Vient de paraître : “Prise de conscience collective”

un album hip hop pour un monde sans dette et sans oppression

mime-attachment-2.jpg

Cet album, co-pro­duit par le CADTM et YOUKOUNGKOUNG Pro­duc­tions, réunit 19 groupes de rap séné­ga­lais qui pro­posent des chan­sons visant à sen­si­bi­li­ser les popu­la­tions sur les grandes thé­ma­tiques por­tées par le mou­ve­ment alter­mon­dia­liste. La pro­blé­ma­tique de la dette du tiers-monde consti­tue le fil rouge. Inter­pré­té par le groupe Keur­gui, le pre­mier titre « Quelle dette ? » est on ne peut plus clair : si une dette existe effec­ti­ve­ment, les créan­ciers ne sont pas ceux que l’on croit. L’esclavage, le colo­nia­lisme et le néo­co­lo­nia­lisme consti­tuent une « dette de sang » que les puis­sances du Nord ne pour­ront jamais rem­bour­ser. Tan­dis qu’avec un « Refuse to pay », le der­nier titre montre l’alternative, la voie à suivre.

mime-attachment-1.jpg

Tout au long de l’album, les rap­peurs s’expriment en tant que porte-parole, témoins, voix des sans voix, afin de sen­si­bi­li­ser le monde sur les dures réa­li­tés vécues par les popu­la­tions afri­caines. Avec le titre « Jigeen », le groupe de femmes « Gotal » parle de la ques­tion cen­trale de la lutte des femmes afri­caines contre l’oppression patriar­cale. Notons que cet album donne une place impor­tante aux artistes « under­ground ». Ces artistes, pour qui la pré­ca­ri­té et les dif­fi­cul­tés à se dépla­cer, se loger, com­mu­ni­quer — sans par­ler d’enregistrer une com­po­si­tion — font par­tie du quo­ti­dien, sont sans aucun doute les mieux pla­cés pour expri­mer ce que vit la grande majo­ri­té des popu­la­tions.

mime-attachment-4.jpg

Cet album est éga­le­ment un album anti-sys­té­mique qui dénonce l’impérialisme et le sys­tème capi­ta­liste (titre n°8 : DRK : « Fuck da sys­tem »). Si cet album ne manque évi­dem­ment pas de dénon­cer puis­sam­ment les injus­tices sociales, il ne se situe pas uni­que­ment dans le registre de la résis­tance ou la dénon­cia­tion. Il veut à la fois por­ter un mes­sage d’espoir (écou­tez l’excellente chan­son « Keep you head up » de Bat’haillon Blin D) tout en pro­po­sant des alter­na­tives concrètes, comme par exemple avec le titre n°6 « Kon­som­mé séné­ga­lais », inter­pré­té par le rap­peur Gna­gass.

L’album « Prise de conscience col­lec­tive » affirme éga­le­ment, comme le CADTM le fait depuis 20 ans, que la construc­tion d’un monde socia­le­ment juste est pos­sible mais que pour ce faire, il est néces­saire de faire conver­ger les luttes. Le sous-titre de l’album est là pour le rap­pe­ler : « Pour un monde sans dette et sans oppres­sion : glo­ba­li­ser les luttes contre le capi­ta­lisme. »

mime-attachment-3.jpg