Julian Assange : une bataille épique pour la justice

Les Amé­ri­cains pour­suivent Assange parce que Wiki­Leaks a dénon­cé leurs crimes inima­gi­nables en Afgha­nis­tan et en Irak…

assange-2.jpg

Le siège de Knights­bridge est à la fois l’emblème d’une grande injus­tice et une mas­ca­rade épui­sante. Pen­dant trois ans, le cor­don de police entou­rant l’ambassade d’Équateur à Londres n’a pas eu d’autre but que d’afficher le pou­voir de l’État. Cela a coû­té 12 mil­lions de livres ster­ling. Le gibier est un Aus­tra­lien qui n’est accu­sé d’aucun crime, un réfu­gié dont l’unique sécu­ri­té est la pièce qu’un cou­ra­geux pays d’Amérique du Sud lui a accor­dée. Son crime est d’avoir lâché une car­gai­son de véri­tés sur un océan de men­songes, de cynisme et de guerre.

La per­sé­cu­tion de Julian Assange est sur le point de s’exacerber de nou­veau car elle entre dans une phase dan­ge­reuse. Depuis le 20 août, les trois quarts de l’affaire trai­tée par la pro­cu­reure sué­doise contre Assange, concer­nant l’inconduite sexuelle de 2010, dis­pa­raî­tront, puisque le délai de pres­crip­tion expire. En même temps, l’obsession de Washing­ton à pro­pos d’Assange et de Wiki­Leaks s’est inten­si­fiée. En effet, c’est la vin­dicte de la puis­sance amé­ri­caine qui repré­sente la plus grande menace – comme Chel­sea Man­ning et ceux qui sont tou­jours déte­nus à Guan­ta­na­mo peuvent en attes­ter.

Les Amé­ri­cains pour­suivent Assange parce que Wiki­Leaks a dénon­cé leurs crimes inima­gi­nables en Afgha­nis­tan et en Irak : l’assassinat sys­té­ma­tique de dizaines de mil­liers de civils, qu’ils ont dis­si­mu­lés, et leur mépris pour la sou­ve­rai­ne­té et le droit inter­na­tio­nal, comme c’est démon­tré de façon écla­tante dans leurs mes­sages diplo­ma­tiques qui ont été divul­gués. Wiki­Leaks conti­nue à révé­ler l’activité cri­mi­nelle des États-Unis, il vient de publier des inter­cep­tions US hau­te­ment secrètes – les rap­ports des espions états-uniens détaillant les appels télé­pho­niques pri­vés des pré­si­dents de France et d’Allemagne, et d’autres impor­tants res­pon­sables gou­ver­ne­men­taux, concer­nant des affaires poli­tiques et éco­no­miques euro­péennes internes.

Rien de tout cela n’est illé­gal sous la Consti­tu­tion des États-Unis. Comme can­di­dat à la pré­si­dence en 2008, Barack Oba­ma, un pro­fes­seur de droit consti­tu­tion­nel, a salué les lan­ceurs d’alerte comme « fai­sant par­tie d’une démo­cra­tie saine [et qui] doivent être pro­té­gés des repré­sailles ». En 2012, la cam­pagne pour la réélec­tion du pré­sident Barack Oba­ma fan­fa­ron­nait sur son site inter­net qu’il avait pour­sui­vi plus de lan­ceurs d’alerte dans son pre­mier man­dat que tous les autres pré­si­dents des États-Unis ensemble. Avant même que Chel­sea Man­ning ait béné­fi­cié d’un pro­cès, Oba­ma avait décré­té le lan­ceur d’alerte cou­pable. Il a été par la suite condam­né à 35 ans de pri­son après avoir été tor­tu­ré pen­dant sa longue déten­tion pro­vi­soire.

Il y a peu de doutes que si les États-Unis mettent la main sur Assange, un des­tin sem­blable l’attende. Les menaces sur la cap­ture et l’assassinat d’Assange sont deve­nues mon­naie cou­rante chez les extré­mistes poli­tiques aux États-Unis après les calom­nies absurdes du vice-pré­sident Joe Biden selon les­quelles le fon­da­teur de Wiki­Leaks était un cyber­ter­ro­riste. Ceux qui doutent du degré de cruau­té auquel Assange peut s’attendre devraient se sou­ve­nir de l’atterrissage for­cé de l’avion du pré­sident boli­vien en 2013 – sus­pec­té à tort de trans­por­ter Edward Snow­den.

Selon des docu­ments publiés par Snow­den, Assange est sur une liste de cibles de chasse à l’homme. L’offre de Washing­ton pour s’emparer de sa per­sonne, affirment des câbles diplo­ma­tiques aus­tra­liens, est « sans pré­cé­dent par son ampleur et sa nature ». A Alexan­dria, Vir­gi­nie, un grand jury secret a mis cinq ans pour ten­ter de trou­ver le moyen d’accuser Assange d’un crime pour lequel il pour­rait être pour­sui­vi. Ce n’est pas facile. Le Pre­mier amen­de­ment de la Consti­tu­tion amé­ri­caine pro­tège les édi­teurs, les jour­na­listes et les lan­ceurs d’alerte.

Face à cet obs­tacle consti­tu­tion­nel, le Dépar­te­ment amé­ri­cain de la Jus­tice a arran­gé les chefs d’accusation d’espionnage, de conspi­ra­tion pour com­mettre l’espionnage, de conver­sion (vol de pro­prié­tés du gou­ver­ne­ment), de fraude et abus par ordi­na­teur (pira­tage infor­ma­tique) et de conspi­ra­tion géné­rale. L’Espionage Act [loi fédé­rale sur l’espionnage] pré­voit des dis­po­si­tions pour la pri­son à vie et la peine de mort.

La capa­ci­té d’Assange de se défendre dans ce monde kaf­kaïen a été han­di­ca­pée par le fait que les États-Unis ont décla­ré son cas secret d’État. En mars, une cour fédé­rale à Washing­ton a blo­qué la publi­ca­tion de toute infor­ma­tion sur l’enquête rele­vant de la sécu­ri­té natio­nale contre Wiki­Leaks, parce qu’elle était « active et en cours » et que cela por­te­rait atteinte aux « pour­suites en cours » contre Assange. La juge, Bar­ba­ra J. Rosth­stein, a dit qu’il était néces­saire de mon­trer un « res­pect appro­prié envers l’Exécutif en matière de sécu­ri­té natio­nale ». Telle est la jus­tice d’un tri­bu­nal bidon.

Le pre­mier rôle dans cette sombre farce est tenu par la Suède, inter­pré­té par la pro­cu­reure sué­doise Marianne Ny. Jusqu’à récem­ment, Ny a refu­sé de se confor­mer à une pro­cé­dure euro­péenne de rou­tine qui exi­geait d’elle qu’elle se rende à Londres pour inter­ro­ger Assange et faire ain­si avan­cer l’affaire. Pen­dant quatre ans et demi, Ny n’a jamais vrai­ment expli­qué pour­quoi elle refu­sait de se rendre à Londres, exac­te­ment comme les auto­ri­tés sué­doises n’ont jamais expli­qué pour­quoi elles refu­saient de don­ner à Assange la garan­tie qu’elles ne l’extraderaient pas aux États-Unis en ver­tu d’un arran­ge­ment secret entre Stock­holm et Washing­ton. En décembre 2010, The Inde­pendent a révé­lé que les deux gou­ver­ne­ments avaient dis­cu­té de sa pro­chaine extra­di­tion aux États-Unis.

Contrai­re­ment à sa répu­ta­tion des années 1960 d’être un bas­tion de la liber­té, la Suède est deve­nue si proche de Washing­ton qu’elle a auto­ri­sé des res­ti­tu­tions secrètes de la CIA – y com­pris la dépor­ta­tion illé­gale de réfu­giés. La res­ti­tu­tion, et la tor­ture qui a sui­vi, de deux réfu­giés poli­tiques égyp­tiens en 2001 avait été condam­née par le Comi­té contre la tor­ture de l’ONU, Amnes­ty Inter­na­tio­nal et Human Rights Watch ; la com­pli­ci­té et la dupli­ci­té de l’État sué­dois sont docu­men­tées dans un pro­cès civil inten­té avec suc­cès et dans des câbles de Wiki­Leaks. A l’été 2010, Assange s’était envo­lé vers la Suède pour par­ler des révé­la­tions de Wiki­Leaks sur la guerre en Afgha­nis­tan – dans laquelle la Suède avait des forces armées sous com­man­de­ment états-unien.

« Les docu­ments publiés par Wiki­Leaks depuis qu’Assange est en Angle­terre, a écrit Al Burke, direc­teur du maga­zine en ligne Nor­dic News Net­work, une auto­ri­té sur les mul­tiples rebon­dis­se­ments et dan­gers aux­quels est confron­té Assange, indiquent clai­re­ment que la Suède a subi des pres­sions constantes de la part des États-Unis sur les ques­tions rela­tives aux droits civils. Il y a toutes les rai­sons de s’inquiéter du fait que, si Assange devait être pla­cé en déten­tion par les auto­ri­tés sué­doises, il pour­rait être remis aux États-Unis sans prise en compte de ses droits légaux.»

Pour­quoi la pro­cu­reure sué­doise n’a‑t-elle pas réso­lu l’affaire Assange ? Beau­coup de membres de la com­mu­nau­té juri­dique en Suède jugent son com­por­te­ment inex­pli­cable. Autre­fois impla­ca­ble­ment hos­tile à Assange, la presse sué­doise a publié des gros titres comme : « Va à Londres, pour l’amour de Dieu. »

Pour­quoi ne l’a‑t-elle pas fait ? Ou plu­tôt, pour­quoi n’autorise-t-elle pas le tri­bu­nal sué­dois à accé­der aux cen­taines de mes­sages SMS que la police a extraits du télé­phone d’une des deux femmes impli­quées dans les allé­ga­tions d’inconduite ? Pour­quoi ne les remet-elle pas aux avo­cats sué­dois d’Assange ? Elle dit qu’elle n’est pas tenue léga­le­ment de le faire jusqu’à ce qu’une incul­pa­tion for­melle soit pro­non­cée et qu’elle l’ait inter­ro­gé. Alors pour­quoi ne l’interroge-t-elle pas ? Et si elle l’avait inter­ro­gé, les condi­tions qu’elle lui pose­rait, à lui et à ses avo­cats – qu’ils ne pour­raient pas lui contes­ter – feraient d’une injus­tice une qua­si cer­ti­tude.

Sur un point de droit, la Cour suprême de Suède a déci­dé que Ny peut conti­nuer à faire obs­truc­tion sur la ques­tion vitale des mes­sages SMS. Cela ira main­te­nant à la Cour euro­péenne des droits de l’homme. Ce que Ny craint, c’est que les mes­sages SMS détruisent son affaire contre Assange. L’un des mes­sages indique clai­re­ment que l’une des femmes ne vou­lait pas qu’une plainte soit por­tée contre Assange, « mais les poli­ciers étaient dési­reux d’avoir prise sur lui ». Elle a été « cho­quée » lorsqu’ils l’ont arrê­té, parce qu’elle « vou­lait seule­ment qu’il fasse un test [HIV]». Elle « ne vou­lait pas accu­ser JA de quoi que ce soit » et « c’est la police qui a consti­tué les charges ». (Dans un témoi­gnage, elle est citée disant qu’elle « s’était fait avoir par la police et les autres autour d’elle ».)

Ni l’une ni l’autre femme n’ont affir­mé avoir été vio­lées. En effet, toutes deux ont nié l’avoir été et l’une d’elles a twee­té depuis : « Je n’ai pas été vio­lée.» Il est évident qu’elles ont été mani­pu­lées par la police et que leurs sou­haits ont été igno­rés – quoique leurs avo­cats puissent en dire main­te­nant. C’est cer­tain, elles sont vic­times d’une saga qui ruine la répu­ta­tion de la Suède elle-même.

Pour Assange, le seul pro­cès a été celui tenu par les médias. Le 20 août 2010, la police a ouvert une enquête pour viol et immé­dia­te­ment – et illé­ga­le­ment –, les tabloïds de Stock­holm ont dit qu’il y avait un man­dat d’arrestation d’Assange pour « le viol de deux femmes ». C’est la nou­velle qui a fait le tour du monde.

A Washing­ton, un Secré­taire amé­ri­cain à la Défense sou­riant, Robert Gates, a dit aux jour­na­listes que l’arrestation était « une bonne nou­velle » pour lui. Des comptes Twit­ter asso­ciés au Penta­gone ont décrit Assange comme un vio­leur et un fugi­tif.

Moins de 24 heures plus tard, la pro­cu­reure en chef de Stock­holm, Eva Finne, a repris l’enquête. Elle n’a pas tar­dé à annu­ler le man­dat d’arrêt, disant : « Je ne crois pas qu’il y ait une rai­son quel­conque de soup­çon­ner qu’il a com­mis un viol.»Quatre jours plus tard, elle a com­plè­te­ment reje­té l’enquête sur le viol, affir­mant : « Il n’y a aucune sus­pi­cion de quelque crime que ce soit.» Le dos­sier était clos.

Entre en scène Claes Borg­strom, un émi­nent poli­ti­cien du Par­ti social-démo­crate alors can­di­dat aux élec­tions géné­rales en Suède qui devaient se dérou­ler tout pro­chai­ne­ment. Dans les jours qui ont sui­vi le non-lieu décla­ré par la pro­cu­reure en chef, Borg­strom, un avo­cat, a annon­cé à la presse qu’il repré­sen­tait les deux femmes et qu’il avait cher­ché un autre pro­cu­reur dans la ville de Gothen­berg. C’était Marianne Ny, que Borg­strom connais­sait bien, per­son­nel­le­ment et poli­ti­que­ment.

siege-assange-2.jpg

Le 30 août, Assange s’est ren­du volon­tai­re­ment dans un poste de police à Stock­holm et a répon­du à toutes les ques­tions qui lui étaient posées. Il a com­pris que c’était la fin de l’affaire. Deux jours plus tard, Ny a annon­cé qu’elle rou­vrait le dos­sier. Borg­strom était ques­tion­né par un jour­na­liste sué­dois deman­dant pour­quoi l’affaire repre­nait alors qu’elle avait déjà été reje­tée, citant l’une des femmes disant qu’elle n’avait pas été vio­lée. « Ah, mais elle n’est pas juriste. » L’avocat aus­tra­lien d’Assange, James Cat­lin, a répon­du : « C’est un sujet de déri­sion… C’est comme s’ils l’inventaient au fur et à mesure.»

Le jour où Marianne Ny a réac­ti­vé le cas, le chef des ren­sei­gne­ments mili­taires sué­dois – dont l’acronyme est MUST – a dénon­cé publi­que­ment Wiki­Leaks dans un article inti­tu­lé Wiki­Leaks [is] a threat to our sol­diers [Wiki­Leaks [est] une menace pour nos sol­dats]. Assange était aver­ti que les ser­vices de ren­sei­gne­ment sué­dois, le SAPO, avaient été infor­més par leurs homo­logues états-uniens que les arran­ge­ments sur le par­tage des ren­sei­gne­ments entre les États-Unis et la Suède seraient rom­pus si la Suède le pro­té­geait.

Pen­dant cinq semaines, Assange a atten­du en Suède que la nou­velle enquête suive son cours. Le Guar­dian était alors sur le point de publier les Jour­naux de la guerre en Irak basés sur les révé­la­tions de Wiki­Leaks, qu’Assange devait super­vi­ser. Son avo­cat à Stock­holm a deman­dé à Ny si elle avait une objec­tion quel­conque à ce qu’il quitte le pays. Elle a dit qu’il était libre de par­tir.

Inex­pli­ca­ble­ment, sitôt qu’il a eu quit­té la Suède – à l’apogée de l’intérêt des médias et du public pour les révé­la­tions de Wiki­Leaks – Ny a émis un man­dat d’arrêt euro­péen et une alerte rouge Inter­pol, uti­li­sée nor­ma­le­ment pour les ter­ro­ristes et les cri­mi­nels dan­ge­reux. Dif­fu­sé en cinq langues tout autour de la terre, il a sus­ci­té la fré­né­sie des médias.

Assange s’est ren­du dans un poste de police à Londres, a été arrê­té et a pas­sé dix jours à la pri­son de Wand­sworth, à l’isolement. Libé­ré sous une cau­tion de £340 000, il était sur­veillé élec­tro­ni­que­ment, tenu de se pré­sen­ter à la police quo­ti­dien­ne­ment et pla­cé en rési­dence sur­veillée vir­tuelle tan­dis que son affaire com­men­çait son long voyage vers la Cour suprême. Il n’avait encore été incul­pé d’aucune infrac­tion. Ses avo­cats répé­taient son offre d’être inter­ro­gé par Ny à Londres, sou­li­gnant qu’elle lui avait don­né l’autorisation de quit­ter la Suède. Ils ont pro­po­sé de recou­rir à un dis­po­si­tif spé­cial de Scot­land Yard, com­mu­né­ment uti­li­sé dans ce but. Elle a refu­sé.

Katrin Axels­son et Lisa Long­staff de Women Against Rape [Femmes contre le viol]ont écrit : « Les accu­sa­tions contre [Assange] sont un écran de fumée der­rière lequel cer­tains gou­ver­ne­ments tentent de punir Wiki­Leaks pour avoir auda­cieu­se­ment révé­lé au public leurs plans secrets de guerres et d’occupation avec les viols, meurtres et des­truc­tions qui les accom­pagnent… Les auto­ri­tés se sou­cient si peu de la vio­lence contre les femmes qu’ils mani­pulent les allé­ga­tions de viol à volon­té. [Assange] a clai­re­ment fait savoir qu’il est dis­po­nible pour être inter­ro­gé par les auto­ri­tés sué­doises, en Grande-Bre­tagne ou par Skype. Pour­quoi refusent-elles cette étape essen­tielle dans leur enquête ? De quoi ont-elles peur ?»

Cette ques­tion est res­tée sans réponse lorsque Ny a lan­cé un man­dat d’arrêt euro­péen (MAE), un pro­duit impi­toyable et aujourd’hui dis­qua­li­fié de la guerre contre la ter­reur, pré­ten­du­ment des­ti­né à arrê­ter des ter­ro­ristes et des cri­mi­nels orga­ni­sés. Ce MAE a abo­li l’obligation pour l’État requé­rant de four­nir la moindre preuve d’un crime. Plus d’un mil­lier de MAE sont lan­cés chaque mois ; seuls quelques-uns ont quelque chose à voir avec des charges poten­tielles de ter­ro­risme. La plu­part sont émis pour des infrac­tions mineures, telles que des frais ban­caires et des amendes. La plu­part de ceux qui sont extra­dés subissent des mois d’emprisonnement sans incul­pa­tion. Il y a eu un grand nombre de dénis de jus­tice, que les juges bri­tan­niques ont très for­te­ment cri­ti­qués.

L’affaire Assange est enfin arri­vée en mai 2012 à la Cour suprême du Royaume-Uni. Dans un juge­ment qui a main­te­nu le MAE – dont les exi­gences rigides n’ont lais­sé presque aucune marge de manœuvre aux tri­bu­naux – les juges ont trou­vé que les pro­cu­reurs euro­péens pour­raient émettre des man­dats d’extradition au Royaume-Uni sans sur­veillance judi­ciaire, même si le Par­le­ment l’entendait autre­ment. Ils ont dit clai­re­ment que le Par­le­ment avait été induit en erreur par le gou­ver­ne­ment Blair. La Cour était divi­sée, 5 contre 2, et par consé­quent s’est pro­non­cée contre Assange.

Tou­te­fois, le pré­sident de la Cour suprême, Lord Phil­lips, a fait une erreur. Il a appli­qué la Conven­tion de Vienne sur l’interprétation des trai­tés, auto­ri­sant la pra­tique de l’État à déro­ger à la loi. Comme l’avocate d’Assange, Dinah Rose QC, l’a sou­li­gné, cela ne s’applique par au MAE.

La Cour suprême n’a recon­nu cette erreur cru­ciale que lorsqu’elle a trai­té un autre recours contre le MAE en novembre 2013. La déci­sion Assange avait été erro­née, mais c’était trop tard pour reve­nir en arrière. Avec une extra­di­tion immi­nente, la pro­cu­reure sué­doise a dit aux avo­cats d’Assange que celui-ci, une fois en Suède, serait immé­dia­te­ment pla­cé dans l’un des infâmes centres de déten­tion pro­vi­soire sué­dois.

Le choix d’Assange était dif­fi­cile : être extra­dé vers un pays qui avait refu­sé de dire si oui ou non il l’enverrait aux États-Unis ou recher­cher ce qui sem­blait sa der­nière chance de refuge et de sécu­ri­té. Sou­te­nu par la plus grande par­tie de l’Amérique latine, le cou­ra­geux gou­ver­ne­ment de l’Équateur lui a accor­dé le sta­tut de réfu­gié sur la base de preuves docu­men­tées et d’avis juri­diques attes­tant qu’il était confron­té à la pers­pec­tive d’une puni­tion cruelle et inusi­tée aux États-Unis ; que cette menace vio­lait ses droits humains fon­da­men­taux ; et que son propre gou­ver­ne­ment, en Aus­tra­lie, l’avait aban­don­né et était de conni­vence avec Washing­ton. Le gou­ver­ne­ment tra­vailliste du Pre­mier ministre Julia Gil­lard avait même mena­cé de lui reti­rer son pas­se­port.

Gareth Peirce, la célèbre avo­cate des droits humains qui repré­sente Assange à Londres, a écrit au ministre des Affaires aus­tra­lien d’alors, Kevin Rudd : « Compte tenu de l’ampleur du débat public, fré­quem­ment sur la base d’hypothèses entiè­re­ment fausses […] il est très dif­fi­cile de ten­ter de pré­ser­ver pour lui toute pré­somp­tion d’innocence. Aujourd’hui, ce n’est pas une mais deux épées de Damo­clès qui menacent Assange, l’extradition poten­tielle vers deux juri­dic­tions dif­fé­rentes, à leur tour pour deux crimes pré­su­més dif­fé­rents, dont aucun ne sont des crimes dans son propre pays, et sa sécu­ri­té per­son­nelle est deve­nue ris­quée dans des cir­cons­tances qui sont extrê­me­ment char­gées poli­ti­que­ment.»

Ce n’est que lorsqu’elle a contac­té la Haute com­mis­sion aus­tra­lienne à Londres que Peirce a reçu une réponse, qui ne répon­dait à aucun des points pres­sants qu’elle avait sou­le­vés. Dans une assem­blée où je m’étais ren­du avec elle, le consul géné­ral d’Australie, Ken Pas­coe, a fait la décla­ra­tion éton­nante qu’il ne savait « que ce que je lis dans les jour­naux » sur les détails de l’affaire.

Pen­dant ce temps, la pers­pec­tive d’une erreur judi­ciaire gro­tesque était noyée dans une cam­pagne inju­rieuse contre le fon­da­teur de Wiki­Leaks. Des attaques per­son­nelles graves, vicieuses et inhu­maines ont visé un homme qui n’était accu­sé d’aucun crime mais se trou­vait sou­mis à un trai­te­ment qui ne serait même pas infli­gé à un jus­ti­ciable mena­cé d’extradition parce qu’accusé d’avoir assas­si­né sa femme. Le fait que la menace des États-Unis contre Assange était une menace pour tous les jour­na­listes, pour la liber­té d’expression, s’est per­du dans le sor­dide et l’ambitieux.

Des livres ont été publiés, des contrats pour des films ont été conclus et des car­rières dans les médias ont été lan­cées, ou ont com­men­cé, sur le dos de Wiki­Leaks, en par­tant de l’idée qu’attaquer Assange était de bonne guerre et qu’il était trop pauvre pour enga­ger des pour­suites. Des gens ont gagné de l’argent, sou­vent beau­coup d’argent, tan­dis que Wiki­Leaks a lut­té pour sur­vivre. Le rédac­teur en chef du Guar­dian, Alan Rus­brid­ger, a appe­lé les révé­la­tions de Wiki­Leaks, que son jour­nal a publiées, « l’un des plus grands scoops jour­na­lis­tiques des 30 der­nières années ». C’est deve­nu une par­tie de son plan mar­ke­ting pour aug­men­ter le prix de cou­ver­ture de son jour­nal.

Sans qu’un cen­time aille à Assange ou à Wiki­Leaks, un livre très en vogue du Guar­dian a débou­ché sur un film de Hol­ly­wood très lucra­tif. Les auteurs du livre, Luke Har­ding et David Leigh, ont décrit Assange, de manière gra­tuite, comme une « per­son­na­li­té abî­mée » et « insen­sible ». Ils ont aus­si révé­lé le mot de passe secret qu’il avait don­né au jour­nal en toute confiance, et qui était des­ti­né à pro­té­ger un fichier numé­rique conte­nant les câbles de l’ambassade des États-Unis. Avec Assange pris au piège dans l’ambassade équa­to­rienne, Har­ding, debout dehors avec la police, s’est van­té sur son blog que « Scot­land Yard pour­rait rire le der­nier ».

L’injustice infli­gée à Assange est l’une des rai­sons qui ont pous­sé le Par­le­ment à réfor­mer la loi sur l’extradition afin de pré­ve­nir l’utilisation du MAE. Le fourre-tout impi­toyable uti­li­sé contre lui n’existe plus aujourd’hui ; des incul­pa­tions devraient être dépo­sées et l’interrogatoire ne consti­tue­rait pas un motif suf­fi­sant pour une extra­di­tion. « Son cas a été gagné en bloc, m’a dit Gareth Peirce, ces chan­ge­ments dans la loi signi­fient que le Royaume-Uni recon­naît main­te­nant comme cor­rect tout ce qui a été argu­men­té dans son cas. Sim­ple­ment, il n’en béné­fi­cie pas.» Autre­ment dit, les modi­fi­ca­tions de la loi bri­tan­nique en 2014 signi­fient qu’Assange aurait gagné son affaire et qu’il n’aurait pas été contraint de deve­nir un réfu­gié.

La déci­sion de l’Équateur de pro­té­ger Assange en 2012 est née dans une affaire inter­na­tio­nale impor­tante. Même si l’octroi de l’asile est un acte huma­ni­taire, que tous les États ont le pou­voir d’accorder en ver­tu du droit inter­na­tio­nal, tant la Suède que le Royaume-Uni ont refu­sé de recon­naître la légi­ti­mi­té de la déci­sion de l’Équateur. Igno­rant le droit inter­na­tio­nal, le gou­ver­ne­ment Came­ron a refu­sé d’accorder à Assange un pas­sage sécu­ri­sé vers l’Équateur. En lieu et place, l’ambassade équa­to­rienne a été assié­gée et son gou­ver­ne­ment a été per­sé­cu­té par une série d’ultimatums. Lorsque le Forei­gn Office [minis­tère des Affaires étran­gères] de William Hague a mena­cé de vio­ler la Conven­tion de Vienne sur les rela­tions diplo­ma­tiques, aver­tis­sant que cela sup­pri­me­rait l’immunité diplo­ma­tique de l’ambassade et y enver­rait la police pour prendre Assange, l’indignation dans le monde entier a contraint le gou­ver­ne­ment à recu­ler. Pen­dant une nuit, la police est appa­rue aux fenêtres de l’ambassade dans une ten­ta­tive évi­dente d’intimider Assange et ses pro­tec­teurs.

Depuis lors, Julian Assange a été confi­né dans une petite chambre sous la pro­tec­tion de l’Équateur, sans lumière du soleil ni espace pour prendre de l’exercice, encer­clé par la police qui a l’ordre de l’arrêter à vue. Pen­dant trois ans, l’Équateur a dit clai­re­ment à la pro­cu­reure sué­doise qu’Assange est dis­po­nible pour être inter­ro­gé dans l’ambassade de Londres, et pen­dant trois ans celle-ci a per­sis­té dans son intran­si­geance. Pen­dant la même période, la Suède a inter­ro­gé qua­rante-quatre per­sonnes au Royaume-Uni en rela­tion avec des enquêtes poli­cières. Son rôle, et celui de l’État sué­dois, est mani­fes­te­ment poli­tique ; quant à Ny, qui pren­dra sa retraite dans deux ans, elle doit gagner.

En déses­poir de cause, Assange a contes­té le man­dat d’arrêt auprès des tri­bu­naux sué­dois. Ses avo­cats ont cité des arrêts de la Cour euro­péenne des droits de l’homme confir­mant qu’il avait été pla­cé en déten­tion arbi­traire et indé­fi­nie et qu’il avait été un pri­son­nier vir­tuel pen­dant plus de temps que toute peine de pri­son effec­tive qu’il pour­rait subir. Le juge de la Cour d’appel a été d’accord avec les avo­cats d’Assange : la pro­cu­reure a en effet man­qué à ses devoirs en sus­pen­dant l’affaire pen­dant des années. Un autre juge a émis un blâme à l’endroit de la pro­cu­reure. Et pour­tant, elle a défié la Cour.

En décembre der­nier, Assange a por­té son cas devant la Cour suprême de Suède, qui a ordon­né au supé­rieur de Marianne Ny – le pro­cu­reur géné­ral de Suède Anders Perk­lev – de s’expliquer. Le len­de­main, Ny a annon­cé, sans expli­ca­tion, qu’elle avait chan­gé d’avis et inter­ro­ge­rait main­te­nant Assange à Londres.

Dans son mémoire à la Cour suprême, le pro­cu­reur géné­ral a fait quelques conces­sions impor­tantes : il a sou­te­nu que la coer­ci­tion d’Assange avait été intru­sive et que la période pas­sée dans l’ambassade avait été une grande ten­sion pour lui. Il a même concé­dé que si l’affaire avait débou­ché sur une incul­pa­tion, un pro­cès, une condam­na­tion et une peine en Suède, Julian Assange aurait quit­té ce pays depuis long­temps.

Dans une déci­sion non una­nime, un juge de la Cour suprême a fait valoir que le man­dat d’arrêt aurait dû être révo­qué. La majo­ri­té des juges a sta­tué que puisque la pro­cu­reure avait dit qu’elle irait à Londres, les argu­ments d’Assange étaient deve­nus sans objet. Mais la Cour a sta­tué qu’elle aurait inten­té une action contre la pro­cu­reure si elle n’avait pas subi­te­ment chan­gé d’avis. Jus­tice par caprice. Écri­vant dans la presse sué­doise, un ancien pro­cu­reur sué­dois, Rolf Hil­le­gren, a accu­sé Ny de perdre toute impar­tia­li­té. Il a décrit son enga­ge­ment per­son­nel dans l’affaire comme anor­mal et a deman­dé qu’elle soit rem­pla­cée.

Après avoir dit qu’elle se ren­drait à Londres en juin, Ny n’y est pas allée elle-même, mais a envoyé un adjoint, sachant que l’interrogatoire ne serait pas légal dans ces condi­tions, notam­ment parce que la Suède n’avait pas pris la peine d’obtenir l’autorisation de l’Équateur pour la ren­contre. En même temps, son bureau a aver­ti le tabloïd sué­dois Expres­sen, qui a envoyé son cor­res­pon­dant à Londres plan­quer devant l’ambassade équa­to­rienne pour gla­ner des infor­ma­tions. L’information était que Ny annu­lait le ren­dez-vous et accu­sait l’Équateur de confu­sion et, impli­ci­te­ment, Assange de non-coopé­ra­tion – alors que c’est le contraire qui était vrai.

Comme la date du délai de pres­crip­tion approche – le 20 août – un autre cha­pitre de cette épou­van­table his­toire sui­vra cer­tai­ne­ment, avec Marianne Ny tirant un autre lapin de son cha­peau et les com­mis­saires et les pro­cu­reurs à Washing­ton qui en seront les béné­fi­ciaires. Peut-être que rien de tout cela n’est sur­pre­nant. En 2008, une guerre contre Wiki­Leaks et Julian Assange était pré­dite dans un docu­ment secret du Penta­gone pré­pa­ré par la Cel­lule d’analyse du contre-espion­nage infor­ma­tique. Il décri­vait un plan détaillé pour détruire le sen­ti­ment de confiance qui est le centre de gra­vi­té de Wiki­Leaks. Ce serait atteint avec des menaces d’exposition et de pour­suites pénales. Faire taire et cri­mi­na­li­ser une source aus­si rare de divul­ga­tion de la véri­té était le but, la calom­nie le moyen. Tan­dis que ce scan­dale conti­nue, la vraie idée de la jus­tice se rata­tine, en même temps que la répu­ta­tion de la Suède, et l’ombre de la menace de l’Amérique nous atteint tous.

Par John Pil­ger

Source de l’ar­ticle : mon­dia­li­sa­tion

wikileaks-assange-story-top-2.jpg

Ecou­tez l’interview de John Pil­ger par Eric Drait­ser dans Epi­sode 12 sur le pod­case de Radio Coun­ter­Punch.

C’est une ver­sion actua­li­sée de l’enquête réa­li­sée en 2014 par John Pil­ger, qui raconte l’histoire non écrite d’une cam­pagne inces­sante, en Suède et aux États-Unis, pour dénier toute jus­tice à Julian Assange et réduire Wiki­Leaks au silence.

Pour des infor­ma­tions com­plé­men­taires impor­tantes, cli­quez sur les liens sui­vants :

http://justice4assange.com/extraditing-assange.html

http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/assange-could-face-espionage-trial-in-us-2154107.html

https://justice4assange.com/Timeline.html

https://justice4assange.com/Timeline.html

http://pdfserver.amlaw.com/nlj/wikileaks_doj_05192014.pdf

https://wikileaks.org/59-International-Organizations.html

https://s3.amazonaws.com/s3.documentcloud.org/documents/1202703/doj-letter-re-wikileaks‑6 – 19-14.pdf

http://www.theguardian.com/media/2015/jul/23/julian-assange-ecuador-and-sweden-in-tense-standoff-over-interview?CMP=twt_gu

http://assangeinsweden.com/2015/03/17/the-prosecutor-in-the-assange-case-should-be-replaced/

https://justice4assange.com/Prosecutor-cancels-Assange-meeting.html

John Pil­ger peut être joint sur son site inter­net : www.johnpilger.com