19 février 2018

Rassemblement de soutien à Mounir et Jiyed : libérez nos camarades

8h30 Place Poelaert, 1000 Bruxelles

19 février 2018

Conférence-débat : Le boycott universitaire et culturel de l’État d’Israël est-il légitime ?

20h UPJB - 61, rue de la Victoire, 1060 Bruxelles

20 février 2018

Midi de PAC : Accueil des migrant·e·s, quand la solidarité devient un crime

12h PAC Rue Lambert Crickx 5, 1070 Bruxelles

21 février 2018

Où en est-on avec le projet de loi sur les visites domiciliaires

12h30 CNCD. Quai du commerce 9, 1000 Bruxelles

21 février 2018

Présentation du livre : Les tranchées en Afrique 1914 - 1918

18h30 KUUMBA Chaussée de Wavre 78, 1050 Bruxelles

21 février 2018

Pension : débat avec les partis

19h au MOC. Rue Plétinkx 19, 1000 Bruxelles

22 février 2018

Conférence : La question (dé)coloniale en Belgique, le défi d’une génération ?

17h30 Université Saint-Louis. Auditoire 1. Bd du Jardin botanique (...)

22 février 2018

Quelle marge de manœuvre pour un ministre communiste en Belgique ?

18h Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches. Avenue F.D (...)

22 février 2018

Apéro-Expo - Médias citoyens

19h - ARC, 20 rue de l’Association 1000 Bruxelles

22 février 2018

Avant-Première - Jusqu’à la dernière goutte

19h Cinéma vendôme Chaussée de Wavre 18, 1050 Ixelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

Mariam Sankara : Rendez enfin justice à Thomas Sankara !

Déclaration de Madame Mariam Sankara, à l’occasion de la commémoration du trentième anniversaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers amis,

L’assassinat du Président Sankara et de ses compagnons, le 15 Octobre 1987, a interrompu une expérience de développement originale et prometteuse de l’histoire de l’Afrique contemporaine.

Je tiens à vous remercier pour votre soutien à toute la famille Sankara et à moi-même ainsi que pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

A travers sa politique, Thomas a défendu, en donnant lui-même l’exemple, les valeurs essentielles telles que l’intégrité, l’honnêteté, l’humilité, le courage, la volonté, le respect et la justice. En mobilisant les différentes composantes de la société, il s’est battu, de façon acharnée, contre la dette, pour le bien être de tous les burkinabè, la promotion du patrimoine culturel burkinabè et l’émancipation de la femme. Il a incité ses concitoyens à se prendre en charge pour vivre dignement. Bref, il a refusé la soumission au diktat des plus puissants de ce monde, a pris la défense des plus faibles et des plus défavorisés.

Imprégnés de ces valeurs et de ces idées, vous avez, à travers l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, mis fin au régime dictatorial de Compaoré. Cette insurrection a permis au peuple de reprendre la parole pour exiger, entre autres, la fin de l’impunité, la réouverture du dossier de justice sur l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons, celui de Norbert Zongo et tant d’autres.

La décision prise au Burkina Faso par les autorités de la transition de rendre enfin justice à Thomas Sankara a suscité un immense espoir au Burkina, en Afrique en général et dans le monde. Mais on est toujours dans l’attente de la justice.

La requête de la société civile et des familles est claire. Nous voulons connaître au plus vite les commanditaires et les exécutants de cet assassinat et ceux des autres crimes.

Retarder la quête de vérité, c’est jouer le jeu des assassins de Thomas Sankara et de ses compagnons. Ne pas rendre justice, c’est refuser une sépulture digne pour Thomas Sankara et ses compagnons, c’est empêcher les familles de faire leur deuil.

C’est la raison pour laquelle, le peuple burkinabè et ses amis doivent rester mobilisés et relancer la campagne pour que trente ans après, justice soit enfin rendue à Thomas Sankara et à ses compagnons.

Chers compatriotes, notre famille salue votre initiative visant à ériger un mémorial à la mémoire de Thomas Sankara.

Nous sommes attachés, comme nombre de nos compatriotes, à la défense et à la sauvegarde de la mémoire de Thomas Sankara. Je tiens à saluer cette initiative de la société civile, conduite par l’association CIMTS (Comité International pour le Mémorial Thomas Sankara). Ce projet de Mémorial bénéficie du soutien populaire. Une démarche consensuelle et inclusive devrait permettre de réaliser un ouvrage de qualité qui témoignera de la vitalité des idées de Thomas et de ses fidèles compagnons de la révolution du 4 Août 1983. Toutefois, la famille tient à ce que ce mémorial ne soit pas construit dans l’enceinte du Conseil de l’Entente qui rappelle de douloureux souvenirs en raison des assassinats et des tortures qui ont marqué ce lieu.

Avec toutes ces volontés de valorisation de la mémoire de Thomas observées à travers le monde, on se rend compte avec le temps que Thomas Sankara était un visionnaire. Conscient des actions des détracteurs de la révolution, il savait qu’il était incompris parce qu’il était en avance sur son temps. Il dira alors : « tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ». Ceci est devenu une réalité. On constate aujourd’hui que la jeunesse s’imprègne de ses idées progressistes pour transformer la société.

Trente après sa disparition, la pensée de Thomas reste vivante et d’actualité.

Encore une fois, je vous félicite pour votre mobilisation et pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

30 ans de résistance !

30 ans d’impunité !

Rendez enfin justice à Thomas Sankara et ses compagnons ainsi qu’à toutes les victimes des crimes impunis !

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Je vous remercie.

Montpellier le 15 octobre 2017

Source : thomassankaraweb



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP