Bruxelles criminalise les militants de Greenpeace…

Communiqué de Greenpeace

Un mois de pri­son et une amende de 1.100 €. C’est ce que le minis­tère public réclame à l’en­contre de onze mili­tants de Green­peace.

Le 17 mars pro­chain, au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Bruxelles, le juge ren­dra son ver­dict dans le cadre du pro­cès “tapis rouge”.

Rap­pel des faits : le 10 décembre 2009, à Bruxelles, un convoi de trois limou­sines s’est fau­fi­lé sans encombre jus­qu’à l’en­trée du der­nier Som­met euro­péen avant celui de Copen­hague. Dans ces voi­tures, pas de Sar­ko­zy ou de Mer­kel mais bien des mili­tants de Green­peace. Une fois sur le tapis rouge, ils ont déployé une ban­de­role invi­tant l’U­nion euro­péenne à sau­ver les négo­cia­tions sur le cli­mat. Les mili­tants furent arrê­tés après quelques minutes. Quant aux images de l’ac­tion, elles ont fait le tour du monde…

Une action culot­tée ? Certes ! Mais rien de cri­mi­nel dans tout cela. Notre inten­tion était de déli­vrer notre mes­sage à ceux qui étaient le mieux pla­cés pour le rece­voir. Les chefs d’E­tat ras­sem­blés pour le Som­met avaient à ce moment-là encore la pos­si­bi­li­té d’in­fluen­cer les négo­cia­tions de Copen­hague et d’a­gir concrè­te­ment pour le cli­mat. Ce pro­cès touche notre orga­ni­sa­tion en plein cœur. Sans liber­té d’ex­pres­sion, sans le droit de mani­fes­ter paci­fi­que­ment, Green­peace ne peut pas exis­ter.

Aus­si, nous vous tien­drons infor­més de son issue.

Michel Genet,
Direc­teur géné­ral Green­peace Bel­gique

Image_2-32.png

Plus d’in­fo : http://www.greenpeace.org/belgium/fr/actualites-blogs/actualites/Crime-de-lese-majeste-au-Danemark/