Zin TV : un outil de réappropriation de l’expression citoyenne

Dos­sier du jour­nal Kai­ros consa­cré à Zin TV!!! {Zin TV est le résul­tat d’un héri­tage ciné­ma­to­gra­phique qui se situe dans une lignée de conti­nui­té his­to­rique d’émancipation. D’où ce côté labo­ra­toire de télé­vi­sion de ser­vice publique de demain…}

 

zin_tv_illu.jpg

Nous avons consacré les deux premiers dossiers de Kairos à une analyse critique de la RTBF et de sa dérive mercantile sous la pression publicitaire et politicienne. La dérive continue. Heureusement et bien entendu, « La vie sociale résiste à l’écran » comme le dit Serge Halimi. Nous avons rencontré Zin TV, basée en Région Bruxelloise et active sur de nombreux terrains, dans de nombreux pays. Une alternative bien vivante qui donne envie de sortir des écrans et qui le fait. Rencontre avec Ronnie Ramirez, l’un des fondateurs et coordinateurs de Zin TV.

Peux-tu nous pré­sen­ter Zin TV, com­ment est-elle née ?

Le but de Zin TV, c’est de créer autre chose que ce qu’on subit comme télé­vi­sion, c’est notre façon de prendre nos res­pon­sa­bi­li­tés comme pro­fes­sion­nels de l’audiovisuel et de pro­po­ser une alter­na­tive. Zin TV est née avec une voca­tion péda­go­gique dans le but de pou­voir sti­mu­ler les mou­ve­ments sociaux, le monde citoyen, à tra­vers l’en­vie et la capa­ci­té des gens à se réap­pro­prier leur propre image, et l’i­mage de leurs mondes. Com­prendre que l’i­mage est construite par un lan­gage, et que cette construc­tion construit aus­si une iden­ti­té, c’est fon­da­men­tal, et Zin TV base son action là-des­sus.

A l’é­poque, nous étions modes­te­ment l’« Ecole de ciné­ma des quar­tiers popu­laires » qui regrou­pait par affi­ni­té des per­sonnes actives dans les ate­liers vidéo des quar­tiers. Nous for­mions déjà pas mal de gens, mais une fois que l’on avait don­né goût au métier, il était dif­fi­cile de don­ner des pers­pec­tives : les portes du mar­ché du tra­vail s’ouvrent dif­fi­ci­le­ment, sur­tout si tu n’empruntes pas les filières clas­siques. Une sorte de retour à la case de départ géné­rait un décou­ra­ge­ment par la suite et ren­dait notre action plus ou moins sté­rile. L’heure était venue de deve­nir plus ambi­tieux et de pro­po­ser une suite aux for­ma­tions que nous don­nions. On a pris le temps de dis­cu­ter, une prise de conscience s’est opé­rée chez la plu­part d’entre nous et on s’est mis à rêver un pro­jet qui rap­proche nos jeunes plus des ini­tia­tives construc­tives et des solu­tions col­lec­tives. Et c’est à par­tir de ce moment que les choses ont pris de l’ampleur.

Nous avions déjà tra­vaillé avec Fran­çois Ruf­fin que nous avions ren­con­tré au Vene­zue­la où il fai­sait de la for­ma­tion aux médias. Il a lan­cé en France le jour­nal « Fakir » dans sa for­mule natio­nale par un évè­ne­ment bruxel­lois en par­lant des lob­bies éco­no­miques qui influencent l’U­nion Euro­péenne : ça consis­tait à poser une plaque sym­bo­lique avec les logos de quelques mou­ve­ments sociaux à la place d’une autre plaque – tout aus­si sym­bo­lique — posée par les lob­bies éco­no­miques à l’entrée du Par­le­ment euro­péen, elle y est tou­jours d’ailleurs. En même temps, le tout pas­sait dans l’é­mis­sion radio « Là-bas si j’y suis » de Daniel Mer­met sur France Inter. Fran­çois nous a deman­dé de l’ai­der. On a donc contac­té les syn­di­cats et autres orga­ni­sa­tions, parce que l’idée était d’allier la culture et le social, les artistes et les mou­ve­ments sociaux. On a éga­le­ment fait venir « théâtre et récon­ci­lia­tion », ani­mé par Fré­dé­rique Lecomte qui a mis en scène des sans papiers qui ont égor­gé Mon­sieur Kapit Ali St, et on a fil­mé tout ça.

A ce moment là, il deve­nait clair qu’il nous fal­lait un nom qui cor­res­ponde à notre nou­veau pro­jet et qui puisse allier for­ma­tion, pro­duc­tion, dis­tri­bu­tion et mobi­li­sa­tion. En fait, la réflexion sur notre outil, sa struc­ture et son évo­lu­tion est allée de pair avec la recherche du nom. Il nous fal­lait une télé­vi­sion qui nous res­semble et qui dépasse l’idée même de la télé. C’est‑à dire que son rôle n’est pas d’isoler les gens, mais plu­tôt à les faire sor­tir de chez eux pour entrer en action, faire ren­con­trer d’autres citoyens et même faire ren­con­trer les réseaux entre eux.

En bon jour­na­liste, Fran­çois nous avait posé la bonne ques­tion : vous n’avez pas, chez vous, un per­son­nage qui repré­sente l’exclu ? A Bruxelles, c’est le zin­neke qui repré­sente au mieux le per­son­nage qui est à l’ombre, qui est sans voix, sans image, un mélan­gé qui se reven­dique sans com­plexe de ce pana­chage. Le zin­neke, c’est le chien batard qu’on noyait dans la Senne, c’est le sym­bole de ce dont on ne veut pas. D’ou le nom « Zin » qui vient de Zenne (Senne en fla­mand), mais qui veut éga­le­ment dire « beau­té » en arabe, « sens » en fla­mand, et se pro­nonce comme « sans » [sín] en espa­gnol, sans-télé… En plus, avec ses pos­si­bi­li­tés gra­phiques, le nom était tout trou­vé : « Zin TV ». C’est donc Fran­çois Ruf­fin qui nous a aidé a trou­ver le nom. Ain­si on s’est fait connaître et depuis, on est débor­dés. (rires).

Du coup, nous avons pris conscience que dans notre pays, il se passe plein de choses au mètre car­ré, il y a une vie asso­cia­tive, syn­di­cale et cultu­relle extrê­me­ment riche, des ini­tia­tives et des débats inté­res­sants, des gens qui cherchent des solu­tions, des pro­duc­tions artis­tiques ori­gi­nales, etc. mais qui se passent loin des camé­ra de télé­vi­sion de ser­vice publique[[NDLR : la RTBF vient de dépro­gram­mer « Ca bouge », son « émis­sion pré­sen­tant l’agenda des mani­fes­ta­tions d’éducation per­ma­nente en Fédé­ra­tion Wal­lo­nie-Bruxelles ».]]. Pour­quoi alors consa­crer 6 heures de pro­gram­ma­tion d’un mariage prin­cier à l’étranger ? En mon­trant, on fait exis­ter, donc on sti­mule. On peut donc com­prendre pour­quoi on ne montre pas.

Il y a bien-sûr encore quelques excep­tions, mais quand la vie asso­cia­tive est mon­trée à la télé, c’est sou­vent sur le mode du folk­lo­rique, de l’a­nec­do­tique, de l’in­si­gni­fiant et quand il s’agit des luttes sociales, c’est sur un ton d’agacement qu’on les aborde, de la dis­tance hygié­nique, quand ce n’est pas car­ré­ment les cri­mi­na­li­ser…

Mais cela, tout le monde le sait, il faut dépas­ser là encore la simple cri­tique du média qui est certes néces­saire, mais limi­tant et seule­ment d’ordre tac­tique. Il y a par ailleurs une carte d’identité col­lec­tive à construire, qui nous défi­nit et qui repré­sente cette diver­si­té que nous défen­dons. Pour cela nous devons créer notre propre esthé­tique, cela c’est d’ordre stra­té­gique, donc essen­tiel.

Il va de soi que Zin TV se pro­pose d’ai­der et d’accompagner ceux qui veulent se réap­pro­prier l’ou­til. C’est donc dans les meilleurs des cas, un tra­vail de co-construc­tion avec les asso­cia­tions et les citoyens enga­gés. De ce point de vue, Zin TV est une école de ciné­ma pour les autres, avec des pros qui viennent don­ner un coup de main. C’est notre manière de démo­cra­ti­ser le sec­teur de la péda­go­gie du ciné­ma qui à l’origine est éli­tiste.

Quel genre de formation proposez-vous, comment organisez-vous votre travail ?

Pour l’instant, nous répon­dons sur­tout à une néces­si­té. Il n’y a pas un cur­sus unique que nous impo­sons à tous, notre réper­toire est riche et modu­lable à volon­té. Accom­pa­gner des pro­ces­sus fil­mique et les aider à se déve­lop­per. Nous orga­ni­sons des for­ma­tions là où on nous appelle : notre école est mobile et va vers les citoyens. On refuse les for­ma­tions basées sur le mode d’emploi du maté­riel, il y a suf­fi­sam­ment d’offre à ce niveau. La for­ma­tion tech­nique n’est qu’un seg­ment d’un pro­ces­sus. On ne lâche pas les par­ti­ci­pants régu­liers, nous les sui­vons jusqu’à ce qu’ils puissent être auto­nome et même nous aider à en for­mer d’autres. Mais, le jour vien­dra où nous pour­rons don­ner des for­ma­tions inté­grales et de longue durée, les seules qui garan­tissent un résul­tat.

Nos for­ma­tions sont conçues comme un labo­ra­toire de libé­ra­tion des formes, du lan­gage ciné­ma­to­gra­phique et les réfé­rences com­munes nous aident à avoir un lan­gage com­mun. C’est pour cela que nous essayons d’offrir des réfé­rences d’expériences d’émancipation ciné­ma­to­gra­phiques dans l’histoire du ciné­ma, his­toire de s’inscrire dans un héri­tage autre que celui de l’Enter­tain­ment. Ain­si on revi­site des périodes fécondes, on regarde les films et on tente de com­prendre com­ment des nou­velles esthé­tiques se sont for­gées.

Zin TV est le résul­tat d’un héri­tage ciné­ma­to­gra­phique. On n’est pas par­tis de rien, nous nous situons par filia­tion, cela nous aide à nous ins­crire dans une lignée de conti­nui­té his­to­rique d’émancipation ciné­ma­to­gra­phique et à envi­sa­ger un ave­nir. C’est peut-être là, notre côté labo­ra­toire de télé­vi­sion de ser­vice publique de demain ?

Comment évoluent les choses de ce point de vue là selon vous ?

Cer­tains d’entre nous, dont moi-même, avons eu la chance de voya­ger au Vene­zue­la d’Hugo Cha­vez et de pou­voir par­ti­ci­per et étu­dier de près l’expérience des télés asso­cia­tives qui sont en pleine éclo­sion. Il est inté­res­sant de voir que la Révo­lu­tion Boli­va­rienne a ouvert un front dans le pay­sage audio­vi­suel. Il est main­te­nant rejoint par des mil­liers de nou­velles télés asso­cia­tives par­tout en Amé­rique Latine, qui vit sa deuxième indé­pen­dance et réveil de la socié­té civile. Le Vene­zue­la a déjà mis deux satel­lites de télé­com­mu­ni­ca­tions en orbite et la Boli­vie d’Evo Morales aura bien­tôt le sien, cela au ser­vice, entre autres, du mou­ve­ment des télés com­mu­nau­taires. Une légis­la­tion qui déli­mite équi­ta­ble­ment le spectre de dif­fu­sion hert­zien entre le sec­teur pri­vé, public et com­mu­nau­taire est déjà une réa­li­té en Argen­tine et ver­ra le jour dans d’autres pays de la région. Bref, c’est un des phé­no­mènes des plus inté­res­sants de notre his­toire contem­po­raine.

Chez nous, c’est pour l’instant un peu plus morose, il y a une pente sur laquelle les écoles de ciné­ma sont en train de glis­ser, c’est une ten­dance géné­rale qui penche vers la fic­tion com­mer­ciale au détri­ment du ciné­ma de réa­li­té. Du côté néer­lan­do­phone c’est pareil, avec une ver­sion télé­vi­suelle plus accen­tuée. C’est bien-sûr plus lucra­tif, cela attire plus les étu­diants-clients… Pour­tant en Bel­gique nous pou­vons être fier de nom­breuses expé­riences issues d’une ligne réa­li­té lar­ge­ment pri­mée et admi­rée dans le monde entier : les frères Dar­denne, Hen­ry Stork, Paul Meyer, etc. Dans ce sens, nous col­la­bo­rons beau­coup avec Thier­ry Odeyn, pro­fes­seur et fon­da­teur avec Michel Khlei­fi de la de la ligne réa­li­té à l’INSAS (école de ciné­ma à Bruxelles) qui influence et nour­rit posi­ti­ve­ment nos tra­vaux. Il faut lui rendre hom­mage car il est lit­té­ra­le­ment notre biblio­thèque vivante, d’une géné­ro­si­té sans bornes et sin­cère, un grand péda­gogue ayant une vision aigui­sée du pay­sage ciné­ma­to­gra­phique, il éclaire nos pra­tiques et notre bous­sole.

Zin TV est dans un pro­ces­sus évo­lu­tif, nous nous ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tions peu à peu et conso­li­dons le pro­jet, de manière pru­dente, car ce que nous avons crée reste fra­gile, ça nous échappe même. C’est pour cela que nous nous sommes asso­ciés à des par­te­naires qui nous per­mettent de rendre pos­sible notre action. Mais, nous fai­sons tout pour que ce pro­jet devienne irré­ver­sible.

Vous indiquez dans votre brochure qu’ « Une écriture, une mise en scène ou une investigation demande une « vitesse de production » plus lente ». Avez-vous un point de vue sur le productivisme ?

En pra­tique, chez Zin TV, on ne cherche sur­tout pas à brû­ler les étapes, il n’y a aucune rai­son. Le cadre péda­go­gique nous per­met de fonc­tion­ner par tâton­ne­ment, ou l’on essaye et cor­rige, tant que l’on arrive à de la qua­li­té. Si l’on com­mence à pro­duire du conte­nu rien que pour rem­plir de l’es­pace c’est un mau­vais signe, ça signi­fie qu’on ne répond plus à une néces­si­té. Le jour où l’on fonc­tion­ne­ra en pilo­tage auto­ma­tique, il fau­dra que l’on vienne nous réveiller. Par contre inten­si­fier une pro­duc­tion et res­pec­ter des dead­lines, s’il faut le faire, nous sommes prêt à le faire car c’est jus­ti­fié.

Si ta ques­tion est plus d’ordre idéo­lo­gique, de manière géné­rale nous n’a­vons pas d’o­rien­ta­tion poli­tique unique ou uni­voque. Notre pro­jet c’est de créer un espace de par­ti­ci­pa­tion citoyenne réel, et un tel espace ne peut pas être mis sous tutelle ni par l’État, ni par une avant-garde mar­xiste-léni­niste, ni par une église, ni une entre­prise pri­vée, sinon cet espace de pou­voir citoyen sera tout sim­ple­ment avor­té. C’est un espace fra­gile où il est néces­saire que les idées citoyennes soient débat­tues, toutes avec res­pect et sans com­plexes. Il s’a­git de créer une nou­velle culture poli­tique, celle mar­quée par le ter­rain, celle de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive, celle de l’action col­lec­tive, celle qui sera au mieux socio-pro­duc­tive, mais qui dépasse les vieux sché­mas qui condamnent toute idée de gauche au siècle pas­sée.

C’est aus­si pour nour­rir et contri­buer à l’é­mer­gence de cette nou­velle culture poli­tique que Zin TV s’est ouvert au monde et tra­vaille en réseau avec des par­te­naires de dif­fé­rents pays, sur­tout avec l’Amérique Latine. En 2011, nous avons accom­pa­gné la délé­ga­tion des diri­geants étu­diants chi­liens venus au Par­le­ment Euro­péen. Dans leur pays ils sont sous les feux des pro­jec­teurs et la vidéo que nous avons réa­li­sée a eu un impact énorme là-bas. Comme quoi, nous pou­vons aus­si don­ner un petit coup de pouce aux cama­rades en lutte à l’autre bout de la pla­nète. Nous tra­vaillons éga­le­ment avec Poa­dane, des vidéastes Kanaks en Nou­velle-Calé­do­nie, ALBA TV et VIVE TV au Vene­zue­la. Là, nous tour­nons un film au Bur­ki­na-Faso ou nous tra­vaillons avec des com­mu­nau­tés dépla­cées par une trans­na­tio­nale d’ex­ploi­ta­tion auri­fère. Nous tra­vaillons éga­le­ment en Bel­gique, entre autres, avec le Festi­val Inter­na­tio­nal du Film Docu­men­taire Mil­le­nium, les Comi­tés Action Europe contre l’aus­té­ri­té que nous sui­vons dès leur début, etc. Voi­là, le reste est sur notre site inter­net et dans les cou­lisses… Tout cela est fran­che­ment pas­sion­nant et réunit des per­sonnes extra­or­di­naires, alors qu’on nous des­si­nait une vie sans hori­zon.

Pro­pos recueillis par JBG, relus et cor­ri­gés par Ron­nie Rami­rez.


carte_de_visite_ZINTV_a-s-b-l.jpg

Zin TV lance un appel aux volon­taires pour se joindre à des pro­jets en cours, ou même à pro­po­ser.

Il suf­fit d’envoyer vos coor­don­nées (nom, pré­nom, mail, gsm ou télé­phone) à : zamis@zintv.org

Vous serez ain­si régu­liè­re­ment infor­més des demandes.

Quelques pro­jets pro­po­sés :

• Rédac­tion du sémi­naire « Réa­li­té Point de Vue » de Thier­ry Odeyn, nous cher­chons des volon­taires pour retrans­crire deux semaines de sémi­naires. Cet ouvrage fera l’objet d’une future publi­ca­tion.

• Tra­duc­tion de l’ouvrage de Jorge San­ji­nés. « Théo­rie et Pra­tique d’un ciné­ma auprès du peuple » est un clas­sique qui n’existe pas encore en fran­çais et ne fait que 120 pages. L’ambassade de la Boli­vie à Bruxelles est prête à nous sou­te­nir dans la publi­ca­tion. Nous cher­chons des tra­duc­teurs Espa­gnol > Fran­çais. (Néer­lan­dais, c’est pas de refus).

• Une liste de per­ma­nence vidéo pour les luttes sociales est éga­le­ment ouverte, pour la rejoindre il suf­fit de s’y ins­crire. Si vous ne domi­nez pas le maté­riel audio­vi­suel, vous êtes invi­té à vous ins­crire dans notre for­ma­tion au repor­tage social.

• Zin TV accueille éga­le­ment des étu­diants en com­mu­ni­ca­tion ou ciné­ma en recherche de stages