Lettre du FACIR envoyée aux 7 ministres de la FWB.

Lettre de la Fédération des Auteurs Compositeurs Interprètes Réunis, adressées au 7 ministres de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Mon­sieur le Ministre Pré­sident Rudy Demotte ,

Mes­dames et Mes­sieurs les Ministres Fadi­la Laa­nan, Jean-Marc Nol­let,

Jean-Claude Mar­court, Marie-Domi­nique Simo­net et André Antoine.

Bruxelles, le 12 décembre 2012,

Le FACIR ras­semble l’ensemble des musi­ciens de la Fédé­ra­tion, tous styles confon­dus. Nous sommes les auteurs d’une péti­tion (2250 signa­taires à ce jour) mani­fes­tant notre refus des coupes bud­gé­taires dans notre sec­teur. Et sur­tout, nous reven­di­quons la visi­bi­li­té, et la reva­lo­ri­sa­tion des musi­ciens-artistes-inter­prète issus de la FWB.

En tant que citoyens, et musi­ciens pro­fes­sion­nels, nous déplo­rons l’opacité dans laquelle se négo­cie le nou­veau contrat de ges­tion de la RTBF pour les 5 années à venir. Ceci sans concer­ta­tion avec le contri­buable, qui pour­tant par­ti­ci­pe­ra à hau­teur de 210.000.000 euros annuel­le­ment.

Nous pen­sons que lors de la rédac­tion d’un docu­ment aus­si impor­tant — un véri­table choix de poli­tique cultu­relle -, les musi­ciens-artistes-inter­prète doivent être consul­tés.

Sur base de l’ancien contrat de ges­tion, nous avons rele­vé 3 points essen­tiels qui doivent être déve­lop­pés afin que la RTBF rem­plisse plei­ne­ment son rôle de ser­vice public : Don­ner accès à la culture et à la créa­tion (autant qu’au diver­tis­se­ment), atti­ser la curio­si­té du public, et pro­mou­voir les richesses cultu­relles et les artistes de la FWB.

LES PROPOSITIONS DU FACIR :

1) Le FACIR demande la réin­tro­duc­tion à la télé­vi­sion d’un agen­da cultu­rel qui reflète la diver­si­té de la créa­tion en FWB (exemple du défunt “Javas”). L’émission doit pas­ser aux heures de grande écoute, et doit être redif­fu­sée, pour tou­cher le plus large public pos­sible, et rem­plir ain­si sa mis­sion de pro­mo­tion de la culture en FWB. Le cahier des charges doit être clair en matière de diver­si­té : des rubriques détaillées sur le théâtre, la danse, la pein­ture, le cine­ma, la sculp­ture et les arts plas­tiques, les dif­fé­rents styles musi­caux (pop-rock, Jazz, world, chan­son, clas­sique…).

2) Les radios de la RTBF réservent actuel­le­ment un quo­ta de 10 % pour les pro­duc­tions des artistes de la FWB, alors que les radios natio­nales en France dédient 60%, et en Flandre 25%, à leurs artistes. Le pay­sage audio­vi­suel belge est enva­hi de pro­duc­tions inter­na­tio­nales, tan­dis que les pro­duc­tions natio­nales suf­foquent par manque de visi­bi­li­té.

Le FACIR demande une aug­men­ta­tion de “mini­mum” 2,5% par an du quo­ta d’artistes de la FWB sur les ondes radio de la RTBF (actuel­le­ment de 10%), et ce sur une période de 5 ans (pour arri­ver à 22,5 % en 2017). Pour in fine arri­ver à 25 % dans le pro­chain contrat de ges­tion, et s’aligner sur les quo­tas actuels de la VRT.
Pour être effi­caces, ces quo­tas doivent s’accompagner de quo­tas valo­ri­sant :
*) les nou­velles pro­duc­tions (un délai de 1 an à comp­ter de la date de pre­mière dif­fu­sion)
*) les nou­veaux talents (le pre­mier enre­gis­tre­ment)
Ces dif­fé­rents quo­tas doivent être éga­le­ment être assor­tis à des cri­tères de cré­neaux horaires.

3) Le FACIR demande de redon­ner l’autonomie de la pro­gram­ma­tion musi­cale à chaque ani­ma­teur ou cel­lule de pro­duc­tion. La concen­tra­tion actuelle de la pro­gram­ma­tion d’une chaine sur un seul pro­gram­ma­teur, et la dif­fu­sion répé­tée de quelques valeurs ‘sûres’ et super­stars inter­na­tio­nales, sont contraires à la mis­sion de diver­si­té d’un ser­vice public.

Nous deman­dons éga­le­ment 2 émis­sions heb­do­ma­daires (avec pro­gram­ma­teurs dif­fé­rents) par genre pour garan­tir la diver­si­té musi­cale en FWB.
L’ensemble du bou­quet de la RTBF doit assu­rer ain­si une visi­bi­li­té pour des genres aus­si variés que le rock, la pop, l’électro, le jazz, la world, la soul, le Rap, la chan­son,…

D’une manière géné­rale, il est essen­tiel de rédi­ger un cahier des charges pré­cis dans le contrat de ges­tion. La rédac­tion actuelle com­porte beau­coup de zones floues, lais­sant à la RTBF une libre inter­pré­ta­tion des textes.

Exemple : le texte de 2007 pro­pose le main­tient d’une émis­sion « de varié­té, en télé­vi­sion, des­ti­né au grand public, à une heure de grande écoute, met­tant en valeur, notam­ment les auteurs-com­po­si­teurs, les artistes inter­prètes et les pro­duc­teurs de la Com­mu­nau­té fran­çaise ».

Le FACIR demande de chif­frer la pré­sence sou­hai­tée d’artistes de la FWB (au moins 50%), ou rem­pla­cer le mot notam­ment par majo­ri­tai­re­ment. Cela lève­ra toute ambi­guï­té, et évi­te­ra de voir la par­ti­ci­pa­tion des artistes belges réduites à une peau de cha­grin.

Nous vous prions d’agréer, Mon­sieur le Min­sitre-Pré­sident, Mes­dames et Mes­sieurs les Ministres, nos meilleurs salu­ta­tions.

Pour le FACIR,

Claude Semal, Toine Thys, Maxime Blé­sin, Michel Debrulle, Tho­mas Turine, Pierre Jac­q­min, Julie Jaros­zews­ki, Phi­lippe Tas­quin, Clé­ment Nour­ry

fakir_tintin.jpg