Le corps trouvé est bien celui de Santiago Maldonado

Nous avons besoin de savoir ce qui est arrivé à Santiago et qui sont responsables de sa mort.

-1306.jpg

Communiqué de la famille de Santiago Maldonado

Le corps trou­vé dans la rivière Chu­but est bien celui de San­tia­go.

L’in­cer­ti­tude à pro­pos de sa des­ti­née est désor­mais révo­lue. Le cal­vaire que notre famille a com­men­cé le jour même où nous avons appris sa dis­pa­ri­tion ne s’ar­rê­te­ra pas tant qu’on ai pas obte­nu la jus­tice.

Nous ne pou­vons dire que très peu sur nos sen­ti­ments suite à la confir­ma­tion de l’i­den­ti­té de San­tia­go : cette dou­leur ne connaît pas de mots.

Les cir­cons­tances de la décou­verte du corps nous génèrent beau­coup de doutes. Nous croyons qu’il est temps d’al­ler de l’a­vant avec fer­me­té dans l’en­quête et de lais­ser le juge Lle­ral tra­vailler sans pres­sion. Nous avons besoin de savoir ce qui est arri­vé à San­tia­go et qui sont res­pon­sables de sa mort. Tous. Non seule­ment ceux qui lui ont ôté la vie, mais ceux qui, par action ou par omis­sion, ont col­la­bo­ré au camou­flage et nui au pro­ces­sus de recherche.

Nous avions rai­son de nous plaindre de l’i­nac­tion, de l’i­nef­fi­ca­ci­té et de la par­tia­li­té du juge pré­cé­dent dans le trai­te­ment de l’af­faire. Nous n’en reve­nons pas encore de l’i­nex­pli­cable refus du gou­ver­ne­ment natio­nal à la pro­po­si­tion de col­la­bo­ra­tion des experts de l’O­NU, ayant une expé­rience inter­na­tio­nale avé­rée. Per­sonne ne peut nous sor­tir de la tête ce qui aurait pu être fait beau­coup plus et beau­coup plus tôt.

Aux médias, aux orga­ni­sa­tions sociales, des droits de l’homme, aux syn­di­cats, aux per­sonnes qui nous ont accom­pa­gnés aux mani­fes­ta­tions pour San­tia­go, nous vous deman­dons de conti­nuer à défendre la jus­tice, avec plus de force que jamais et en paix. Aux forces poli­tiques, qui font le plus grand effort pour sou­te­nir et garan­tir toutes les actions qui nous aident à trou­ver la Véri­té et à obte­nir la Jus­tice.

La mort de San­tia­go ne devrait pas faire l’ob­jet de divi­sions ou de spé­cu­la­tions inté­res­sées. Per­sonne n’a de droits sur la dou­leur de cette famille, pour laquelle nous deman­dons le res­pect.

Pour San­tia­go, pour nous …

Bue­nos Aires, 20 octobre 2017

Source : san­tia­go­mal­do­na­do

Tra­duc­tion : ZIN TV

Plus d’in­fos :

Vidéo : Où est San­tia­go Mal­do­na­do ?

Argen­tine : droite auto­ri­taire

-1305.jpg
Que la dou­leur se trans­forme en jus­tice pour San­tia­go