12 décembre 2018

Projection : MARCHE - Thierry Deronne

19h30 > Cinéma Aventure

12 décembre 2018

Film-débat : MARCHE, Paysans et révolution au Venezuela

19h30 Cinéma Aventure. Galerie du Centre 57 (rue des Fripiers), (...)

13 décembre 2018

CSC Bruxelles - Á L’intersection Des Discriminations

9h-16h CSC Bruxelles Hal Vilvorde 19 Rue Pletinckx, 1000 (...)

13 décembre 2018

Avant-première Cinéma ATTAC : un héritage empoisonné

Jeudi 13 décembre 2018 au cinéma aventure

14 décembre 2018

Précaires.es et travailleurs.es sans-emplois contre le Jobs Deal

10h-11h Rue Lambermont, 1000 Bruxelles, Belgique, métro (...)

15 décembre 2018

Leçon de cinéma : Thierry Odeyn + projection "Portrait of Jason"

10h30-13h Cinéma Aventure Galerie du Centre 57 (rue des Fripiers), (...)

15 décembre 2018

Gilet Jaune Acte III : Démission de Charles Michel

13h-16h Bruxelles

15 décembre 2018

Soirée grecoturque pour la paix

18h-22h APAB, Chaussée de Haecht 201, 1030 Bruxelles

16 décembre 2018

Marche pour une Belgique solidaire et contre l’extrême droite !

11h30 Parc Maximilien : Chaussée d’Anvers 59B, 1000 Bruxelles

16 décembre 2018

Pas de loi climat ? pas de rue de la Loi !

14h rue de la Loi 16, 1000 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

La mauvaise mémoire des médias

Le journaliste de CNN Jim Acosta est sur le devant de la scène depuis l’incident avec le Président américain Donald Trump qui a eu lieu durant une conférence de presse à la Maison Blanche. Acosta a d’abord questionné le Président Donald Trump sur le qualificatif d’”invasion” qu’il a utilisé pour parler de la caravane d’immigrants d’Amérique centrale cherchant à entrer aux États-Unis, et l’a accusé de les diaboliser ; dans l’échange une jeune femme a essayé de lui retirer le micro, mais Acosta a refusé le geste et a posé une deuxième question à propos d’une “recherche russe”.

Comme conséquence de cet incident, Jim Acosta a été expulsé de la Conférence de presse et on lui a retiré ses « papiers officiels » donnant accès la Maison Blanche, ce qui a généré des milliers de dépêches informatives. Mais ce qu’aucun de ces rapports informatifs n’a rappelé, c’est que quand Jim Acosta a été à La Havane, “incrusté” dans la délégation menée par le Président étasunien de l’époque Barack Obama lorsqu’il a visité l’île, il fut le protagoniste d’un autre dialogue tendu, cette fois-ci avec le leader cubain Raúl Castro, à la suite duquel personne n’a essayé de lui retirer le microphone ni de l’extraire de la salle...

Rappel cubain :

Jim Acosta : “Pourquoi avez-vous des prisonniers politiques à Cuba et pourquoi vous ne les libérez pas ?”

Raúl Castro : “Donne-moi la liste des prisonniers politiques maintenant pour les libérer. Ou donne-moi une liste avec les noms des prisonniers politiques s’il y en a. Et s’ils existent, ces prisonniers politiques, ils vont être libérés avant que la nuit ne tombe”.

Acosta n’a remis aucune liste au Président Raúl Castro et personne ne l’a expulsé de Cuba pour cela. C’est que la préoccupation de la CNN semble quelque peu sélective, et en général, celle de la grande presse étasunienne, lorsqu’elle concerne les prisonniers politiques et les libertés, et aussi l’hostilité envers Donald Trump. Durant la visite de ce dernier en Israël, ayant généré des manifestations soutenues et fustigées des palestiniens pour en appui aux prisonniers qui croupissent dans des prisons israéliennes, rien n’a été demandé au Président rien n’a été dit dans les médias à propos des prisonniers politiques en Israël.

En ce qui concerne l“invasion” d’émigrants d’Amérique centrale, fondamentalement des Honduriens, ni Acosta ni CNN, ni aucun média étasunien n’a parlé de la responsabilité des États-Unis dans l’état de pauvreté, de crise sociale et de violence à laquelle font face les pays du Triangle du Nord (le Guatemala, le Salvador et le Honduras), écrasés sous le poids de plusieurs décennies de guerre sale et de néolibéralisme encouragés par Washington.

Particulièrement dans le cas du Honduras, alors qu’il commençait juste à emprunter un nouveau chemin lui permettant de s’occuper des nécessités sociales, avec son intégration aux programmes d’éducation et de santé promus par l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA), il a été impacté en 2009 par un coup militaire qui a marqué le début de la contre-offensive étasunienne en Amérique latine dans le but de rétablir son hégémonie dans la région, avec Barack Obama à la tête de la Maison Blanche, qui a été d’ailleurs le Président étasunien ayant déporté la plus grande quantité d’immigrés dans l’histoire du pays.

Quinze journalistes ont été assassinés au Honduras après ce coup d’État sanglant soutenu par les Etats-Unis. Il existe même une vidéo dans laquelle on voit la commande du meurtre d’un informateur, suite à la question inconfortable posée à un entrepreneur puissant lié aux putschistes (voir minute 10.25 du documentaire The Deadliest Place in the World for a Journalist : qui est sur Internet depuis octobre 2011), mais ni les Démocrates ni les Républicains ne se sont manifestés à ce sujet, et encore moins la CNN, ni aucun milieu corporatif américain.

Mais le point de rencontre de Trump, Jim Acosta, Barack Obama, la CNN et toute la soi-disant “presse libre”, est que, à l’inverse de Cuba, les États-Unis est un pays avec démocratie et liberté d’expression, mais aussi le pays où il se passent de plus en plus de choses communes aux pays qualifiés comme des “républiques bananières”, terme introduit par l’écrivain étasunien O. Henry dans son volume de contes Cabbages and Kings pour se référer au Honduras, ce qui est le résultat des interventions militaires réitérées et du pillage économique, en plus de l’exportation de la violence, des bandes armées et de la corruption depuis Washington.

Ce qui est en train de se passer aujourd’hui aux États-Unis de Trump, avec les scandales due aux relations du mandataire avec des prostituées, des licenciements de fonctionnaires pour des motifs ignobles, et où même les maîtres de bordels gagnent des élections après leur mort, dépasse la réalité de L’Automne du Patriarche le roman de Gabriel García Márquez ou Le Recours de la méthode d’Alejo Carpentier, bien que ces conclusions soient trop profondes pour que Jim Acosta ou la CNN ne nous en parlent, et s’ils arrivaient à les aborder ce serait pour dire que ce n’est qu’un résultat exceptionnel de la gestion d’un fou irresponsable, mais jamais d’un système où l’argent est roi et grâce auquel un magnat, qui dirige un pays comme si c’était son entreprise, a pu arriver à en être le Président.

Par Iroel Sánchez, 19 novembre, 2018
Journaliste cubain
source : La pupila insomne / The Bad Memory of the Good Media
Traducción de Patricia Pérez Pérez



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP