Chasse aux sorcières au XXIe siècle

En tant que musulman-e, quoi que vous fassiez, et surtout si vous vous habillez « moderne », vous êtes toujours suspects.

Alors que le pays se pré­oc­cupe des jeunes « radi­ca­li­sés » qui partent en Syrie, les musul­mans les plus “construc­tifs” sont dans le col­li­ma­teur.

Une tri­bune de Rachi­da Aziz (créa­trice de mode, Bruxelles) dans De Stan­daard, 14 mars 2015 en réac­tion au dos­sier de Le Vif‑L’Express, 5 mars 2015.

levif.jpg

En 1692, une hys­té­rie de masse s’empara de la ville amé­ri­caine de Salem. Des cen­taines de per­sonnes furent empri­son­nées. Treize femmes et sept hommes recon­nus cou­pable de sor­cel­le­rie furent exé­cu­tés, dont une gamine de quatre ans qui s’était accu­sée pour res­ter auprès de sa mère empri­son­née. Page sombre de l’histoire des Etats-Unis, cock­tail san­glant à base de super­sti­tion et de mani­pu­la­tion sur fond de contra­dic­tions sociales explo­sives.

On ne chasse plus les sor­cières en Europe, mais le même cock­tail y cause d’autres dom­mages. Ain­si, l’hebdomadaire belge fran­co­phone Le Vif‑L’Express nous explique « Com­ment les Frères musul­mans ont pris la Bel­gique en otage » et s’infiltrent dans notre démo­cra­tie pour la détruire.

Car les Frères musul­mans – un mou­ve­ment poli­ti­co-reli­gieux sun­nite né en Egypte en 1928 – sont par­mi nous. Mais, de façon par­ti­cu­liè­re­ment per­verse, ils ont rasé leurs longues barbes et s’habillent désor­mais à l’européenne pour pas­ser inaper­çus. Imberbes et élé­gants, ils n’en sont pas moins tout aus­si dan­ge­reux. Si vous ren­con­trez à Bruxelles un musul­man actif qui s’habille comme tout le monde, méfiez-vous. C’est la preuve de sa dupli­ci­té. CQFD.

J’ai par­cou­ru la liste des noms épin­glés dans les articles. Je les connais presque tous et les estime. Ain­si, Wahi­ba, une des femmes « démas­quée » par Le Vif a même été inter­viewée dans ce jour­nal comme une des repré­sen­tantes de la mode les plus « ten­dance » à Bruxelles. Toua­fik a été consul­tant de mon entre­prise. Il m’a aidé à réa­li­ser mon busi­ness­plan. Son pro­fes­sion­na­lisme et sa dis­po­ni­bi­li­té m’ont tou­jours impres­sion­né. J’admire son enga­ge­ment en faveur des jeunes en dif­fi­cul­té à tra­vers Déclic, le salon de Bruxelles qui cherche à offrir des pers­pec­tives aux jeunes et aux étu­diants. Il y a quelques mois, j’étais invi­tée dans les stu­dios d’Arabel, cette sta­tion de radio qui serait l’un des canaux de pro­pa­gande des Frères musul­mans en Bel­gique, pour par­ti­ci­per à une dis­cus­sion avec cinq jeunes et le pré­sen­ta­teur Zaki sur l’importance du fémi­nisme. Le Vif — L’Express a même repris Yas­mine Kher­bache sur la liste des sus­pects. Celle qui fut nom­mée en fonc­tion de son propre mérite cheffe de cabi­net du Pre­mier ministre Di Rupo se retrouve épin­glée pour avoir remis en cause l’interdiction du fou­lard. Bref, autant de preuves que ces per­sonnes “prennent la Bel­gique en otage”…


Qu’ont-elles de com­mun ?
Ceci : toutes ces per­sonnes ont une atti­tude cri­tique et reven­diquent une place dans cette socié­té. Elles en sont capables. Elles dirigent des entre­prises, ont un doc­to­rat en poche, font leur che­min en poli­tique, savent com­ment jouer des médias. Lorsque, dans les années 50, Char­lie Cha­plin a été accu­sé de sym­pa­thies com­mu­nistes, il s’est défen­du ain­si : “I believe in liber­ty. That’s all my poli­tics”. Tous les « accu­sés » dans Le Vif- L’Express pour­raient dire la même chose. Moi de même, en ajou­tant ceci : je crois en l’égalité des droits. Ces jeunes pro­fes­sion­nels ont dû tra­vailler plus que d’autres pour arri­ver là où ils sont. Et main­te­nant qu’ils ont peu ou prou réus­si, ils tra­vaillent pour une socié­té plus juste qui puisse offrir des chances à tou-te‑s. Quelle iro­nie : alors que le pays se pré­oc­cupe des jeunes « radi­ca­li­sés » qui partent en Syrie, ce sont les musul­mans les plus « construc­tifs » qui sont dans le col­li­ma­teur.


Le propre de la chasse aux sor­cières, c’est qu’il est impos­sible de se défendre de telles allé­ga­tions.
Les accu­sées étaient jetées à l’eau en imper­méable. Si elles se noyaient, c’était la preuve de leur inno­cence. Si elles flot­taient, de leur culpa­bi­li­té.

En tant que musulman‑e, quoi que vous fas­siez, et sur­tout si vous vous habillez « moderne », vous êtes tou­jours sus­pects. Si vous vous inves­tis­sez acti­ve­ment dans la socié­té, vous aggra­vez votre cas. Même les non-musul­mans qui défendent les droits des musul­mans sont dan­ge­reux. Ain­si, le think tank Tayush est aus­si poin­té. Il s’agit d’un groupe d’intellectuels com­po­sé de juifs, de musul­mans, d’agnostiques et d’athées, mais qui prennent posi­tion ensemble contre l’islamophobie et le racisme.

Cette moderne chasse aux sor­cières n’est pas aus­si san­glante qu’à Salem. Mais elle fait pour­tant des vic­times. Char­lie Cha­plin était amer d’avoir été expul­sé des États-Unis, un pays auquel il avait tant don­né. Même moi, je ne suis pas à l’abri de la para­noïa. Je ne connais­sais pas per­son­nel­le­ment l’un des « accu­sés » du Vif –L’Express et me suis sur­prise à poser immé­dia­te­ment des ques­tions à son sujet. Pour­tant, j’ai moi-même été accu­sée de « taq­qiya » [dis­si­mu­la­tion, par l’hebdomadaire Joods actueel l’année der­nière. NDLR], une pra­tique dont je n’avais encore jamais enten­du par­ler, qui per­met­trait aux Chiites de cacher leur foi s’ils se sentent mena­cés. Mais depuis que, à tra­vers mon patro­nyme, on me relie auto­ma­ti­que­ment à l’islam, et étant don­né que je n’accepte pas que les musul­mans soient trai­tés dif­fé­rem­ment des autres per­sonnes, la preuve est faite : je dois être secrè­te­ment une extré­miste musul­mane. L’accusation de « taq­qiya » fonc­tionne comme un imper­méable moderne. Vous arri­vez à sur­na­ger mal­gré la dis­cri­mi­na­tion et les inéga­li­tés sociales ? C’est une rai­son suf­fi­sante pour faire de vous un-e- suspect‑e.

Rachi­da Aziz (créa­trice de mode, Bruxelles)

Tra­duc­tion : Hen­ri Gold­man

Source de l’ar­ticle : le blog de Tayush