Mobilisation sociale et critique des médias au Québec

Le problème ne vient pas des journalistes, il vient des institutions médiatiques. Des institutions qui ont la propension à vendre de la copie plus qu’à faire de l’information

par Jean Pérès, le 11 juin 2012

Source de l’ar­ticle : acri­med

Alors que les étu­diants qué­bé­cois pour­suivent leur grève, la plus longue de l’histoire uni­ver­si­taire du pays, contre la hausse du mon­tant des droits d’inscription à l’université et contre la loi 78, qui limite le droit de mani­fes­ter, le rôle des médias dans ce mou­ve­ment a été mis en cause, non sans viru­lence par­fois, par les acteurs de la mobi­li­sa­tion. Il vaut la peine d’essayer de com­prendre pour­quoi.

Phé­no­mène qui ne manque pas d’intérêt et qui n’a guère d’équivalent en France (à de trop rares excep­tions près) : des jour­na­listes, uni­ver­si­taires et blo­gueurs se sont effor­cés, à leur façon, de se livrer à un exa­men cri­tique, témoi­gnant ain­si à cette occa­sion d’une cer­taine vigi­lance.

Un rapide sur­vol du pay­sage média­tique qué­bé­cois et des ins­tru­ments de cette vigi­lance per­met de com­prendre cette der­nière.

canada--.jpg

Concen­tra­tion des médias, obser­va­tions des médias

Un blo­gueur pro­po­sait, le 9 mai, sous le titre « Pour­quoi pas, enfin, une manif contre nos deux empires média­tiques ? » d’organiser une mani­fes­ta­tion devant le siège des deux grands groupes qui se par­tagent les médias au Qué­bec : Qué­bé­cor et Ges­ca.

Le pre­mier, Qué­bé­cor, que nous avons déjà lar­ge­ment évo­qué ici (« Quinze mois de conflit au jour­nal du Qué­bec ») détient notam­ment Le Jour­nal de Mont­réal et Le Jour­nal de Qué­bec[[Quinze mois de conflit au Jour­nal du Qué­bec : liber­té d’informer contre liber­té d’exploiter.]] ain­si que la chaîne de télé­vi­sion TVA, qui a la plus forte audience au Qué­bec. Le mas­to­donte concur­rent, Ges­ca, est une filiale de la Power Cor­po­ra­tion du Cana­da, pré­si­dée par Paul Des­ma­rais, cin­quième for­tune du pays et sou­tien actif de l’ex-président fran­çais Nico­las Sar­ko­zy (il était au Fouquet’s). Ges­ca détient le quo­ti­dien La Presse, ain­si que six autres quo­ti­diens et trois heb­do­ma­daires. La concen­tra­tion de la presse payante fran­co­phone bat au Qué­bec tous les records des pays occi­den­taux : 97,2 % des jour­naux qué­bé­cois appar­tiennent aux deux groupes.

Seul le quo­ti­dien Le Devoir (3,5 % du tirage qué­bé­cois, 30 à 40 000 exem­plaires, 349 000 lecteurs[[Données 2008, selon Wiki­pé­dia, qui se réfère au Print Mea­su­re­ment Bureau (PMB), orga­nisme cana­dien qui mesure l’audience des publi­ca­tions]] demeure indé­pen­dant depuis sa nais­sance, en 1910.

Quant à la chaîne de télé­vi­sion publique, Radio Cana­da, accu­sée d’affinités avec le gou­ver­ne­ment libé­ral du Qué­bec, elle a été rebap­ti­sée « Radio Cade­nas » ou encore « Radio Ges­ca », en rai­son de ses rela­tions très ami­cales avec ce groupe, lui-même très proche du gou­ver­ne­ment.

C’est notam­ment à cause de cette extrême concen­tra­tion des médias, mais aus­si des pro­blèmes que sou­lèvent les pra­tiques jour­na­lis­tiques, que s’est déve­lop­pée de longue date et, donc, long­temps avant la mobi­li­sa­tion des étu­diants qué­bé­cois, une cri­tique des médias rela­ti­ve­ment auto­nome. Mal­gré son faible tirage, le quo­ti­dien Le Devoir y contri­bue, en rai­son de son indé­pen­dance, de la répu­ta­tion de qua­li­té de ses articles, notam­ment de sa rubrique « Médias », tenue par Sté­phane Baillargeon[[Une étude appro­fon­die de ce quo­ti­dien a été publiée par la revue qué­bé­coise Com­mu­ni­ca­tion, en mars 2012. Elle est acces­sible sur le por­tail Revues.org.]].

Parce qu’il n’est pas un média lui-même, le Conseil de presse du Qué­bec joue un rôle plus impor­tant. Cet orga­nisme, où sont repré­sen­tés à éga­li­té les jour­na­listes, les entre­prises de médias et le public (qui a une voix de plus), semble jouir d’une grande auto­ri­té, même s’il ne dis­pose pas de pou­voir autre que moral. Cela dit, ses déci­sions, sont tou­jours accom­pa­gnées de la men­tion : Le Conseil de presse du Qué­bec rap­pelle que : « Lorsqu’une plainte est rete­nue, l’entreprise de presse visée par la déci­sion a l’obligation morale de la publier ou de la dif­fu­ser. » (Règle­ment n° 3, article 8. 2). L’indépendance du Conseil de la presse a déjà pro­vo­qué le départ de cer­tains de ses membres, dont Qué­be­cor, ce qui fra­gi­lise son finan­ce­ment, déjà modeste. Le Conseil de presse dif­fuse chaque jour sur son site une revue de presse et, régu­liè­re­ment, des articles sur les médias.

Enfin, moins répu­té que le Conseil de la presse, un der­nier orga­nisme mérite d’être men­tion­né : Pro­jet J (pour Pro­jet Jour­na­lisme) qui se défi­nit comme un « Obser­va­toire du jour­na­lisme ». Sou­te­nu par la Fon­da­tion pour le jour­na­lisme cana­dien, Pro­jet J, se pré­sente comme « Obser­va­toire indé­pen­dant » qui « […] vise à favo­ri­ser l’excellence jour­na­lis­tique en pro­po­sant un espace de réflexion cri­tique et des outils de per­fec­tion­ne­ment. » Ain­si, « il y est ques­tion, entre autres, de for­ma­tion, d’éthique et de recherche sur le jour­na­lisme. Il s’agit éga­le­ment d’un lieu d’échanges et de débats entre jour­na­listes, ensei­gnants et étu­diants sur les enjeux actuels et l’avenir du métier. ». Com­po­sé de jour­na­listes, d’enseignants, de cher­cheurs et d’étudiants, Pro­jet J dif­fuse sur son site des articles d’information et de réflexion ain­si que des recherches sur les médias.[[Cette liste de trois pôles d’indépendance n’est nul­le­ment exhaus­tive. Toute infor­ma­tion com­plé­men­taire sera la bien­ve­nue.]]

Vigi­lance (1) : édi­to­ria­listes et jour­na­listes de ter­rain

Au cours du mou­ve­ment des étu­diants qué­bé­cois contre la hausse des frais de sco­la­ri­té, la plu­part des médias domi­nants (ou, du moins, les com­men­ta­teurs) ont pris posi­tion contre les étu­diants[C’est ce par­ti pris qu’entend démon­trer, par exemple, une vidéo cri­tique réa­li­sée par un ensei­gnant sur son blog « [La déma­go­gie des médias sur le conflit étu­diant au Qué­bec ».]]. En même temps, pen­dant les mani­fes­ta­tions, des repor­ters, came­ra­men ou pho­to­graphes ont été mal­me­nés par les étu­diants parce qu’ils tra­vaillaient pour tel jour­nal, telle ou telle chaîne de télé­vi­sion. Pour­quoi mal­me­nés ? A cause des posi­tions hos­tiles aux étu­diants prises par les édi­to­ria­listes de leur média.

S’ils condamnent sans réserve la mise en cause des jour­na­listes de ter­rain et les vio­lences par­fois exer­cées contre eux, nombre d’observateurs s’interrogent, plus ou moins timi­de­ment, sur leurs causes.

Ain­si Colette Brin, ex-jour­na­liste de presse, télé­vi­sion et radio, pro­fes­seure à l’Université de Laval à Qué­bec, dans un article paru sur le site de Pro­jet J, invite à ne pas confondre jour­na­listes de ter­rain et édi­to­ria­listes : « …] pour les jour­na­listes de ter­rain, la cou­ver­ture d’une mani­fes­ta­tion qui tourne mal est d’autant plus ris­quée que cer­taines per­sonnes décident de s’en prendre à eux – par­fois phy­si­que­ment – pour les opi­nions de leurs col­lègues chro­ni­queurs ou édi­to­ria­listes. Il faut évi­dem­ment dénon­cer de tels gestes, qui portent atteinte non seule­ment à l’intégrité des per­sonnes, mais aus­si à la liber­té de presse. Et rap­pe­ler que dans la tra­di­tion des quo­ti­diens nord-amé­ri­cains, la salle de rédac­tion et l’équipe édi­to­riale sont des enti­tés sépa­rées… à défaut d’être com­plè­te­ment indé­pen­dantes[[Colette Brin, « [Le conflit étu­diant : spec­tacle média­tique inter­ac­tif et en direct » ; Pro­jet J repris du blogue de Colette Brin sur Contact, le 24 mai 2012.]]. »

Moins mesu­ré, mais dans le même sens, le pré­sident du Conseil de presse du Qué­béc, John Gome­ry, dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé le 17 mai 2012, déclare : « Je remarque une radi­ca­li­sa­tion du dis­cours de cer­tains jour­na­listes et com­men­ta­teurs. Rare­ment aura-t-on pu lire ou entendre des opi­nions aus­si viru­lentes que lors de ce conflit, et ce simple constat doit nous ame­ner à nous deman­der si une plus grande modé­ra­tion dans la libre expres­sion des points de vue ne dimi­nue­rait pas le risque d’exacerber et de radi­ca­li­ser le conflit, en plus de mieux res­pec­ter les droits de cha­cun. Cela étant dit, que cer­tains jour­na­listes aient péché par excès de zèle ou non, rien n’excuse les gestes d’intimidation et de vio­lence dont nous avons été témoin qui briment la liber­té d’expression, le droit à l’information et la liber­té de presse ». Un simple appel à la modé­ra­tion, sui­vi d’une ferme condam­na­tion, mais qui légi­time la cri­tique de l’omniprésence et de la viru­lence des com­men­ta­teurs à sens unique.

Plus radi­cal, une fois de plus sur Pro­jet J, dans un article au titre élo­quent – « L’opinion nuit au jour­na­lisme » – le pro­fes­seur Nor­mand Lan­dry, spé­cia­liste des ques­tions de liber­té d’expression et ensei­gnant-cher­cheur, ne se borne pas à rap­pe­ler une néces­saire dis­tinc­tion, mais sou­ligne à quel point et à quel prix le jour­na­lisme de com­men­taires écrase le jour­na­lisme d’information : « Quand on donne deux ou trois pages à des chro­ni­queurs qui mar­tèlent les mêmes argu­ments et que de l’autre côté on a des jour­na­listes extrê­me­ment com­pé­tents qui font un tra­vail de ter­rain fabu­leux, mais aux­quels on donne un espace plus limi­té, moins inté­res­sant dans le jour­nal, ça n’aide pas à chan­ger la per­cep­tion du public, explique-t-il. C’est dif­fi­cile dans ce contexte de leur mon­trer que le jour­nal n’est pas là pour prendre part au conflit et l’orienter, mais pour les aider à le com­prendre. »,

Et le même de conclure : « C’est beau­coup plus payant d’avoir quelques chro­ni­queurs vedettes qui assurent un grand lec­to­rat qu’une armée de jour­na­listes qui font un tra­vail d’analyse objec­tif sur le ter­rain. Je pense qu’il y a du grand jour­na­lisme qui se fait au Qué­bec en ce moment, y com­pris sur la crise. Le pro­blème ne vient pas des jour­na­listes, il vient des ins­ti­tu­tions média­tiques. Des ins­ti­tu­tions qui ont la pro­pen­sion à vendre de la copie plus qu’à faire de l’information[Cité dans « [L’opinion nuit au jour­na­lisme », Pro­jet J, 25 mai 2012]] »

Enfin, Sté­phane Baillar­geon, jour­na­liste au quo­ti­dien Le Devoir, chro­ni­queur à la Radio Pre­mière Chaîne de Radio Cana­da et pro­fes­seur char­gé de cours à l’Université du Qué­bec à Mont­réal : « … Une deuxième oppo­si­tion média­tique concerne les repor­ters et les chro­ni­queurs. Les pre­miers font glo­ba­le­ment très bien leur tra­vail : ils rap­portent. Les seconds, enfin cer­tains d’entre eux, ont pas­sé les quinze der­nières semaines à jeter de l’huile sur le feu. Évi­dem­ment, cha­cun a le droit de s’exprimer, et abso­lu­ment rien ne jus­ti­fie les attaques contre les jour­na­listes. On sou­hai­te­rait tout de même un peu plus de res­pect de l’“éthique de la com­mu­ni­ca­tion” …] de la part des com­mu­ni­ca­teurs pro­fes­sion­nels. En plus, main­te­nant, chaque média relaie des dizaines de chro­niques et de blogues alors, quand tout le monde appuie dans le même sens, ou presque, ça finit par peser[[« [Leçon sur les don­neurs de leçons », Le Devoir, 22 mai 2012.]]. »

Si l’on en croit donc ces ana­lystes, ce sont les édi­to­crates qué­bé­cois qui sus­citent l’hostilité des étu­diants, mais ce sont les jour­na­listes de ter­rain qui reçoivent les coups. Ce qui res­sort de ces obser­va­tions conver­gentes, c’est la contra­dic­tion entre l’engagement par­ti­san des édi­to­ria­listes et le sou­ci d’exactitude inhé­rent au repor­tage, contra­dic­tion dont les jour­na­listes de ter­rain, came­ra­men et por­teurs de micros, font les frais[[On peut évi­dem­ment pen­ser que les jour­na­listes de ter­rain sont poli­ti­que­ment d’accord avec les édi­to­ria­listes du même média, mais ce n’est pas for­cé­ment le cas. Le choix de tra­vailler dans un organe conforme à ses opi­nions n’est pas, en effet, au Qué­bec peut-être plus qu’ailleurs, d’une grande liber­té ; et on peut sup­po­ser, sans grand risque de se trom­per, que les jour­na­listes qui doivent gagner leur vie comme tout le monde, ne choi­sissent pas sou­vent de tra­vailler pour Qué­bé­cor ou Ges­ca parce qu’ils adhèrent aux « idées » que ces groupes défendent]] . A noter que ces mêmes jour­na­listes sont éga­le­ment sou­vent la cible de vio­lences poli­cières. Ce qui n’empêche pas leurs chef­fe­ries édi­to­riales de prê­ter main forte à cette police lorsque celle-ci le demande.

Vigi­lance (2) : médias et police

Les médias doivent-ils être des auxi­liaires de la police ? A la suite d’un avis de recherche lan­cé par la police de Mont­réal, les médias ont dû se deman­der s’ils devaient par­ti­ci­per ou non à l’identification de quatre étu­diants pho­to­gra­phiés par un qui­dam après qu’ils eurent jeté des bombes fumi­gènes dans des sta­tions de métro de Mont­réal. Alors que les médias domi­nants s’empressaient de par­ti­ci­per au tra­vail de la police, en publiant les pho­tos et, dans un second temps, en iden­ti­fiant (c’est-à-dire en les nom­mant) les per­sonnes recher­chées, Le Devoir, et aus­si Radio Cana­da, ont eu une atti­tude plus cir­cons­pecte.

La Fédé­ra­tion pro­fes­sion­nelle des jour­na­listes du Qué­bec (FPJQ), prin­ci­pal syn­di­cat de jour­na­listes, ne s’est posé aucune ques­tion sur la déla­tion de per­sonnes pré­su­mée inno­centes, sur le rôle d’auxiliaires du main­tien de l’ordre attri­bué aux jour­na­listes « La FPJQ appuie la divul­ga­tion dans les médias de l’identité des per­sonnes sus­pec­tées par la police d’avoir lan­cé les bombes fumi­gènes. C’est une infor­ma­tion d’intérêt public qui per­met à la jus­tice de s’exercer au vu et au su de tout le monde et non en cachette comme dans un État tota­li­taire. Il y a un inté­rêt légi­time à cette infor­ma­tion pour évi­ter répé­ti­tion de tels évé­ne­ments[[« La FPJQ dénonce l’intimidation des mani­fes­tants à l’encontre des jour­na­listes, 14 mai 2012]].

Le Conseil de presse du Qué­bec, dans un article inti­tu­lé « Des têtes mises à prix », s’est situé sur un ter­rain stric­te­ment déon­to­lo­gique pour com­men­ter l’attitude des dif­fé­rents médias et leurs jus­ti­fi­ca­tions, notam­ment en regard de la pré­somp­tion d’innocence que doivent res­pec­ter les jour­na­listes qué­bé­cois selon les termes mêmes des codes de déon­to­lo­gie du Conseil de presse et de la FPJQ – qui, comme on vient de le lire, ne s’est guère posé de ques­tion déon­to­lo­gique et a for­tio­ri, poli­tique. Pas plus qu’Eric Trot­tier, rédac­teur en chef du quo­ti­dien La Presse, qui avait relayé immé­dia­te­ment l’avis de recherche de la police et livré au public les noms des sus­pects. Voi­ci ce qu’il répond, dans l’article cité du Conseil de la Presse, sur la ques­tion de la pré­somp­tion d’innocence : « …Éric Trot­tier, lorsqu’on lui demande s’il faut un très haut degré de cer­ti­tude avant de nom­mer des sus­pects comme La Presse l’a fait. “Bien sûr. On l’a fait parce qu’on avait plu­sieurs sources qui nous confir­maient leur iden­ti­té, notam­ment des gens qui les connaissent très bien.” Com­bien de sources ? “Trois.” Des sources cré­dibles ? “Très.” » Or, dans une mise à jour du len­de­main, le Conseil notait que par­mi les quatre per­sonnes nom­mées par La Presse, il y en avait deux qui l’étaient par erreur !

C’est encore sur le ter­rain de la pré­somp­tion d’innocence et d’une déon­to­lo­gie invi­tant aux plus grandes pré­cau­tions dans le dévoi­le­ment par les médias des noms de per­sonnes sus­pec­tées que s’est situé Pro­jet J, dans un article « Sus­pects du métro : des visages, des noms et des adresses publiés ».

La réfé­rence appuyée aux codes de déon­to­lo­gie par le Conseil de presse et Pro­jet J, alors que, sin­gu­liè­re­ment, le syn­di­cat des jour­na­listes s’assoit des­sus (et notam­ment sur le sien !), peut être inter­pré­tée comme une invi­ta­tion faite aux jour­na­listes de res­pec­ter leurs propres règles éven­tuel­le­ment à l’encontre de leurs don­neurs d’ordres. Mais le peuvent-ils quand ils dépendent des direc­tions de la rédac­tion des énormes groupes de médias qué­bé­cois ? Ces rap­pels de la déon­to­lo­gie suf­fisent-ils quand ils sont invi­tés à prê­ter main forte à la police alors que le gou­ver­ne­ment cherche à dra­ma­ti­ser à l’excès les consé­quences du lan­cer de fumi­gènes, allant jusqu’à incul­per les enfu­meurs d’« inci­ta­tion à craindre un acte ter­ro­riste » rele­vant de la légis­la­tion anti­ter­ro­riste ?

Ce sont donc des étu­diants qui ont réagi le plus vive­ment à cette asso­cia­tion police-médias. Ain­si Force étu­diante cri­tique, groupe dis­si­dent de la Classe (Coa­li­tion large de l’Association pour une soli­da­ri­té syn­di­cale étu­diante) qui fédère la majo­ri­té des syn­di­cats étu­diants mobi­li­sés, a publié, le 12 mai sur son site, une lettre dans laquelle on peut lire

« Nous consta­tons qu’avant même que des accu­sa­tions for­melles ne soient por­tées par le Ser­vice de police de la Ville de Mont­réal, les per­sonnes soup­çon­nées d’être à l’origine de l’action de jeu­di matin dans le métro de Mont­réal ont eu droit à une inquié­tante pré­somp­tion de culpa­bi­li­té, relayée sans gêne par les médias. Leurs adresses per­son­nelles ont été dévoi­lées, leur vie pri­vée scru­tée à la loupe, les com­men­taires déso­bli­geants de faux amis ont été publiés comme une véri­té indis­cu­table. Leurs opi­nions poli­tiques ont été ostra­ci­sées, en dépit de la pré­somp­tion d’innocence qui, dans un pays où les élites poli­tiques et le consor­tium média­tique s’empressent à tout bout de champs d’en van­ter les mérites démo­cra­tiques, semble ici avoir été curieu­se­ment balayée du revers de la main par les piètres enquê­teur-es et chro­ni­queur-es bas de gamme. »

Et d’en tirer cette consé­quence, quelques lignes plus bas : « En sym­biose avec le pou­voir, les médias déla­teurs sont des cibles de choix pour les actions à venir. » Cette phrase ayant été res­sen­tie comme une menace par le quo­ti­dien La Presse, les auteurs de la lettre ont ajou­té ulté­rieu­re­ment un « post-scrip­tum » dans lequel on peut lire que leur inten­tion n’était pas de « leur faire peur » : Les actions aux­quelles nous fai­sions réfé­rence étaient du type de celles énu­mé­rées dans notre texte : vigile, manif, pique­tage. » (« The show must be down », 14 mai 2012)

Ici comme ailleurs

Les périodes de crise sociale exa­cerbent les ten­sions entre les acteurs de mobi­li­sa­tion et les jour­na­listes[Témoignent expli­ci­te­ment de ces ten­sions les « man­dats de méfiance » à l’égard des grands médias adop­tés par cer­taines asso­cia­tions d’étudiants affi­liées à la Classe, ain­si que le rap­porte Radio Cana­da « [Les médias objets de méfiance ».]] , entre le droit d’informer des pre­miers et le droit d’informer des seconds lié à l’exercice de la liber­té de la presse. Alors que la socié­té se divise pro­gres­si­ve­ment en deux camps anta­go­nistes, les condi­tions d’une infor­ma­tion jour­na­lis­tique, sinon objec­tive, du moins exacte et équi­li­brée, sont fra­gi­li­sées. Si, comme au Qué­bec, les jour­na­listes d’information ne veulent pas être confon­dus avec les pré­po­sés aux com­men­taires qui choi­sissent mas­si­ve­ment le camp gou­ver­ne­men­tal (comme ils l’avaient fait, en France, au moment du réfé­ren­dum de 2005), s’ils ne veulent pas être trai­tés en auxi­liaires de la police, du main­tien de l’ordre, il est indis­pen­sable de mener cet autre com­bat pour la liber­té de l’information : celui qui vise les grands groupes média­tiques et des chiens de garde omni­pré­sents. C’est assez dire l’importance de lieux et de per­sonnes, d’institutions qui observent et cri­tiquent le fonc­tion­ne­ment des médias et qui s’expriment avec le maxi­mum d’indépendance, au Qué­bec comme ailleurs.

Jean Pérès (avec Hen­ri Maler et un cor­res­pon­dant au Qué­bec)