La seconde mort d’Ossama Ben Laden

Par Paul Craig Roberts

Image_1-68.png

Le 3 mai 2011

Si aujourd’hui était le 1er Avril et non le 02 Mai, nous pour­rions dire que la grosse nou­velle du matin qu’Ossama Ben Laden a été tué dans une fusillade au Pakis­tan et inhum­mé illi­co en mer, est un pois­son d’Avril. Faute de cela, nous devons prendre cette nou­velle comme la preuve que le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain a une croyance illi­mi­tée en la naï­ve­té chro­nique des amé­ri­cains.

Réfléchissez‑y un peu. Quelles sont les chances qu’une per­sonne souf­frant d’une mala­die des reins deman­dant une dia­lyse quo­ti­dienne, étant de plus affli­gée de dia­bète et d’une basse ten­sion arté­rielle, puisse sur­vivre dans des cachettes mon­ta­gneuses pen­dant une décen­nie ? Si même Ben Laden avait pu obte­nir l’équipement de dia­lyse néces­saire ain­si que l’attention médi­cale suf­fi­sante à sa condi­tion patho­lo­gique, l’équipement néces­saire ne poin­te­rait-il pas à la longue vers l’endroit où il se trouve ? Pour­quoi cela a t’il pris 10 ans pour le trou­ver ?

Consi­dé­rez éga­le­ment les allé­ga­tions faites par les médias triom­pha­listes célé­brant la mort de Ben Laden que “Ben Laden a consa­cré ses mil­lions à finan­cer des camps ter­ro­ristes au Sou­dan, aux Phi­lip­pines, en Afgha­nis­tan, envoyant des ‘guer­riers sanc­ti­fiés’ pour fomen­ter des révo­lu­tions et lut­ter avec des fon­da­men­ta­listes musul­mans en Afrique du Nord, en Tchét­ché­nie, Tajii­kis­tan et en Bos­nie.” Ceci repré­sente beau­coup d’activités pour “quelques mil­lions” (et peut-être que les amé­ri­cians auraient dû le mettre res­pon­sable du penta­gone), mais la ques­tion majeure demeure : com­ment Ben Laden était-il capable de trans­fé­rer son argent ? Quel sys­tème ban­caire l’aidait-il ? Le gou­ver­ne­ment US est capable de sai­sir les biens et les divi­dendes de gens et de pays entiers, la Libye étant le cas le plus récent.

Pour­quoi donc pas Ben Laden ? Trans­por­tait-il avec lui 100 mil­lions de dol­lars en pièces d’or et envoyait-il des émis­saires dis­tri­buer les paie­ments de ses loin­taines opé­ra­tions ? La nou­velle de ce matin a l’odeur et la marque d’un évè­ne­ment pré­fa­bri­qué. L’odeur émane de manière insis­tante des rap­ports de presse triom­pha­listes tous pom­pés d’exagérations, et de la part des célé­bra­teurs agi­tant des dra­peaux en chan­tant “USA, USA”. Se pour­rait-il qu’il en soit autre­ment ?

Il ne fait aucun doute que le pré­sident Oba­ma a dése­pé­ré­ment besoin d’une vic­toire. Il a com­mis la folle erreur de recom­men­cer la guerre en Afgha­nis­tan et main­te­nant après une décen­nie de com­bats, les forces amé­ri­caines et le gou­ver­ne­ment font face à l’enlisement, sinon la défaite. Les guerres des régimes Bush et Oba­ma ont mis les Etats-Unis en ban­que­route, lais­sant une trai­née de lourds défi­cits et un dol­lar en déclin total. Le temps des élec­tions (ré-élec­tions) approche à grands pas.

Les men­songes et magouilles mul­tiples des der­nières admi­nis­tra­tions, comme celui des “armes de des­truc­tion mas­sive”, ont eu des consé­quences dra­ma­tiques pour les Etats-Unis et le monde. Mais tous les men­songes ne sont pas les mêmes. Vous sou­ve­nez-vous que la rai­son prin­ci­pale d’envahir l’Afghanistan en pre­mier lieu fut pour attap­per Ben Laden. Main­te­nant que le pré­sident Oba­ma a décla­ré offi­ciel­le­ment que Ben Laden a été abat­tu d’une balle dans la tête par les forces spé­ciales US opé­rant dans un pays indé­pen­dant et sou­ve­rain et qu’il a été inhu­mé en mer, il n’y a donc plus aucune rai­son de conti­nuer la guerre.

Peut-être que le déclin pré­ci­pi­té du dol­lar US sur les mar­chés de change a for­cé des réduc­tions de bud­get, qui ne peuvent sur­ve­nir qu’en inter­rom­pant des guerres sans fin. Jusqu’à ce que le déclin du dol­lar n’atteigne un point de gra­vi­té déci­sive, Ossa­ma Ben Laden, dont bien des experts pensent qu’il est mort depuis des années, a été un homme de paille très utile afin de conti­nuer à ali­men­ter la source de pro­fit du com­plexe mili­ta­ro-indus­triel et de son corol­laire de la sécu­ri­té.


Article ori­gi­nal en anglais, Osa­ma bin Laden’s Second Death, publié le 2 mai 2011.
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=24587

Tra­duc­tion : Resis­tance 71

© Droits d’au­teurs Paul Craig Roberts, Mondialisation.ca, 2011

L’a­dresse url de cet article est : www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=ROB20110503&articleId=24609

© Copy­right 2005 – 2008 Mondialisation.ca