Quentin Dujardin : Je fais partie des gens qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté

Le guitariste Quentin Dujardin a adressé une lettre ouverte à l'ONEM pas piquée des vers, suite à une modification du statut fiscal des artistes.

Le gui­ta­riste Quen­tin Dujar­din a adres­sé une lettre ouverte à Georges Car­lens, admi­nis­tra­teur géné­ral de l’O­NEM, suite à des chan­ge­ments dans le sta­tut fis­cal des artistes. Il n’a pas sa langue en poche…

dujardin_toots.jpg

“Cher Mon­sieur,

J’ai reçu ce jour l’in­for­ma­tion du nou­veau cal­cul de l’O­nem qui rentre en vigueur ce 1er avril concer­nant le sta­tut artis­tique. Est-ce une blague ? Dans la néga­tive, on peut dire que vous avez un cer­tain sens de l’hu­mour avec vos col­lègues !
Trêve de bali­vernes, j’ai fait mon rapide petit cal­cul dans une pro­jec­tion réa­liste de ce que peut espé­rer gagner un artiste comme moi qui tra­vaille ou plu­tôt se bat tous les jours de sa vie pour obte­nir quelques concerts et autres occu­pa­tions du genre : ses­sion stu­dio, tra­vail de com­mande, etc…

Voi­ci donc votre cal­cul savant :

Brut(par tri­mestre civil) – (nombre de jours pres­tés x 86,64 euros) = résul­tat / 86,64 = nombre de jours non indem­ni­sable à rajou­ter aux jours déjà cochés pour les pres­ta­tions.

Si je compte en pro­je­tant 8 jours de travail/mois remu­né­rés à 250 euros brut/jour (ce qui est une moyenne plus qu’ex­cep­tion­nelle pour un artiste tra­vaillant en CFWB) il me fau­dra rem­bour­ser par tri­mestre à l’O­nem 45 jours (47,15 euros/jours) soit 2121,75 euros.
Je ferais mieux de refu­ser du tra­vail

Cette mesure qui va cer­tai­ne­ment aba­sour­dir pas mal de mes col­lègues me fait dire que non seule­ment, mon métier d’ar­tiste com­por­tait déjà une réa­li­té finan­cière pas simple à gérer quo­ti­dien­ne­ment mais qu’en plus, je ferais mieux de refu­ser du tra­vail à l’a­ve­nir.

Vous qui avez reçu au Forum d’Is­tan­bul en mai 2013 le Prix AISS en recon­nais­sance des bonnes pra­tiques pour l’Eu­rope des mesures effi­caces pour réduire consi­dé­ra­ble­ment le nombre de chô­meurs, puis-je me per­mettre, Cher Mon­sieur, de vous poser cette ques­tion qui me paraît décente ?

Com­bien gagnez-vous par mois en sachant que vous avez 3 man­dats cumu­lés à savoir : admi­nis­tra­teur géné­ral de l’O­nem, membre du conseil supé­rieur de l’emploi et admi­nis­tra­teur Smals ?

J’ai une petite anec­dote qui vous fera sans doute sou­rire ou grin­cer…

Il se fait que j’é­tais comme vous invi­té (à mes propres frais) à Istan­bul le 11 mai 2013 dans ce même bâti­ment offi­ciel qui accueillait tous les Etats membres de l’O­NU pour un Forum ayant pour thème la pré­ser­va­tion de la Forêt pour rece­voir avec le réa­li­sa­teur belge, Sébas­tien Pins l’A­ward hono­ri­fique du meilleur court-métrage pour son film inti­tu­lé « Ma Forêt » pour lequel j’ai com­po­sé la bande son.

Je ne vous le cache pas, une véri­table consé­cra­tion pour tous les artistes et tech­ni­ciens qui ont tra­vaillé sur ce film !
Nous avons été comme vous médaillés et recon­nus pour notre tra­vail. Nous avons même eu le droit de nous expri­mer à la tri­bune des Nations Unies comme vous cer­tai­ne­ment devant le Par­le­ment Euro­péen. La seule dif­fé­rence est que nous sommes ren­trés chez nous sans le moindre sous en plus dans notre escar­celle mais avec l’es­poir d’a­voir contri­bué posi­ti­ve­ment à la col­lec­ti­vi­té.

Voi­là à quoi sert l’Art

C’est exac­te­ment à cela que sert l’Art, Cher Mon­sieur : par­ta­ger une émo­tion qui fait appel au don de soi pour tou­cher l’Autre. C’est sans doute ce que l’O­nem et le légis­la­teur se devrait de réflé­chir quant l’é­vo­lu­tion de ce sta­tut qui revêt une forme sociale extra­or­di­naire à défendre.

Cela ne semble plus être le cas : je suis à comp­ta­bi­li­ser à par­tir d’au­jourd’­hui pami les gens qui vivent en des­sous du seuil de pau­vre­té.

Avec tout le res­pect que je vous dois Cher Mon­sieur, je ne peux que vous faire part de la pro­fonde inquié­tude de mon deve­nir en tant qu’ar­tiste.

Bien sin­cè­re­ment,

Quen­tin Dujar­din

Gui­ta­riste-com­po­si­teur”

www.quentindujardin.com

Source de l’ar­ticle : matele


Ma forêt

Court-métrage Fic­tion (Bel­gium 2013)

durée : 6’55

réa­li­sa­tion : Sébas­tien Pins

scé­na­rio : Sébas­tien Pins

musique ori­gi­nale : Quen­tin Dujar­din

avec Ben­ja­min Grus­lin & Jean-Pierre de Ter­wangne
et la par­ti­ci­pa­tion excep­tion­nelle d’A­lexandre Von Sivers (nar­ra­teur)

« A tra­vers le regard d’un enfant, par­tez avec lui à la décou­verte de sa forêt faite de magie, de mys­tères et de ren­contres…