Le Parlement européen censure des caricatures grecques

La moi­tié des cari­ca­tures de des­si­na­teurs grecs qui devaient être expo­sées au Par­le­ment euro­péen à l’occasion du 60ème anni­ver­saire de l’Union euro­péenne, a été inter­dite. Les orga­ni­sa­teurs et les des­si­na­teurs dénoncent une cen­sure injus­ti­fiée.

-1240.jpg

L’eu­ro­dé­pu­té grec Sté­lios Kou­lo­glou (GUE-GVN) et l’eu­ro­dé­pu­té fran­çais Patrick Le Hya­ric (GUE-GVN) ont vou­lu orga­ni­ser une expo­si­tion pour mar­quer le 60ème anni­ver­saire de l’U­nion euro­péenne en deman­dant à des cari­ca­tu­ristes de déli­vrer en des­sins leur vision l’ac­tua­li­té récente de l’Eu­rope. L’ex­po­si­tion devait se tenir au Par­le­ment euro­péen à par­tir du 25 sep­tembre Mais sur les 28 cari­ca­tures grecques, 12 ont été inter­dites, une pre­mière à la connais­sance des orga­ni­sa­teurs au sein de l’or­gane dit “démo­cra­tique”.

Tout pro­jet d’exposition dans l’enceinte du Par­le­ment euro­péen est sou­mis à l’autorisation d’un « ques­teur », c’est-à-dire d’un ou d’une dépu­tée agis­sant au nom du Par­le­ment. Sa mis­sion est de véri­fier que ce qui est expo­sé est bien conforme aux « valeurs euro­péennes » et qu’il ne va pro­duire « aucun effet inflam­ma­toire », selon la ter­mi­no­lo­gie en vigueur, c’est-à-dire, pro­vo­quer des polé­miques entre pays ou groupes poli­tiques, qui pour­raient être pré­ju­di­ciables à l’unité déjà bien mal en point de l’Europe.

C’est la dépu­tée libé­rale bri­tan­nique Cathe­rine Bear­der, inves­tie de cette fonc­tion de « ques­teur, » qui vient donc de décré­ter que douze des cari­ca­tures ne répon­daient pas aux cri­tères du poli­ti­que­ment cor­rect, selon les normes euro­péennes. Une inter­pré­ta­tion que conteste vigou­reu­se­ment Sté­lios Kou­lou­glou qui montre les cari­ca­tures reca­lées.« Rire n’est pas une valeur anti-euro­péenne ! » s’insurge le dépu­té grec.

-1247.jpg

Dimitri Georgopalis, un des dessinateurs grecs censurés répond à nos questions :

1) Quelle est votre réac­tion au fait que le par­le­ment euro­péen, qui se dit “l’or­gane démo­cra­tique de l’UE” ait choi­si de cen­su­rer votre tra­vail ?

Mal­heu­reu­se­ment, les ins­ti­tu­tions prin­ci­pales de l’U­nion euro­péenne telles que le Par­le­ment euro­péen ont arrê­té depuis long­temps de jouer un rôle réel dans l’é­la­bo­ra­tion de poli­tiques euro­péennes. Le Par­le­ment euro­péen devrait sou­le­ver des pro­blèmes tels que la mon­tée du néo-nazisme et de l’eu­ros­cep­ti­cisme d’ex­trême-droite dans des pays appau­vris par l’im­po­si­tion de mesures poli­tiques néo­li­bé­rales extrêmes, la pré­va­lence des per­cep­tions xéno­phobes et tant d’autres choses. Il devrait être le contre­poids à la poli­tique uni­di­men­sion­nelle déci­dée et impo­sée par l’EU­RO­GROUPE. Au contraire, il choi­sit de jouer un rôle de « rem­part », en s’op­po­sant à toutes les opi­nions dif­fé­rentes qui cherchent à mettre en évi­dence les pro­blèmes ci-des­sus.

2) Quel mes­sage vou­liez-vous faire pas­ser par le biais de votre cari­ca­ture ?

La cari­ca­ture a le pou­voir de “par­ler” de sujets tabous. Elle a l’a­van­tage de pou­voir acti­ver la pen­sée du lec­teur, de sti­mu­ler ses pré­oc­cu­pa­tions et de lui pré­sen­ter la réa­li­té d’un point de vue qu’il n’a jamais ima­gi­né. Il fonc­tionne sou­vent comme un signal alarme, un aver­tis­se­ment. Plus pré­ci­sé­ment avec mon cro­quis qui a été “cou­pé” (de l’ex­po­si­tion) par la ques­teur du Par­le­ment euro­péen, je veux mettre en garde contre la muta­tion de l’Eu­rope dûe à la hausse conti­nue du néo-nazisme. La ques­tion des réfu­giés a fait res­sor­tir de nom­breux débats.

Si les pays du Vise­grad (Pologne, la Hon­grie, la Répu­blique Tchèque et la Slo­va­quie) ne fer­maient pas leurs fron­tières, si des néo­na­zis n’é­taient pas actifs au sein du gou­ver­ne­ment hon­grois, si la mon­tée de l’ex­trême-droite dans de nom­breux pays euro­péens n’é­tait pas un fait et tant d’autres choses, je n’au­rait aucune raison/stimulation de cari­ca­tu­rer autour de ça.

De plus (presque tou­jours), un cro­quis est la réac­tion à une action. Si tout cela n’exis­tait pas, je n’au­rais aucune rai­son de le trai­ter.

Mal­heu­reu­se­ment, je pense que les Euro­péens n’é­coutent pas nos son­nettes d’a­larme — les aver­tis­se­ments de nos cro­quis. Le résul­tat des récentes élec­tions alle­mandes confirme cela. La grande ascen­sion du par­ti extré­miste néo-nazi AFD est tris­te­ment une réa­li­té. Mais, pour notre mal­heur à tous, Madame la Ques­teur, la réa­li­té “ne peut être cen­su­rée”…

Dimi­tri Geor­go­pa­lis nous informe éga­le­ment que son même des­sin a été expo­sé à Maas­tricht en décembre 2016 dans le cadre de l’ex­po­si­tion “Europe Cal­ling” pour les 25 ans de la signa­ture du trai­té de Maas­tricht, sans que le des­sin soit cen­su­ré…

Les euro­dé­pu­tés, Sté­lios Kou­lo­glou et Patrick Le Hya­ric ont adres­sé une lettre au Pré­sident du Par­le­ment euro­péen, M. Anto­nio Taja­ni, une lettre pour l’heure sans réponse.

Des­ti­na­taire : M. Anto­nio Taja­ni, Pré­sident du Par­le­ment Euro­péen

15.09.2017

Hono­rable Pré­sident,

C’est avec grande tris­tesse que je vous adresse ma lettre, par laquelle je sou­haite vous infor­mer d’une ten­ta­tive de cen­sure sans pré­cèdent au sein du Par­le­ment euro­péen.

Avec mon col­lègue, Patrick Le HYARIC (GUE/NGL), nous allons orga­ni­ser une expo­si­tion cultu­relle « EU turns 60 : A Car­toon par­ty » durant la semaine du 25 – 29 Sep­tembre, dans un des lieux d’exposition du Par­le­ment. A l’occasion du 60ème anni­ver­saire du Trai­té de Rome, nous sou­hai­tons expo­ser des cari­ca­tures humo­ris­tiques et poli­tiques de des­si­na­teurs Grecs et Fran­çais recon­nus dans leurs pays.

Nous avons sou­mis à Mme Cathe­rine Bear­der, la ques­teur res­pon­sable pour « les mani­fes­ta­tions cultu­relles et artis­tiques par­rai­nées par les dépu­tés », l’ensemble des cari­ca­tures que nous sou­hai­tons expo­ser comme indi­qué par les règles internes du Par­le­ment. À notre grande sur­prise, Mme Cathe­rine Bear­der, nous a infor­més que 12 des cari­ca­tures pra­ti­que­ment la moi­tié doivent être enle­vées du lieu d’exposition.

Mme Bear­der a uti­li­sé comme excuse l’article 2-§3 des « règles internes pour les mani­fes­ta­tions cultu­relles et artis­tiques », qui men­tionne que « Dans le cadre de son pou­voir d’ap­pré­cia­tion, le Bureau se pro­nonce sur chaque demande indi­vi­duel­le­ment, en veillant au res­pect de la digni­té et de l’i­mage de l’ins­ti­tu­tion et en tenant compte des dis­po­ni­bi­li­tés tech­niques ». De plus, Mme Bear­der a men­tion­né les élec­tions alle­mandes comme argu­ment sup­plé­men­taire pour ne pas expo­ser les 12 cari­ca­tures.

Ci-joint vous trou­ve­rez quelques cari­ca­tures qui ont été refu­sées. Comme vous pou­vez le voir aucune n ‘est infa­mante ou irres­pec­tueuse envers les valeurs de l’Union Euro­péenne. Aucune des cari­ca­tures ne peut être défi­nie selon l’article men­tion­né. Nous consi­dé­rons cette déci­sion comme un acte clair de cen­sure. La liber­té d’expression, le droit à la créa­tion artis­tique font par­tie des valeurs fon­da­men­tales de l’Union Euro­péenne et cette déci­sion arbi­traire ne les res­pecte pas.

L’humour poli­tique et la satire sont des élé­ments essen­tiels à notre démo­cra­tie, depuis le temps d’Aristophane. Seuls les régimes anti­dé­mo­cra­tiques ne tolèrent pas cela. Deux ans après les meurtres à Char­lie Heb­do de l’équipe jour­na­lis­tique à cause de quelques cari­ca­tures, notre Par­le­ment a besoin plus que jamais de défendre le droit à la satire, le droit au sou­rire contre les fana­tiques.

J’ai répon­du à Mme Bear­der que je ne vois aucun lien entre notre expo­si­tion et les élec­tions alle­mandes. En outre, il ne faut pas oublier que l’évènement aura lieu après les élec­tions alle­mandes.

Avec l’eurodéputé Patrick Le HYARIC, nous pen­sons fer­me­ment que la déci­sion de Bear­der est extrê­me­ment dan­ge­reuse pour notre démo­cra­tie et pour le Par­le­ment euro­péen. Pour l’ensemble des rai­sons men­tion­nées, je vous demande ins­tam­ment de révo­quer la déci­sion et d’autoriser l’exposition de toutes les cari­ca­tures comme pré­vu.

Nous vous remer­cions de consi­dé­rer notre demande sérieu­se­ment.

Sin­cè­re­ment

Ste­lios Kou­lo­glou, GUE/NGL

-1242.jpg
L’Eu­rope, pen­dant la guerre prend tou­jours soin des réfu­giés qu’elle a géné­rés.

-1239.jpg

-1237.jpg

-1234.jpg
Trai­té de Genève 1951 – 2016
Est-il pos­sible d’a­voir un nou­veau Genève ou doit-on pas­ser d’a­bord par Nurem­berg ?

-1233.jpg
Un zom­bie sur­git sous l’Europe/

-1232.jpg

-1243.jpg
On veut l’Eu­rope, même si on mange des pierres.

-1238.jpg

-1236.jpg

-1235.jpg