À vos claviers, citoyens !

Par Michel Lam­bert

/

jour­nal des alter­na­tives

EN LIEN :

Médias analphabètes

Article - Par Raúl Cazal

« Le droit d’informer et d’être informé »

Article

“L’ONU a pris la décision sur base de mensonges”

Article

“Debtocracy”, le documentaire qui secoue la Grèce

Article

Affaire DSK : des médias orphelins

Article - Par Mathias Rey­mond

À vos claviers, citoyens !

Article - Par Michel Lam­bert

Ainsi, le journalisme citoyen n’existerait pas ?

Article - jour­nal Kai­ros, ZIN TV, Sans Papiers TV, col­lec­tif Kras­nyi, Radio Panik

Au palmarès des détestations du Figaro : Pierre Bourdieu

Article

Belgique : les aventures d’un Conseil de Déontologie Journalistique »

Article

Bernard Cassen croque Bernard-Henri Lévy !

Article

Dessine-moi les médias : pluie de poncifs sur les Japonais

Article

Guerre de Libye : bavures médiatiques avant les premiers bombardements

Article

BHL et la Libye : la discrétion d’un héros

Article

En finir avec le CSA ! Pour un Conseil national des médias… de tous les médias

Article

Démocratiser les médias et le journalisme

Article

Journalistes sous pression(s)

Article

Le “modèle de propagande” d’Herman et de Chomsky

Article

Les Nouveaux chiens de garde font leur DVD

Article

Pour que l’audiovisuel public grec reste ouvert

Article

La fin du journalisme

Article - Par Igna­cio Ramo­net

Solidarité avec les travailleurs de ERT — ERT3

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales
FR - st GREC - 56 sec

Sophia Chikirou nous parle du Média citoyen

PVLS - Permanence vidéo des luttes sociales

La prison des algorithmes

Article - Par Fer­nan­do Buen Abad Domín­guez

Les hackers ne sont pas des délinquants

Article - Par Alber­to Quian

Les entreprises de fake news

Article - Par E. Magna­ni & N. Aru­guete

Pourquoi le monde va mal

Article - Par Jona­than Cook

Mal­com X : Si vous n’êtes pas vigi­lants, les médias arri­ve­ront à vous faire détes­ter les oppri­més et aimer les oppres­seurs

Il y a quelques jours (mai 2012), on m’a invi­té à par­ler de soli­da­ri­té et de médias citoyens. La thé­ma­tique est fon­da­men­tale et m’intéresse per­son­nel­le­ment, notam­ment parce que j’ai tra­vaillé à plu­sieurs pro­jets de por­tails Inter­net asso­cia­tifs, et sur­tout, parce que je crois plus que jamais que les médias citoyens sont indis­pen­sables dans notre socié­té où les médias conver­gés ont clai­re­ment choi­sis de quel côté ils sont. L’évènement qui m’accueillait regrou­pait autour de 300 per­sonnes ; des jeunes, des femmes, des jour­na­listes, des rédac­teurs et des rédac­trices, des délé­gués d’organisations de coopé­ra­tion inter­na­tio­nale, etc…

Printemps ÉRABLE !

Ins­pi­ré par les cir­cons­tances actuelles et sur­tout par l’étendu des injus­tices et des résis­tances incroyables qu’elles sus­citent, j’ai entre­pris dans ma pré­sen­ta­tion de faire des liens entre plu­sieurs faces d’un même pro­blème. J’ai par­lé bien évi­dem­ment du mou­ve­ment étu­diant qui est le cœur de ce prin­temps pas si tran­quille. Ce mou­ve­ment qui mobi­lise nos fils et nos filles. Ce mou­ve­ment que nos diri­geants, cyniques et sou­cieux de mater toute une géné­ra­tion qui rêve trop large, réprime injus­te­ment et de façon révol­tante. Ce mou­ve­ment qui ne se bat pas pour éco­no­mi­ser $325 dol­lars annuel­le­ment, mais bien pour le prin­cipe que l’éducation et le savoir sont des biens com­muns qui devraient être gérés de manière démo­cra­tique, dans l’intérêt de tous, et non au seul béné­fice des mieux nan­tis ou des entre­prise pri­vées. J’ai par­lé des syn­di­cats d’enseignants qui les appuient, des groupes com­mu­nau­taires et sociaux qui sont der­rière eux, des médias citoyens qui sont au front, res­pi­rant les mêmes gaz, encais­sant les mêmes matraques et relayant sans cesse l’information.

Et il me fut bien sûr aisé d’expliquer l’incompréhensible et l’inadmissible du fait que Jean Cha­rest demande aux étu­diants et à leurs parents de se ser­rer la cein­ture, alors que les scan­dales de cor­rup­tion et de col­lu­sion se mul­ti­plient et alors qu’il s’apprête à dépen­ser des mil­liards de dol­lars, les nôtres, pour aller défri­cher le Nord au pro­fits des mul­ti­na­tio­nales de l’industrie extrac­tive.

Puis j’ai cité Gabriel Nadeau-Dubois qui, par­lant de nos élites poli­tiques, disait récem­ment : « Ces gens-là (ceux de la hausse, du plan nord, des cou­pures dans les ser­vices, des attaques contre les orga­ni­sa­tions citoyennes, etc…), c’est une seule élite, une élite glou­tonne, une élite vul­gaire, une élite cor­rom­pue, une élite qui ne voit l’éducation que comme un inves­tis­se­ment dans du capi­tal humain, qui ne voit un arbre que comme une feuille de papier et qui ne voit un enfant que comme un futur employé. »

Puis j’ai par­lé du 22 mars où 200000 per­sonnes ont pris la rue pour dire ensemble non à cette vision de l’éducation mar­chan­dise. Puis du 22 avril où 300000 autres ont aus­si pris la rue – et la mon­tagne — pour exi­ger des Gou­ver­ne­ments du Qué­bec et du Cana­da leur pleine et entière par­ti­ci­pa­tion au Pro­to­cole de Kyo­to et des poli­tiques de ges­tion des res­sources natu­relles réorien­tées radi­ca­le­ment dès main­te­nant dans le sens du bien com­mun. Puis de 101 autre évè­ne­ments et actions…

J’ai par­lé de la répres­sion bien sûr, mais j’ai sur­tout par­lé de cette soif de démo­cra­tie réelle et de trans­pa­rence qui ne pour­ra plus être étan­chée par les men­songes habi­tuels. Car le Qué­bec est réel­le­ment en marche avec une citoyen­ne­té à recon­qué­rir. C’est le Prin­temps où les résis­tances convergent. C’est le prin­temps où la jeu­nesse exige que la notion de Bien Com­mun s’impose au centre de notre démo­cra­tie. C’est le prin­temps érable !!!

Les gens ont applau­di à tout rompre ! Car cette résis­tance, ils la connais­saient. J’étais au Maroc et ils étaient maro­cains, algé­riens, tuni­siens, égyp­tiens, pales­ti­niens, yémé­nites, ira­kiens et j’en passe. Le prin­temps arabe a ins­pi­ré le mou­ve­ment des indi­gnés en Europe, puis le mou­ve­ment « Occu­py » aux États-Unis et au Cana­da. Ce qui se passe au Qué­bec pré­sen­te­ment est de la même famille. Et « les arabes » l’ont recon­nu.

Nos médias ne sont pas vendus, ils ont été achetés !

Nos médias de masse mal­heu­reu­se­ment n’y croient pas et ont choi­si de ne pas nous le dire. Le 23 mars, au len­de­main d’une pre­mière mobi­li­sa­tion record, la Presse titrait : « le sou­tien aux étu­diant dimi­nue ». Le 23 avril, 24 heure après le Jour de la terre, le Jour­nal de Mont­réal écri­vait à sa une : « Un ren­dez-vous man­qué »…. Les exemples de ces par­tis pris abondent.

Nos médias appar­tiennent à la même « élite » et sont deve­nus son bras armés dans une lutte à finir pour convaincre un peuple de sa médio­cri­té. Selon eux, on ne pour­rait sérieu­se­ment envi­sa­ger, au mieux, que le chan­ge­ment dans le sta­tut quo. Il n’y aurait d’espoir que dans davan­tage d’exploitation, davan­tage d’austérité, davan­tage de cette « juste part » qu’ils ne font jamais. Les vieux modèles éco­no­miques, le capi­ta­lisme des­truc­teur, la pri­va­ti­sa­tion du vivant, l’abolition des pro­grammes sociaux seraient les uniques réponses. Nos médias sont les relais, les porte-parole de ce vieux pou­voir. Ils sont légion les « com­men­ta­teurs » qui ont entre­pris de démo­ni­ser les indi­vi­dus et les orga­ni­sa­tions qui sont por­teurs d’idées nou­velles ou qui sim­ple­ment osent s’opposer. Les syn­di­cats seraient à abattre, la CLASSE dan­ge­reuse, les groupes contre les gaz de schiste des réfrac­taire au déve­lop­pe­ment, même un jeune de 20 ans est cari­ca­tu­ré en Bin Laden parce qu’il a rap­por­té un simple « non » !! Ce n’est rien de moins que pitoyable et ça rien à voir avec la sacro­sainte objec­ti­vi­té dont les médias se réclament.

Pour les médias citoyens

Dans ce contexte d’abdication du 4e pou­voir, la place des réseaux sociaux et des médias citoyens est fon­da­men­tale. Même si les moyens sont petits en com­pa­rai­son aux médias de masse, il ne faut pas croire à la peti­tesse des idées où encore que celles-ci seraient dans la marge. Car l’aspect « viral » des réseaux comme Face­book et Twit­ter résolvent du moins en par­tie les dif­fi­cul­tés de dis­tri­bu­tion des orga­ni­sa­tions citoyennes d’information.

Dans les der­nières semaines, les nom­breuses prises de posi­tion et ana­lyses pro­ve­nant d’autant de médias jeunes, enga­gés, com­mu­nau­taires nous ont per­mis à la fois de prendre conscience de la richesse du milieu média­tique asso­cia­tif qué­bé­cois et à la fois de la richesse des idées. Car il est faux de dire qu’il n’y a pas d’alternatives comme il est clair que ceux qui le disent sont ceux ont grand inté­rêt à ce qu’on le croit.

Les médias com­mu­nau­taires et citoyens pro­meuvent l’appropriation et l’engagement. Ils nous per­mettent de mieux com­prendre la néces­si­té du chan­ge­ment et de nous sen­tir concer­nés par les ana­lyses et les actions des autres. Il remettent dans son vrai contexte les pers­pec­tives des mou­ve­ments sociaux alors que les médias de masse font sou­vent tout pour évi­ter de par­ler des réels enjeux.

Comme je le disais à mon audience arabe, il faut mul­ti­plier ces ana­lyses citoyennes et épau­ler tous ces petits et moyens médias com­mu­nau­taires et sociaux qui pro­posent des alter­na­tives et sou­tiennent cette nou­velle démo­cra­tie en éclo­sion. C’est bon pour eux, c’est bon pour nous.

Au Jour­nal des alter­na­tives, nous sou­hai­tons contri­buer de notre mieux. Nous vous invi­tons bien évi­dem­ment à nous lire, mais sur­tout à vous inves­tir avec nous et tous les autres qui se dévouent au même tra­vail de dif­fu­sion des valeurs citoyennes qui sont les nôtres. Impli­quez-vous !

Nous sommes arri­vé à ce temps qui com­mence !! Bonne lec­ture et bon Prin­temps !