La société civile de plus de 120 pays se mobilise à Tunis pour la démocratie

Le Forum social mondial a débuté à Tunis le 24 mars. Quatre ans après le printemps arabe, les luttes pour davantage de démocratie, de dignité et d’égalité se poursuivent, au Maghreb et ailleurs.

Tunis.jpg

Le Forum social mon­dial a débu­té à Tunis le 24 mars. Quatre ans après le prin­temps arabe, les luttes pour davan­tage de démo­cra­tie, de digni­té et d’égalité se pour­suivent, au Magh­reb et ailleurs. 70 000 per­sonnes venues de 122 pays sont atten­dues, pour échan­ger et débattre durant cette semaine sur les résis­tances à l’œuvre, les mobi­li­sa­tions, les alter­na­tives. Repor­tage-pho­to à Tunis, lors de la marche d’ouverture de ce forum.

La pluie tombe sans dis­con­ti­nuer à Tunis, mar­di 24 mars. Mais elle n’entame pas la déter­mi­na­tion des mil­liers de par­ti­ci­pants au Forum social mon­dial (FSM), venus du monde entier, pour cette marche d’ouverture. Des­ti­na­tion, le musée du Bar­do où a eu lieu l’attentat qui a fait 21 vic­times six jours plus tôt. Sur place, Abder­rah­mane Hed­hi­li, coor­di­na­teur du comi­té d’organisation du FSM 2015 et pré­sident du Forum tuni­sien pour les droits éco­no­miques et sociaux, négo­cie avec les forces de l’ordre pour faire abou­tir la marche devant le musée. « L’un des enjeux de ce FSM, indique-t-il, c’est de se deman­der pour­quoi notre jeu­nesse est atti­rée par ces ter­ro­ristes sala­fistes. Si on ne touche pas éga­le­ment aux ques­tions éco­no­miques et sociales, aux migra­tions, on n’avance pas. Il faut aus­si par­ler d’audace et d’alternatives. »

Tunis2.jpg

Au même moment, à l’intérieur du musée, les auto­ri­tés tuni­siennes orga­nisent une céré­mo­nie offi­cielle en hom­mage aux 20 tou­ristes étran­gers et au poli­cier tuni­sien tué lors de l’attentat. Afef, dont la famille habite en face du Bar­do, a réus­si à se glis­ser par­mi les invi­tés. Elle était pré­sente au moment de l’attentat. Elle a accom­pa­gné les bles­sés à l’hôpital et peine encore à trou­ver le som­meil. « Je suis cho­quée par ce qu’il s’est pas­sé et je tenais à être pré­sente à cette marche contre le ter­ro­risme », explique-t-elle. Elle retrouve le sou­rire face à une assem­blée de figu­rants vêtus de cos­tumes tra­di­tion­nels variés, qui patientent dans un coin. « Les sala­fistes vou­draient que nous soyons tous habillés de noir. On leur montre notre atta­che­ment à la diver­si­té », pour­suit-elle, avant de les rejoindre pour poser fiè­re­ment devant les pho­to­graphes.

Conti­nuer la révo­lu­tion

Aux abords du musée, der­rière des bar­rières de sécu­ri­té, une foule bran­dit des bal­lons rouges et blancs avec le visage de Cho­kri Belaïd. Ce res­pon­sable du par­ti de gauche radi­cale Al Watad a été assas­si­né devant son domi­cile, à Tunis, en février 2013 (lire notre article). « Tuni­sie libre, ter­ro­risme dehors ! », scandent femmes et enfants, mais aus­si « Je suis Bar­do ! ». Plu­sieurs per­sonnes affichent éga­le­ment la pho­to du jour­na­liste et blo­gueur Sofiène Chou­ra­bi et du pho­to­graphe Nédhir Kta­ri, deux Tuni­siens enle­vés en Libye par Daech le 8 sep­tembre der­nier.

Tunis4.jpg

Des mesures de sécu­ri­té ren­for­cées ont été prises ces der­niers jours à Tunis. Des mili­taires et poli­ciers encadrent la marche d’ouverture du FSM et l’entrée du musée. De nom­breux Tuni­siens se font prendre en pho­to avec les poli­ciers, comme à Paris en jan­vier lors de la marche en hom­mage aux vic­times des atten­tats de Char­lie Heb­do et de la supé­rette casher.

Tunis5.jpg

Au FSM, les femmes ont tenu une Assem­blée géné­rale le matin-même, et sont très pré­sentes dans le cor­tège. Pour la tuni­sienne Mos­bah Saa­dir, de l’association M’nemty Hedu­cap (« rêver les yeux ouverts »), « les femmes n’ont pas atteint leurs objec­tifs en Tuni­sie. On nous veut com­plé­men­taires mais pas égales, et nous n’avons rien gagné au niveau de la pari­té. Le seul chan­ge­ment de taille depuis la révo­lu­tion, c’est la parole libre. Mais il est pos­sible que nous retour­nions demain en “liber­té pro­vi­soire”. »

Tunis6.jpg

Défendre la liber­té d’expression

Yas­sine Aya­ri est condam­né à un an de pri­son ferme par un tri­bu­nal mili­taire tuni­sien, début 2015, pour avoir cri­ti­qué l’armée sur Face­book. Cet ingé­nieur-infor­ma­ti­cien vivant en France est arrê­té à son arri­vée à Tunis, le 25 décembre 2014. Les mois pré­cé­dant son arres­ta­tion, il s’est mon­tré très cri­tique envers Nida Tou­nès, le par­ti du pré­sident actuel de la Tuni­sie, Béji Caïd Esseb­si. La liber­té d’expression reste fra­gile…

Tunis7.jpg

Zoh­ra est membre du comi­té de sou­tien de Yas­sine Aya­ri : « On est là pour crier notre peur. On est en train d’exploiter le ter­ro­risme pour por­ter atteinte aux droits de l’Homme, à la liber­té d’expression. Bien sûr, nous sommes tous contre le ter­ro­risme, mais nous sommes aus­si oppo­sés à ce qu’on puisse accu­ser des gens à cause d’une publi­ca­tion sur Face­book. »

Tunis8.jpg

D’autres mondes sont pos­sibles

De nom­breux Algé­riens par­ti­cipent éga­le­ment à la marche d’ouverture du FSM. Au total, plus de 4300 orga­ni­sa­tions sont ins­crites au FSM. 122 pays sont repré­sen­tés et un tiers envi­ron des struc­tures viennent du Magh­reb (Maroc, Algé­rie, Tuni­sie, Mau­ri­ta­nie) ou du Machrek (Irak, Syrie, Pales­tine).

Tunis9.jpg

La situa­tion en Pales­tine est un des nom­breux sujets qui seront abor­dés pen­dant le Forum. « Les peuples du monde sont unis contre toutes les formes d’agressions et de ter­ro­risme », explique Abder­rah­mane Hed­hi­li, un des orga­ni­sa­teurs du FSM. Droits de l’Homme, éga­li­té homme-femme, cli­mat, éco­no­mie, jus­tice sociale, migra­tion : plus de 1000 ate­liers et débats vont se dérou­ler pen­dant quatre jours, à l’université El Manar de Tunis. Un moment de ren­contre et d’échanges, pour mon­trer que d’autres mondes sont pos­sibles. Et conti­nuer d’avancer.

Tunis10.jpg

Textes : Sophie Cha­pelle et Simon Gouin (à Tunis)

Pho­tos : Natha­lie Cru­bé­zy / Col­lec­tif à‑vif(s)

Source de l’ar­ticle : bas­ta !