Hugo Chávez, l’Agence France-Presse et le rôle des médias

AFPTV s’est rendue coupable d’une grave dérive en publiant et en manipulant une vidéo tronquée du discours du Président vénézuélien Hugo Chávez

par Salim Lam­ra­ni

Intro­duc­tion

La visite du Pré­sident ira­nien Mah­moud Ahma­di­ne­jad au Vene­zue­la, le 9 jan­vier 2012, a fait l’objet d’une cou­ver­ture média­tique inter­na­tio­nale. L’Agence France-Presse (AFP) a éga­le­ment cou­vert l’événement par le biais, entre autres, de sa chaîne de télé­vi­sion AFPTV. Néan­moins, l’AFPTV s’est ren­due cou­pable d’une grave dérive en publiant et en mani­pu­lant une vidéo tron­quée du dis­cours du Pré­sident véné­zué­lien Hugo Chá­vez, contre­ve­nant à l’éthique jour­na­lis­tique qui impose à la presse de trans­mettre une infor­ma­tion véri­dique et non biai­sée à l’opinion publique. Cette affaire conduit inévi­ta­ble­ment à se ques­tion­ner sur le rôle des médias dans nos socié­tés.

L’Agence France-Presse (AFP)

L’AFP est la toute pre­mière agence mon­diale d’information puisque son his­toire remonte à la créa­tion en 1835 de l’agence Havas, « pion­nière des agences de presse inter­na­tio­nales ». En 1944, un groupe de jour­na­listes résis­tants reprit le contrôle de l’Office Fran­çais d’Information – alors sous contrôle du régime de Vichy pen­dant l’occupation nazie – et le rebap­ti­sa Agence France-Presse[[Agence France-Presse, « Notre his­toire ». http://www.afp.com/afpcom/fr/content/afp/historique (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]].

L’institution se qua­li­fie d’« agence de presse indé­pen­dante », même si une par­tie sub­stan­tielle de son bud­get dépend des abon­ne­ments des ser­vices publics, c’est-à-dire de l’Etat. Ses prin­cipes fon­da­men­taux, défi­nis dans le sta­tut de 1957, sont néan­moins cen­sés garan­tir « l’indépendance de l’agence et la liber­té d’action de ses jour­na­listes ». D’après son article 2, « l’A­gence France-Presse ne peut en aucune cir­cons­tance tenir compte d’in­fluences ou de consi­dé­ra­tions de nature à com­pro­mettre l’exac­ti­tude ou l’ob­jec­ti­vi­té de l’in­for­ma­tion ; elle ne doit, en aucune cir­cons­tance, pas­ser sous le contrôle de droit ou de fait d’un grou­pe­ment idéo­lo­gique, poli­tique ou éco­no­mique ». Ain­si, l’AFP reven­dique son impar­tia­li­té et son objec­ti­vi­té [[Ibid.]].

L’AFP dis­pose d’un réseau consé­quent de 2 900 col­la­bo­ra­teurs de 80 natio­na­li­tés dif­fé­rentes, répar­tis dans 165 pays, les­quels rendent compte en six langues dif­fé­rentes (fran­çais, anglais, espa­gnol, alle­mand, por­tu­gais et arabe) « de la marche de la pla­nète, 24 heures sur 24, en vidéo, texte, pho­to, mul­ti­mé­dia et info­gra­phie [[Agence France-Presse, « Nos mis­sions ». http://www.afp.com/afpcom/fr/content/afp/nos-missions (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ». L’agence dif­fuse ain­si 5 000 dépêches par jour dans tous les domaines de l’actualité et dis­pose, en plus du texte, d’un ser­vice pho­to inter­na­tio­nal (2 000 pho­tos par jour et 8 mil­lions de pho­tos d’archives), d’une chaîne de télé­vi­sion AFPTV (500 vidéos par mois) et d’une palette mul­ti­mé­dia [[Agence France-Presse, « Nos ser­vices ? ». http://www.afp.com/afpcom/fr/content/afp/nos-services (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]].

L’AFP reven­dique une marque de fabrique qui fait, selon elle, sa renom­mée dans le monde entier : la cré­di­bi­li­té. Elle est illus­trée par la maxime sui­vante : « La fia­bi­li­té est notre abso­lue prio­ri­té ». L’organisme est com­po­sé de « jour­na­listes pro­fes­sion­nels expé­ri­men­tés » qui « exercent leur métier dans la plus grande rigueur », « trient, hié­rar­chisent les infor­ma­tions, véri­fient les faits pour les mettre en pers­pec­tive ». Selon l’entité de presse, elle four­nit « une infor­ma­tion rapide, véri­fiée et com­plète sur les évé­ne­ments qui font l’ac­tua­li­té inter­na­tio­nale [[Agence France-Presse, « Qui sommes-nous ? ». http://www.afp.com/afpcom/fr/content/afp (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ».

La visite du Pré­sident Ahma­di­ne­jad au Vene­zue­la

Lors de la visite offi­cielle du Pré­sident ira­nien Mah­moud Ahma­di­ne­jad au Vene­zue­la, l’AFPTV a publié une vidéo de 58 secondes sous le titre « Ahma­di­ne­jad et Chá­vez ‘atta­que­ront Washing­ton’ », dans lequel les jour­na­listes L. Rami­rez et L. de Sur­emain retrans­crivent un extrait du dis­cours du Pré­sident Hugo Chá­vez sur le per­ron du Palais pré­si­den­tiel. Les deux pré­si­dents se trouvent côte à côte, entou­rés d’officiers mili­taires. La voix off tra­duit donc les pro­pos de Chá­vez et l’extrait se lit comme suit : « Ahma­di­ne­jad et moi, depuis le per­ron du Palais pré­si­den­tiel, vise­rons Washing­ton avec des canons et des mis­siles. Parce que nous allons atta­quer Washing­ton [[Agence France-Presse TV, « Ahma­di­ne­jad et Chá­vez ‘atta­que­ront Washing­ton’ », 12 jan­vier 2012. http://www.dailymotion.com/video/xnmnx0_ahmadinejad-et-chavez-attaqueront-washington_news (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ».

Ain­si, dans le repor­tage réa­li­sé par l’AFPTV, il semble que le Pré­sident Chá­vez menace les Etats-Unis d’une attaque mili­taire. Les pro­pos semblent assez étranges et sur­prennent l’opinion publique. S’agit-il d’une décla­ra­tion de guerre à l’encontre de la puis­sance amé­ri­caine, sachant que les rela­tions entre les deux nations sont conflic­tuelles depuis plus d’une décen­nie ? Impos­sible d’en savoir davan­tage en rai­son du carac­tère suc­cinct de l’extrait.

Une ana­lyse de l’ensemble du dis­cours de Chá­vez per­met néan­moins de décou­vrir une toute autre réa­li­té. En effet, le dis­cours a été déli­bé­ré­ment tron­qué par l’AFPTV, qui en a sélec­tion­né un pas­sage afin de faire croire à l’opinion publique que Chá­vez mena­çait expli­ci­te­ment les Etats-Unis. En réa­li­té, les pro­pos du pré­sident véné­zué­lien stig­ma­ti­saient la dia­bo­li­sa­tion de l’Iran et du Vene­zue­la par les Etats-Unis et une grande par­tie de la presse occi­den­tale. La décla­ra­tion com­plète est tota­le­ment dif­fé­rente :

« Les porte-paroles de l’im­pé­ria­lisme disent, les médias de l’impérialisme affirment, et leurs laquais pré­sents dans ce pays le répètent tels des per­ro­quets, que l’Iran se trouve au Vene­zue­la, qu’Ah­ma­di­ne­jad est à Cara­cas, car en ce moment même, à 2h30 de l’a­près-midi, comme si nous allions, Ahma­di­ne­jad et moi, depuis les sous-sols [du palais pré­si­den­tiel] de Mira­flores, ajus­ter notre tir en direc­tion de Washing­ton, et que vont sor­tir de là de grands canons et des mis­siles car nous allons atta­quer Washing­ton. C’est qua­si­ment ce qu’ils disent. Ou que la col­line où se trouvent les jour­na­listes, là, va s’ou­vrir, et qu’une grande bombe ato­mique va en sor­tir. C’est qua­si­ment ce qu’ils affirment. Il faut en rire mais il faut éga­le­ment être atten­tifs [[Vincent Lapierre, « l’AFP en fla­grant délit de mani­pu­la­tion sur Cha­vez et Ahma­di­ne­jad », Ago­ra Vox, 12 jan­vier 2012. http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/l‑afp-en-flagrant-delit-de-33296 (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ».

La volon­té de mani­pu­la­tion et de trom­pe­rie est mani­fes­te­ment évi­dente, sans comp­ter les erreurs – déli­bé­rées ? – de tra­duc­tion. Face au tol­lé sus­ci­té sur Inter­net, l’AFP a modi­fié le titre ini­tial et l’a rem­place par « Chá­vez iro­nise en disant qu’il va atta­quer les USA [[AFPTV, « Chá­vez iro­nise en disant qu’il va atta­quer les USA », 12 jan­vier 2012. http://www.dailymotion.com/video/xnmo85_chavez-ironise-en-disant-qu-il-va-attaquer-les-usa_news (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ». L’Agence a éga­le­ment publié le com­men­taire sui­vant sur son compte Face­book :

« L’AFP a publié une ver­sion cor­ri­gée d’une vidéo sur des décla­ra­tions du pré­sident véné­zué­lien Hugo Cha­vez lors de la récente visite à Cara­cas de son homo­logue ira­nien Mah­moud Ahma­di­ne­jad. Sur les six ver­sions de cette vidéo AFP, la ver­sion en fran­çais com­por­tait une erreur par défaut de mise en contexte d’une décla­ra­tion de M. Cha­vez. Une nou­velle ver­sion de cette vidéo, avec mise en contexte, a été dif­fu­sée [[Agence France-Presse, https://www.facebook.com/notes/agence-france-presse/birmanie-le-pouvoir-signe-un-cessez-le-feu-avec-les-karens/350015721677140 (site consul­té le 15 jan­vier 2012).]] ».

Mais là encore, le nou­veau titre – seul chan­ge­ment dans la nou­velle vidéo – est trom­peur. En effet, le Pré­sident Chá­vez n’ironise pas sur une éven­tuelle attaque contre les Etats-Unis mais fus­tige les décla­ra­tions des médias qui pré­tendent que le Vene­zue­la et l’Iran sont sur le point de décla­rer la guerre à Washing­ton. Ain­si, l’AFP trans­forme une cri­tique de la presse occi­den­tale en un dis­cours bel­li­queux anti-amé­ri­cain.

Par ailleurs, cet ajus­te­ment n’a guère convain­cu les inter­nautes, outrés par le com­por­te­ment de l’agence de presse comme l’illustrent cer­tains com­men­taires : « C’est l’AFP qui envoie des mis­siles sur l’in­for­ma­tion et sur l’o­pi­nion publique ! », « La vidéo ori­gi­nale est une preuve irré­fu­table de calom­nie et de mani­pu­la­tion du peuple Fran­çais », « agence de pro­pa­gande », « À croire que le monde veut vrai­ment la guerre contre l’I­ran et le Vene­zue­la », « C’est la nou­velle PRAVDA [[Ibid.]] », « Ce que vous faites est d’une extrême gra­vi­té. Vous faites une pro­pa­gande de guerre », « Com­ment les “jour­na­listes” de l’AFP ont-ils osé, avec un ce gro­tesque men­songe prendre un tel risque, sur­tout à l’ère d’in­ter­net où tout peut être contrô­lé et vérifié[[AFPTV, « Chá­vez iro­nise en disant qu’il va atta­quer les USA », op. cit.]]? ».

En réa­li­té, le dis­cours du pré­sident Chá­vez, qui a duré près d’une demi-heure et qui a été réduit à ces 58 secondes par l’AFP, était davan­tage un plai­doyer pour la paix mon­diale qu’une décla­ra­tion de guerre contre les États-Unis comme l’illustrent ces extraits :

-Chá­vez : « La plus grande aspi­ra­tion de nos peuples est la paix et on nous accuse de bel­li­queux ou de va-t-en-guerre. Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre. L’Iran n’a enva­hi per­sonne. La révo­lu­tion isla­mique d’Iran n’a enva­hi per­sonne. La révo­lu­tion boli­va­rienne n’a enva­hi per­sonne. Nous n’avons jamais bom­bar­dé qui­conque. Qui a enva­hi des pays et des peuples entiers depuis plus de 100 ans ? Qui a jeté des mil­liers de bombes sur des peuples sans défense, y com­pris des bombes ato­miques ? Qui a favo­ri­sé des coups d’Etat, des mas­sacres et des géno­cides ? Qui a uti­li­sé la guerre chi­mique, la guerre bio­lo­gique et la guerre bac­té­rio­lo­gique contre des peuples entiers ? Ce n’est pas nous. Nous autres fai­sons par­tie des peuples qui ont été agres­sés. Et nous conti­nuons à être agres­sés. Et on pré­tend nous pré­sen­ter comme étant les agres­seurs. Comme le dit Eduar­do Galea­no : « C’est l’histoire du monde à l’envers ».

De la même manière, le dis­cours du pré­sident ira­nien n’était pas for­cé­ment hos­tile aux Etats-Unis :

-Ahma­di­ne­jad : « Nous aimons tous les peuples, y com­pris le peuple amé­ri­cain qui souffre sous la domi­na­tion des arro­gants. Nous sommes aux côtés de tous les peuples pour qu’ils par­viennent à conqué­rir leurs droits inalié­nables. Notre arme est la logique, notre arme est la culture, nos armes sont les valeurs humaines. Nos armes sont l’effort et le tra­vail qui per­met­tront de conqué­rir les droits de ceux qui souffrent. Notre arme est l’amour, la ten­dresse et l’amitié pour les­quels nous serons unis à jamais [[Vincent Lapierre, op. cit.]] ».

Conclu­sion

Le cas d’AFPTV est emblé­ma­tique des dérives jour­na­lis­tiques de plus en plus fré­quentes. En effet, de nom­breux médias ne jouent plus leur rôle d’informateurs et d’analystes, mais se contentent d’un rôle de pro­pa­gan­diste au ser­vice de l’idéologie domi­nante et de l’ordre éta­bli. La concen­tra­tion des médias au sein de grands groupes éco­no­miques et finan­ciers porte gra­ve­ment atteinte à l’impartialité et l’indépendance de cette même presse qui répond à un agen­da poli­tique bien pré­cis, au détri­ment de la dif­fu­sion d’une infor­ma­tion fiable.

Pour­tant, la Charte d’éthique pro­fes­sion­nelle des jour­na­listes « tient l’esprit cri­tique, la véra­ci­té, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action jour­na­lis­tique ; tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des docu­ments, la défor­ma­tion des faits, le détour­ne­ment d’images, le men­songe, la mani­pu­la­tion, la cen­sure et l’autocensure, la non véri­fi­ca­tion des faits, pour les plus graves dérives pro­fes­sion­nelles [[Syn­di­cat natio­nal des jour­na­listes, « Charte d’éthique pro­fes­sion­nelle des jour­na­listes », mars 2011. http://www.snj.fr/spip.php?article1032 (site consul­té le 13 sep­tembre 2011).]] ».

Au lieu de res­pec­ter cette pro­fes­sion de foi, l’AFP s’est ren­due cou­pable d’une dra­ma­tique faute pro­fes­sion­nelle, trom­pant l’opinion publique et bafouant les prin­cipes fon­da­men­taux de la pro­fes­sion jour­na­lis­tique, en par­ti­cu­lier son propre sta­tut. Dans ce cas pré­cis, l’agence s’est com­por­tée comme une offi­cine de pro­pa­gande des­ti­née à dia­bo­li­ser le pré­sident véné­zué­lien Hugo Chá­vez, outra­geant ain­si la mémoire de ses pères fon­da­teurs, qui eux avaient choi­si, sous le joug nazi, de lut­ter contre la dés­in­for­ma­tion, « de pas­ser la véri­té en contre­bande » si cela était néces­saire – pour reprendre les pro­pos de Robes­pierre –, afin de la faire par­ve­nir aux citoyens.

Article ori­gi­nal en espa­gnol : Hugo Chá­vez, la Agence France-Presse y el papel de los medios infor­ma­ti­vos — par Salim Lam­ra­ni — 2012-02-07

Salim Lam­ra­ni : Doc­teur ès Etudes Ibé­riques et Lati­no-amé­ri­caines de l’Université Paris Sor­bonne-Paris IV, Salim Lam­ra­ni est ensei­gnant char­gé de cours à l’Université Paris Sor­bonne-Paris IV, et l’Université Paris-Est Marne-la-Val­lée, et jour­na­liste, spé­cia­liste des rela­tions entre Cuba et les Etats-Unis.

Son der­nier ouvrage s’intitule État de siège. Les sanc­tions éco­no­miques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, Édi­tions Estrel­la, 2011 (pro­logue de Wayne S. Smith et pré­face de Paul Estrade).

Contact : lamranisalim@yahoo.fr