Thierry Odeyn : Faire un film, c’est avant tout un acte de réflexion

Par Rolf Orthel avec Thierry Odeyn
Odeyn.png

En lien :

Sur le documentaire…

Outil

Le triomphe de Riefenstahl, entretien avec Thierry Odeyn

Outil

Thierry Odeyn : Faire un film, c’est avant tout un acte de réflexion

Outil - Par Rolf Orthel avec Thierry Odeyn

Insurrection et cinéma, entretien avec Thierry Odeyn

Outil

La ligne réalité, pilier pédagogique de l’INSAS

Outil

Bibliographie – séminaire Point de vue documenté

Outil

De l’image représentative à l’image participative, par Thierry Deronne

Outil

Un cours de cinéma, par Ronnie Ramirez

Outil

La propagande au ralenti

Outil

Indécente réhabilitation de Leni Riefenstahl

Outil

Zindeeq, le nouveau film de Michel Khleifi, sortie silencieuse à Bruxelles

Article

Vidéo : Simone Bitton et Michel Khleifi — entretien

Outil

L’oeuvre de Johan van der Keuken et son contexte : contre le documentaire, tout contre.

Outil

Le Kerala, de Van der Keuken

Outil

Méandres, par Johan van der Keuken

Outil - par Johan van der Keuken

Johan van der Keuken : Le tour d’une œuvre en 80 critiques

Outil

Johan van der Keuken, cinéaste des seuils — par Thierry Nouel

Outil

Entretien avec Johan van der Keuken, par Serge Daney. 1978

Outil

Entretien avec Johan Van der Keuken, par Robert Daudelin. 1974

Outil

Conversation avec Louis Andriessen, par Johan van der Keuken

Outil

Vers le sud. Johan Van der Keuken (Serge Daney)

Outil

Stratégies documentaires, par Ignacio Ramonet

Outil

« L’autre », des deux côtés. Entretien avec Jean-Louis Comolli

Outil

LA PROPAGANDE AU RALENTI, vol.1

Outil - De la propagande nazie à la publicité & la propagande du groupe Etat Islamique

Par Rolf Orthel

Un ciné­ma, qui s’ex­prime avec des moyens pauvres, c’est un ciné­ma qui est obli­gé d’ex­ploi­ter le plus créa­ti­ve­ment pos­sible ses contraintes, donc ce n’est pas un ciné­ma de stu­dio.

Le nom de Thier­ry Odeyn est indis­so­lu­ble­ment lié au docu­men­taire mais d’une manière mul­tiple. Diplô­mé de l’IN­SAS où il y est main­te­nant pro­fes­seur depuis vingt-cinq ans, il y fonde et déve­loppe la Ligne Réa­li­té avec la col­la­bo­ra­tion de Michel Khlei­fi et Éric Pau­wels. Cette fonc­tion péda­go­gique qu’il pro­longe par un ensei­gne­ment à l’IHECS et à l’ERG est deve­nue cen­trale et pre­mière. Créa­tive aus­si car il a “invente” une exi­gence du regard, une approche du réel lon­gue­ment réflé­chie qui a déjà for­mé plu­sieurs géné­ra­tions de jeunes cinéastes aux­quels il a incul­qué le désir de témoi­gner du monde. Il anime aus­si des ate­liers de for­ma­tion au lan­gage ciné­ma­to­gra­phique dans dif­fé­rents cadres d’éducation popu­laire.

Sa démarche péda­go­gique est essen­tiel­le­ment basée sur l’ap­pren­tis­sage du regard, hors de toute conven­tion, de tout aca­dé­misme. Il faut, au préa­lable, que l’é­tu­diant se consti­tue les fon­de­ments d’une mémoire ciné­ma­to­gra­phique, d’un héri­tage de réfé­rences et de réflexions qui lui per­mettent d’ins­crire sa propre démarche nais­sante dans le pro­lon­ge­ment de celles de ses aînés.

Ce regard qui per­met de mieux appré­hen­der la confron­ta­tion avec les films de grands cinéastes n’est pas neutre, impar­tial, c’est au contraire un regard per­son­nel, celui d’un auteur. Il naî­tra de l’ob­ser­va­tion créa­tive et pro­lon­gée d’une réa­li­té qu’il s’a­gi­ra de sai­sir dans toute sa richesse et sa com­plexi­té.

La péda­go­gie de Thier­ry Odeyn s’ins­pire des théo­ries du cinéaste sovié­tique Dzi­ga Ver­tov. L’ap­proche du réel se struc­ture selon un triple pro­ces­sus de sélec­tion, d’a­na­lyse et de coor­di­na­tion thé­ma­tique des don­nées obser­vées.

C’est sur­tout dans ce cir­cuit d’engagement, ce désir de pen­ser le ciné­ma que va s’an­crer son tra­vail per­son­nel avec Ciné train, vidéo col­lage où, par­tant du film fon­da­teur des Lumière, l’Arrivée d’un train en gare de La Cio­tat, il convoque et invite autour de lui sa « famille », col­lègues com­plices, étu­diants, grands noms réfé­rents à ali­men­ter une réflexion sur ce qu’est le regard et l’acte de fil­mer. Fait de cita­tions écrites ou visuelles, d’in­ter­ven­tions par­lées ou fil­mées, ce film jubi­la­toire et intel­li­gent occupe une place rare dans le docu­men­taire, celle où le ciné­ma s’in­ter­roge sur le ciné­ma.

Avant d’en­trer en ensei­gne­ment comme on entre en claus­tra­tion, Thier­ry Odeyn avait pen­dant cinq ans réa­li­sé une cin­quan­taine de films de une à dix minutes pour la RTBF-Liège, qui appar­tiennent aux archives ou plu­tôt à la perte des archives. Ensuite il a fil­mé Mais nous sommes tous anti­ra­cistes sur l’é­lec­tion com­mu­nale de 1983 où le pro­blème posé était « doit-on oui ou non don­ner le droit de vote aux immi­grés ? ». Il a sui­vi la cam­pagne élec­to­rale, de bis­trots en réunions publiques, de décla­ra­tions poli­ti­ciennes en alter­ca­tions de col­leurs d’af­fiches. Iro­nique et tou­chant, révé­la­teur et accu­sa­teur, il joue sur le boo­me­rang du réel, machine à don­ner à voir dont se méfient tout ceux qui connaissent son impact impla­cable et confient leur pro­pa­gande à une réa­li­té contrô­lée et fic­tion­na­li­sée.

Péda­gogue et “accou­cheur” théo­ri­cien el pro­fes­seur géné­reux, on sou­haite seule­ment que Thier­ry Odeyn ne s’ou­blie pas lui-même et se donne la liber­té de tour­ner les deux pro­jets qui lui importent : Frans Mase­reel et Ecua­dor.

Jaque­line Aube­nas & Serge Meu­rant / Le dic­tion­naire du docu­men­taire — 1999

Thier­ry Odeyn. Né a Ixelles, le 6 Jan­vier 1951 — Diplô­mé de l’INSAS en réa­li­sa­tion


 

Rolf Orthel : Qu’est ce que le vrai docu­men­taire ?

Thier­ry Odeyn : Un vrai docu­men­taire pour moi, c’est avant tout un film et comme tout film l’ex­pres­sion d’un auteur. C’est le rap­port d’un indi­vi­du au monde à tra­vers les maté­riaux qui sont l’i­mage et le son ; dont l’or­ga­ni­sa­tion consciente consti­tue un film ; voi­là. Alors une des pre­mières choses qu’on tente d’in­cul­quer aux étu­diants ici dans cette école c’est à ne pas faire de dif­fé­rence entre la fic­tion et le docu­men­taire mais à par­ler ciné­ma. Et, quoi­qu’il en soit prendre conscience que faire un film c’est avant tout un acte de réflexion. Et puis­qu’un film est tou­jours la trace du rap­port d’un indi­vi­du au monde, qu’il soit fic­tion ou docu­men­taire, ça veut dire que notre tra­vail à nous les péda­gogues, va être de ten­ter d’ai­der cha­cun des étu­diants indi­vi­duel­le­ment à trou­ver cette place, l’ai­der à prendre conscience de ses propres capa­ci­tés, de ses envies, les enri­chir. L’é­tu­diant doit com­prendre quand il voit un film, que ce film est lui-même non seule­ment la trace d’un rap­port au monde mais aus­si le résul­tat d’un héri­tage ciné­ma­to­gra­phique. Chaque réa­li­sa­teur nour­rit sa propre réflexion d’autres films. Donc, nous revi­si­tons avec l’é­tu­diant cer­tains films qui nous ont mar­qués dans notre propre par­cours et nous mon­trons com­ment ces films ont été nour­ris par d’autres films etc. Voi­là. C’est à dire ne pas faire une his­toire de ciné­ma qui serait une his­toire de type aca­dé­mique qui dirait par exemple, “il y a fic­tion et il y a docu­men­taire et dans le docu­men­taire il y a deux lignes d’un côté, il y a Ver­tov, de l’autre Fla­her­ty et voi­là ce que ça a don­né”. Cela n’a pas beau­coup de sens. Il s’a­git plu­tôt de conduire l’étudiant.en voyant un film de Ver­tov et par la suite en voyant un film de la période Godard ’68, à se dire : mais pour­quoi Godard, quand il fai­sait un film dans la période ’68 — ’72, s’est ins­crit dans un groupe, qui s’ap­pelle “groupe Dzi­ga Ver­tov”. Quel est l’hé­ri­tage que Godard a pu acca­pa­rer de l’ex­pé­rience de Ver­tov.

Rapport au monde

RO : Com­ment vous faites, des semaines de théo­rie et après vous allez
tra­vailler avec les machines ?

TO : C’est une métho­do­lo­gie pro­gres­sive qui vient s’ins­crire dans quatre années de pra­tique. Alors — par­lons de la pre­mière année. En pre­mière année on est confron­té à un pro­fil d’é­tu­diant qui a un désir de ciné­ma, mais un désir de ciné­ma sou­vent enta­ché par des effets de mode, décon­nec­té du réel. La ques­tion est donc de le rame­ner au réel. La pre­mière pra­tique à laquelle l’é­tu­diant est confron­té est une pra­tique de réa­li­té. Non pas docu­men­taire mais de réa­li­té. De regard, de rap­port au monde. La métho­do­lo­gie sur laquelle cette pra­tique, qui s’ap­pelle le point de vue docu­men­tée — ter­mi­no­lo­gie de Vigo — est bâtie, pour­rait se résu­mer ain­si : il y a une dia­lec­tique entre soi, sujet dans le monde, et le monde. On se docu­mente sur le réel et on a un point de vue sur, et le film est sen­sé reflé­ter ce point de vue. La métho­do­lo­gie en fait est héri­tée de l’a­na­lyse thé­ma­tique du réel qu’à théo­ri­sé Ver­tov. Je leur demande de repé­rer un sujet dans une réa­li­té acces­sible, en fait Bruxelles, (mais il faut dire qu’une majo­ri­té des étu­diants ne la connaît pas parce que notre école accueille un pour­cen­tage assez impor­tant d’é­tran­gers). Sup­po­sons qu’un étu­diant ait eu un émoi en pas­sant aux mar­ché aux puces ici, le célèbre mar­ché aux puces de Bruxelles. Pre­mier pro­blème, si tu veux me dire quelque chose, de spé­ci­fique, qui est ton point de vue. et qui n’est pas un constat de cet espace, tu dois ser­vir ton point de vue de façon très pré­cise. A par­tir du mar­ché aux puces tu peux dire n’im­porte quoi. C’est un espace extrê­me­ment riche thé­ma­ti­que­ment.

Un exemple : je vois un mar­chand, je suis intri­gué par le com­por­te­ment extra­ver­ti de ce mar­chand, un com­por­te­ment… d’ac­teur. Il ins­talle sa mar­chan­dise d’une cer­taine façon et il tente de la vendre à des ache­teurs poten­tiels, qui sont son public. Ça veut dire qu’en deux, trois minutes, qui sera la durée du film mon­té, ce point de vue là doit être appa­rent sur l’é­cran. Donc ça veut dire : com­ment dois-je, à par­tir de l’ob­ser­va­tion de cette réa­li­té là, pri­vi­lé­gier, sélec­tion­ner tous les élé­ments, tous les para­mètres, qui par­viennent à faire com­prendre au spec­ta­teur que c’est ça que je veux mon­trer. Com­ment fil­mer ce type comme acteur, com­ment fil­mer le public comme spec­ta­teur, com­ment fil­mer l’es­pace comme espace de repré­sen­ta­tion ? Un autre étu­diant me dira, moi, ce qui m’in­té­resse dans cet espace, c’est que c’est une espace plu­ri­cul­tu­rel. A par­tir des repé­rages, on va sélec­tion­ner les élé­ments, qui vont mettre en évi­dence cette dimen­sion plu­ri­cul­tu­relle. Et comme ça, à par­tir d’un espace iden­tique et par­fois même d’une même échoppe, chaque film va ten­ter de mon­trer un point de vue spé­ci­fique. Donc chaque film sera dif­fé­rent à par­tir d’une réa­li­té spé­ci­fique.

RO : Vous deman­dez aux étu­diants de choi­sir un même lieu ? Un même espace ?

TO : Pour des rai­sons pra­tiques on le fait.

RO : Cela veut dire que l’on peut com­pa­rer des choses qui autre­ment seraient incom­pa­rables.

TO : Tout a fait. En pre­mière année on tra­vaille avec les étu­diants de toutes les sec­tions dites audio­vi­suelles et chaque étu­diant assure le tour­nage, la prise de son, le mon­tage de son film. On ne tra­vaille pas en équipe. Bien enten­du, il existe un prin­cipe d’as­sis­tance. Dans les faits, ils tournent à deux. Mais la per­sonne qui aide n’est là que pour des rai­sons d’in­ten­dance. Il porte les valises. Il ne s’a­git pas de films col­lec­tifs. Le film est à chaque fois une expres­sion per­son­nelle.

RO : C’est beau­coup de films.

TO : C’est beau­coup de films. La base c’est ça, où tu te mets par rap­port au réel

RO : Com­ment vous éva­luez les résul­tats ?

TO : En groupe, en groupe. Écoute, je brosse rapi­de­ment le cur­sus de la pre­mière année. En pre­mière année ils vont avoir avec moi deux semaines de sémi­naire où on va faire un sorte de tra­ver­sée de l’his­toire du ciné­ma envi­sa­gée en terme de filia­tions – je dis his­toire du ciné­ma — c’est un terme pré­ten­tieux, c’est à dire, qu’en fait on les emmène à réflé­chir sur des notions qui sont des notions fon­da­men­tales. Bon. La base de réécri­ture au ciné­ma.

Par exemple, l’im­por­tance du choix des empla­ce­ments de camé­ra. Alors, ils voient un film de Lumière qui à l’a­na­lyse révèle l’im­por­tance de rem­pla­ce­ment de la camé­ra. J’a­na­lyse un extrait d’un film de Kea­ton, qui le démontre : la base, c’est ça : où tu te mets face au réel. Donc il y a un amal­game entre le fait que toi tu filmes et tu choi­sis pour fil­mer un empla­ce­ment, et puis toi, avant de fil­mer, tu observes — tu es face au réel et tu as un endroit qui est ton endroit. Pour dire telle chose. Il n’y a que toi qui sera a cet endroit. Voi­là. Que tu tournes une fic­tion ou autre chose le pro­ces­sus est le même. Nous pro­je­tons aus­si des films, des extraits de films repré­sen­ta­tifs des rap­ports dia­lec­tiques que le cinéaste peut ins­tal­ler entre le son et l’i­mage. Le son ne doit pas tou­jours accom­pa­gner l’i­mage. Ça peut être inté­res­sant que le son dise autre chose que l’i­mage et pour­quoi etc. etc.
C’est pas au moment de tour­nage qu’on décide d’un point de vue
Après ces deux semaines de sémi­naire, les qua­rante-cinq étu­diants sont répar­tis en trois groupes qui tra­vaille­ront avec des pro­fes­seurs dis­tincts. J’au­rai donc en charge un groupe de quinze, seize étu­diants aux­quels je vais deman­der de choi­sir quatre ou cinq lieux, que ce soit une gare, un grand maga­sin…

RO : Ça peut être une rue déserte ?

TO : Ça peut être une rue déserte, mais quoi qu’il en soit, pour ces pra­tiques il faut un espace suf­fi­sam­ment large, une espace public. Ils doivent ensuite rédi­ger l’a­na­lyse la plus détaillée pos­sible de ce qui se passe dans ces lieux. Si un étu­diant me dit, j’ai­me­rais faire un film qui se passe dans tel café, il ne doit pas avoir de ce café la seule connais­sance qu’il en a à l’heure où il s’y rend comme consom­ma­teur. Un café a une vie spé­ci­fique à par­tir du moment où il s’ouvre jus­qu’à l’heure où il se ferme, la clien­tèle varie, le rythme, toute la vie même se modi­fie d’heure en heure alors ce que j’im­pose de toute façon, c’est de m’ap­por­ter des notes de repé­rages, des obser­va­tions écrites liées à la chro­no­lo­gie propre au lieu. Donc, cette docu­men­ta­tion est consti­tuée de notes de repé­rages écrites, de pho­tos, d’es­sais vidéos et la vidéo est inté­res­sante parce que déjà là, avec un outil, un médium, l’é­tu­diant s’ins­crit dans l’es­pace. Ces repé­rages vidéos sont donc la trace maté­rielle de ce rap­port sur laquelle on peut tra­vailler — tu es trop loin, il faut t’ap­pro­cher davan­tage…

RO : Des­sins ?

TO : Des­sins, sché­mas des lieux.

RO : Aus­si des cadres ?

TO : Pour pré­fi­gu­rer les cadres, l’é­tu­diant va prendre des pho­tos. La pho­to de repé­rage doit être indi­ca­tive de l’es­pace au sens large mais aus­si des choix de cadres. Une fois que tout ce maté­riel est ras­sem­blé — il va abou­tir à un dos­sier où s’af­fir­me­ra d’une façon tout à fait claire un point de vue par rap­port à une docu­men­ta­tion sur une réa­li­té obser­vée. Au plus la docu­men­ta­tion est sérieuse, au plus le point de vue est clair au moins donc l’é­tu­diant risque de se confron­ter à des effets de sur­prise au moment du tour­nage. Tu sais que c’est ça, que tu veux dire et même quand il se passe quelque chose d’im­pré­vu au moment du tour­nage, l’é­tu­diant sera armé pour opé­rer une sélec­tion en fonc­tion du point de vue préa­lable. Ce n’est pas au moment du tour­nage qu’on décide d’un point de vue. Le point de vue est préa­lable. Pour tour­ner, ils dis­posent de Bolex Paillard à res­sort. C’est à dire qu’ils ont une auto­no­mie de plan de 27 secondes. Et trois bobines de 30 mètres. Et ces nonante mètres doivent abou­tir à un film de 2,5 à 3 minutes mon­tées. Ils sont donc dans un rap­port de un à trois ce qui sup­pose une rigueur que tu ne retrou­ve­ras jamais avec un tour­nage sur sup­port vidéo. La vidéo est un outil — plans séquences, tour­nage syn­chrone — qui entraîne une écri­ture plus pares­seuse. Chaque étu­diant dis­pose donc d’un jour et demi de tour­nage. Je n’im­pose pas un jour et demi de tour­nage en conti­nui­té ; si un étu­diant décide pour des rai­sons de com­mo­di­té par rap­port à son sujet de tour­ner le soir par exemple nous pou­vons l’or­ga­ni­ser. Tous les jours il y a déve­lop­pe­ment de rushes, tous les soirs il y a ana­lyse des rushes à la table.

RO : Avec vous.

TO : Avec moi. Un étu­diant peut être emme­né à tour­ner une bobine le pre­mier jour à l’a­na­ly­ser et à revoir sa posi­tion par la suite, par rap­port bobines qui lui res­tent à tour­ner.

Une com­po­si­tion sonore

Ce qui est aus­si impor­tant est la réflexion que les étu­diants peuvent avoir quant à l’u­sage qu’ils vont faire du son. Il y a un reflex qui consiste à pen­ser le son quand la struc­ture muette est mon­tée. N’ou­blions pas qu’ils réa­lisent des films non syn­chrones. Ils doivent donc ins­tal­ler une com­po­si­tion sonore non syn­chrone pen­sée comme le sont l’i­mage et le cadre. Dans la richesse des sons qu’on peut cap­ter dans un espace pré­cis, il y a une série de sons qui sont signi­fiant par rap­port à un point de vue. Nous avons consta­té, moi et l’en­semble des col­lègues atta­chés à cet exer­cice, une paresse liée à réécri­ture sonore. Alors, nous avons impo­sé la réa­li­sa­tion d’une radio docu­men­taire qui pré­cède le tour­nage du film. C’est à dire que les étu­diants réa­lisent cha­cun une radio docu­men­taire d’une dizaine de minutes consti­tuée de sons en pro­ve­nance de l’es­pace repé­ré pour le film. Donc pas de musique de films, pas de com­men­taire ; l’in­ter­view est négo­ciée mais excep­tion­nelle. De sorte qu’à l’é­coute de cette radio l’au­di­teur puisse recon­naître d’une part où il est et ce que l’é­tu­diant a à dire la des­sus. Cette radio ins­talle un récit et un point de vue. Plus tard, au mon­tage, cette matière sonore devien­dra la base à par­tir de laquelle se consti­tue­ra la bande sonore du film. Bien enten­du, la radio, si elle est réus­sie, devient un objet auto­nome rétif à l’i­mage dont l’u­sage risque d’ap­pa­raître pléo­nas­mique. Il ne s’a­git donc pas d’in­féo­der la struc­ture visuelle au son. Un nou­vel effort de réflexion est deman­dé à l’é­tu­diant qui doit décom­po­ser la radio pour en faire dia­lo­guer les élé­ments avec ce qui a été tour­né. Ce tra­vail de mon­tage se fait en deux jours et demi pour obte­nir un film de trois minutes. La com­po­si­tion sonore du film est mon­tée sur deux pistes sons qui seront mixées.

RO : Et ça se passe quand ?

TO : Le sémi­naire dure deux semaines en octobre. Nous retrou­vons les étu­diants sur deux périodes de deux jours cha­cunes pour les phases de scé­na­ri­sa­tion. Ils réa­lisent ensuite leurs radios. Entre le sémi­naire et l’é­coute de ces radios, l’é­cole ins­talle un cur­sus de deux mois et demi consti­tué de cours théo­riques — phy­sique, sen­si­to­mé­trie, élec­troa­cous­tique, ana­lyse de film, etc… — et d’i­ni­tia­tions aux étapes de fabri­ca­tion d’un film — ini­tia­tion son, mon­tage… — qui pré­parent l’é­tu­diant, à abor­der sa pra­tique de la manière la plus pro­fes­sion­nelle pos­sible. A par­tir de là, la pra­tique s’or­ga­nise en un bloc ; une semaine de pré­pa­ra­tion — ultime rema­nie­ment du pro­jet —une semaine de tour­nage et une semaine de mon­tage par groupe, ceci en jan­vier, février.

Simuler des conditions de tournage plateau

RO : Après février

TO : Après février, l’é­cole orga­nise une série de tra­vaux pra­tiques — par exemple, ils tournent une pra­tique de télé­vi­sion en stu­dio — et des cours théo­riques, soit en rap­port avec les métiers de l’au­dio­vi­suel, soit des cours de culture géné­rale — his­toire, psy­cho­lo­gie, anglais… — pour arri­ver autour de Pâques à un exer­cice inti­tu­lé le “Pilote”. Le but de cette pra­tique est de pla­cer l’é­tu­diant dans les condi­tions de tour­nage d’une fic­tion lourde avec comé­diens mais autour d’un sujet pré­texte qui conduit au décou­page et au tour­nage d’une séquence de quelques plans. C’est une pra­tique où l’é­tu­diant retrouve les fonc­tions pour les­quelles il est entré à l’é­cole — l’é­tu­diant image fera du cadre ou de l’é­clai­rage etc… — C’est une période de tra­vail col­lec­tif où l’é­tu­diant est confron­té à une pra­tique qui simule des condi­tions de tour­nage pla­teau.

RO : Est ce qu’il y a une dif­fé­rence entre les étu­diants qui viennent plu­tôt pour le docu­men­taire et les autres ?

TO : Elle se perd. Si les cours, res­tent com­muns en pre­mière année, en deuxième année, les étu­diants entrent dans un cur­sus propre à leurs options ini­tiales. Ain­si les réa­li­sa­teurs tra­versent des pra­tiques de réa­li­té et des pra­tiques de fic­tion jus­qu’en troi­sième année où l’é­cole offre les moyens d’un court métrage un peu plus ambi­tieux. Il n’y a pas de cours de docu­men­taire pro­pre­ment dit. De ce que tu appelles docu­men­taire (rit).

RO : Donc un choix ne devient appa­rent que plus tard. En troi­sième année.

TO : Là c’est plus spé­ci­fique, parce qu’en troi­sième année le cur­sus oblige pour des rai­sons bud­gé­taires les étu­diants à ne tour­ner qu’une seule pra­tique, docu­men­taire ou fic­tion. Et la même chose en qua­trième année.

RO : Est ce qu’on peut tra­vailler en docu­men­taire en troi­sième année et en fic­tion l’an­née après ?

TO : Tout à fait. Ou l’in­verse, comme on l’en­tend.

RO : Est ce qu’il y a encore des cours pour accen­tuer un point de vue, une façon de faire docu­men­taire ?

TO : Oui, en deuxième année, s’ils tournent de nou­veau avec la Bolex, ils ont plus de pel­li­cule et ont beau­coup plus de temps. L’en­ca­dre­ment s’é­tale sur une durée de deux mois et demi. Il y a un thème impo­sé qui change tous les ans. Cette année, par exemple, il est pui­sé dans un article d’A­dor­no qui déve­loppe l’hy­po­thèse de la pro­li­fé­ra­tion des moyens de com­mu­ni­ca­tion para­doxa­le­ment non-com­mu­ni­quants. Si le but de l’exer­cice de pre­mière année est d’ex­traire son sujet de la rela­tion qui se tisse entre un espace public et les gens qui l’ha­bitent, celui de deuxième année est d’ap­pro­cher l’autre, de don­ner à voir l’autre, ce qui est plus dif­fi­cile parce que ça mouille mora­le­ment. Cette dif­fi­cul­té s’ins­crit dans un pro­ces­sus péda­go­gique évo­lu­tif. La pra­tique de deuxième année ne s’en­seigne qu’aux seuls étu­diants réa­li­sa­teurs, c’est à dire à huit étu­diants en moyenne.

RO : Fic­tion ou docu­men­taire ?

TO : Là uni­que­ment docu­men­taire. Film de réa­li­té. Docu­men­taire bien qu’il y ait aus­si en deuxième année un exer­cice de fic­tion et un exer­cice de télé­vi­sion.

Ins­tau­rer une per­méa­bi­li­té des fron­tières

RO : D’où vient l’i­dée d’ap­pe­ler cela “films de réa­li­té” au lieu de film docu­men­taire ? II y cer­tai­ne­ment une pen­sée der­rière !

- (on rit)

TO : C’est en fait une pen­sée qui vise à ins­tau­rer une per­méa­bi­li­té des fron­tières. Ce qu’on sou­hai­te­rait, c’est qu’un étu­diant tra­vaillant en troi­sième année ou en qua­trième année fasse des films qui soient des films qui brûlent les fron­tières des genres. Qui soient des films dans les­quelles tu puisses retrou­ver des élé­ments de fic­tion parce qu’il y a dra­ma­ti­sa­tion du réel, mais aus­si de la réa­li­té parce que la situa­tion dra­ma­tique doit être docu­men­tée.
Que l’é­tu­diant tente d’as­ser­vir toutes les poten­tia­li­tés de son bagage cultu­rel et ciné­ma­to­gra­phique — fic­tion, docu­men­taire, repor­tage etc… — à son sujet.

Ce qui est inté­res­sant main­te­nant dans le ciné­ma, sont des films qui seraient dans cet espace non défi­ni. Ça c’est une pre­mière moti­va­tion. L’autre moti­va­tion est liée aux contraintes maté­rielles aux­quelles l’é­tu­diant est confron­té. Si l’é­cole lui impose de tra­vailler avec des moyens éco­no­mi­que­ment limi­tés, ce n’est pas seule­ment parce que notre école n’est pas riche, mais aus­si, parce qu’une fois sor­ti, l’é­tu­diant sera à nou­veau confron­té à ce type de contraintes. Ceci est une don­née fon­da­men­tale du pro­ces­sus péda­go­gique que nous ten­tons de mettre en place. Un ciné­ma, qui s’ex­prime avec des moyens pauvres, c’est un ciné­ma qui est obli­gé d’ex­ploi­ter le plus créa­ti­ve­ment pos­sible ses contraintes, donc ce n’est pas un ciné­ma de stu­dio. Ce n’est pas un ciné­ma coû­teux. C’est un ciné­ma de réa­li­té, un ciné­ma inven­tif par obli­ga­tion.

Posons des réflexions

RO : Vous tra­vaillez plu­tôt en groupe, ou vous pré­fé­rez tra­vailler avec un étu­diant seul ?

TO : Le tête à tête devient plus inté­res­sant là où le col­lec­tif freine le pro­ces­sus péda­go­gique à par­tir du moment où on est face à un pro­jet mûr. Je ne parle pas d’un film de pre­mière année mais d’un pro­jet plus abou­ti qui reflète des thé­ma­tiques per­son­nelles. C’est la vision des exer­cices de l’é­tu­diant, son par­cours sur plu­sieurs années qui nous per­met à nous pro­fes­seurs de déce­ler ce qui se dégage chez cha­cun un uni­vers, qui lui est propre. Là la com­mu­ni­ca­tion de type col­lec­tive risque de frei­ner le pro­ces­sus péda­go­gique.

Je fonc­tionne col­lec­ti­ve­ment à par­tir du moment où je suis conduit à tra­vailler sur des maté­riaux. Quand il y a image et quand il y a une ana­lyse pos­sible sur l’i­mage qu’elle soit à l’é­tat de rushes ou qu’elle soit mon­tée, y a un échange qui peut effec­ti­ve­ment deve­nir riche dans la mesure ou il est débat­tu par plu­sieurs per­sonnes. Voi­là. Je pense que le tra­vail col­lec­tif est néces­saire parce qu’on est dans un cadre sco­laire , il s’im­pose au moment où il y a du maté­riel qui per­met une ana­lyse ; le tra­vail indi­vi­duel est pré­fé­rable à par­tir du moment où on effec­tue un tra­vail sur un pro­jet plus com­plexe et donc sou­vent plus per­son­nel.

Dif­fi­cul­tés ?

RO : Qu’est ce que vous trou­vez dif­fi­cile dans votre tra­vail d’en­sei­gnant ? Qu’est ce qui est dif­fi­cile à trans­mettre ?

TO : Dans l’en­semble je n’ai pas de dif­fi­cul­tés ; mais je peux être confron­té à des étu­diants qui viennent avec un ima­gi­naire sur ce métier qui ne cor­res­pond pas à la réa­li­té de ce métier. Un ima­gi­naire sur les dif­fé­rents stades de fabri­ca­tion de ce qu’on pour­rait appe­ler un film, et qui ne cor­res­pond pas à ce qui s’en­seigne dans cette école.

RO : Com­ment vous faites pour les ‘désha­biller’?

TO : (rit) En les confon­trant à leurs insuf­fi­sances sur des maté­riaux, sur des écrits, des pho­tos, là où sont lisibles les contra­dic­tions Par exemple lors­qu’on pre­mière année un étu­diant essaye de défendre un pro­jet insuf­fi­sam­ment docu­men­té, une “idée sur” qui dit quelque chose sans rap­port véri­table avec la réa­li­té parce qu’elle ne s’y est pas confron­tée. Il mani­pule donc des élé­ments de réa­li­té de façon arti­fi­cielle et qua­si pro­pa­gan­diste. Une autre dif­fi­cul­té ren­con­trée, et elle est de plus en plus fré­quente parce qu’elle est le fruit d’un effet de mode. c’est de devoir convaincre cer­tains étu­diants qu’un film d’au­teur, n’est pas obli­ga­toi­re­ment un film inti­miste. Dire “je”, ça passe par récri­ture et le rap­port que j’ai au monde. C’est donc à tra­vers le “fil­trage” du réel et l’u­sage des outils dont je dis­pose comme cinéaste que je dis “je”. Si, au-delà de la polé­mique, je ne par­viens pas à les convaincre de ne pas faire quelque chose qui serait de l’ordre du jour­nal intime, je les mets néan­moins en garde que c’est là le plus sûr moyen de s’é­pui­ser rapi­de­ment. Ecoute, voi­là. En gros ce sont les seules dif­fi­cul­tés ren­con­trées. Bien sûr il faut aus­si tou­jours avoir conscience de S’es­pace dans lequel on est, tu peux être ten­té à un moment de confis­quer le film de l’autre, vou­loir aller plus vite que lui. Il faut y résis­ter. C’est son film, son pro­jet, même s’il se trompe. C’est d’au­tant plus dif­fi­cile que pour des rai­sons d’in­ves­tis­se­ment péda­go­gique, je ne tourne plus ; il ne faut pas que ces frus­tra­tions viennent enta­cher mon tra­vail d’en­sei­gne­ment.

Des projets sans frontières

RO : Des pro­fes­sion­nels qui viennent à l’é­cole ?

TO : Des cinéastes sont invi­tés à don­ner des sémi­naires autour de leur tra­vail. Ce sont des gens de notre “famille” qui reviennent régu­liè­re­ment — Van der Keu­ken. Gheer­brant, Meyer par exemple. De plus l’é­cole est prin­ci­pa­le­ment consti­tuée de pro­fes­seurs actifs dans la pro­fes­sion, ain­si l’en­semble des pra­tiques se fait en col­la­bo­ra­tion avec des pro­fes­seurs qui ont des spé­cia­li­tés image, son, mon­tage. Donc il y a un pro­ces­sus d’ac­com­pa­gne­ment à par­tir du moment ou le film passe au stade pra­tique. Ce pro­ces­sus a été ins­tal­lé par Michel Khlei­fi et moi voi­ci déjà treize ans. Khlei­fi a don­né cours ici quatre années et puis il est par­ti — il devait tour­ner “Noces en Gali­lée” qui a reçu un prix à Cannes et d’autres prix ailleurs. Il est reve­nu depuis deux ans. Main­te­nant, nous avons pris la troi­sième année en charge. Cette année, nous allons ten­ter d’ins­tal­ler des séances d’é­cri­ture com­mune à l’en­semble des étu­diants, que ceux-ci se des­tinent au docu­men­taire ou à la fic­tion.

Cela devrait abou­tir ce que nous avons ins­tal­lé en pre­mière et en deuxième depuis plus de dix ans. En deux mots, cette métho­do­lo­gie exclut la prise en charge de pro­jets préa­la­ble­ment conçus à la mise en chan­tier du pro­ces­sus d’é­la­bo­ra­tion de l’exer­cice de réa­li­sa­tion. Elle est basée sur rap­proche suc­ces­sive du thème, du sujet et de ta situa­tion dra­ma­tique à tra­vers une pra­tique d’é­cri­ture inten­sive. C’est à dire que chaque étu­diant tra­vaille sur un sujet de fic­tion et un sujet de réa­li­té à par­tir d’un thème impo­sé. C’est du croi­se­ment des sujets pro­po­sés que l’é­tu­diant ren­con­tre­ra son sujet véri­table et que se déter­mi­ne­ra ce qui sera fic­tion, docu­men­taire ou pro­jet sans fron­tières.