Juarez, la ville qui tue les femmes au Mexique

Juárez est de ces lieux de la planète où le tiers-monde cohabite avec ce que le premier produit de pire.

-865.jpg

A Ciu­dad Jua­rez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrou­vés dans des décharges et dans les zones désertes, la plu­part des femmes jeunes voire ado­les­centes, étu­diantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées.

Beau­coup vivent dans des condi­tions très pré­caires avec par­fois des enfants à éle­ver. Elles ont été enle­vées, déte­nues en cap­ti­vi­té, vic­times de tor­tures et de graves vio­lences sexuelles avant d’être assas­si­nées à coups de cou­teau ou étran­glées. Leurs corps sans vie ont été aban­don­nés dans les ter­rains vagues aux confins de la ville ou dans le désert, depuis, le sable n’a ces­sé de faire remon­ter des cadavres à la sur­face, recra­chant avec eux de pauvres ves­tiges de vête­ments fémi­nins : chaus­sures, sac à main, jupe…

Dans quelques cas, ils sont retrou­vés dans les jours qui suivent, mais ils mettent par­fois des années à res­sur­gir, des mois à être iden­ti­fiés. Des cen­taines de familles attendent tou­jours que soit réso­lue la dis­pa­ri­tion de leur fille, mais bien des cas res­te­ront à jamais sans réponse.

Pour­tant, après la décou­verte du corps de la pre­mière vic­time, et mal­gré l’arrestation de près de vingt sus­pects, les auto­ri­tés n’ont tou­jours pas iden­ti­fié les res­pon­sables de ces meurtres. La chose aurait dû faire grand bruit, mais qui s’intéresse au sort de mal­heu­reuses tra­vailleuses vivant en plein désert dans une pou­belle igno­rée des tou­ristes ?

Pis encore, les crimes conti­nuent au rythme infer­nal, et Ciu­dad Juá­rez est aujourd’hui consi­dé­rée comme la capi­tale mon­diale du « fémi­ni­cide », au cours des années, et selon des chiffres offi­ciels, on a décla­ré prés des 5.000 femmes dis­pa­rues, dis­pa­rues dans le vide. Pour moins d’un cas sur dix, elles ont été retrou­vées, recou­vertes par le sable du désert.

En jan­vier 2004, le gou­ver­ne­ment de Vin­cente Fox a nom­mé une Pro­cu­reure fédé­rale spé­ciale pour coor­don­ner les enquêtes locales et fédé­rales.

Celle-ci a ordon­né une révi­sion com­plète des inves­ti­ga­tions menées par la juri­dic­tion régio­nale (État de Chi­hua­hua) se sai­sis­sant du dos­sier de 24 d’homicides. Dans son rap­port, publié en février 2006, elle met­tait en cause 177 fonc­tion­naires soup­çon­nés de négli­gence et d’omission lors du dérou­le­ment des enquêtes, pour­tant aucun n’a été défé­ré devant la jus­tice.

-864.jpg

A la fron­tière avec les Etats-Unis

« A la fron­tière entre le Mexique et les Etats-Unis », écrit Ele­na Ponia­tows­ka, « il y a peu de bles­sures qui cica­trisent ; au contraire, la plu­part s’infectent et conta­minent l’organisme. Là, dans ces zone de conta­gion, on voit bouillir à la plus haute tem­pé­ra­ture pou­voir poli­tique, tra­fic de drogue, vio­lence et avi­di­té. C’est une zone gan­gre­née ».

Le tri­angle for­mé par les villes de Juá­rez (Chi­hua­hua), El Paso (Texas) et Sun Land Park (Nou­veau Mexique) forme aujourd’hui la zone métro­po­li­taine fron­ta­lière la plus éten­due du monde. Elle est aus­si la prin­ci­pale région d’échanges com­mer­ciaux du bloc éco­no­mique uni par l’accord NAFTA (North Ame­ri­can Free Trade Agree­ment). Ce der­nier, adop­té en 1994, a favo­ri­sé l’exode mas­sif d’usines états-uniennes sur le ter­ri­toire mexi­cain, entre autres : Ford, John­son & John­son, Sie­mens, Chrys­ler.

Dans les années 60, les « maqui­la­do­ras » (usines d’assemblage de maté­riel élec­tro-domes­tique) com­men­cèrent à fleu­rir à Juá­rez.

En 2000 cette indus­trie attei­gnit son apo­gée. Aujourd’hui, la ville s’enorgueillit de sa posi­tion de lea­der mon­dial dans ce domaine. A Juá­rez, un télé­vi­seur est fabri­qué toutes les trois secondes, un ordi­na­teur toutes les sept, à l’issue d’un tra­vail à la chaîne réa­li­sé par les ouvriers des quelques cen­taines d’usines d’exportation, en majo­ri­té de femmes , jeunes de pré­fé­rence, sous payées et non syn­di­quées.

Quelqu’un a fait remar­quer que si les maqui­la­do­ras, ces der­nières années, s’étaient char­gées de l’accompagnement des ouvrières chez elles après le tra­vail, les homi­cides auraient dimi­nué de moi­tié. Mais les maqui­la­do­ras ne col­la­borent même pas avec les enquêtes et ne four­nissent en prin­cipe aucune don­née sur leurs ouvrières.

-869.jpg

Pour­quoi les usines comptent-elles plus de femmes que d’hommes ?

Cer­tains avancent que les femmes sont plus conscien­cieuses dans le tra­vail, mais on peut ima­gi­ner que c’est, en réa­li­té, parce qu’il est plus facile de les dis­ci­pli­ner par des pres­sions de toutes sortes : har­cè­le­ment sexuel, tests de gros­sesse obli­ga­toires, chan­tage au licen­cie­ment, inter­dic­tion de se syn­di­quer. Les « maqui­la­do­ras » sont de hauts lieux d’exploitation, les ouvriers y touchent 4 dol­lars par jour, mais puisqu’elles apportent à la ville devises et emplois, toute cri­tique est étouf­fée dans l’œuf.

A la pres­sion éco­no­mique, morale et sexuelle exer­cée sur les ouvrières, il faut ajou­ter pour com­prendre le contexte dans lequel se per­pé­tuent les assas­si­nats, un cli­mat géné­ral de vio­lence, en grande par­tie dû à la véri­table mafia de nar­co­tra­fi­quants qui s’est ins­tal­lée au bord de la fron­tière. A l’époque où les meurtres ont com­men­cé, 60% de la cocaïne consom­mée aux Etats-Unis pas­sait par Jua­rez.

Nombre d’analyses concordent pour dési­gner le fonc­tion­ne­ment per­ni­cieux des « maqui­la­do­ras » et la vio­lence induite par le tra­fic de drogue comme ayant pré­dis­po­sé aux cen­taines d’assassinats. Ce n’est, du reste, pas un hasard si nombre des femmes assas­si­nées avaient en com­mun de tra­vailler dans ces usines. Les tours de tra­vail amènent leurs ouvrières à rega­gner leur domi­cile tard dans la nuit ou à se rendre à l’usine au petit matin. Cer­taines femmes sont mortes pour avoir échan­gé leur tour avec une col­lègue et être ren­trées seules chez elles, d’autres pour avoir vou­lu éco­no­mi­ser le prix d’un billet de bus et avoir mar­ché non accom­pa­gnées dans les rues.

Pen­dant ce temps, dans l’état de Chi­hua­hua, on vend des porte-clé avec des bre­loques en plas­tique imi­tant un mame­lon de femme. Les maris colé­reux menacent leur femme en leur disant main­te­nant : « Si tu me fais chier, je te jette dans le désert ! ».

A Ciu­dad Jua­rez, où fleu­rissent les bor­dels pour grin­gos et où on découvre pério­di­que­ment de nou­velles nar­co­fosses, les cime­tières clan­des­tins des nar­co­tra­fi­quants, la police se borne à regar­der.

Et les assas­sins marchent libre­ment, pro­té­gés par l’impunité et la cor­rup­tion.

-866.jpg

Seño­ri­ta extra­via­da, un film de Lourdes Por­tillo

Lourdes Por­tillo par le biais de son docu­men­taire Seño­ri­ta extra­via­da tour­né en 2000, signe un acte d’accusation hon­nête et cou­ra­geux contre l’indifférence ins­ti­tu­tion­nelle qui a réduit au fait divers un véri­table scan­dale, une faillite de la jus­tice et, avec elle, de la démo­cra­tie mexi­caine.

Elle ana­lyse la pro­gres­sion des meurtres, la reliant au sys­tème des « maqui­la­do­ras » et au tra­fic de drogue. Seño­ri­ta extra­via­da brosse des por­traits de jeunes filles à peine ado­les­centes, obli­gées de tra­vailler dans les chaînes des usines, expo­sées au risque des rues mal éclai­rées, vivant dans la peur, ris­quant leur vie pour quelques dizaines de pesos jour­na­liers.

Que fai­saient ces jeunes filles dans la rue ?

« Elles n’allaient pas pré­ci­sé­ment à la messe » répond un gou­ver­neur du par­ti poli­tique de droite PAN. Cela semble être éga­le­ment l’avis du sous-pro­cu­reur de jus­tice de l’état zone nord qui, dans son Rap­port sur les assas­si­nats de femmes à Ciu­dad Juá­rez Chi­hua­hua 1993 – 2001, écrit : « il est impor­tant de noter que quelques-unes des vic­times ont des atti­tudes et des conduites qui ne sont pas conformes à l’ordre moral, lorsqu’elles se rendent, avec une fré­quence anor­male et très tard dans la nuit, dans des lieux de diver­tis­se­ments qui sou­vent ne conviennent pas à leur âge ».

Ce ne sont pas seule­ment « quelques-unes » des vic­times mais un grand nombre d’entre elles qui a été ain­si taxé de pros­ti­tu­tion ou de vie dis­so­lue. Pour ces rai­sons, leurs enfants ont été pri­vés de toute aide de l’état.
La dif­fa­ma­tion sys­té­ma­tique des vic­times par les auto­ri­tés a conduit à mini­mi­ser l’importance de leur mort, à négli­ger les enquêtes, et fina­le­ment à légi­ti­mer leurs assas­si­nats.

« Toutes sont des putes », ou des femmes à la mora­li­té dou­teuse, qui ne com­prennent pas que les gens décents se pro­mènent le jour et que les indé­cents, qui le font la nuit, s’exposent à tous les mal­heurs.

Ces crimes, sem­blables entre eux, accom­pa­gnés d’actes de tor­ture et de bar­ba­rie, conduits avec pré­mé­di­ta­tion et achar­ne­ment, sont le pro­duit d’une véri­table haine des femmes qui s’étend jusqu’aux hautes sphères du pou­voir. Miso­gy­nie ins­ti­tu­tion­na­li­sée donc, qui s’empare des valeurs spi­ri­tuelles et morales pour se jus­ti­fier.

-867.jpg

Les Oubliées de Jua­rez, un film de Gre­go­ry Nava, cinéaste mili­tant

« Je vous demande de regar­der ce film les yeux bien ouverts, car tout ce que vous voyez est vrai­ment arri­vé », implore Mari­se­la Ortiz Rive­ra, co-fon­da­trice d’une asso­cia­tion de vic­times, un film grand public qui nous plonge au cœur de ce drame, tour­né avec un petit bud­get, raconte l’enquête de deux jour­na­listes.

Lau­ren (Jen­ni­fer Lopez) jour­na­liste amé­ri­caine du Chi­ca­go Sen­ti­nel, se rend à Jua­rez, déci­dée à faire écla­ter la véri­té et pour enquê­ter sur les vio­lences dont sont vic­times les ouvrières des fameuses « maquilla­do­ras » et un jour­na­liste Mexi­cain (Anto­nio Ban­de­ras) bien déci­dés à éclair­cir les meurtres et dis­pa­ri­tions en série.

Alors que les mères des vic­times creusent le désert à la recherche des cadavres de leurs filles et les auto­ri­tés s’efforcent d’enterrer cette affaire, une mira­cu­lée (Maya Zapa­ta) sort vivante des mains des cri­mi­nels et décide de témoi­gner au péril de sa vie, tant il est évident que tout se déroule sur fond de police et de magis­tra­ture cor­rom­pues.

Les deux jour­na­listes et la « mira­cu­lée » n’auront pour appui qu’une mili­tante des droits de l’homme (Sonia Bra­ga) et le direc­teur du jour­nal local (Mar­tin Sheen).

Réa­li­sa­tion : Gre­go­ry Nava Scé­na­rio : Gre­go­ry Nava Pro­duc­tion : Mobius Enter­tain­ment Cie : MGM Stu­dios — SND groupe M6 Musique : Graeme Revell Cos­tumes : Fran All­good & Doro­thy Baca Durée : 01 H 55

Avec : Jen­ni­fer Lopez, Anto­nio Ban­de­ras, Mar­tin Sheen, Kate del Cas­tillo, Tere­sa Ruiz, Maya Zapa­ta & John Nor­man.

-868.jpg

La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciu­dad Jua­rez

Ce livre est le résul­tat de 2 ans d’enquête et de 3 voyages sur place. Dès le départ, l’idée d’un com­plé­ment de type web­do­cu­men­taire a été inté­grée au pro­jet. Ce livre est publié chez Hachette Lit­té­ra­tures, sous la direc­tion de Denis Pin­gaud. Marc Fer­nan­dez et Jean-Chris­tophe Ram­pal ont mené l’enquête au c¿ur de cette ville qui tue, à la ren­contre des prin­ci­paux pro­ta­go­nistes de l’affaire — flics dou­teux, avo­cats témé­raires, boucs émis­saires tor­tu­rés pour avouer des crimes qu’ils n’ont pas com­mis, familles de vic­times et femmes d’honneur.…

Ils reviennent sur les dif­fé­rentes pistes, des plus folles aux plus scien­ti­fiques, d’un dos­sier hélas loin d’être fer­mé. Car si aujourd’hui les cri­mi­nels res­tent introu­vables, une chose est cer­taine : les assas­si­nats de Ciu­dad Juá­rez rendent compte de la per­ver­si­té de cette ville-fron­tière, royaume de la drogue et de la cor­rup­tion, véri­table labo­ra­toire de la mon­dia­li­sa­tion sau­vage.
Juá­rez est de ces lieux de la pla­nète où le tiers-monde coha­bite avec ce que le pre­mier pro­duit de pire.

La glo­ba­li­sa­tion effre­née, char­riant ses rêves d’expansion éco­no­mique, ses illu­sions de vie meilleure, n’apporte en réa­li­té qu’une régres­sion sociale et humaine. Ces zones fron­ta­lières sont des espaces hybrides et tran­si­toires qu’on peut péné­trer le temps de se livrer, sans consé­quence, à tout ce qu’on n’ose pas faire dans l’espace domes­ti­qué de sa propre ville puis quit­ter sans se sou­cier de savoir ce qu’on laisse der­rière soi. L’histoire de Juá­rez montre com­ment l’acculturation d’un espace peut nour­rir la bar­ba­rie. Elle met aus­si en lumière un sys­tème judi­ciaire qui méprise ceux qui n’ont pas les moyens de l’acheter, qui fait peu de cas des gens simples sur­tout s’ils sont du sexe fémi­nin.

Sur les poteaux télé­gra­phiques de Juá­rez, une croix noire sur fond rose est peinte chaque fois qu’une nou­velle femme est retrou­vée morte, seul moyen pour les familles d’imprimer à la ville la marque de ce mas­sacre et de sus­ci­ter un devoir de mémoire. En atten­dant que les auto­ri­tés de Juá­rez finissent de négli­ger ces cen­taines d’assassinats, les croix roses conti­nuent d’apparaître sur les poteaux télé­gra­phiques.

Par Rober­to Fer­ra­rio

Source : bel­la­ciao