Freestyle Social

VF - 07 min - 2017

Un slam avec des réflexions éclec­tiques, confron­té à la cri­tique des pas­sants

-988.jpg

Titre du film : Free­style social

Réa­li­sa­teur : film col­lec­tif

Pro­duc­teur : ZIN TV

En col­la­bo­ra­tion : Soli­dar­ci­té-Schaer­beek

Genre : Docu­men­taire

Durée : 7 minutes

Synop­sis :

Le texte d’un jeune sla­meur avec des réflexions éclec­tiques est confron­té à la cri­tique des pas­sants.

 

Film réa­li­sé dans le cadre d’un ate­lier vidéo de ZIN TV avec les jeunes de Soli­dar­ci­té — Schaer­beek

Avec la par­ti­ci­pa­tion de Luca Ane­ca, Tobias Bis­schops, Ste­vy Schnei­der, Thi­baut Ngoya­goye, Ham­za Grad Kou­baa, Lau­ra Pon­dio­va, Kezy Mam­pa­zi, Florent Goor

A par­tir d’un texte de Ngoya­goye Thi­baut

Equipe d’a­ni­ma­tion ZIN TV : Ron­nie Rami­rez, Maxime Kou­va­ras et Valen­tin Fayet

Enca­drant Soli­dar­ci­té : Clé­mence Vanom­mes­lae­ghe & Arthur Man­ne­back

Mon­tage : Ron­nie Rami­rez

Pro­duc­tion : Anne-Sophie Guillaume

avec la col­la­bo­ra­tion de Pia­no­fa­briek : Sami­ra Hmou­da & Geert Steen­dam


Free­style Social, texte de Thi­baut Ngoya­goye

Des fois je perds les pédales, mais je n’ai pas de vélo.

Tu as déjà vu une fleur sans pétales ?

Il y a comme un méli-mélo.

S’il n’y a pas de bou­lot, obli­gé de se débrouiller.

Tu ne peux-pas com­prendre la misère tant que tu n’y à pas gou­té.

Moi, per­so çà-va., je suis bien dans mes savates.

Je remer­cie le tout puis­sant et prie en jour de sab­bat.

Le temps c’est de l’argent, j’ai acti­vé mon sablier.

Pas ques­tion de le gas­piller, j’ai enfi­lé mon tablier.

On néglige l’école, d’autres n’y ont pas accès.

Tu as déri­vé, tu déconnes, élec­tro­nique sera le bra­ce­let.

Tes billets, brasse-les, mais han­dek à pas te faire prendre.

Monde capi­ta­liste, je vais t’aider est plus rare qu’un va te pendre.

Afroeu­ro­péen, et je suis né à Bruxelles.

Où les tra­di­tions se perdent, ain­si que les filles pucelles.

Plus elles sont influen­cées par cette socié­té, plus on tombe dans le piège dans lequel on est atti­ré.

Là n’est pas le sujet, mais bref, pas­sons.

Le fruit défen­du est plus à la mode que le fruit de la pas­sion.

Ce n’est pas pour tout le monde que la vie est un cadeau.

Au contraire, pour cer­tains c’est la cerise sur le gâteau.

On fini­ra tous dans le même bateau.

Il y a les Mus­lims, hin­dou, boud­dhistes et cathos.

Dis­cri­mi­na­tions, racisme dans nos nations.

Il y a la famine, pas assez de ration.

On se traite comme des brutes entre des reli­gions.

Pales­tine-Israël, quand est-ce qu’il y aura une fini­tion.

La guerre il faut que çà cesse.

Je dis çà mais on n’aura tou­jours un esprit de tigresse.

Je ter­mine par un texte que j’ai écrit à mes douze ans.

Aujourd’hui j’en ai dix-huit, rien qui a chan­gé depuis tout ce temps.

EN LIEN :