Les 5 meilleures apps de messagerie chiffrée

par Derek Wal­ter

Article rédi­gé par Derek Wal­ter / IDG News Ser­vice (adap­té par Domi­nique Filip­pone)

Afin de garde secret les conver­sa­tions, il est pos­sible de se tour­ner vers des appli­ca­tions de mes­sa­ge­rie chif­frée. Le point avec une sélec­tion des meilleures d’entre elles.

Il existe aujourd’­hui, et sans aucun doute encore plus qu’a­vant, une conscience gran­dis­sante de pré­ser­ver le carac­tère secret de cer­taines conver­sa­tions. Les rai­sons à cela sont mul­tiples et vont de la crainte du hack de don­nées à l’in­quié­tude de voir un gou­ver­ne­ment mettre le nez dans ses affaires. Mais la plu­part du temps, une majo­ri­té des per­sonnes sont d’ac­cord avec un prin­cipe géné­ral que ce qui se dit dans une conver­sa­tion par chat doit res­ter entre les deux per­sonnes qui com­mu­niquent entre elles.

Car il n’y a rien de plus désa­gréable de pen­ser que ses mes­sages puissent être archi­vés à per­pé­tui­té sur les ser­veurs d’une grande entre­prise qui pren­dra tout le temps néces­saire pour les pas­ser au crible de ses algo­rithmes… La quête pour la mise à l’a­bri de ses don­nées a consti­tué à cet égard un ter­reau fer­tile à l’é­clo­sion d’une nou­velle géné­ra­tion d’apps pour iOS et Android pro­met­tant de se pro­té­ger des formes d’es­pion­nage en tout genre. Des ser­vices comme Tele­gram et Signal ont ain­si pro­pul­sé « le chif­fre­ment de bout en bout » sur le devant de la scène.

Des mes­sages à l’a­bri de tous les regards

Avant de pas­ser en revue les apps spé­ci­fiques de mes­sa­ge­ries chif­frées, une mise au point s’im­pose. Fon­da­men­ta­le­ment, le chif­fre­ment de bout en bout signi­fie que seul l’é­met­teur et le des­ti­na­taire peuvent lire un mes­sage. Ce mes­sage est cryp­té sur le télé­phone, envoyé au des­ti­na­taire et ensuite déchif­fré. Cela pour empê­cher les yeux des opé­ra­teurs télé­coms de lire les com­mu­ni­ca­tions échan­gées, comme ceux des agences gou­ver­ne­men­tales et même de la socié­té héber­geant le ser­vice. Dans ce cas, ils n’ont pas la pos­si­bi­li­té d’ac­cé­der au mes­sage, quand bien même cela leur aurait été deman­dé par une auto­ri­té judi­ciaire. Et si un hacker par­vient à s’in­tro­duire sur les ser­veurs de mes­sa­ge­rie du four­nis­seur de ser­vice, il ne sera pas pos­sible d’ac­cé­der aux conver­sa­tions. Les ser­vices pré­sen­tés ici dis­posent d’une fonc­tion de chif­fre­ment de bout en bout.

1 — Tele­gram, l’app phare du moment

Tele­gram est l’une des apps de mes­sa­ge­rie chif­frées les plus popu­laires. Elle est l’une des les plus sul­fu­reuses depuis de nom­breuses années. La par­tie la plus pénible est de devoir invi­ter l’en­semble de ses contacts dans ce nou­vel envi­ron­ne­ment en pas­sant par le menu de navi­ga­tion de l’ap­pli­ca­tion. Il s’a­git là du plus gros pro­blème en com­pa­rai­son d’autres ser­vices car il n’a pas l’u­ni­ver­sa­li­té des SMS.

1.1.jpg

Tele­gram pro­pose une inter­face dépouillée. (cré­dit : D.R.)

Ceci étant fait, il est alors pos­sible d’en­voyer des mes­sages de façon indi­vi­duelle ou par groupes (chan­nels) en s’a­dres­sant à un nombre illi­mi­té d’autres uti­li­sa­teurs. L’a­van­tage ici est de pou­voir s’af­fran­chir des limi­ta­tions des SMS/MMS qui ne peuvent être envoyés qu’à un nombre limi­té de per­sonnes. Le groupe peut même être public, confé­rant un aspect réseau social exempt de troll comme on peut le trou­ver sur Face­book et Twit­ter. L’in­ter­face de Tele­gram est quelque peu dépouillée mais ne l’empêche d’être l’une des apps natives les plus robustes en termes d’in­té­gri­té et de sécu­ri­té des don­nées pour iOS, Mac, Win­dows, Android et web. Signa­lons qu’une équipe russe est à l’o­ri­gine de l’app.

2 — Signal, la mes­sa­ge­rie suisse de Snow­den

Signal se targue d’être l’app de mes­sa­ge­rie pré­fé­rée d’E­douard Snow­den. Elle fait en tout cas par­tie des plus faciles à ins­tal­ler, avec une authen­ti­fi­ca­tion auto­ma­tique et la pos­si­bi­li­té d’être uti­li­sée en tant qu’app SMS par défaut. Tout comme Whis­per, il est pos­sible de créer un groupe pri­vé com­po­sé d’un nombre illi­mi­té d’autres uti­li­sa­teurs. Signal per­met aus­si de pas­ser des coups de fils. En revanche, Signal n’est pas opti­mi­sé pour les tablettes mais cela devrait être le cas pro­chai­ne­ment selon la feuille de route de l’é­di­teur. Le desi­gn est sans fio­ri­tures avec une varia­tion de cou­leur en fonc­tion des contacts pour évi­ter d’en­voyer un mes­sage à la mau­vaise per­sonne…

2.1.jpg

La mes­sa­ge­rie chif­frée Signal va bien­tôt se décli­ner sur tablette. (cré­dit : D.R.)

3 — Wire, l’app chif­frée du co-fon­da­teur de Skype

Une autre bonne app de mes­sa­ge­rie chif­frée de bout en bout est Wire, pro­po­sée par le cofon­da­teur de Skype Janus Friis. Déve­lop­pée en Suisse et en Alle­magne, celle-ci pro­pose des astuces amu­santes comme la pos­si­bi­li­té de par­ta­ger la loca­li­sa­tion, envoyer des images ou enre­gis­trer une vidéo. Cette app inclut éga­le­ment un chat­bot, Anna, qui apporte quelques réponses utiles à une varié­té de ques­tions concer­nant la façon de l’u­ti­li­ser. Le compte Wire est lié au numé­ro de télé­phone de l’u­ti­li­sa­teur, ce qui rend l’ac­ti­va­tion et l’ef­fa­ce­ment facile. Ce qui est est très inté­res­sant avec Wire : les chats one-to-one pour les conver­sa­tions que l’on ne veut gar­der à l’a­bri de tout enre­gis­tre­ment. Mais elles n’a pas les mêmes fonc­tions de réseau social et de groupes que l’on retrouve dans d’autres offres de cette sélec­tion.

3.1.jpg

Wire n’offre pas de fonc­tion réseau social. (cré­dit : D.R.)

4/ What­sApp, péna­li­sée par la mau­vaise image de Face­book

 

4.1.jpg

Le lien direct avec Face­book est un des han­di­caps de Wat­sApp. (cré­dit : D.R.)

Impos­sible de ne pas oublier la très popu­laire appli­ca­tion amé­ri­caine What­sApp. Comme les autres pré­sen­tées ici, elle pro­met de la mes­sa­ge­rie chif­frée. Le plus grand atout de ce ser­vice, appar­te­nant à Face­book, est d’a­voir des mil­liards d’u­ti­li­sa­teurs. Il y a donc de très grande chance pour ne pas avoir à convaincre des amis ou des membres de la famille de la télé­char­ger. En revanche, le fait d’ap­par­te­nir à Face­book peut consti­tuer un frein pour cer­taines per­sonnes d’au­tant que le géant du réseau social a récem­ment indi­qué uti­li­ser les infor­ma­tions de comptes, incluant les numé­ros de télé­phone, enre­gis­trées dans What­sApp.

5/ Dust, auto-des­truc­tion des mes­sages

Si l’on veut voir les mes­sages dis­pa­raître aus­si vite qu’ils appa­raissent, Dust (ancien­ne­ment Cyber Dust) est l’ap­pli­ca­tion qu’il faut. Selon les pré­fé­rences, il est ain­si pos­sible de para­mé­trer l’ef­fa­ce­ment des mes­sages de 24 heures ou bien dès qu’ils ont été lus. Par­mi les autres fonc­tions, on trouve la pos­si­bi­li­té de chat­ter sans mon­trer son nom d’u­ti­li­sa­teur de sorte que même si quel­qu’un prend une cap­ture d’é­cran le mes­sage ne peut pas être attri­bué à la per­sonne qui l’a écrit.

5.1.jpg

Déve­lop­pée par une équipe cali­for­nienne, Dust mise sur le carac­tère éphé­mères des mes­sages. (cré­dit : D.R.)

La meilleure app de mes­sa­ge­rie chif­frée dépend des besoins de l’u­ti­li­sa­teur. Le busi­ness des mes­sa­ge­ries sécu­ri­sées est très impor­tant et béné­fi­cie d’un inté­rêt crois­sant de la part des indi­vi­dus, mais il vaut la peine pour res­ter en sécu­ri­té de veiller à ce que l’on fait après les avoir uti­li­sées…