Justice pour Ibrahima

Une réa­li­sa­tion ZIN TV dans le cadre de la PVLS — Per­ma­nence vidéo des luttes sociales

Un nou­veau nom vient s’ajouter à la liste des per­sonnes mortes aux mains de la police.

Same­di 9 jan­vier 2021, Ibra­hi­ma est décé­dé après avoir été inter­pel­lé par la police. Un contrôle de police avait lieu sur un groupe de per­sonnes ras­sem­blées près de la gare du nord. Ibra­hi­ma fil­mait la scène – peut-être parce que le contrôle ne se pas­sait pas bien. Il aurait pris la fuite au moment où la police a vou­lu pro­cé­der à son contrôle.

Ibra­hi­ma aurait ensuite été rat­tra­pé puis emme­né au com­mis­sa­riat, où il aurait per­du connais­sance dans la salle de fouille. Maître Alexis Des­waef, l’avocat de la famille, affirme que la police l’aurait lais­sé au sol entre 5 à 7 minutes. Emme­né ensuite aux urgences, il est mort à 20h22 – heure confir­mée par le méde­cin des urgences. Âgé de 23 ans, Ibra­hi­ma était en bonne san­té. Aucune trace de drogue n’a été rele­vée lors des exa­mens toxi­co­lo­giques. Une enquête a été lan­cée, notam­ment pour savoir si les héma­tomes sur son corps sont dus à sa réani­ma­tion ou non. Entre-temps, la famille a été aver­tie que l’autopsie avait révé­lé une ano­ma­lie car­diaque. Cela dit, le rap­port d’autopsie pré­cise aus­si que cet élé­ment ne peut être la seule cause de la mort.

 

EN LIEN :