Occupy Wall Street affiliée à l’organisation révolutionnaire professionnelle OTPOR (CIA)

J’ai été tout de suite assez sceptique sur le mouvement Occupy depuis qu’il a soudainement surgi de nulle part durant les deux dernières semaines.

Le 12 octobre 2011 par infoguerilla.fr

Le gars dans la vidéo ci-des­sus est Ivan Maro­vic. Ce nom ne signi­fie pro­ba­ble­ment pas grand chose pour vous, parce que je sais qu’il ne signi­fiait pas grand chose pour moi jusqu’à ce que je fasses quelques recherches sup­plé­men­taires. Il s’avère que M. Maro­vic est le co-fon­da­teur d’Otpor!. Otpor ! fut une orga­ni­sa­tion clé dans les guerres serbes dans les années 1990 et a éga­le­ment eu une influence dans les sou­lè­ve­ments en Egypte. Si l’on en croit le docu­men­taire ci-des­sous, alors Otpor ! est un groupe de révo­lu­tion­naires pro­fes­sion­nels.

Voi­ci des infor­ma­tions à pro­pos d’Ivan Maro­vic trou­vées sur [Source Watch.org
->http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Ivan_Marovic]

Ivan Maro­vic, Ser­bie et Mon­té­né­gro

« Avec un groupe d’autres lea­ders étu­diants serbes, Maro­vic a for­mé le mou­ve­ment OTPOR (« résis­tance ») en 1998. OTPOR a uti­li­sé la pro­tes­ta­tion popu­laire et la pro­vo­ca­tion paci­fique pour obte­nir un sou­tien anti-Milo­se­vic dans la période 1999 – 2000. Bien qu’OTPOR ait com­men­cé par mobi­li­ser les jeunes, elle s’est rapi­de­ment élar­gie en un mou­ve­ment de masse avec des membres de tous les sec­teurs de la socié­té. Comme l’un des lea­ders les plus visibles d’OTPOR, Maro­vic repré­sen­tait le mieux la jeu­nesse com­mune de Ser­bie et orga­ni­sait des ras­sem­ble­ments et des marches durant la période qui a pré­cé­dé l’élection de Sep­tembre 2000 qui a ren­ver­sé le régime de Milo­se­vic. Après 2000, OTPOR s’est concen­trée sur le ren­for­ce­ment de la socié­té démo­cra­tique en Ser­bie et l’opposition à la cor­rup­tion. OTPOR est deve­nu un modèle pour les mou­ve­ments de résis­tance dans d’autres pays, y com­pris la Géor­gie, l’Ukraine, le Béla­rus­sie et l’Albanie. »

La seule chose qu’ils ne vous diront pas au sujet de M. Maro­vic et de son bon ami Srd­ja Popo­vic, qui étaient les lea­ders d’Otpor, est que cette orga­ni­sa­tion ain­si qu’eux-mêmes ont tous été spon­so­ri­sé par la CIA. Leur ges­tion­naire était William Mont­go­me­ry, qui coor­don­nait leurs actions à par­tir du siège de la CIA pour le sud de l’Europe à Buda­pest, en Hon­grie. Wm. Mont­go­me­ry est deve­nu plus tard l’ambassadeur amé­ri­cain dans la Ser­bie post-Milo­se­vic.

(en anglais)

J’ai été tout de suite assez scep­tique sur le mou­ve­ment Occu­py depuis qu’il a sou­dai­ne­ment sur­gi de nulle part durant les deux der­nières semaines. Alors que j’ai accor­dé mon plein sou­tien au mou­ve­ment « End the Fed » (met­tez fin à la Fed), je me méfie de tout mou­ve­ment popu­laire qui reçoit immé­dia­te­ment le sou­tien des grands médias. Je me sou­viens qu’il y a eu à l’échelle natio­nale des ral­lies « End the Fed » (met­tez fin à la Fed) en 2009 qui n’ont reçu que peu ou pas de cou­ver­ture dans les grands médias.

Quand j’ai enten­du Van Jones avec divers diri­geants syn­di­caux décla­rer leur sou­tien au mou­ve­ment Occu­py durant les der­nières semaines, ceci a confir­mé pour moi que ce mou­ve­ment Occu­py n’est essen­tiel­le­ment que la ver­sion Tea-Par­ty de l’agenda poli­tique pro­gres­sif extrême. Van Jones a même récem­ment dis­cu­té d’une « offen­sive d’Octobre » qui serait uti­li­sée pour contrer le Tea Par­ty.

Tou­te­fois, la liste des exi­gences sur le site web d’Occu­py Wall Street sonne comme le rêve humide de quelqu’un avec un très fort agen­da socia­liste et com­mu­niste. En fait, ces exi­gences se lisent comme une ver­sion new-age d’une cer­taine liste Karl Marx non-auto­ri­sée.

J’étais prêt à m’embarquer avec ce groupe Occu­py jusqu’à ce que je consulte cette liste, mais après sa lec­ture, je constate qu’il s’agit juste d’un autre groupe avec un agen­da et je n’ai aucune envie d’être affi­lié à une orga­ni­sa­tion qui fait la pro­mo­tion de cet agen­da. Si ce groupe veut vrai­ment que je m’engage à ses côtés alors :

Où est la demande pour l’abrogation du PATRIOT Act ?

Qu’en est-il de mettre fin aux guerres inter­na­tio­nales d’agression ?

Qu’en est-il de mettre fin au com­merce de l’opium en Afgha­nis­tan ?

Qu’en est-il de mettre fin aux assas­si­nats ordon­nés par le pré­sident de citoyens amé­ri­cains sans une audience du tri­bu­nal et une pro­cé­dure régu­lière ?

Qu’en est-il d’exiger la res­pon­sa­bi­li­té pénale effec­tive à Wall Street (comme le nom du groupe pour­rait l’impliquer) et dans d’autres arènes finan­cières ?
Où est la demande de la dis­po­si­tion du butin volé et des gains des ban­quiers au fil des ans ?

Qu’en est-il de mettre fin aux écoutes élec­tro­niques sans man­dat et à l’espionnage par le gou­ver­ne­ment et les télé­coms ?

Qu’en est-il de mettre un terme à la Réserve fédé­rale ?

Qu’en est-il du lien et des conflits entre d’anciens contrô­leurs du gou­ver­ne­ment se voyant offrir des emplois lucra­tifs du sec­teur pri­vé des mêmes sociétés/industries qu’ils contrô­laient ?

Qu’en est-il de mettre fin à la tor­ture ?

J’ai pu énu­mé­rer ces exi­gences sans même consul­ter un livre, ou faire une véri­table ana­lyse appro­fon­die comme si j’avais vou­lu orga­ni­ser un mou­ve­ment. Veuillez noter que je n’ai inclu aucune des nom­breuses théo­ries du com­plot dis­cu­tées pré­cé­dem­ment sur ce blog. Cepen­dant, au lieu de tout de ce qui pré­cède, le mou­ve­ment Occu­py se concentre sur des choses qui n’arriveront jamais ou condui­ront à une guerre civile totale. En d’autres termes, il se concentre sur les mêmes ques­tions que j’ai vu dans l’abondante lit­té­ra­ture progressiste/syndicaliste/de gauche/communiste. En fait, quand j’étais beau­coup plus naïf en 2006, j’ai mené une cam­pagne poli­tique avec une pla­te­forme qui était quelque peu simi­laire dans cer­tains domaines. Heu­reu­se­ment, mon idéo­lo­gie a évo­lué.

Voi­ci les exi­gences d’Occu­py Wall Street.

Il y a quelques points décents dans ces demandes, mais une majo­ri­té d’entre elles sont aus­si irréa­listes que moi nageant en direc­tion de la Lune.

Je suis sûr que la majo­ri­té de ces gens qui pro­testent et occupent ces lieux sont des gens for­mi­dables qui ont les meilleures inten­tions. Cepen­dant, je me rap­pelle de ce vieux dic­tion sur l’enfer pavé de bonnes inten­tions. Par­fois, lorsque j’écris ces articles de blog, j’espère tou­jours que je me trompe dans mes décla­ra­tions, et c’est jus­te­ment le cas ici ! Mais….

En fin de compte, il semble que la colère dans les rues a été (ou sera) coop­tée par les révo­lu­tion­naires pro­fes­sion­nels et l’ensemble de leurs filiales de l’agenda pro­gres­siste extrême.
Mises à jour :

Les liens com­mu­nistes du direc­teur de la CIA d’Obama Leon Panet­ta

Barack Hus­sein Oba­ma, le pro­té­gé de Frank Mar­shall Davis et Bill Ayers, n’est pas le seul membre de la mau­vaise admi­nis­tra­tion actuelle ayant des liens com­mu­nistes. Regar­dez ce qu’Accu­ra­cy in Media a appris sur le direc­teur de la CIA et secré­taire à la Défense dési­gné actuel, Leon Panet­ta : Les élé­ments de preuve démontrent que Panet­ta avait une rela­tion étroite et per­son­nelle avec un membre du Par­ti com­mu­niste du nom de Hugh DeLa­cy, dont les archives mon­trait une ren­contre avec des agents d’espionnage com­mu­nistes.

Encore plus trou­blants sont les élé­ments de preuve qu’ils n’ont pas trou­vé.

Voir, la Mai­son Blanche admet même les sou­te­nir …

Source : djosiris.blogspot

http://infoguerilla.fr/?p=12235#more-12235

OTPOR au Vene­zue­la sur vive.beœ