Les policiers ont le droit de taper, pas de penser

L’externalisation des politiques migratoires : les politiques d’éloignement des étrangers indésirables ne se déroulent pas sur le sol de l’État qui décide qu’ils sont indésirables, mais sur le sol des États voisins, moyennant finance...

violencepolice.jpg

Comme l’a rap­pe­lé la mani­fes­ta­tion d’hier, qui a réuni au fil de l’après-midi entre cin­quante et cent per­sonnes, les vio­lences poli­cières sont une réa­li­té quo­ti­dienne à Calais. L’ont éga­le­ment rap­pe­lé récem­ment l’enquête de Human Rights Watch, la deuxième sai­sine du Défen­seur des Droits, l’interpellation du ministre de l’intérieur par vingt-et-une orga­ni­sa­tions, la déci­sion du Défen­seur des Droits concer­nant la pres­sion poli­cière autour des lieux d’activité huma­ni­taire.

Ces mul­tiples inter­pel­la­tion, dont on pour­rait citer d’autres exemples au fil des années, se heurtent à un mur, du côté du minis­tère de l’intérieur comme du côté de la jus­tice, comme on a pu le voir à l’occasion d’événements récents (voir ici, ici et ).

Par contre, si une vidéo fil­mée par un rou­tier bri­tan­nique, mon­trant des poli­ciers relâ­chant des exi­lés trou­vés dans un camion et répon­dant au rou­tier bri­tan­nique que « c’est votre pro­blème » (en tant qu’Anglais), est reprise par la BBC, et qu’un par­le­men­taire bri­tan­nique s’offusque, la direc­tion dépar­te­men­tale de la sécu­ri­té publique du Pas-de-Calais ouvre une enquête.

http://www.lavoixdunord.fr/region/migrants-a-calais-les-policiers-sont-ils-laxistes-une-ia33b48581n2672433

Comme si la police fran­çaise n’avait pas de compte à rendre au Défen­seur des Droits, orga­nisme indé­pen­dant ins­ti­tué par la Consti­tu­tion fran­çaise, mais avait des comptes à rendre à un dépu­té bri­tan­nique.

Comme si la police fran­çaise était une milice pri­vée, louant ses ser­vices, et les auto­ri­tés bri­tan­niques ayant payé, c’est à elles qu’il faut rendre des compte.

C’est ce qu’on appelle l’externalisation des poli­tiques migra­toires : les poli­tiques d’éloignement des étran­gers indé­si­rables ne se déroulent pas sur le sol de l’État qui décide qu’ils sont indé­si­rables, mais sur le sol des États voi­sins, moyen­nant finance en géné­ral, comme le Maroc le fait pour l’Espagne, ou comme la Libye de Kadha­fi le fai­sait pour l’Italie et l’Union euro­péenne. Elles se pour­suivent aujourd’hui à tra­vers le pro­ces­sus de Rabat et le pro­ces­sus de Khar­toum.

Elles se déroulent aus­si sur les sols fran­çais et belges pour le compte des auto­ri­tés bri­tan­niques, et vont se tra­duire en avril pro­chain par l’expulsion et la des­truc­tion des cam­pe­ments du Calai­sis, répé­tant ce qui s’est pas­sé les 28 mai et 2 juillet 2014 et durant les 3 semaines qui ont sui­vi le 22 sep­tembre 2009.

Cela se tra­duit sur le ter­ri­toire des États concer­né par une sus­pen­sion de l’État de droit au pro­fit de poli­tiques répres­sives. « Calais zone de non-droit » disent les asso­cia­tions depuis de nom­breuses années.

Source de l’ar­ticle : Pas­seurs d’hos­pi­ta­li­tés ~ des exi­lés à Calais