Pour les 5 Cubains : Lettre de décembre à Obama

Cela fait quatorze ans que Gerardo et sa femme ne se sont pas vus, l'administration des Etats-Unis refusant systématiquement le visa d'entrée à Adriana. A travers cet appel, ceux qui ne connaissent pas l'histoire ahurissante des Cinq en auront déjà une idée.

volveran.jpg
Depuis 1959, Cuba est la cible de nom­breux atten­tats ter­ro­ristes lan­cés par des groupes extré­mistes du sud de la Flo­ride.
3500 morts, 2100 per­sonnes han­di­ca­pées à vie, 54 mil­lions de dol­lars de pertes éco­no­miques.
Las­sé de deman­der au gou­ver­ne­ment des Etats-Unis leur inter­ven­tion pour que cessent ces attaques, le gou­ver­ne­ment Cubain fini par orga­ni­ser l’in­fil­tra­tion de ces groupes ter­ro­ristes par 5 per­sonnes de façon a pou­voir pré­ve­nir les atten­tat et évi­ter ain­si les vic­times.

Cinq per­sonnes dont la seule tâche est de pré­ve­nir d’autres catas­trophes en obte­nant des infor­ma­tions sur les atten­tats que pro­jettent ces orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes. A aucun moment ils ne cher­che­ront des ren­sei­gne­ments mili­taires ou ayant trait à la sécu­ri­té des Etats-Unis. Seule mis­sion, lut­ter contre le ter­ro­risme qui ravage leur pays.

Lors­qu’ils seront décou­verts ils seront jugés comme espions, ce qu’ils ne sont pas, et à Mia­mi, le fief des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes, dans une ambiance de vin­dicte et de haine effroyable et sous la pres­sion de cam­pagnes média­tiques men­son­gères. Les peines qu’on leur applique sont tota­le­ment aber­rantes, jus­qu’à plu­sieurs per­pé­tui­té et cela fait 14 ans qu’ils sont enfer­més dans les pires éta­blis­se­ments des Etats-Unis.

L’é­pouse de l’un d’eux, Adria­na Pérez qui depuis l’ar­res­ta­tion de son mari n’a pu lui rendre visite car on lui refuse le visa d’en­trée aux Etats-Unis témoigne ici de cette réa­li­té et fait un appel à votre soli­da­ri­té.

Cette affaire a été recon­nue et est défen­due par Amnes­ty Inter­na­tio­nal

Pour plus d’in­fo : http://www.monde-diplomatique.fr/2010/11/LEMOINE/19816

cinco_cubanos.png


Le pre­mier décembre 2012.

Mon­sieur le Pré­sident Oba­ma
The White House
1600 Penn­syl­va­nia Ave­nue N.W.
Washing­ton DC 20500

Mon­sieur le Pré­sident,

Les amis des cinq cubains Gerar­do Hernán­dez, Anto­nio Guer­re­ro, Fer­nan­do Gonzá­lez, Ramón Labañi­no, et René Gonzá­lez, nous sommes satis­faits de savoir que Mitt Rom­ney ne sera pas pré­sident des Etats-Unis pour les quatre années à venir. Nous n’attendions vrai­ment rien de bon de ce can­di­dat concer­nant les rela­tions futures avec Cuba.

Pour autant, Mon­sieur le Pré­sident Oba­ma, nous sommes inquiets de la façon dont vous allez vous com­por­ter envers la grande île des caraïbes. Autant lors de l’élection de 2008 nous étions rem­plis d’espoir, autant cette fois nous sommes sur nos gardes. Le blo­cus contre Cuba a été main­te­nu en dépit de la répro­ba­tion de presque tous les pays du monde, le péni­ten­cier de Guan­ta­na­mo n’est tou­jours pas fer­mé, les fonds des­ti­nés au sabo­tage de la Révo­lu­tion Cubaine sont en hausse constante, et les Cinq ne sont tou­jours pas libé­rés.

Le13 novembre der­nier, les Etats-Unis, Israël et les Palaos, ont été les trois seuls pays à se pro­non­cer pour le main­tien du blo­cus des­truc­teur contre Cuba. Sau­rez-vous enfin écou­ter la voix pra­ti­que­ment una­nime de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale s’opposant à ce blo­cus ? Avec l’ouragan San­dy vous avez pour­tant pu mesu­rer à quel point les élé­ments natu­rels quand ils se déchainent peuvent ame­ner de tra­gé­dies et de bles­sures, et comme il est déri­soire et stu­pide d’ajouter de la souf­france à la souf­france !

Dans quelques jours, vous fête­rez Noël. Il est dans la tra­di­tion de votre pays de gra­cier à cette occa­sion quelques pri­son­niers. Quelle belle entrée dans votre nou­velle fonc­tion pré­si­den­tielle serait, de votre part, un tel geste envers les Cinq ! Un geste fort qui ver­rait en retour, de la part du gou­ver­ne­ment Cubain, la libé­ra­tion de votre conci­toyen Alan Gross, et bien au-delà, qui serait l’amorce de nou­velles rela­tions entre vos deux pays.
Mon­sieur le pré­sident Oba­ma, vous pour­riez com­men­cer votre man­dat pré­si­den­tiel à la façon d’un beau conte de Noël, en per­met­tant à Gerar­do Hernán­dez, Anto­nio Guer­re­ro, Fer­nan­do Gonzá­lez, Ramón Labañi­no, René Gonzá­lez et Alan Gross d’être auprès des leurs pour les fêtes de fin d’année. Ce serait mer­veilleux et pro­met­teur pour l’avenir.

Ne lais­sez pas pas­ser cette chance, nous espé­rons tous un dénoue­ment heu­reux et pour les Cinq, et pour Alan Gross, il est entre vos mains.
Rece­vez, Mon­sieur le Pré­sident, l’expression de mes sen­ti­ments huma­nistes les plus sin­cères.

Jac­que­line Rous­sie
64360 Monein (France)

Copies envoyées à : Mes­dames Michelle Oba­ma, Nan­cy Pelo­si, Hil­la­ry Clin­ton, Kathryn Ruemm­ler, Janet Napo­li­ta­no, à Mes­sieurs. Har­ry Reid, Eric Hol­der, John F. Ker­ry, Pete Rouse, Donald, Rick Scott, et Charles Riv­kin, ambas­sa­deur des Etats-Unis en France.