Brésil : La lente construction d’une nouvelle culture politique

Les chefs d’entreprise ne veulent pas renverser Dilma parce que ce modèle leur convient très bien, de sorte que s’il y a un consensus, c’est contre nous, un consensus du gouvernement et des chefs d’entreprise contre nous.

Par Raúl Zibe­chi

Les der­niers mois ont été l’occasion de mobi­li­sa­tions mul­tiples au Bré­sil. Deux textes de ce numé­ro cherchent à pré­sen­ter plus en détails deux facettes de ces luttes en cours. Le pre­mier, ci-des­sous, est un entre­tien réa­li­sé par Raúl Zibe­chi avec l’un des acteurs des mobi­li­sa­tions reven­di­quant la baisse du prix des trans­ports. Le second est une tra­duc­tion de la lettre ouverte pré­sen­tée par les repré­sen­tants des peuples indiens reçus par la pré­si­dente Dil­ma Rous­sef le 10 juillet 2013. Entre­tien publié par le Pro­gramme des Amé­riques, le 8 juillet 2013.

Pas­sées les mobi­li­sa­tions les plus mas­sives au Bré­sil, il appa­raît néces­saire de s’interroger sur les racines de la culture poli­tique hori­zon­tale et auto­nome qui a sur­gi dans les rues mais qui a mûri au feu lent de la résis­tance quo­ti­dienne, sous l’impulsion d’une nou­velle géné­ra­tion d’activistes sociaux. Le meilleur moyen de com­prendre, c’est de dia­lo­guer avec eux.

Lorsque Lula entre au Palais du Pla­nal­to, en jan­vier 2003, Paíque Duques Lima a 17 ans et fait ses pre­miers pas dans le mili­tan­tisme social. Il vit avec ses parents à Bra­si­lia. Le reste de sa famille habite dans une des nom­breuses fave­las à mille lieues du moder­nisme urba­nis­tique asep­ti­sé conçu par Oscar Nie­meyer, le plus grand archi­tecte du Bré­sil et un des plus admi­rés du monde. Avec les années, Paíque devien­dra anthro­po­logue, peut-être pour affir­mer sa fidé­li­té à sa race et ser­vir sa classe, et il se lie­ra à divers mou­ve­ments sociaux, dont le Movi­men­to Passe Livre (MPL), qui, dit-il, « signi­fie en por­tu­gais trans­port gra­tuit ».

quinto_ato_MPL_mi_dia_ninja.jpg

Les grandes mani­fes­ta­tions de juin semblent avoir eu pour pré­cé­dent les petits mou­ve­ments locaux qui ont créé les condi­tions sub­jec­tives et struc­tu­relles appro­priées, comme les Comi­tés popu­laires de la Coupe du monde. As-tu la même vision des choses ?

Pen­dant toute la période du gou­ver­ne­ment Lula, mais déjà avant, il y a eu des mou­ve­ments alter­na­tifs et des luttes plus ou moins impor­tantes qui ont créé une nou­velle culture de la lutte, sans lien avec la droite ni avec les orga­ni­sa­tions tra­di­tion­nelles de gauche. Avec les mobi­li­sa­tions contre la mon­dia­li­sa­tion, vers l’an 2000, est née une culture de l’action directe dans une grande par­tie de la jeu­nesse urbaine : les radios libres, le CMI (Centre des médias indé­pen­dants), les groupes de jeunes des par­tis poli­tiques en lutte et rup­ture avec leurs propres par­tis poli­tiques, et, en géné­ral, les jeunes qui rejettent les struc­tures tra­di­tion­nelles comme les syn­di­cats et les bureau­cra­ties estu­dian­tines.

Tu accordes plus d’importance à cette nou­velle culture poli­tique hori­zon­tale, assem­bléiste et auto­nome qu’au nombre de mili­tants que compte chaque groupe ? Je veux dire : c’est plus une ques­tion de qua­li­té que de quan­ti­té ?

C’est rela­tif. En 2003, à Sal­va­dor, 40 000 per­sonnes sont des­cen­dues dans la rue contre l’augmentation du prix des trans­ports, lors de ce qu’on a appe­lé la « Révolte du buzu » (auto­bus, en argot local). La jeu­nesse est des­cen­due spon­ta­né­ment dans la rue, puis les orga­ni­sa­tions d’étudiants ont négo­cié avec le gou­ver­ne­ment en pas­sant par-des­sus le mou­ve­ment. Ce fut une tra­hi­son. Neuf reven­di­ca­tions du mou­ve­ment ont été accep­tées par la mai­rie, soit toutes sauf l’annulation de l’augmentation du prix des trans­ports, qui consti­tuait le point cen­tral. À par­tir de ce moment, on a vu qu’il était pos­sible de lut­ter sans être dans un par­ti ou une struc­ture tra­di­tion­nelle. En 2004, à Flo­rianó­po­lis, se pro­duit la « Révolte des tour­ni­quets », avec à l’origine une petite orga­ni­sa­tion de quelques dizaines de per­sonnes qui exige la gra­tui­té des trans­ports. Mais on a pu poli­ti­ser la lutte, lan­cer des actions et dis­cu­ter avec les auto­ri­tés. Les membres du mou­ve­ment ne négo­ciaient pas, ils ne fai­saient que trans­mettre les pré­oc­cu­pa­tions des gens. C’est ce qui a fait la force de la lutte, une orga­ni­sa­tion hori­zon­tale sans direc­tion per­ma­nente.

En 2005 est créé le MPL natio­nal, qui reven­dique la gra­tui­té des trans­ports en se fon­dant sur une culture et une manière de lut­ter ins­pi­rées par les prin­cipes d’apartidisme (mais pas d’antipartidisme), d’autonomie, d’horizontalité, d’indépendance, de fédé­ra­lisme et des pra­tiques cen­trées sur l’action directe, avec un hori­zon anti­ca­pi­ta­liste. Depuis, tous les ans, diverses villes ont été le théâtre de luttes menées contre l’augmentation du prix du titre de trans­port. En géné­ral, les luttes sont loca­li­sées parce que chaque ville pos­sède sa propre admi­nis­tra­tion des trans­ports. Ces dix der­nières années, dans près d’une soixan­taine de villes, il y a eu des mobi­li­sa­tions de taille petite ou moyenne qui ont ras­sem­blé jusqu’à cinq ou dix mille per­sonnes. Cer­taines villes ont obte­nu l’annulation de l’augmentation, et d’autres la gra­tui­té pour les étu­diants. Les Comi­tés popu­laires de la Coupe du monde, nés en 2008, et d’autres orga­ni­sa­tions ont éga­le­ment construit une culture de lutte hori­zon­tale dans la rue.

On dit que ce sont des mou­ve­ments de classe moyenne, d’étudiants et de diplô­més. Tu serais d’accord avec cette carac­té­ri­sa­tion ?

Non. C’est une mobi­li­sa­tion de la jeu­nesse pro­lé­taire encore très divi­sée parce qu’au Bré­sil il existe une scis­sion dans les villes, avec un centre où l’on trouve des tra­vailleurs infor­mels, des ban­lieues avec une classe labo­rieuse plus stable et une grande péri­phé­rie où vit une classe labo­rieuse pré­ca­ri­sée. Par­ler de la classe moyenne, c’est occul­ter la place des tra­vailleurs infor­mels du centre qui par­ti­cipent aux mobi­li­sa­tions. Les villes sont scin­dées en classes, quar­tiers et races. On compte beau­coup d’activistes et de mani­fes­tants noirs.

Est-ce qu’il y a dans cette nou­velle culture mili­tante quelque chose de la culture hip-hop qui forme un mou­ve­ment peu struc­tu­ré, plus dif­fus, mais très puis­sant au Bré­sil et très pré­sent dans la jeu­nesse ? Quelles étaient les acti­vi­tés quo­ti­diennes des noyaux du MPL avant juin ?

Au sein du MPL et des Comi­tés de la Coupe du monde, il y a des jeunes du centre et de la péri­phé­rie. Au début du mou­ve­ment, par exemple, nos réunions ras­sem­blaient entre 40 et 80 per­sonnes, mais beau­coup moins après 2007, quand on a eu une période sans aug­men­ta­tions des titres de trans­port : nous étions alors entre huit et 20 per­sonnes lors des réunions heb­do­ma­daires ou bimen­suelles. Nos acti­vi­tés sont prin­ci­pa­le­ment de trois types : actions directes, études et infor­ma­tion sur le trans­port col­lec­tif et la mobi­li­té urbaine en pre­nant en compte classe, sexe et race, pres­sions et pro­po­si­tions auprès des pou­voirs publics pour la gra­tui­té des trans­ports, pour le prix zéro ; on se mobi­lise aus­si quand le prix des trans­ports aug­mente ou que des pri­va­ti­sa­tions se pro­duisent.

Aujourd’hui, tout le Bré­sil sait que la Coupe du monde, c’est un négoce, et que le trans­port est une catas­trophe, ce qui montre l’utilité de ces années de tra­vail. D’une cer­taine façon, cette nou­velle conscience cri­tique nous enseigne toute l’importance des petits groupes mili­tants à haut niveau d’engagement.

Les Comi­tés popu­laires de la Coupe du monde sont des grou­pe­ments où sont pré­sents le Mou­ve­ment des gens sans toit, des com­mu­nau­tés délo­gées et des mili­tants uni­ver­si­taires. Tant les comi­tés que le MPL ont tou­jours été en contact avec cette culture des péri­phé­ries, des fave­las. La culture de la jeu­nesse noire, pré­ca­ri­sée et de fave­la, a été très atta­quée ces dix der­nières années par la poli­tique d’incitation au consu­mé­risme des gou­ver­ne­ments Lula et Dil­ma [Rous­seff]. Mais tout contrôle est à double tran­chant et a ses points faibles. Les asso­cia­tions de quar­tier ont un lien his­to­rique avec le PT et ont fait leur tra­vail au côté de l’État et avec les plans sociaux. Cela a créé un vide qui a été com­blé par la nou­velle culture mili­tante hori­zon­tale et la culture des jeunes de fave­la qui se sont rap­pro­chées depuis cinq ans – les jeunes tra­vailleurs de la péri­phé­rie et du centre ont beau­coup de contacts. J’habite dans le centre du Dis­trict fédé­ral de Bra­si­lia mais ma famille vit dans une fave­la. L’important, c’est que les deux cultures se sont rap­pro­chées avec le déve­lop­pe­ment des villes et de la spé­cu­la­tion immo­bi­lière qui a fait pro­gres­ser la ségré­ga­tion urbaine vu que les deux sec­teurs ont des pro­blèmes com­muns, comme celui des trans­ports.

Depuis 2007 et 2008, le MPL mul­ti­plie les inter­ven­tions dans les écoles secon­daires et les quar­tiers des péri­phé­ries. Notre mou­ve­ment a com­men­cé en orga­ni­sant des ate­liers sur le trans­port col­lec­tif, la ségré­ga­tion urbaine et le droit à la ville dans les écoles secon­daires et les uni­ver­si­tés, mais aujourd’hui le tra­vail se fait sur­tout dans les com­mu­nau­tés péri­phé­riques. On nous sol­li­cite sou­vent pour par­ler du pro­blème des trans­ports. Les Comi­tés popu­laires de la Coupe du monde ont sui­vi la même voie, en se rap­pro­chant des com­mu­nau­tés délo­gées. Du fait de la vio­lence poli­cière, le dis­cours des comi­tés a trou­vé un écho chez les gens. Avant, beau­coup d’habitants de la péri­phé­rie pen­saient que la Coupe du monde serait leur salut parce qu’elle crée­rait de l’emploi, mais ils ont chan­gé d’avis très vite et main­te­nant ils par­ti­cipent aux mobi­li­sa­tions. Les Comi­tés popu­laires ont com­men­cé à gagner en puis­sance avec l’engagement de quar­tiers entiers. D’autre part, quelques médias tra­di­tion­nels se sont ouverts aux cri­tiques visant la Coupe du monde, notam­ment Le Monde Diplo­ma­tique, Car­ta Capi­tal, la revue Piauí et la chaîne de télé­vi­sion payante ESPN Bra­sil, où l’on trouve de nom­breux anciens mili­tants de gauche qui font du jour­na­lisme spor­tif cri­tique et ont été très durs avec la FIFA.

Mais la clé de tout, c’est que les gens ont com­men­cé à s’organiser. Depuis le début de l’année, les mobi­li­sa­tions pour le trans­port gra­tuit sont de plus en plus nom­breuses. Dans dix villes, elles ont réus­si à faire bais­ser le prix du ticket de trans­port. Goiâ­nia en mai, Por­to Alegre en mars ; Natal, Tere­zin­ha et Belén se sont mobi­li­sées avant São Pau­lo et Rio de Janei­ro. Cela nous indique qu’au moment où se sont pro­duits les évé­ne­ments de Rio et São Pau­lo cette culture de mobi­li­sa­tion hori­zon­tale incar­née par le MPL et les Comi­tés de la Coupe du monde avait déjà pris de l’extension.

Manifestacao-2.jpg

Tout indique que la répres­sion à São Pau­lo a joué un rôle déter­mi­nant dans l’amplification du mou­ve­ment.

Je ne suis pas mili­tant du mou­ve­ment de São Pau­lo (je suis du mou­ve­ment pour la gra­tui­té des trans­ports à Bra­si­lia). Cepen­dant, je peux me faire une idée avec ce que j’ai vu et enten­du, parce que nous sommes une orga­ni­sa­tion natio­nale. Je crois que trois fac­teurs se sont conju­gués. Le pre­mier, le plus impor­tant, c’est que diverses orga­ni­sa­tions œuvraient depuis des années à créer cette culture de la lutte, non seule­ment le MPL et les comi­tés mais le CM, les étu­diants radi­caux, les sans-abri, les radios libres, le hip-hop, le Mou­ve­ment des tra­vailleurs au chô­mage, les « car­to­ne­ros »[[Qui col­lectent puis revendent les embal­lages en car­ton.]], autant de mou­ve­ments urbains qui ont don­né nais­sance à cette culture.

Le deuxième, c’est que les actions menées au centre de São Pau­lo à l’appel du MPL ont subi une répres­sion poli­cière bru­tale alors que beau­coup pen­saient que, le PT ayant rem­por­té la mai­rie avec Fer­nan­do Had­dad, il y aurait une phase de coop­ta­tion et de négo­cia­tion – per­sonne ne s’attendait à une répres­sion aus­si forte. On savait le gou­ver­ne­ment de l’État mené par le socio-démo­crate Geral­do Alck­min (PSDB) très répres­sif mais on ne pen­sait pas que la mai­rie tenue par le PT appuie­rait les actes ter­ro­ristes de la police. Cette répres­sion bru­tale a contri­bué à natio­na­li­ser la soli­da­ri­té et à faire aug­men­ter le nombre de mani­fes­tants. Il faut éga­le­ment signa­ler que les pre­mières mobi­li­sa­tions, anté­rieures à la répres­sion, avaient déjà atti­ré beau­coup de monde – avec 20, 40 et 70 000 per­sonnes.

Le troi­sième fac­teur a été l’extension du mou­ve­ment à tout le Bré­sil avec la tenue de la Coupe des Confé­dé­ra­tions, qui a réuni la lutte pour la mobi­li­té urbaine avec la lutte contre la réforme urbaine et pour le droit à la ville consé­cu­tive aux tra­vaux réa­li­sés pour le Mon­dial de 2014.

La droite a pro­fi­té des mobi­li­sa­tions pour mener bataille contre le gou­ver­ne­ment.

La droite dis­pose déjà d’un bloc poli­tique et d’un bloc média­tique, elle veut main­te­nant construire un bloc social. Beau­coup de gens sont des­cen­dus dans la rue et la droite s’est alors lan­cée dans la mêlée en essayant d’imposer son pro­gramme cen­tré sur la cri­tique de la cor­rup­tion – mais uni­que­ment de la cor­rup­tion des gou­ver­ne­ments du PT et non de celle du PSDB ou même de l’État, révé­lant ain­si ses inten­tions élec­to­rales –, sur l’abaissement de l’âge de la majo­ri­té pénale, contre l’avortement et, d’une cer­taine façon, contre les droits des noirs et des gays. Elle a vou­lu inter­pré­ter le mou­ve­ment à sa façon. Les gens des par­tis de gauche ont été atta­qués par l’extrême droite mais ont fait l’impasse sur les pro­blèmes réels qui nous ont conduits dans la rue.

Quel regard portes-tu sur la jour­née du 11 juillet orga­ni­sée par les syn­di­cats et le MST, pen­dant laquelle aucune allu­sion n’a été faite à la répres­sion poli­cière ni au mas­sacre du 24 juin dans le Com­plexo do Maré, la plus grande fave­la de Rio ?

Il y a quelques petits syn­di­cats qui sou­tiennent le mou­ve­ment. Les cen­trales syn­di­cales d’opposition au pou­voir, comme Conlu­tas et Inter­sin­di­cal, ont par­ti­ci­pé aux mobi­li­sa­tions et les autres ont cri­ti­qué le MPL en disant que nous avons été mani­pu­lés par la droite. Le mou­ve­ment syn­di­cal n’a pas réus­si à don­ner une réponse de classe. Les actions du 11 juillet peuvent être inter­pré­tées en par­tie comme une forme de sou­tien au pou­voir jus­ti­fiée par l’idée que la droite peut fomen­ter un coup d’État contre le gou­ver­ne­ment et que, pour l’éviter, il faut ren­for­cer la gou­ver­na­bi­li­té. Il y a aus­si une volon­té d’encadrer les gens qui des­cendent dans la rue. Mais le mou­ve­ment est éga­le­ment dû à l’initiative d’autres sec­teurs qui ne relèvent pas du gou­ver­ne­ment et qui ont plus de liens avec les luttes sociales.

Com­ment vois-tu l’avenir du mou­ve­ment à moyen terme, disons jusqu’à la Coupe du monde de 2014 et aux élec­tions pré­si­den­tielles de l’an pro­chain ?

Sur ce plan, on a trois pro­blèmes. Le pre­mier, c’est que le gou­ver­ne­ment et les médias vont essayer de contrô­ler les luttes par la répres­sion mais aus­si par la coop­ta­tion et ce qu’on pour­rait appe­ler la « déroute psy­cho­lo­gique » du mou­ve­ment à tra­vers la construc­tion de méca­nismes de consen­sus.

Deuxième pro­blème : nous, les mili­tants jeunes, nous étions très iso­lés, mais les gens qui par­laient mal de nous ne dis­posent pas d’une culture de la contes­ta­tion et, là, il y a un espace ouvert pour le débat et l’organisation. D’où la ques­tion de l’organisation.

Le MPL était un mou­ve­ment de quelques dizaines de per­sonnes qui appe­laient les gens à se mobi­li­ser dans la rue. Aujourd’hui, la ques­tion est de savoir si nous sommes à même de deve­nir une orga­ni­sa­tion de masse, hori­zon­tale, auto­nome et anti­ca­pi­ta­liste, capable de fédé­rer des mil­liers de per­sonnes au nom de ces prin­cipes. Toutes les petites orga­ni­sa­tions se posent la même ques­tion.

Le troi­sième pro­blème tient à une par­ti­ci­pa­tion tar­dive des sec­teurs de la socié­té qui sont cru­ciaux parce qu’ils pâtissent d’une oppres­sion struc­tu­relle. Au Bré­sil, le racisme et l’exclusion sont struc­tu­rels. Il ne se passe pas un jour au Bré­sil sans que l’on parle de ségré­ga­tion, de classe, de sexisme et de race. C’est essen­tiel. Ces der­niers jours, il y a eu 30 ou 40 actions de contes­ta­tion dans la péri­phé­rie de São Pau­lo, très radi­cales, qui ont mis le feu à des auto­bus. Dans la zone nord de Bra­si­lia, la même chose se pro­duit. Ces actions se sont pro­duites en même temps que la mani­fes­ta­tion orga­ni­sée sur l’esplanade du Pla­nal­to (siège du gou­ver­ne­ment), et cela nous amène à nous deman­der com­ment impul­ser des luttes qui s’en prennent aux struc­tures clas­sistes, racistes et sexistes de notre socié­té. Et là se pose la ques­tion clé : avons-nous la force d’enclencher ce pro­ces­sus ?

Sur­tout parce qu’il reste très peu de temps pour l’enclencher, à peine un an jusqu’au Mon­dial, alors que des lois anti­ter­ro­ristes vont nous tom­ber des­sus, assor­ties d’une répres­sion poli­cière très forte. On est face à des enjeux orga­ni­sa­tion­nels, idéo­lo­giques, mili­taires (c’est-à-dire com­ment va-t-on affron­ter la répres­sion poli­cière et le contrôle de masse ?) et éco­no­miques. Les chefs d’entreprise ne veulent pas ren­ver­ser Dil­ma parce que ce modèle leur convient très bien, de sorte que s’il y a un consen­sus, c’est contre nous, un consen­sus du gou­ver­ne­ment et des chefs d’entreprise contre nous. C’est la rai­son pour laquelle je dis que nous sommes face à des défis majeurs.

Source de l’ar­ticle : Dial – Dif­fu­sion de l’information sur l’Amérique latine.

Tra­duc­tion de Gilles Renaud pour Dial.


Brasil-cimi-nacional.jpg

Lettre ouverte des peuples indiens à la pré­si­dente de la Répu­blique Dil­ma Rous­sef

Bra­si­lia, 10 juillet 2013.

Son Excel­lence,

Pré­si­dente esti­mée,

Nous lea­ders indiens de dif­fé­rents peuples et orga­ni­sa­tions indiennes des dif­fé­rentes régions du Bré­sil, sommes réunis en cette occa­sion his­to­rique avec votre excel­lence dans le Palais du gou­ver­ne­ment, en nombre réduit mais suf­fi­sam­ment infor­més et connais­sant de manière appro­fon­die, plus que qui­conque, les pro­blèmes, les souf­frances, les besoins et les aspi­ra­tions de nos peuples et com­mu­nau­tés. Nous vous pré­sen­tons sous cette forme, après une si longue attente, les consi­dé­ra­tions et reven­di­ca­tions sui­vantes. Nous espé­rons qu’elles seront accueillies par votre gou­ver­ne­ment com­men­çant ain­si à s’acquitter de la dette sociale de l’État bré­si­lien a à notre égard, après des siècles d’une colo­ni­sa­tion sans fin, mar­quée par des poli­tiques et des pra­tiques de vio­lence, de meurtre, de dépos­ses­sion, de racisme, de pré­ju­gés et de dis­cri­mi­na­tions.

Nous sommes ici, mani­fes­ta­tion petite mais repré­sen­ta­tive de la diver­si­té eth­nique et cultu­relle du pays, com­po­sée de 305 peuples indiens dif­fé­rents par­lant 274 langues dis­tinctes avec une popu­la­tion d’environ 900 000 habi­tants d’après les don­nées de l’IBGE[[L’IBGE est mis pour « Ins­ti­tu­to Bra­si­lei­ro de Geo­gra­fia e Estatís­ti­ca » (Ins­ti­tut bré­si­lien de géo­gra­phie et sta­tis­tique) – note DIAL.]]. Au nom de ces per­sonnes :

Nous réaf­fir­mons notre rejet à l’accusation d’être des obs­tacles au déve­lop­pe­ment du pays, dans un mépris total de notre contri­bu­tion à la for­ma­tion de l’État natio­nal bré­si­lien, à la pré­ser­va­tion d’un patri­moine natu­rel et socio­cul­tu­rel enviable, ce qui inclut les fron­tières actuelles du Bré­sil, dont nos ancêtres furent les gar­diens-nés. Contrai­re­ment à ceux qui nous accusent de mettre en péril l’unité, l’intégrité ter­ri­to­riale et la sou­ve­rai­ne­té de notre pays.

Nous refu­sons toute la série d’instruments poli­tiques et admi­nis­tra­tifs, judi­ciaires, juri­diques et légis­la­tifs, qui cherchent à détruire et anéan­tir nos droits conquis avec force luttes et sacri­fices, il y a 25 ans, par les caciques et les lea­ders qui nous ont pré­cé­dés, au cours de la période de la Consti­tuante.

Nous sommes tota­le­ment oppo­sés à toute ten­ta­tive de modi­fi­ca­tion des moda­li­tés de la démar­ca­tion des terres indiennes qui sont actuel­le­ment par­rai­nées par des sec­teurs de votre gou­ver­ne­ment, prin­ci­pa­le­ment par la Casa Civil[[La Casa Civil est un organe du pou­voir exé­cu­tif qui seconde la pré­si­dence, un peu comme le Pre­mier ministre dans d’autres types d’organisation ins­ti­tu­tion­nelle– note DIAL.]] et le Pro­cu­reur géné­ral de l’Union[[ Advo­ca­cia Geral da União », AGU en por­tu­gais – note DIAL.]], en réponse aux pres­sions et inté­rêts des enne­mis his­to­riques de nos peuples, des enva­his­seurs de nos ter­ri­toires, aujourd’hui spé­cia­le­ment repré­sen­tés par l’agro-business, les grands pro­prié­taires ruraux et leurs sou­tiens par­le­men­taires, les com­pa­gnies minières et fores­tières, les entre­pre­neurs, entre autres.

Nous n’accepterons pas de reculs dans la pro­tec­tion de nos droits par le biais d’initiatives légis­la­tives qui peuvent condam­ner nos peuples à des situa­tions de misère indé­si­rable, d’ethnocide et de conflits impré­vi­sibles comme c’est déjà le cas dans toutes les régions du pays, et prin­ci­pa­le­ment dans le Sud et dans l’État du Mato Gros­so do Sul.

Nous reje­tons la façon dont le gou­ver­ne­ment veut encou­ra­ger un modèle de déve­lop­pe­ment prio­ri­taire, déployant quel qu’en soit le coût, sur nos ter­ri­toires, des ouvrages d’infrastructure dans les sec­teurs des trans­ports et de la pro­duc­tion d’énergie, tels que les auto­routes, les voies fer­rées, les voies navi­gables, ports, cen­trales élec­triques, lignes de trans­mis­sion, sans res­pect de notre vision du monde, de notre forme par­ti­cu­lière de rela­tion avec la Mère Nature, de nos droits ori­gi­naires et fon­da­men­taux, garan­tis par la Consti­tu­tion, la Conven­tion 169 et la Décla­ra­tion des Nations unies.

Reven­di­ca­tions

Dans ce mani­feste, nous expri­mons les reven­di­ca­tions sui­vantes :

1.- L’action du gou­ver­ne­ment, en lien avec sa base, pour aban­don­ner les Pro­po­si­tions d’amendement à la Consti­tu­tion (PEC, en por­tu­gais) 038 et 215 qui pré­tendent trans­fé­rer au Sénat et au Congrès natio­nal, res­pec­ti­ve­ment, la capa­ci­té de déli­mi­ter les terres indiennes, usur­pant une pré­ro­ga­tive consti­tu­tion­nelle de l’exécutif.

2.- Nous reven­di­quons la même action concer­nant la PEC 237/13 qui vise à léga­li­ser la loca­tion de nos terres, le Pro­jet de loi (PL) 1610 – 1696 sur l’exploitation minière en terres indiennes, le PL 227/12 qui modi­fie la démar­ca­tion des terres indiennes, par­mi beau­coup d’autres ini­tia­tives visant à anni­hi­ler nos droits consti­tu­tion­nels.

3.- Le gou­ver­ne­ment devrait ren­for­cer et don­ner toutes les condi­tions néces­saires pour que la Fon­da­tion natio­nale des Indiens (FUNAI) rem­plisse comme il convient son rôle de démar­ca­tion, de pro­tec­tion et de sur­veillance de toutes les terres indiennes, dont la tâche est encore immense dans toutes les régions du pays, et même en Ama­zo­nie où le pro­blème est soi-disant réso­lu. Nous n’admettons pas que la FUNAI soit mise à l’écart ni que l’EMBRAPA[[L’Empresa Bra­si­lei­ra de Pes­qui­sa Agro­pe­cuá­ria (Entre­prise bré­si­lienne de recherche agro­no­mique et d’élevage, en fran­çais) est une entre­prise d’État spé­cia­li­sée dans l’agronomie]], le minis­tère de l’agriculture et d’autres orga­nismes, connais­sant mal les ques­tions indiennes, puissent éva­luer et, soi-disant, contri­buer aux études anthro­po­lo­giques réa­li­sées par la Fon­da­tion, dans le seul but de répondre aux inté­rêts poli­tiques et éco­no­miques, comme l’a fait le der­nier gou­ver­ne­ment mili­taire en ins­ti­tuant l’infâme « groupe » du MIRAD, pour « dis­ci­pli­ner » la FUNAI et « éva­luer » les reven­di­ca­tions indiennes.

4.- Pour la démar­ca­tion des terres indiennes, nous pro­po­sons la créa­tion d’un groupe de tra­vail, avec la par­ti­ci­pa­tion des peuples et orga­ni­sa­tions indiennes dans le cadre du minis­tère de la Jus­tice et de la FUNAI pour faire une car­to­gra­phie, défi­nir des prio­ri­tés et des objec­tifs concrets de démar­ca­tion.

5.- Nous n’acceptons pas la pro­po­si­tion de créa­tion d’un Secré­ta­riat réunis­sant la FUNAI avec le Ser­vice spé­cial de san­té indienne (SESAI en por­tu­gais), por­tant pré­ju­dice au rôle spé­ci­fique de chaque orga­nisme.

6.- Nous exi­geons l’abrogation de toutes les ordon­nances et décrets qui menacent nos droits ori­gi­naires et l’intégrité de nos ter­ri­toires, la vie et la culture de nos peuples et com­mu­nau­tés :

6.1.- Ordon­nance 303 du 17 juillet 2012, à l’initiative de l’exécutif, par le biais du Pro­cu­reur géné­ral (AGU) qui étend à tort à une appli­ca­tion à toutes les terres l’applicabilité des condi­tions éta­blies par le Tri­bu­nal fédé­ral suprême (STF, en por­tu­gais) lors du ver­dict ren­du pour l’affaire Rapo­sa Ser­ra do Sol (Péti­tion 3.388/RR), affaire qui n’a pas encore été jugée.

6.2.- Ordon­nance 2498 du 31 octobre 2011, qui oblige les orga­nismes fédé­raux à par­ti­ci­per aux pro­cé­dures d’identification et de déli­mi­ta­tion des terres indiennes, au vu que le Décret 1.775/96 éta­blit déjà le droit inverse.

6.3.- Ordon­nance 419 inter­mi­nis­té­rielle du 28 octobre 2011, qui res­treint le délai pour les agences et les orga­nismes de l’administration publique accé­lère les pro­cé­dures d’autorisation envi­ron­ne­men­tale pour les pro­jets d’infrastructures qui affectent les terres indiennes.

7.- Décret 7.957 du 13 mars 2013. Il créé le Bureau per­ma­nent de ges­tion inté­grée pour la pro­tec­tion de l’environnement, régle­mente les acti­vi­tés des forces armées en matière de pro­tec­tion de l’environnement et modi­fie le Décret 5.289, du 29 novembre 2004. Avec ce décret, « de carac­tère pré­ven­tif ou répres­sif », a été créée la Com­pa­gnie d’opérations envi­ron­ne­men­tales de la Force natio­nale de sécu­ri­té publique, dont l’une de ses fonc­tions est d’« aider à réa­li­ser les enquêtes et les rap­ports tech­niques sur les impacts néga­tifs sur l’environnement ». En pra­tique, cela signi­fie qu’est créé un orga­nisme éta­tique pour la répres­sion mili­ta­ri­sée de toute et n’importe quelle action de la part des peuples indiens, des com­mu­nau­tés, des orga­ni­sa­tions et mou­ve­ments sociaux qui décident de s’opposer à des pro­jets ayant un impact sur leur ter­ri­toire.

7.- Nous deman­dons éga­le­ment au gou­ver­ne­ment bré­si­lien des poli­tiques publiques spé­ci­fiques, effi­caces et de qua­li­té, dignes de nos peuples qui depuis des temps immé­mo­riaux exercent un rôle stra­té­gique dans la pro­tec­tion de la Mère Nature, en conte­nant la défo­res­ta­tion, en pré­ser­vant les forêts et la bio­di­ver­si­té, et bien d’autres richesses qu’abritent les ter­ri­toires indiens.

En matière de san­té : rendre effec­tifs le Secré­ta­riat spé­cial de san­té indienne et les Dis­tricts sani­taires indiens spé­ciaux, afin de sur­mon­ter les dif­fé­rents pro­blèmes de ges­tion, le manque de per­son­nels qua­li­fiés, l’absence d’un concours spé­ci­fique pour les Indiens, d’un orga­ni­gramme des fonc­tions et des salaires, le manque des soins de base dans les vil­lages, entre autres.

Dans l’enseignement : la légis­la­tion qui garan­tit une édu­ca­tion spé­ci­fique et dif­fé­ren­ciée doit être res­pec­tée et mise en œuvre, avec des moyens suf­fi­sants à cette fin ; la Loi 11.645, qui rend obli­ga­toire l’enseignement de la diver­si­té dans les écoles, doit être immé­dia­te­ment appli­quée.

Dans le domaine du déve­lop­pe­ment durable : mise sur pied du Comi­té de pilo­tage de la Poli­tique natio­nale de ges­tion ter­ri­to­riale et envi­ron­ne­men­tale des terres indiennes (PNGATI, en por­tu­gais) et d’autres pro­grammes spé­ci­fi­que­ment des­ti­nés à nos peuples, avec bud­get propre.

Pour la mise aux normes, la coor­di­na­tion, la super­vi­sion et la mise en œuvre d’autres poli­tiques qui nous concernent : créa­tion immé­diate du Conseil natio­nal de poli­tique india­niste (CNPA), dont le pro­jet de loi (3.571/08) n’a pas été jusqu’ici adop­té par la Chambre des dépu­tés.

8.- Nous reven­di­quons tou­jours que le gou­ver­ne­ment res­pecte les accords et les enga­ge­ments pris en lien avec la Com­mis­sion natio­nale sur la poli­tique india­niste (CNPA) concer­nant le lan­ce­ment de la pro­cé­dure d’examen et l’approbation du Sta­tut des peuples indiens au Congrès natio­nal.

9.- Consi­dé­rant que la pré­sente réunion avec Votre Excel­lence se passe dans le contexte de nom­breuses autres mani­fes­ta­tions dans tout le pays, nous expri­mons notre soli­da­ri­té avec d’autres luttes et causes sociales et popu­laires qui, comme nous, aspirent à un pays dif­fé­rent, plu­riel et véri­ta­ble­ment juste et démo­cra­tique. Nous pen­sons aus­si à la régle­men­ta­tion et à la pro­tec­tion des terres des qui­lom­bos, des ter­ri­toires de pêche et d’autres com­mu­nau­tés tra­di­tion­nelles, et à l’absence d’urgence du pro­jet de loi sur un nou­veau cadre régle­men­taire pour l’exploitation minière, afin d’assurer la par­ti­ci­pa­tion de la socié­té civile dans le débat sur ce sujet si déli­cat et stra­té­gique pour la nation bré­si­lienne.

10.- Pour toutes ces rai­sons, nous réaf­fir­mons notre déter­mi­na­tion à ren­for­cer nos luttes, à conti­nuer à être vigi­lants et prêts à l’affrontement poli­tique, même au risque de nos vies. Mais nous réité­rons éga­le­ment que nous sommes dis­po­nibles pour un dia­logue ouvert, franc et sin­cère, pour la défense de nos ter­ri­toires, de la Mère Nature et le bien de nos géné­ra­tions actuelles et futures autour d’un plan gou­ver­ne­men­tal pour les peuples indiens, avec des prio­ri­tés et des objec­tifs concrets défi­nis en accord avec nous.

11.- Nous appe­lons, enfin, nos parents, lea­ders, peuples et orga­ni­sa­tions, alliés de toutes parts, à s’unir avec nous pour évi­ter, ensemble, que l’extinction pro­gram­mée de nos peuples sur­vienne.