Nucléaire : L’Afrique la grande oubliée

Il n’est de secret pour personne que l’industrie nucléaire française repose sur un socle : l’exploitation de l’uranium à bas coût en Afrique.

Le débat sur le nucléaire en France : L’Afrique la grande oubliée

Par Luc MUKENDI CADTM / RD CONGO

Les négo­cia­tions en France entre les Par­ti Socia­liste et Europe Eco­lo­gie Les Verts ont mar­qué l’actualité de ces der­nières semaines. Entre d’une part la volon­té des verts de s’aligner sur l’Allemagne, la Bel­gique et d’autres pays d’Europe qui pro­gramment une sor­tie du nucléaire entre 2025 et 2050 et d’autre part les socia­listes qui sous la pres­sion d’AREVA et du lob­by nucléaire fran­çais reviennent sur un pro­jet contre lequel ils s’étaient oppo­sés quelques années aupa­ra­vant, l’Afrique semble la grande oubliée de ce débat. Il n’est de secret pour per­sonne que l’industrie nucléaire fran­çaise repose sur un socle : l’exploitation de l’uranium à bas coût en Afrique. Et der­rière le débat sur la construc­tion de cen­trales nucléaires de nou­velle géné­ra­tion se trouve le débat sur la pour­suite du néo­co­lo­nia­lisme fran­çais en Afrique au pro­fit de son indus­trie nucléaire. Depuis 2001, la France a arrê­té toute exploi­ta­tion des mines d’uranium sur son sol. Au-delà de la faible teneur de l’uranium fran­çais, la rai­son de cette orien­ta­tion était le coût qua­si gra­tuit de l’approvisionnement en ura­nium en Afrique notam­ment au Niger.jpg_Areva-en-Afrique-94b01.jpg

Un des grands pays et des plus pauvres de la pla­nète, le Niger fait par­tie de ce pré car­ré sur lequel la France veille au grain. En effet, l’indépendance éner­gé­tique et la poli­tique d’armement nucléaire de la France reposent sur cet État depuis que l’uranium y a été décou­vert peu avant son indé­pen­dance. Le Niger appa­raît comme l’exemple par­fait de l’échec de la déco­lo­ni­sa­tion en Afrique fran­co­phone. A l’issue des luttes des peuples afri­cains pour accé­der à l’indépendance, le Niger se voit octroyer son indé­pen­dance en août 1960 par le colo­ni­sa­teur fran­çais.

La France lui impose de même son pre­mier pré­sident Hama­ni Dio­ri. Celui-ci, après une dizaine d’année au pou­voir, se ren­dant compte du pillage des res­sources nigé­riennes d’uranium essai de rené­go­cier le prix d’achat de l’uranium et le contrat d’exclusivité qui le lie à la France. En effet par un accord de défense arra­ché par la France au moment de l’indépendance, le Niger, le Gabon ain­si que d’autres anciennes colo­nies fran­çaises concé­daient, à l’ancienne métro­pole, l’exclusivité de l’exploitation des res­sources dont ils dis­po­saient et qui étaient jugées stra­té­gique par la France. L’uranium était une des res­sources à laquelle la France exi­geait un accès exclu­sif et sécu­ri­sé dans un contexte de guerre froide mar­qué par la course à l’armement nucléaire et l’émergence de l’énergie nucléaire.

En contre par­tie de l’exploitation de ce mine­rai, la France offrait à l’Etat nigé­rien un prix infé­rieur au prix mon­dial de l’uranium. Le ren­for­ce­ment de l’élite nigé­rienne après l’indépendance va voir émer­ger les pre­mières reven­di­ca­tions d’une rené­go­cia­tion du contrat sur l’uranium. Mal en fut à Hama­ni Dio­ri de vou­loir une révi­sion du prix d’achat de l’Uranium, il fut délo­gé par un coup d’Etat et rem­pla­cé par le Lieu­te­nant Colo­nel Sey­ni Kount­ché. Cin­quante ans après son indé­pen­dance, l’histoire du Niger reste tou­jours rat­ta­chée à sa poli­tique ura­ni­fère avec la France.

Sous cou­vert de l’accord pas­sé avec AREVA pour l’exploitation du gise­ment d’uranium Imou­ra­ren, un des plus grands gise­ments d’uranium au Monde, et jouant sur l’épouvantail chi­nois, l’ancien pré­sident nigé­rien Mama­dou Tand­ja a failli bas­cu­ler le Niger dans une dic­ta­ture. Il a fal­lu la mobi­li­sa­tion de la socié­té civile nigé­rienne et un coup d’Etat pour le réta­blis­se­ment de l’ordre consti­tu­tion­nel. Des avan­cées sont certes à consta­ter dans la nou­velle consti­tu­tion nigé­rienne en ce qui concerne le droit au déve­lop­pe­ment des régions où sont exploi­tées l’uranium. Mais le Niger reste plus que jamais une colo­nie de la trans­na­tio­nale fran­çaise AREVA, dont le nou­veau pré­sident nigé­rien, Maha­ma­dou Issou­fou, est un ancien cadre. Le début de l’exploitation du pétrole nigé­rien est éga­le­ment un des nou­veaux sujets qui vient s’ajouter aux inquié­tudes sur la pré­ser­va­tion de la sou­ve­rai­ne­té de ce pays.

Mena­cée par l’éveil de la socié­té civile nigé­rienne, la concur­rence chi­noise et les nom­breuses rebel­lions Toua­reg qui fra­gi­li­saient l’exploitation des gise­ments nigé­riens, et dans le sou­ci de main­te­nir les inté­rêts colos­saux de l’industrie nucléaire fran­çaise, AREVA va diver­si­fier ces der­nières années ses sources d’approvisionnement en Afrique. Avec l’aide de Nico­las Sar­ko­zy, deve­nu pre­mier repré­sen­tant de l’industrie du nucléaire fran­çais à l’étranger, AREVA a signé des contrats en Répu­blique Démo­cra­tique du Congo et en Nami­bie assu­rant à jamais l’uranium pour les cen­trales nucléaires fran­çaises. Dans un tel contexte la ques­tion qui demeure reste celle de savoir si la France peut réel­le­ment se van­ter d’une indé­pen­dance éner­gé­tique ? 2012 don­ne­ra l’occasion aux fran­çais de se pro­non­cer sur le sujet et de contri­buer à la fin du pillage des res­sources d’uranium et de la dégra­da­tion envi­ron­ne­men­tale qui s’en suit dans une Afrique où le désir de sou­ve­rai­ne­té des peuples sur leur res­source se réaf­firme plus que jamais.

Luc Muken­di