Contre l’alignement des rédactions sur le discours gouvernemental et patronal

Voici un communiqué des Comités Action Europe (CAE). Rassemblement le dimanche 12 février à 10h30 devant la RTBF.

Com­mu­ni­qué de presse
Bruxelles, le 10 février 2012

Les Comi­tés Action Europe (CAE) orga­nisent un ras­sem­ble­ment le 12 février à 10h30 devant la RTBF pour dénon­cer l’alignement des rédac­tions sur le dis­cours gou­ver­ne­men­tal et patro­nal lors de la grève géné­rale du 30 jan­vier der­nier.

Comme beau­coup, les Comi­tés Action Europe ont été esto­ma­qués par le dis­cours anti-gré­viste de notre presse natio­nale. Les médias ont repris à l’u­nis­son le son­dage rap­pe­lant qu’un belge sur deux serait contre la grève du 30 jan­vier der­nier. Bien évi­dem­ment, ils n’ont pas trou­vé utile de faire un son­dage pour savoir si les Belges sou­te­naient ou non l’aus­té­ri­té, s’ils étaient d’ac­cord de tra­vailler plus long­temps, de payer pour les ban­quiers et les spé­cu­la­teurs etc.…

1 Belge sur 2 veut-il payer pour la crise des ban­quiers ?

Le len­de­main de la grève, les édi­tos de nom­breux jour­naux, sou­vent condes­cen­dants et mora­li­sa­teurs, nous ont expli­qué pour­quoi nous sommes obli­gés de subir l’aus­té­ri­té et que les syn­di­cats qui s’y opposent seraient rin­gards et archaïques. Si l’aus­té­ri­té est un pas­sage obli­gé, si l’on doit accep­ter les lois du mar­ché, si l’on est obli­gé d’ac­cep­ter de perdre nos acquis sociaux, pour­quoi ne pas direc­te­ment remettre en cause le droit de grève ?

Par exemple Fran­çois de Bri­gode, pré­sen­ta­teur vedette du JT de la RTBF, dans une inter­view don­née quelques jours avant la grève géné­rale : “Oui, le droit de grève doit être sau­ve­gar­dé, mais il est mal uti­li­sé et de toute façon, on ne peut rien faire contre l’aus­té­ri­té”.

Nous avons déci­dé de mener notre action devant la RTBF parce nous esti­mons qu’il faut se mobi­li­ser lors­qu’un pré­sen­ta­teur de JT devient le porte-parole du gou­ver­ne­ment. La RTBF est un ser­vice public payé par la popu­la­tion. Nous fai­sons par­tie de ces belges qui ont sou­te­nu la grève et nous ne vou­lons pas être insul­tés par une chaine que nous finan­çons col­lec­ti­ve­ment.

Par contre, nous sou­te­nons les jour­na­listes et les tra­vailleurs de la presse qui veulent faire leur tra­vail avec indé­pen­dance et cou­rage mal­gré leur hié­rar­chie qui a déci­dé d’être la cour­roie de trans­mis­sion du dis­cours du gou­ver­ne­ment et des mar­chés finan­ciers.

Contacts
CAE fran­co­phone : 0472 21 44 75
CAE néer­lan­do­phone : 0486 49 94 53

www.comitesactioneurope.net