La montée de l’islamisme dans les pays arabes boostée par les Américains

Le mouvement islamique, n’aurait jamais pu l’emporter en Égypte, en Tunisie et au Maroc, sans le soutien de l’impérialisme américain.

Image_1-113.pngAffir­mant que l’ingérence étran­gère dans les pays arabes sous divers pré­textes est un pré­lude pour orga­ni­ser le pillage des richesses, la secré­taire du Par­ti des tra­vailleurs, Mme Loui­sa Hanoune, a affir­mé lors de son inter­ven­tion à l’ouverture de la confé­rence tenue conjoin­te­ment avec l’Union géné­rale des tra­vailleurs algé­riens (UGTA) à l’hôtel Safir (ex-Alet­ti) que cette inter­ven­tion est un « pré­lude » au droit des grandes puis­sances d’intervenir mili­tai­re­ment.

Plus expli­cite, elle a affir­mé que l’ingérence huma­ni­taire sous divers pré­textes est le pré­lude au droit pour les grandes puis­sances de s’immiscer dans les affaires internes des pays, d’intervenir direc­te­ment sous cou­vert de l’OTAN pour orga­ni­ser le pillage sys­té­ma­tique des richesses natu­relles et res­sources des peuples et garan­tir de nou­veaux mar­chés aux mul­ti­na­tio­nales. Selon la secré­taire géné­rale du PT, l’ingérence dans les affaires internes des pays réside en outre dans l’attitude de la pre­mière puis­sance mon­diale, les USA qui, en niant les sou­ve­rai­ne­tés popu­laires et l’histoire de chaque pays, « décrète que les peuples du Magh­reb et du Moyen-Orient doivent s’inspirer du modèle isla­mique turc ». Pour Mme Hanoune, le mes­sage des grandes puis­sances qui « pré­tendent diri­ger le monde » est qu’« aucune nation n’est à l’abri ».

Elle s’est inter­ro­gée jus­te­ment sur la pos­si­bi­li­té de l’existence du pro­ces­sus d’« afgha­ni­sa­tion » de plu­sieurs pays du Magh­reb et du Moyen-Orient. La confé­ren­cière a décla­ré que l’Amérique, avec le sou­tien de la France, a réus­si à faire des régions du Magh­reb et d’Orient un modèle de l’islamisme turc.

Le mou­ve­ment isla­mique, a‑t-elle ajou­té, n’aurait jamais pu l’emporter en Égypte, en Tuni­sie et au Maroc, sans le sou­tien de l’impérialisme amé­ri­cain. La lea­der du PT a affir­mé que l’Algérie s’est lan­cée aujourd’hui dans un pro­ces­sus de recons­truc­tion démo­cra­tique. Le pays enre­gistre à cet effet une nou­velle dyna­mique de reven­di­ca­tions sociales, mais de manière paci­fique.

La même inter­ve­nante a rele­vé que l’Algérie a adop­té une poli­tique pro­vo­ca­trice envers les pays occi­den­taux, qui sont obli­gés d’appliquer une poli­tique d’austérité pour ser­vir les inté­rêts de cer­tains groupes pri­vés. L’Algérie a affi­ché ses objec­tifs pour relan­cer l’industrie du pays en se basant sur des poli­tiques avan­ta­geuses comme celle adop­tée dans les accords de par­te­na­riat avec des inves­tis­seurs étran­gers, et qui limite leurs actions à 49% contre 51% pour les par­te­naires locaux.

La poli­tique algé­rienne dérange les impé­ria­listes

Ces mesures prises par l’État algé­rien, a affir­mé Mme Hanoune, dérangent beau­coup les inté­rêts des pays euro­péens et de l’Amérique, par­ti­cu­liè­re­ment après le refus de l’Algérie de l’établissement de la base d’Africom qui consti­tue selon elle « un dan­ger et un risque d’intervention étran­gère ».

La pre­mière res­pon­sable du PT est reve­nue sur l’intervention étran­gère dans plu­sieurs pays arabes et afri­cains, notam­ment au Sou­dan, qui s’est sol­dée par une divi­sion du pays en 2010, la Soma­lie qui crève dans la misère, et l’Irak deve­nu un gise­ment de richesss natu­relles pour l’Amérique.

Dans le même sillage, elle revient sur le « mal­heur » du pays voi­sin, la Libye. L’ingérence étran­gère dans ce pays a été ini­tiée à cause de ses richesses natu­relles. Les pays de l’OTAN ont détruit toutes les ins­ti­tu­tions impor­tantes du pays et font croire que leur recons­ti­tu­tion néces­site des bud­gets non négli­geables afin de pro­fi­ter du pétrole et des richesses de ce pays, comme ce fut le cas en Irak.

« Le peuple ira­kien a payé très cher l’intervention mili­taire des pays de l’OTAN », ren­ché­rit-elle. Évo­quant le der­nier triomphe du cou­rant isla­mique dans les pays arabes, Loui­za Hanoune est convain­cue que c’est la nou­velle méthode trou­vée par l’impérialisme amé­ri­cain pour s’incruster dans les affaires de ces pays, qui consti­tuent une cible.

Pour sa part, la secré­taire géné­rale de l’UGTA a sou­li­gné que c’est la pre­mière fois que les mili­tants du PT et les adhé­rents à l’UGTA orga­nisent ce genre de ren­contre pour dire qu’il y a des forces qui refusent cette forme de colo­ni­sa­tion, ajou­tant que « les Occi­den­taux appliquent ce qui les arrange et rejettent ce qui ne les arrange pas ».

A rap­pe­ler que cette ren­contre d’envergure a regrou­pé des res­pon­sables poli­tiques et syn­di­caux, des uni­ver­si­taires des pays du Magh­reb et du Sahel, ain­si que des pays par­ti­ci­pant à l’offensive des inter­ven­tions mili­taires étran­gères. Les inter­ve­nants des 105 pays par­ti­ci­pants ont par­ta­gé les posi­tions du PT vis-à-vis de l’intervention étran­gère dans les pays arabes.

S.A

Le Temps d’Algérie, 10 décembre 2011.