer un point de cli­vage entre les blancs et les autres. L’héritage colo­nial fait que même les tra­vailleurs blancs dans ce pays sont mar­qués par un ima­gi­naire colo­nial dont on ne fait rien pour les en débar­ras­ser et cela offre à la classe domi­nante un avan­tage déci­sif : il peut y avoir des grèves d’ampleur mais il n’y aura pas de trans­for­ma­tion glo­bale parce qu’il y a ce point de cli­vage. Et vu la radi­ca­li­sa­tion actuelle dans les milieux popu­laires, la classe domi­nante a besoin de ren­for­cer ce point de cli­vage : l’islamophobie est l’outil rêvé pour cela.

QF : Com­ment ana­lyses-tu la mon­tée de l’islamophobie par­tout dans le monde depuis ces der­nières années ?

S.B : L’appareil d’État amé­ri­cain a eu un choix ouvert par la chute des pays de l’Est de créer un nou­vel enne­mi et de créer du consen­sus là où il devrait y avoir du dis­sen­sus. La guerre dans les Bal­kans, l’Irak, l’Afghanistan, la construc­tion arti­fi­cielle de la menace ter­ro­riste, tout cela a créé le contexte géné­ral. Et l’islamophobie est par­tout l’outil pour créer du consen­sus là où il devrait y avoir dis­sen­sus. En France c’est très clair dès la pre­mière loi d’ampleur qui arrive en 84, comme par hasard après un grand mou­ve­ment ensei­gnant qui pour la pre­mière fois posait la ques­tion de la conver­gence des luttes au lieu de res­ter confi­né dans son cor­po­ra­tisme. Aujourd’hui c’est le mou­ve­ment pour les retraites et il y a de nou­veau une loi d’ampleur, celle sur la bur­qa, donc l’islamophobie est l’outil rêvé pour créer du cli­vage. Mais encore une fois, la véri­table cause n’est pas là : si l’outil de l’islamophobie fonc­tionne, c’est parce qu’il n’y a jamais eu de déco­lo­ni­sa­tion des esprits. Si l’islamophobie prend c’est que les gens ne sont pas au clair avec l’islam, ne le consi­dèrent pas comme une reli­gion comme une autre, donc la vraie ques­tion est : quand allons-nous décons­truire cet ima­gi­naire colo­nial ? Frantz Fanon disait dans les années soixante que la ques­tion n’est pas de savoir si la France est raciste, mais de se deman­der : est-il pos­sible que la France ne soit pas raciste en ayant été une puis­sance colo­niale comme elle l’a été ? Or, depuis les années soixante, rien n’a été fait dans le pro­lé­ta­riat pour qu’il décons­truise cet héri­tage colo­nial. Et l’islamophobie n’est que la remo­bi­li­sa­tion d’un ima­gi­naire qui n’a jamais été décons­truit, à des fins contem­po­raines. C’est ce qui me dis­tingue d’historiens comme Pas­cal Blan­chard, Ben­ja­min Sto­ra ou d’autres qui consi­dèrent que l’héritage de l’histoire colo­niale est en train de s’épuiser. Je consi­dère au contraire que c’est exac­te­ment l’inverse, si ça s’épuisait le patriar­cat aurait dis­pa­ru. Le propre de chaque socié­té de domi­na­tion – le capi­ta­lisme n’est rien d’autre qu’une socié­té de domi­na­tion – c’est de remo­bi­li­ser les héri­tages du pas­sé pour les mettre au ser­vice de la logique domi­nante actuelle. On remo­bi­lise l’imaginaire colo­nial au ser­vice de la logique capi­ta­liste, on remo­bi­lise l’héritage patriar­cal et sexiste au ser­vice du capi­ta­lisme.

QF : Pour les années à venir, as-tu une vision plu­tôt opti­miste ou pes­si­miste de la situa­tion ?

S.B : Je suis opti­miste, très opti­miste. Ce qui a chan­gé dans les quar­tiers popu­laires, c’est la com­pré­hen­sion des pro­ces­sus. Il n’est pas rare d’y voir des jeunes qui pour sur­vivre sont dans le sys­tème D et de les recroi­ser dans des sémi­naires, dire des choses d’une intel­li­gence extra­or­di­naire sur la ques­tion de l’héritage colo­nial, par exemple, au grand dam des domi­nants. Sur la ques­tion des filles voi­lées, c’est extra­or­di­naire de voir que des jeunes filles non voi­lées qui ontn une intel­li­gence pro­fonde des enjeux qu’il y a der­rière et qui expliquent pour­quoi elles refusent de por­ter le fou­lard et en quoi ça ne concerne pas les gou­ver­ne­ments que de faire la police des habits. De même on trouve de nom­breuses filles « voi­lée » qui affichent leurs opi­nions sans com­plexes en l’articulant avec des prise de posi­tions contre l’inégalité et pour le fémi­nisme par exemple. On n’a pas affaire sim­ple­ment à des jeunes filles voi­lées qui défendent leur « beef­steak », on a affaire à des gens qui ont une conscience poli­tique. Le rap a beau­coup joué comme vec­teur de trans­mis­sion poli­tique. Je pense que le rap a per­mis la jonc­tion entre les formes de mili­tan­tisme expli­cites des années quatre-vingt, la catas­trophe qu’a été l’arrivée de la toxi­co­ma­nie dans les quar­tiers, et le retour du poli­tique avec les Indi­gènes, le MIB, Les Moti­vés, etc. Dans la période de tran­si­tion, le seul élé­ment de trans­mis­sion de mémoire et d’analyses a été le rap. Rien n’a chan­gé dans la situa­tion maté­rielle, ni dans la repré­sen­ta­tion poli­tique des quar­tiers, par contre dans la com­pré­hen­sion indi­vi­duelle de ce qui arrive, il y a une conscience qu’on a tort de sous-esti­mer. Bien sûr ils ne vont pas venir nous don­ner des réfé­rences à Lénine. Mais le type d’analyses poli­tiques, la colère contre les domi­nants, la radi­ca­li­té, ce sont des choses qui existent dans les quar­tiers popu­laires. Donc je suis opti­miste. Je ne sais pas com­bien de temps ça pren­dra pour trou­ver le canal d’expression poli­tique mais ça se fera.

QF : Com­ment ana­lyses-tu le fait que la gauche fran­çaise ne soit pas consé­quente sur la ques­tion de l’antiracisme et de l’islamophobie ? Cela a‑t-il un rap­port avec ce que tu déve­lop­pais sur la ques­tion de l’héritage post­co­lo­nial et de la guerre d’Algérie ?

S.B : Pre­miè­re­ment, je pars du point de vue de Fanon : la France ne peut pas ne pas être raciste après avoir vécu un épi­sode colo­nial comme celui qu’elle a vécu et qui vient après un épi­sode escla­va­giste où elle avait un rôle très impor­tant. A moins de croire que les hommes ne sont pas mar­qués par l’histoire, mais je suis maté­ria­liste et je crois que les gens sont mar­qués par l’histoire et ça explique la fai­blesse du mou­ve­ment anti­co­lo­nial, ce qui est d’ailleurs encore plus à l’honneur des quelques anti­co­lo­nia­listes blancs qui ont exis­té et que mal­heu­reu­se­ment on ne met pas en avant aujourd’hui. Deuxiè­me­ment, je consi­dère que cet héri­tage a pro­fon­dé­ment tou­ché la gauche. Je rap­pelle quand même que l’opposition à la colo­ni­sa­tion avait été le fait de deux ou trois per­sonnes à l’assemblée natio­nale en 1830, et encore sur des posi­tions natio­na­listes (occu­pons-nous de récu­pé­rer l’Alsace et la Lor­raine plu­tôt que de se perdre dans une aven­ture colo­niale). Et je pense sur­tout que l’idéologie colo­niale est conte­nue dans la pen­sée des Lumières, en même temps que celle-ci contient plein de valeurs libé­ra­trices. Par consé­quent, dire qu’on est anti­co­lo­nia­listes et reven­di­quer la pen­sée des Lumières ne per­met pas la rup­ture. Or, aujourd’hui, ça reste une des matrices fortes de la gauche (quand je dis gauche, je n’inclus pas le PS) à par­tir du PC jusque dans l’extrême gauche. J’ai tou­jours été épous­tou­flé de voir com­ment les luttes dans l’extrême gauche me paraissent plus éma­ner du modèle des Lumières que du modèle de la révo­lu­tion bol­che­vique. La réfé­rence est beau­coup plus la France de la Révo­lu­tion que la Rus­sie de 1917. Or « Nique la France » s’adresse aus­si à cette France-là, pas seule­ment la France de Sar­ko­zy. Quand je relis les textes du PC, j’apprends que Babeuf a pré­cé­dé Lénine et que la France a per­mis la révo­lu­tion de 1917. Et j’ai retrou­vé les mêmes dis­cours à la LCR. Un vrai nœud idéo­lo­gique s’est for­mé autour de ce flou idéo­lo­gique. Cela a été ren­du pos­sible parce que la classe ouvrière a béné­fi­cié d’avantages : la bour­geoi­sie a uti­li­sé les sur­pro­fits colo­niaux pour gérer les rap­ports de classes en France. Il y a donc une base maté­rielle au racisme dans le mou­ve­ment ouvrier blanc, au fond illu­soire (oppri­mer nos col­lègues magh­ré­bins pour amé­lio­rer nos condi­tions est une idée fausse), mais qui reste cré­dible, de même qu’aux Etats-Unis, la classe ouvrière blanche pense que son sort est pri­vi­lé­gié parce que celui des ouvriers noirs est pire. Quand je parle d’une rup­ture néces­saire, il s’agit d’un tri à faire au sein de la pen­sée des Lumières, entre d’une part l’idée que cer­taines choses sont uni­ver­selles et trans­ver­sales comme la révolte contre l’oppression – je ne vois pas pour­quoi on jet­te­rait cette idée – et d’autre part, l’idéologie d’une nou­velle classe domi­nante qui était la bour­geoi­sie et qui avait besoin de gérer la radi­ca­li­té de la lutte des classes en France. Ce tri entre les deux n’a jamais été fait parce qu’il y a inté­rio­ri­sa­tion par la gauche et l’extrême gauche que la pen­sée des Lumières est intou­chable. Essayez de dire que Vol­taire était raciste, vous ver­rez… pour­tant il l’était.

QF : Au moment de la loi sur le port du voile à l’école, il y a eu de gros débats au sein de la LCR, et de nou­veau der­niè­re­ment au NPA avec la can­di­da­ture aux régio­nales de notre cama­rade Ilham Mous­said. As-tu sui­vi ces débats ? Qu’en penses-tu ?

S.B : Oui j’ai sui­vi et je me suis posi­tion­né à ce sujet, en m’appuyant sur un texte de Lénine qui répon­dait à la ques­tion : est-ce qu’un prêtre ouvrier peut être membre du par­ti ? On avait là l’exemple de quelqu’un qui regar­dait de manière maté­ria­liste les choses : Est-ce que ce cama­rade vient aux mani­fes­ta­tions ? Est-ce qu’il paie ses coti­sa­tions ? Est-ce qu’il défend la ligne du par­ti ? Pour moi un par­ti c’est ça, du moins ça devrait être sa pré­oc­cu­pa­tion : com­ment est-ce qu’on juge l’activité mili­tante d’un cama­rade, et non pas ses habits ou ses convic­tions intimes. Donc vous n’êtes pas sor­tis de l’auberge, parce que par trois fois des mili­tants du NPA sont venus me deman­der s’il ne serait pas mieux de quit­ter le par­ti. Je leur ai répon­du de conti­nuer à débattre, au moins jusqu’au congrès. Mais voi­là com­ment les gens ont res­sen­ti à la fois avec fier­té la pre­mière réac­tion, puis avec colère les réac­tions qui ont suivi.Dans quel cadre penses-tu qu’il faut construire la lutte anti­ra­ciste et contre l’islamophobie ?

Je pense vrai­ment qu’il nous manque une orga­ni­sa­tion natio­nale des quar­tiers popu­laires. Beau­coup de mili­tants mènent le com­bat dans leur propre orga­ni­sa­tion pour qu’il y ait clar­té sur ces ques­tions mais je pense que ça ne suf­fi­ra pas. La ques­tion qui est posée, c’est com­ment les quar­tiers popu­laires s’organisent eux-mêmes. Pour moi, ce qu’essaie de faire le MIB et le FSQP, ça va dans le bon sens mais j’aurais pré­fé­ré que ça se fasse avec les Indi­gènes. L’étape qui vient, c’est donc com­ment struc­tu­rer les quar­tiers popu­laires en dehors des forces poli­tiques — même si il peut y avoir alliance — mais de telle sorte que quand arrive un évè­ne­ment, le rap­port de force contraigne chaque force poli­tique à une posi­tion claire et nette. On parle d’islamophobie, mais c’est valable pour d’autres choses… La guerre contre l’Irak, c’était clair, il y avait un cli­vage dans les manifs entre les jeunes des quar­tiers popu­laires qui ne sup­por­taient pas la posi­tion de la LCR et com­pa­gnie sur le « Ni-Ni » : « Ni Sad­dam, Ni Bush ». A chaque fois, on se retrouve avec une attaque venant de la bour­geoi­sie, une réac­tion des quar­tiers popu­laires et dans l’entre-deux, des gens qui essaient d’articuler les deux… Moi, ça ne me cho­quait pas — même si je ne l’aurais pas fait – que des jeunes des quar­tiers popu­laires crient : « Vive Sad­dam ! » parce que crier « Vive Sad­dam ! » à cette époque là, c’était s’opposer à la guerre. Donc je pense que s’il n’y a pas un mou­ve­ment qui sur les ques­tions de la guerre, du tiers-monde, du racisme dise « Merde » y com­pris à la gauche et à l’extrême gauche, ça ne mar­che­ra pas. La seule manière pour que ça bouge, c’est l’intransigeance. Moi, je vois bien que cer­taines per­sonnes ont chan­gé de cette manière. Si je leur avais dit « S’il vous plaît, il faut être autre­ment, réflé­chis­sez, on va dis­cu­ter… C’est les « merde ! » qui ont per­mis d’avancer ! Comme pour le mou­ve­ment fémi­niste, il a fal­lu des femmes qui disent aux mecs : « on vous emmerde, on veut l’égalité com­plète ! » C’est cette intran­si­geance là qui pousse à la réflexion. Qu’est-ce qui va ame­ner une orga­ni­sa­tion qui se dit révo­lu­tion­naire et mar­xiste à bou­ger alors qu’elle a dans sa tête cet ima­gi­naire s’il n’y a pas des gens qui disent : « Si tu veux bos­ser avec nous, il va fal­loir que tu bouges là-des­sus » ? C’est ce que j’appelle un point de rup­ture. Pour moi, c’est de la rup­ture pour recon­ver­ger, pas pour s’isoler. Mais pour recon­ver­ger, il faut rompre.

QF : Donc, ça signi­fie un mou­ve­ment auto­nome ?

S.B : Pour moi, c’est un mou­ve­ment auto­nome. Après, moi je suis maté­ria­liste, donc je chan­ge­rai mes posi­tions demain si vous me dites qu’au NPA l’arrivée de jeunes filles issues de l’immigration a per­mis de régler les ques­tions. Fran­che­ment, je vous regarde avec atten­tion, mais je n’y crois pas. On va se dire que vous avez le temps de le faire… Il faut se rendre compte de ce qui est deman­dé à un jeune issu de l’immigration qui adhère à une orga­ni­sa­tion poli­tique – je ne parle pas du NPA, mais en géné­ral et entend des gens qui devraient être des cama­rades dire : « Le fou­lard, c’est contre l’émancipation des femmes… » Je trouve que c’est un signe de conscience poli­tique quand je vois cer­tains qui sont encore au PC, qui s’enragent mais qui res­tent, idem pour le NPA. Si on regarde, il y a des gens qui se battent à l’intérieur de cha­cune des orga­ni­sa­tions. Je ne leur dis pas de par­tir. Je leur dis : « il manque une orga­ni­sa­tion auto­nome. »

QF : Du coup, le rôle de cette orga­ni­sa­tion auto­nome, ça serait quoi ?

S.B : Poser les débats au départ.

QF : Pour recon­ver­ger par la suite ? La pola­ri­sa­tion de classe reste opé­rante ?

S.B : Je reste per­sua­dé qu’on peut avoir des vic­toires dans l’antiracisme. Mais, c’est le sys­tème social glo­bal qu’il faut chan­ger. Donc ma pré­oc­cu­pa­tion, c’est : « Com­ment dans les grands mou­ve­ments sociaux qui émergent on ne fasse pas l’impasse sur ces ques­tions. Par exemple, sur les retraites, on a com­men­cé à par­ler des retraites des femmes. C’est quand même un pas en avant énorme. Avant, on par­lait de la classe ouvrière comme si c’était un groupe homo­gène, essen­tia­li­sé… Il y a une inser­tion des popu­la­tions issues de l’immigration dans la classe ouvrière qui est par­ti­cu­lière, dans les frac­tions les plus exploi­tées. Les immi­grés et leurs enfants fran­çais ne vien­dront pas en masse dans les orga­ni­sa­tions révo­lu­tion­naires s’il n’y a pas cette approche là… De la même manière, c’était galère pour une femme d’être dans une orga­ni­sa­tion révo­lu­tion­naire dans les années 70. Aujourd’hui, les immi­grés ou enfants d’immigrés qui sont au NPA ont beau­coup de cou­rage…

QF : Sur la ques­tion d’ « être intran­si­geant mais réus­sir à créer des mou­ve­ments larges », une expé­rience posi­tive pour nous a été « Agir Contre la Guerre ». C’est un exemple de mou­ve­ment qui montre qu’il est pos­sible d’allier les deux…

S.B : Bien sûr, ça sera de plus en plus pos­sible. Ceci dit, il ne faut pas qu’on sous-estime le cli­vage. Au moment de la guerre en Irak, une soixan­taine de jeunes dans le Nord sont venus à une mani­fes­ta­tion. Le PC et la LCR ont dit « Non, non, non, il y a trop de gens qui crient vive Sad­dam ! », ça s’est sépa­ré et il y a eu deux manifs, c’était la catas­trophe ! Pour moi, c’est l’inverse qu’il fal­lait faire. Le choix était simple, les jeunes n’auraient pas défi­lé avec ceux qui criaient : « Ni Bush ni Sad­dam ! » Qui est res­pon­sable de cette sépa­ra­tion ? C’est bien ceux qui mettent la main dans le « Ni-Ni ». Mais, il n’y a pas de secret, l’action à la base, c’est la seule manière d’avancer. Par ailleurs, il ne faut pas sous-esti­mer qu’il y a de vrais cli­vages. Sur l’Afghanistan, les seuls qui criaient pen­dant les manifs étaient les jeunes issus de l’immigration. Pour les autres, on se deman­dait s’il y avait une vraie convic­tion… ou si ils ne pen­saient pas plu­tôt qu’enlever la bur­qa aux femmes même si c’est les amé­ri­cains, c’est tou­jours ça de gagné. Comme pen­dant la guerre d’Algérie, cer­tains disaient : « C’est dégueu­lasse, mais si au moins ça apporte la fin du féo­da­lisme, c’est tou­jours ça de gagné ». Je pense qu’il manque une vraie réflexion sur com­ment construire l’action contre la guerre. Or, plus que l’antiracisme, l’anti-impérialisme per­met de construire dans les quar­tiers popu­laires. A l’époque, la ques­tion pales­ti­nienne per­met­tait déjà de construire mais là, avec toutes les guerres, il y a vrai­ment de quoi construire un mou­ve­ment anti-impé­ria­liste dans les quar­tiers popu­laires. Ca méri­te­rait d’être réflé­chi et théo­ri­sé d’une manière plus pous­sée.

QF : Concer­nant les der­nière manifs contre les attaques de la flot­tille ou les bom­bar­de­ments de Gaza, on se retrouve dans les cor­tèges aux côtés de plein de gens avec qui on ne mani­feste pas sur plein d’autres ques­tions avec tous les sou­cis que ça peut poser à la gauche parce que sont criées des choses qui ne sont pas très catho­liques… (Rires)

S.B : Moi, je suis invi­té par des musul­mans qui disent que j’irai au para­dis bien que je sois athée parce qu’ils se rendent compte que lorsqu’une ques­tion concrète est posée : « il y a une attaque, qu’est-ce qu’on fait ?! », je vais pas aller embê­ter les gens sur ce qu’ils crient… Sur­tout qu’il y a quand même beau­coup de délire et d’incompréhension ! Consi­dé­rer que « Allah Akbar ! » c’est le signe de la mani­pu­la­tion inté­griste alors que c’est le crie de la joie, de la colère, de la souf­france dans tous les pays musul­mans… Pour­quoi n’apparaîtrait-il pas là ?! C’est l’inverse qui serait éton­nant…

QF : Il y a une igno­rance réelle sur ce type de choses…

S.B : Oui, mais qui fait par­tie de cet héri­tage post­co­lo­nial. Je rap­pelle aus­si à la gauche et à l’extrême gauche qu’il y a une his­toire qui n’est pas écrite. Les pre­mières traces de Magh­ré­bins ici, ce sont les Tur­kos, c’est-à-dire des sol­dats recru­tés au Magh­reb et qu’on a envoyés contre la Com­mune de Paris. Ils ont tous retour­né leurs armes contre les Ver­saillais. Il y a eu des mil­liers de morts mais il n’y a aucune com­mé­mo­ra­tion de ce drame. Ca ne s’apprend pas dans les cours du PC ou de l’extrême gauche. Cela signi­fie que la pre­mière ren­contre contem­po­raine avec le Magh­reb et l’islam, ce sont des gens qui se posi­tionnent avec les Com­mu­nards. Et ça, per­sonne ne le sait ! Il y a un vrai pro­blème sur com­ment la classe domi­nante a réus­si à cas­ser l’imaginaire révo­lu­tion­naire en terme de trans­mis­sion ! Donc, ne nous éton­nons pas que des gens sin­cères consi­dèrent que l’Islam est contra­dic­toire avec le pro­gres­sisme, la révo­lu­tion, le chan­ge­ment social, etc…

QF : Ces débats stra­té­giques ont eu lieu sous des formes, à des époques et des lieux dif­fé­rents. J’aimerais t’interroger sur ces diver­gences stra­té­giques. Si on regarde le mou­ve­ment des droits civiques au Etats-Unis, il y a eu ce débat là : mou­ve­ment de masse, radi­ca­li­té, mou­ve­ment auto­nome, Mal­colm X, Mar­tin Luther King, les Black Pan­thers… Que peux-tu en reti­rer ?

S.B : Ce que je peux en reti­rer, c’est la conclu­sion des Black Pan­thers : « on est dans la cave et quand on tape un peu, juste au des­sus de nous, on trouve d’autres per­sonnes qui sont blanches… » Ce que disent les Black Pan­thers sur le bilan de leur mou­ve­ment c’est qu’ils ont eu rai­son d’être radi­caux, donc pas de renie­ment. Mais la ques­tion, c’est aus­si : « rup­ture pour s’isoler ou rup­ture pour conver­ger » À un moment, les Black Pan­thers n’avaient pas de pers­pec­tives de conver­gence. Le bilan qu’ils tirent de leur mou­ve­ment c’est une sous-esti­ma­tion du besoin de conver­gence avec d’autres caté­go­ries de la classe ouvrière. Mais ça ne remet pas en cause la posi­tion de rup­ture à un moment don­né. Le débat aujourd’hui n’est plus : « Est-ce qu’il y a un héri­tage colo­nial ? » , le sujet est acquis. Dans les quar­tiers popu­laires, la ques­tion qui est posée c’est soit : « on les envoie tous bala­der ! », on crée notre monde à nous, on rompt pour s’isoler parce qu’ils n’y croient plus, soit : « la rup­ture, on ne sait pas com­bien de temps elle va durer, mais il faut la poser et qu’elle soit radi­cale. » Ca, ça peut ame­ner à des trans­for­ma­tions auprès de pro­gres­sistes blancs qui petit à petit seront obli­gés de se poser la ques­tion de leur com­mu­nau­té de des­tin avec d’autres. Dans « La situa­tion de la classe ouvrière en Angle­terre », Engels dit : « Le capi­ta­lisme, c’est un sys­tème de concur­rence : on le sait et la classe ouvrière l’a com­pris. Mais pour orga­ni­ser cette concur­rence, ils doivent la déve­lop­per chez les ouvriers. Donc je pense qu’on a inté­rêt à vrai­ment s’attacher à l’intérêt de la classe domi­nante à uti­li­ser tout ce qui peut créer du cli­vage. Dans ce qui peut créer du cli­vage, il y a l’imaginaire colo­nial, il y a l’imaginaire sexiste, il y a ce que j‘appelle l’imaginaire « âgiste », c’est-à-dire : les jeunes n’ont pas besoin de bos­ser, ils ont besoin de moins d’argent… Donc, on voit bien com­ment tout le sys­tème est construit pour orga­ni­ser la concur­rence entre les tra­vailleurs. Et pour le faire, il s’appuie sur des choses concrètes : il reste des idées sexistes dans la classe ouvrière ?, on s’appuie sur ces idées sexistes, il reste un héri­tage colo­nial ?, on revi­vi­fie cet ima­gi­naire colo­nial, il reste du mépris pour les jeunes ?, on revi­vi­fie la peur des jeunes, etc… Ca, c’est si j’analyse de manière glo­bale. Si j’analyse par en bas : com­ment je trans­forme les choses ? En ne cédant plus sur ce sur quoi j’ai cédé. A la ques­tion de « com­ment on va agir ensemble ? » Moi de ma place, je me dis : « il n’y aura pas d’ « ensemble » si ils ne prennent pas en compte la réa­li­té des quar­tiers popu­laires, il n’y aura pas d’ « ensemble » qui mette de côté une par­tie du monde du tra­vail. Si c’est pas mûr, tant pis, mais moi je ne dimi­nue­rai pas des reven­di­ca­tions, je ne met­trai pas sous le tapis tel aspect parce qu’il choque telle autre per­sonne.


Pour être tenu au cou­rant par face­book de nos pro­duc­tions, acti­vi­tés et for­ma­tions… n’hé­si­tez pas à nous “aimer”.