McDo aussi devient féministe

La féminisation de l’horreur capitaliste est désormais une tendance porteuse, du G20

mcdo-w.jpg

La chaîne mon­diale de mal­bouffe McDonald’s, en ce 8 mars, a ren­ver­sé son logo, trans­for­mant son « M » en « W » pour Women, femmes. En tête de console elle nous pré­sente Patri­cia Williams, une femme noire « suc­cess­ful », qui est à la tête de 18 fran­chises de la marque du ham­bur­ger-roi. En ciblant les mères céli­ba­taires noires, McDo fait mouche : elles sont sans doute ses meilleures clientes, aux USA.

Comme elles sont celles qui sont les plus atteintes par le fléau conco­mi­tant à l’ingestion de ham­bur­gers : l’obésité. Et ce n’est pas une nou­velle sauce qui y chan­ge­ra quelque chose.

La fémi­ni­sa­tion de l’horreur capi­ta­liste est désor­mais une ten­dance por­teuse, du G20, qui a créé le W20, à l’OMC, qui a créé « She trades », le réseau mon­dial de femmes expor­ta­trices, en pas­sant par diverses marques de mul­ti­na­tio­nales, comme Micro­soft et Apple, très pré­sentes dans les der­nières gay prides.

Il ne reste plus qu’à la CIA et à l’OTAN à emboî­ter le pas, en deve­nant WIA et WATO.
On vit vrai­ment une époque for­mi­dable.

Faus­to Giu­dice

mcdo-capitaliste.jpg