22 août 2019

Été ciné féministe | Se donner du pouvoir ensemble

18h Le Monde selon les femmes asbl 18, rue de la Sablonnière 1000 (...)

22 août 2019

PROJECTION : Malaria business de Bernard Crutzen

20h / cinéma aventure, Galerie du Centre, 57 rue des Fripiers à (...)

26 août 2019

Acte 20 Soutien à Julian Assange : on est sur la place

17h-19h Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles

5 septembre 2019

Université d’été 2019 du CADTM Europe :

du 5 au 8 septembre / La Marlagne, Wépion, Belgique.

26 septembre 2019

Femmes, féminismes et Islam : l’égalité en question

19h ESPACE MAGH 17 rue du Poinçon 1000 Bruxelles

3 octobre 2019

Lutter contre Uber et Deliveroo : ça tue !

19h-21h Point Culture 145 rue Royale 1000 Bruxelles


Accueil > FR > Vidéos > Mobilisation

Les résistantes

Les résistantes

VF - ST ndls - 27 min / Ce 8 mars 2019, c’était la première grève féministe en Belgique. Les actions et témoignages des travailleuses du Delhaize, des conductrices de la Stib, des militantes iraniennes et des femmes victimes de violences nous mènent à (...)

VF - ST ndls - 27 min

Ce 8 mars 2019, c’était la première grève féministe en Belgique. Partout dans le pays, des milliers de femmes se sont mises en grève et ont pris la rue pour dénoncer le sexisme et les violences du système patriarcal. Travailleuses, citoyennes, avec ou sans papiers, personnes LGBTQIA+, femmes racisées, étudiantes et tant d’autres ont voulu visibiliser leurs combats.

ZIN TV, dans le cadre de la PVLS (permanence vidéo des luttes sociales), a voulu garder une trace de cette journée historique. Les actions et témoignages des travailleuses du Delhaize, des conductrices de la Stib, des militantes iraniennes et des femmes victimes de violences nous mènent à entrevoir l’ampleur de cette grève. Ce film veut contribuer à visibiliser des luttes féministes et à ouvrir le débat.


Op 8 maart 2019 ging de eerste feministische staking in België door. In het hele land gingen duizenden vrouwen staken en kwamen zij de straat op om seksisme en geweld in het patriarchale systeem aan de kaak te stellen. Vrouwelijke werknemers, burgers, met of zonder wettig verblijf, LGBTQIA+ personen, vrouwen van kleur, studenten en vele anderen die hun strijd zichtbaar wilden maken.

ZIN TV, als onderdeel van de PVLS (video permanentie voor sociale strijd), wilde deze historische dag vastleggen. De acties en getuigenissen van vrouwelijke arbeiders in Delhaize, MIVB-chauffeurs, Iraanse activisten en vrouwelijke slachtoffers van geweld, leiden ons naar de omvang van deze staking. Deze film wil de feministische strijd zichtbaar maken en het debat aanwakkeren

C’était le 8 mars 2019  : la grève des femmes en Belgique, par Marine Créer — N°217 Mars 2019
Magazine Axelle

L’appel à la grève féministe lancé par le Collecti.e.f 8 maars a été entendu : le 8 mars 2019, des milliers de femmes se sont mobilisées à travers la Belgique pour revendiquer leurs droits, en se mettant à l’arrêt ou en manifestant, rejoignant une coalition d’associations. axelle est allée à leur rencontre dans les rues de Bruxelles.

Nous sommes fortes, nous sommes fières, nous sommes féministes radicales et en colère , scande le bloc du Collecti.e.f 8 maars. © Marine Créer pour axelle magazine

Vendredi 8 mars, au petit matin, Bruxelles s’éveille  : les rues de la capitale sont relativement calmes. Apparemment, rien ne laisse présager que dans quelques heures, 15.000 personnes (selon les organisatrices) marcheront dans l’espace public pour défendre les droits des femmes. Toutefois, en cherchant bien, on peut déjà trouver quelques indices… Des tabliers, éponges ou gants en caoutchouc sont déjà accrochés à certaines fenêtres en guise de soutien à la grève des femmes organisée par le Collecti.e.f 8 maars.

© Marine Créer pour axelle magazine

Sur le sol de la station de métro De Brouckère, le slogan «  Vulva la revolution  » est taggué en mauve sur le sol. Même la statue de Jacques Brel est customisée  : un foulard féministe sur les épaules et un sexe féminin peint en dessous de la ceinture. En attendant 14 heures, l’heure à laquelle les femmes feront du bruit dans toute la Belgique, les participantes se rassemblent déjà sur le Carrefour de l’Europe devant la gare Centrale.

Une voix pour les femmes SDF

Un peu à l’écart de l’hémicycle formé par les tentes abritant les ateliers féministes, les pancartes colorées d’Awatif Majid, bénévole à l’asbl Job Dignity, attirent l’œil. Selon elle, il est important que les femmes SDF soient aussi représentées lors des rassemblements autour du 8 mars. Awatif Majid évoque l’article 23 de la Constitution belge, selon lequel «  toute personne a droit à un logement décent  ».  Je ne suis pas du tout professionnelle du milieu, mais il y a tout de même des questions qui se posent… Que faire au-delà d’apporter une tartine ou une soupe aux femmes dans la rue  ? Finalement, ce qu’elles veulent, y’a pas photo  : c’est avoir leur petit chez elle  , explique Awatif.

Le 8 mars, Awatif Majid, bénévole à l’asbl Job Dignity, s’est rendue devant la gare Centrale de Bruxelles pour représenter les femmes sans abri. © Marine Créer pour axelle magazine

Cela fait onze ans qu’elle travaille pour la réinsertion des femmes sans abri dans la société, en les accompagnant bénévolement à la recherche d’un travail et d’un toit. Awatif revient sur ce qui l’a poussée à mener ce combat  : J’ai fait la rencontre d’une dame qui vivait depuis 28 ans dans la rue et son regard m’a bouleversée de l’intérieur. C’était un regard très particulier  : plein d’humanité et d’espoir. J’ai donc monté une équipe de bénévoles et de professionnels pour prendre la situation en main avec l’asbl Job Dignity.  Grâce à un accompagnement complet comprenant notamment des formations pratiques, ainsi qu’un réseau de partenaires privés, l’organisation a permis jusqu’ici à onze femmes sans abri d’avoir enfin un toit au-dessus de leur tête.

Focus sur les femmes issues de l’immigration

De 9 heures à midi, les sympathisant·es de la grève des femmes pouvaient prendre part à divers ateliers  : sexualité, environnement, communauté LGBTQI… Agathe vient d’animer un atelier consacré aux femmes et à l’immigration  : «  On a abordé tous les problèmes liés à cette thématique, tels que le mariage forcé ou les difficultés pour trouver un logement. Mais ça a aussi débordé sur les violences faites aux petites filles, telles que l’excision, et la manière dont ces enjeux sont gérés ici et ailleurs…   »

L’historienne de formation est notamment revenue sur les défaillances de la Convention de Genève vis-à-vis des mutilations génitales encore imposées aux femmes et aux petites filles dans certains pays. Si cette convention est supposée protéger les personnes persécutées dans leur pays d’origine en leur permettant d’obtenir l’asile, beaucoup de victimes de l’excision peinent à bénéficier de ce droit.

Agathe, animatrice d’un atelier sur les femmes et l’immigration, explique  : «  Chaque année je participe aux évènements du 8 mars et, d’habitude, il n’y a que des femmes blanches qui interviennent… Ce que j’aime cette fois-ci, c’est l’inclusion de toutes les femmes et de leurs problématiques. Ce 8 mars a un autre visage, c’est vraiment chouette  !   » © Marine Créer pour axelle magazine

Il est impossible pour Agathe d’élaborer une liste exhaustive des luttes portées par les femmes issues de l’immigration, mais elle souhaite tout de même insister sur l’afro-féminisme  :  Il est assez méconnu du public. C’est une branche du féminisme qui prend en compte les afro-descendantes.   Elle ajoute que pour celles-ci, la bataille est double  : à la fois contre le patriarcat mais aussi le colonialisme.

Un crochet par la grève des travailleuses du commerce

«  Assez de cette société qui sème le chômage et la précarité  !  » revendiquent les travailleuses du secteur commercial lors de leur action menée à la rue Neuve. © Marine Créer pour axelle magazine

Il est déjà 13 heures. Il est temps de quitter la gare Centrale pour rejoindre le cortège des travailleuses du commerce à la rue Neuve, une artère commerciale du centre de la capitale. Si certaines travailleuses ont déjà marqué le coup au Delhaize Mozart, à Uccle, en s’arrêtant deux heures, une sensibilisation à la grève des femmes à grande échelle est en route.

Relire  : Travailleuses de Delhaize à Nivelles, étudiantes bruxelloises ou militantes liégeoises  : la grève du 8 mars a déjà commencé  !

Sous les yeux ébahis des passant·es, le défilé bat son plein. Le spectacle vaut le détour, que ce soit pour voir des employé·es des enseignes de la rue Neuve lâcher leurs activités, le sourire aux lèvres, pour entendre la chanson Milord d’Edith Piaf revisitée à la sauce féministe, ou pour apercevoir des hommes, solidaires de la grève de leurs collègues féminines, se faufiler dans la foule pour distribuer leurs tracts. La bannière «  Nous voulons 0 % d’écart salarial  » de la CNE rejoindra les militant·es de la CGSP pour unir revendications et chants sur la place Saint-Jean, où la statue de l’héroïne Gabrielle Petit a été revêtue d’une écharpe mauve.

Solidarité interculturelle et intergénérationnelle

Retour au Carrefour de l’Europe. Il est à présent 14 heures et grand temps de faire du bruit. Sur place, 1.500 personnes (selon les organisatrices) sont déjà là, armées de sifflets, casseroles et mégaphones. Tous les moyens sont bons pour déboucher les oreilles du patriarcat. Le brouhaha féministe est entrecoupé de prises de parole  : syndicats, femmes sans papiers, mamans célibataires… s’emparent du micro ouvert pour partager leur réalité de vie.

Mais il n’y a pas que sur le podium que les langues se délient. En attendant que le monde afflue dans le centre-ville pour entamer à 17 heures une grande marche féministe jusqu’à la place du Luxembourg, chacun·e souhaite porter son message sur le Carrefour de l’Europe. C’est le cas du Gang des vieux en colère, dont les membres masculins sont symboliquement venus habillés en jupe pour montrer leur refus des discriminations infligées aux femmes. Danny Degraeve, une retraitée de 75 ans, membre du gang, explique les raisons de sa venue  : «  Au niveau des retraites, il y a une énorme disparité  : celles des femmes sont 28 % plus basses que celles des hommes. C’est effrayant. On se bat aussi parce que les jeunes ne vont plus rien avoir.  »

Danny Degraeve, retraitée de 75 ans, membre du Gang des vieux en colère, est indignée  : «  Au niveau des retraites, il y a une énorme disparité  : celles des femmes sont 28 % plus basses que celles des hommes. C’est effrayant  !   » © Marine Créer pour axelle magazine

Danny Degraeve ajoute que la génération de ses parents avait réussi à obtenir la retraite par répartition pour vieillir décemment, mais que ce système est voué à disparaître  : « On veut que les jeunes fassent une «  épargne pension  », mais ce n’est que pour le bénéfice des banques. Je pense aussi notamment à tout le secteur des grandes surfaces où les femmes sont lésées  : elles doivent travailler à ¾ temps et compléter leurs revenus avec un deuxième job. Comment voulez-vous qu’elles mettent un franc de côté  !  Si les membres du Gang des vieux en colère savent qu’il est trop tard pour changer la donne pour leurs propres pensions, elles/ils sont là pour les générations suivantes. D’ailleurs, Danny Degraeve se dit rassurée de voir les jeunes protester dans la rue, pour l’environnement, pour l’égalité femmes-hommes…

Féministes, en avant marche  !

Vers 17 heures, des milliers de personnes arrivent au rendez-vous au Carrefour de l’Europe, pour marcher ensemble au nom des droits des femmes. Tout au long de la journée, le Collecti.e.f 8 maars proposait des sérigraphies et un espace dédié à la conception d’affiches féministes. Les looks des arrivant·es sont travaillés  : capes féministes, déguisements de sorcières, maquillages violets en tout genre…

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Bruxelles pour défendre les droits des femmes. © Marine Créer pour axelle magazine

L’espace devient progressivement trop étroit pour contenir cette foule aux mille slogans, venue de la Belgique entière à l’appel du Collecti.e.f 8 maars, de la Marche Mondiale des Femmes ou encore de la campagne Rosa… Les pancartes féministes étalent une créativité sans limites, d’une représentation féminine du Manneken Pis urinant sur le patriarcat à l’utilisation des paroles de la chanteuse française Aya Nakamura  : «  Qu’on continue à garder le silence, y’a pas moyen Djadja  ». Sans oublier les affiches représentant de gigantesques clitoris ou encore des utérus personnifiés lançant des doigts d’honneur.

Au bout de 45 minutes d’attente (ou plutôt de perfectionnement des slogans féministes), le cortège se met en marche. Les milliers de personnes rassemblées devant la gare Centrale rejoignent progressivement la danse. Les bannières se suivent à la queue leu leu  : les syndicats (la FGBT, la CNE et la CSC), mais aussi la campagne Rosa et bien sûr le bloc du Collecti.e.f 8 maars qui met l’inclusion de toutes les femmes à l’honneur.

Ce 8 mars, rien ne peut arrêter ces femmes déterminées, pas même la petite ceinture, ce ring automobile qui ceinture le centre-ville de Bruxelles… © Marine Créer pour axelle magazine

 Nous sommes fortes, nous sommes fières, nous sommes féministes radicales et en colère  , scande le bloc du Collecti.e.f 8 maars. Une liesse féministe plane dans l’espace public. Ce 8 mars, rien ne peut arrêter ces femmes déterminées, pas même la petite ceinture, ce ring automobile qui ceinture le centre-ville, hors du parcours initial de la marche, dont elles s’emparent en faisant fi des voitures les entourant. Leur slogan «  À nous la rue  !  », encouragé par les coups de klaxon, prend alors tout son sens. Elles savourent ce moment jusqu’à ce qu’une dizaine de policiers leur barrent le passage. Les forces de l’ordre et la horde de féministes se font face pendant quelques minutes, après quoi le bloc du Collecti.e.f finit par rejoindre la place du Luxembourg, où la slammeuse belge Joy interprète sur scène son album L’art de la joie, dont la sortie était justement prévue ce 8 mars  : l’occasion de se réjouir en musique de la réussite de cette première grève féministe. En attendant l’heure du bilan et des perspectives, on peut déjà noter le rendez-vous pris pour l’année prochaine   !

Par Marine Créer —
Magazine Axelle - N°217 Mars 2019

Toutes les infos sur les différentes mobilisations, un peu partout en Belgique : https://8maars.wordpress.com/agenda/


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP