Les Etats-Unis expulsent l’ambassadeur de l’Equateur

Récemment l'Équateur avait déclaré persona non grata l'ambassadeur des États-Unis suite à des révélations par Wikileaks.

Le gou­ver­ne­ment d’O­ba­ma expulse l’am­bas­sa­deur Equa­to­rien

Source : AVN http://www.avn.info.ve/

- Le gou­ver­ne­ment du pré­sident, Barack Oba­ma, a décla­ré, Luis Gal­le­gos, l’am­bas­sa­deur de l’E­qua­teur aux États-Unis, ce jeu­di “per­so­na non gra­ta” en réac­tion de la déci­sion sou­ve­raine de l’E­qua­teur d’ex­pul­ser le repré­sen­tant des États-Unis en Equa­teur, Hea­ther Hodges le mer­cre­di 5 avril.

Un com­mu­ni­qué dis­tri­bué à la presse par le porte-parole Charles Luo­ma-Overs­treet, informe aus­si que les États-Unis sus­pendent le dia­logue Washing­ton-Qui­to, pro­gram­mé en juin pro­chain.

Récem­ment l’É­qua­teur avait décla­ré per­so­na non gra­ta l’am­bas­sa­deur Hodges concer­nant ses affir­ma­tions sur la sup­po­sé cor­rup­tion poli­cière, selon les câbles révé­lés par Wiki­leaks.

Lors des faits, le chan­ce­lier Équa­to­rien, Ricar­do Patiño, expli­quait que dans ces câbles on y men­tion­nait que le pré­sident pre­si­dente Rafael Cor­rea nom­mait un nou­veau com­man­dant en chef de la police, le géné­ral Jaime Aqui­li­no Hur­ta­do, en connais­sance de cause de son com­por­te­ment sup­po­sé de délin­quant.

Face à ces affir­ma­tions, Patiño, a fait appe­ler Hodges pour lui deman­der des expli­ca­tions mais il n’a obte­nu comme seule réponse : que les docu­ments ayant été volés, le gou­ver­ne­ment de ferait aucun com­men­taire à ce pro­pos.

Le chef de la diplo­ma­tie Équa­to­rienne pré­cise que le fait de décla­rer, Hodges, per­so­na non gra­ta vise par­ti­cu­liè­re­ment la fonc­tion­naire qui “écrit un câble et puis refuse de l’ex­pli­quer”.

Il rajoute que cette déci­sion n’a pas la volon­té de d’af­fec­ter les rela­tions avec les États-Unis.

Câble révé­lé par Wiki­leaks :
http://www.eluniverso.com/2011/04/06/1/1355/cable-191162.html?p=1355A&m=256

Les Etats-Unis expulsent l’am­bas­sa­deur de l’E­qua­teur

Les Etats-Unis ont expul­sé jeu­di 8 avril, l’am­bas­sa­deur de l’E­qua­teur, deux jours après que ce der­nier pays eut décla­ré l’ambs­sa­deur amé­ri­cain Hea­ther Hodges “per­so­na non gra­ta”.

Le secré­taire d’E­tat adjoint pour les affaires de l’hé­mi­sphère de l’ouest, Artu­ro Valen­zue­la, a convo­qué jeu­di l’am­bas­sa­deur équa­to­rien Luis Gal­le­gos pour l’in­for­mer de la déci­sion des Etats-Unis.

Le porte-parole du dépar­te­ment d’E­tat, Mark Toner, a décla­ré lors d’un point de presse que cette mesure avait été prise en réponse à “l’ac­tion injus­ti­fiée” du gou­ver­ne­ment équa­to­rien.

Le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain n’a pas d’autre choix que de recou­rir à “cette action réci­proque”, a‑t-il dit.

Selon Toner, les Etats-Unis ont aus­si sus­pen­du le dia­logue avec l’E­qua­teur pré­vu au mois de juin, dia­logue des­ti­né à dis­cu­ter de divers pro­blèmes, y com­pris ceux du com­merce et de l’é­co­no­mie.

Le gou­ver­ne­ment équa­to­rien a déci­dé d’ex­pul­ser Hodges, jus­ti­fiant cette déci­sion par le fait qu’elle n’a­vait pas don­né une expli­ca­tion satis­fai­sante sur ce qu’elle avait écrit dans un rap­port au dépar­te­ment d’E­tat amé­ri­cain, révé­lé par le web­site Wiki­leaks : le pré­sident équa­to­rien Rafael Cor­rea a pro­mu un offi­cier de police soup­çon­né de cor­rup­tion.

Source : xin­hua

Décla­ra­tions du chan­ce­lier de l’E­qua­teur, Ricar­do Patiño sur les repré­sailles des États Unis (en espa­gnol).