Nicaragua : Coup d’envoi réussi pour la campagne électorale Sandiniste

Le Nicaragua "plus chrétien, plus socialiste et plus solidaire"

Image_5-32.png
Image_6-23.png
200 000 per­sonnes étaient pré­sentes same­di 10 sep­tembre dans la capi­tale régio­nale et deuxième ville du Nica­ra­gua Mata­gal­pa (110 000 habi­tants), dans le centre-nord du pays, pour le mee­ting de lan­ce­ment de la cam­pagne élec­to­rale du pré­sident sor­tant san­di­niste Daniel Orte­ga.

Le pré­sident Orte­ga a rap­pe­lé à cette occa­sion le bilan de son action, notam­ment l’oc­troi de 136.000 titres de pro­prié­té à des pay­sans expul­sés de leur terre (il en pro­met 150 000 pour son pro­chain man­dat), la prise en charge de l’é­qui­pe­ment en lamelles de zinc de 267 000 toits par l’E­tat depuis 2007 (le “plan techo”), l’élec­tri­fi­ca­tion de 156 000 loge­ments. 100 000 Nica­ra­guayens ont béné­fi­cié de l’o­pé­ra­tion Mila­gro (avec l’aide de méde­cins cubains) pour les soins des yeux. Tous ces chiffres a assu­ré le pré­sident devraient encore aug­men­ter sous son second man­dat, tan­dis que l’ac­cès à la télé­pho­nie mobile devrait tou­cher 1 mil­lion de nica­ra­guayens en plus dans les cinq pro­chaines années.

Alors que les San­di­nistes voient dans cette mobi­li­sa­tion pay­sanne un signe favo­rable pour les élec­tions pré­si­den­tielles qui auront lieu le 6 novembre, la presse de droite nica­ra­guayenne estime que Mata­gal­pa est un fief san­di­niste et qu’une telle mobi­li­sa­tion aurait été impos­sible dans les dis­tricts plus urbains de la zone paci­fique. Pour­tant il y a seule­ment sept ans, le Par­ti libé­ral consti­tu­tion­na­liste (PLC) fai­sait jeu égal avec le Front san­di­niste de libé­ra­tion natio­nale (FSLN) dans cette zone. La démons­tra­tion de force du FSLN dans cette ville same­di fut donc un signe fort d’adhé­sion des pay­sans de la région à son pro­gramme.

Selon la chaîne san­di­niste Mul­ti­no­ti­cias, beau­coup de pay­sans qui sou­hai­taient assis­ter au mee­ting san­di­niste n’ont pas pu dis­po­ser d’as­sez de véhi­cules pour s’y rendre. Une adhé­sion citoyenne qui est aus­si le résul­tat de l’ac­tion conju­guée du gou­ver­ne­ment cen­tral et des auto­ri­tés locales san­di­nistes : dans ce seul dis­trict sept centres de san­té ont été créés depuis 2007, la poli­tique de san­té et de pré­ven­tion s’est déve­lop­pée, la mor­ta­li­té mater­nelle a bais­sé de 40 % et la for­ma­tion inten­sive de maîtres d’é­cole dans l’é­cole nor­male José Mar­ti (du nom du libé­ra­teur cubain de 1898) réno­vée en 2009, a per­mis de faire recu­ler l’a­nal­pha­bé­tisme à un taux de 0,3 % (contre encore plus de 10 % au Hon­du­ras voi­sin).

L’é­pouse du pré­sident Rosa­rio Murillo en sa qua­li­té de coor­di­na­trice du Conseil de la com­mu­ni­ca­tion et de la citoyen­ne­té a esti­mé que cette mobi­li­sa­tion mani­fes­tait le sou­tien popu­laire au pro­jet d’un Nica­ra­gua “plus chré­tien, plus socia­liste et plus soli­daire” (slo­gan San­di­niste qui est aus­si la devise de la muni­ci­pa­li­té San­di­niste de Mata­gal­pa).

Fré­dé­ric Delor­ca

Source de l’ar­ticle

Image_7-15.png



Video strea­ming by Ustream