Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique

Pétition : Nous demandons que s’engage sans tarder, une enquête indépendante sur l’assassinat de Thomas Sankara.

sankara.pngDe nom­breux témoi­gnages, sou­vent en pro­ve­nance d’anciens com­pa­gnons de Charles Tay­lor, mettent en cause Blaise Com­pao­ré dans l’assassinat de Tho­mas San­ka­ra, avec la com­pli­ci­té d’Houphouët Boi­gny, mais aus­si de la France, de la CIA et d’autres per­son­na­li­tés afri­caines.

En avril 2006, le Comi­té des Droits de l’Homme de l’ONU, sai­si par le Col­lec­tif Juri­dique de la Cam­pagne inter­na­tio­nale Jus­tice pour Tho­mas San­ka­ra (CIJS) au nom de la famille, don­nait rai­son aux plai­gnants et, deman­dait à l’Etat bur­ki­na­bé d’élucider l’assassinat de Tho­mas San­ka­ra, de four­nir à la famille les moyens d’une jus­tice impar­tiale, de rec­ti­fier son cer­ti­fi­cat de décès, de prou­ver le lieu de son enter­re­ment, de com­pen­ser la famille pour le trau­ma­tisme subi, et de divul­guer publi­que­ment la déci­sion du comi­té.

Le 21 avril 2008, le comi­té des droits de l’homme de l’ONU, en contra­dic­tion totale avec la déci­sion pré­cé­dente a clos le dos­sier sans qu’une enquête n’ait été dili­gen­tée. Cette déci­sion ne fait pas hon­neur à cette ins­ti­tu­tion.

Au sein de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale cer­tains font mine de voir en Blaise Com­pao­ré un homme de paix, lui qui pour­tant est notoi­re­ment impli­qué dans les conflits au Libé­ria, en Sier­ra Léone et dans des tra­fics d’armes et de dia­mants pour l’UNITA de Jonas Sawim­bi alors sous embar­go onu­sien, et plus récem­ment dans le conflit qui a déchi­ré la Côte d’Ivoire.

Cette même com­mu­nau­té inter­na­tio­nale nous pro­pose de nous api­toyer sur ce Conti­nent pour­tant si riche qu’est l’Afrique, tout en tra­vaillant à per­pé­tuer son assis­tance et sa sou­mis­sion. En réa­li­té, les vraies rai­sons des dif­fi­cul­tés du conti­nent sont à cher­cher dans les réseaux inter­na­tio­naux qui fomentent les guerres et les assas­si­nats pour conser­ver leur main­mise sur les richesses du conti­nent avec la com­pli­ci­té des pays occi­den­taux et de cer­tains diri­geants afri­cains.

Plus de 22 ans après son assas­si­nat, San­ka­ra, per­son­nage his­to­rique, lea­der afri­cain de pre­mier plan, repré­sente de plus en plus une réfé­rence, comme lea­der intègre, déter­mi­né, créa­tif et cou­ra­geux, pré­cur­seur de la lutte pour la défense de l’environnement et la révo­lu­tion bur­ki­na­bé est deve­nu un modèle de déve­lop­pe­ment. San­ka­ra a été assas­si­né parce qu’il dénon­çait la dette odieuse et le dik­tat des puis­sances occi­den­tales, mais aus­si parce qu’il enga­geait une poli­tique déci­dée dans son pays, orien­tée vers les besoins de son pays, pour la satis­fac­tion des popu­la­tions de son pays, tout en œuvrant pour le pan­afri­ca­nisme.

C’est pour­quoi nous sou­te­nons et appe­lons à sou­te­nir les ini­tia­tives du col­lec­tif juri­dique du la CIJS qui inlas­sa­ble­ment, depuis plus de 12 ans, intente, des actions juri­diques aux côtés de la famille San­ka­ra.

Nous deman­dons l’ouverture des archives des pays que les témoi­gnages dési­gnent comme impli­qués à savoir prin­ci­pa­le­ment la France, les USA, mais aus­si la Côte d’Ivoire, le Togo et la Libye.

Nous deman­dons que s’engage sans tar­der, une enquête indé­pen­dante sur l’assassinat de Tho­mas San­ka­ra. Ceci est un devoir pour la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale, un droit pour la famille San­ka­ra, une exi­gence pour la jeu­nesse d’Afrique, une néces­si­té pour l’avenir de ce conti­nent qui ne sau­rait se construire avec une his­toire ampu­tée de la véri­té sur un des épi­sodes majeurs de la fin du 20eme siècle. Nous appe­lons la jeu­nesse, les par­tis démo­cra­tiques, le mou­ve­ment social en Afrique et au-delà dans les pays du monde à conti­nuer à se mobi­li­ser pour que cette enquête fasse toute la lumière sur cet assas­si­nat et pour que jus­tice soit faite, ce qui serait un grand pas pour mettre fin à l’impunité en Afrique.

Les pre­miers sou­tiens :

Asso­cia­tions : CADTM, SURVIE, Coa­li­tion des Alter­na­tives Afri­caines Dette et Déve­lop­pe­ment (CAD-Mali), Afri­cA­ve­nir Inter­na­tio­nal (Doua­la, Ber­lin, Wind­hoek, Coto­nou), ATTAC Afrique, CEDETIM, Investig’action, Obser­va­toire de la dette dans la Glo­ba­li­sa­tion, Mou­ve­ment des Indi­gènes de la Répu­blique, Mou­ve­ment Citoyen Pales­tine, AFASPA, CONASIG (Comi­té Natio­nal de Coor­di­na­tion des Acti­vi­tés des Socié­tés Civiles au Came­roun), l’Etrange Ren­contre, Mou­ve­ment des Sans Voix du Bur­ki­na, Mou­ve­ment des afri­cains à Rome, Agir pour les droits de l’homme, Col­lec­tif Afrique de Lille, CETIM (Centre Europe — Tiers Monde), Mou­ve­ment de la Paix, MRAP (Mou­ve­ment contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Asso­cia­tion « Car­lo Giu­lia­ni », Bel­la­ciao, Asso­cia­tion d’aide et de pro­tec­tion des groupes vulnerables/Burkina Faso, Fifa­nam­pia­na mala­ga­sy / Comi­té de soli­da­ri­té de Mada­gas­car, Comi­té de sou­tien à la Refon­da­tion Démo­cra­tique de la Boli­vie, SOS démo­cra­tie aux Comores, Jeu­nesse Unie pour la Démo­cra­tie en Afrique (J.U.D.A) , Bara­ka, Pre­sen­za Cor­sa (Pru­le­ta­riu)

Par­tis : Bur­ki­na : UNIR/PS, FFS, PAI, GDP ; France : NPA, Les Verts, PCF, Par­ti de Gauche, les Alter­na­tifs, PRCF (Pôle de Renais­sance Com­mu­niste en France) ; RND (Séné­gal), Par­ti com­mu­niste du Qué­bec, Par­ti­to del­la Rifon­da­zione Comu­nis­ta (Ita­lie), MANIDEM (Came­roun), Par­ti SADI (Mali), Wor­kers’ Par­ty of Hun­ga­ry 2006, Par­ti Com­mu­niste d’Espagne, Ligue Com­mu­niste Révo­lu­tion­naire (Bel­gique), Oscar Figue­ra Gonzá­lez Secre­ta­rio Gene­ral del Par­ti­do Comu­nis­ta de Vene­zue­la (PCV) Dipu­ta­do a la Asam­blea Nacio­nal

Syn­di­cats : Soli­daires (France), Syn­di­cat Natio­nal des Agents des Douanes du Niger SNAD (Niger ), Inter­sin­di­cal Cana­ria

Per­son­na­li­tés : Tiken Jah Fako­ly, Eduar­do Galea­no (écri­vain), Eva Joly, Didier Awa­di, Balu­fu Baku­pa-Kanyin­da, Eli Domo­ta, Cheick Fan­ta­ma­dy Cama­ra, Jean Zie­gler, Alain Maban­ckou (écri­vain, prix Renau­dot 2006), Fio­rel­la Man­noia (chan­teuse ita­lienne), Didier Dae­nin­ckx (écri­vain), Firoze Man­ji (Pam­ba­zu­ka News), Ben­ja­min Dupuy (Direc­teur de Hai­ti-Pro­grés), Hama Arba Dial­lo, Bené­wen­dé San­ka­ra, José Bové, Nicole Bor­vo Cohen-Seat (pré­si­dente du groupe com­mu­niste, Répu­bli­cain, Citoyen et des Séna­teurs du Par­ti de Gauche au Sénat), Nicole Kiil-Niel­sen (Vert dépu­tée euro­péenne), Jean Paul Lecoq (dépu­té PCF), Lode Vanoost (ancien Vice-Pré­sident de la Chambre des Repré­sen­tants de la Bel­gique), Guy-Patrice Lumum­ba, Tidiane N’Diaye, Blan­dine San­ka­ra, Puis Njawé direc­teur du Mes­sa­ger décédé(Cameroun), Cheikh Oumar Cis­so­ko, Mau­rice Freund (Direc­teur de Point Afrique), Gilles Lemaire, Sams’K Le Jah (musi­cien), Robin Shuf­field (cinéaste), Thuy Tien Ho (cinéaste), Smo­ckey (musi­cien), Eric Tous­saint, Bar­ry Ami­na­ta Tou­ré, Fidel Toe (ancien ministre du Bur­ki­na), Brice Makos­so (« Publiez Ce Que Vous Payez »), Enri­co Dagni­no (pho­to­jour­na­liste), Bruce Clark (artiste peintre), Gus­tave Mas­siah, Moha­med Chal­louf (cinéaste), Alain Lipietz, Abdou­laye Dial­lo (cinéaste), Rémi Rivière (Direc­teur de publi­ca­tion de Pays Basque Info), Mous­sa Dem­ba Dem­bele, Her­vé Tao­ko, Bar­ry Ahmed New­ton, Michel Col­lon, Camille de Vitry (docu­men­ta­riste), Hou­ria Bou­teld­ja, Fran­cine Bavay (Vice Pré­si­dente Verte du Conseil Régio­nal d’Ile de France), Fran­çois Auguste, pré­sident du Conseil natio­nal du PCF et vice Pré­sident du Conseil Régio­nal de Rhône Alpes, Anto­nio Loza­no (écri­vain), Jacques Jouet (écri­vain), Joël Ver­net (écri­vain), Chris­tophe Baro­ni (écri­vain, psy­cha­na­lyste), Comi Tou­la­bor (cher­cheur), David Gakun­zi, Dia Thier­no Ibra­hi­ma (uni­ver­si­taire), Poll­mann Chris­to­pher (uni­ver­si­taire), Aziz Fall, Gisèle Rabe­sa­ha­la (ancienne ministre mal­gache de la Culture), Bos­wa Ise­kombe Syl­vere (Pre­sident du Reseau inter­na­tio­nal pour les 5 cubains Afrique), Tho­mas Cou­trot, Ber­nard Drea­no, Sil­ves­tro Mon­ta­na­ro (Jour­na­liste), Sabi­na Guz­zan­ti (Rea­li­sa­trice, Actrice), Lui­gi De Magis­tris (Dépu­té euro­péen)…

POUR SIGNER L’APPEL, CLIQUEZ ICI